La conjonction dorée - Gagnant Prix Femme Actuelle 2020 , livre ebook

icon

258

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2020

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

258

pages

icon

Français

icon

Ebook

2020

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Benoît SAGARO LA CONJONCTION DORÉE Gagnant du Grand Prix 2020 Roman Éditions Les Nouveaux Auteurs 16, rue d’Orchampt 75018 Paris www.lesnouveauxauteurs.com   ÉDITIONS PRISMA 13, rue Henri-Barbusse 92624 Gennevilliers Cedex www.editions-prisma.com   Copyright © PRISMA MÉDIA / 2020 Tous droits réservés ISBN : 978-2-8195-06164 À Sarah, Gaëlle et Romance, Mes trois filles chéries… À Marlène, Sans qui ce livre n’aurait jamais abouti… À Angélique et Violetta, Mes amies grecques de toujours… « Я человек, Я по середине мира, За мною мириады инфузорий, Передо мною мириады свёзд. »     « Je suis l’Homme au milieu du monde… Derrière moi des myriades de protozoaires… Devant moi des myriades d’étoiles… » Arseni T ARKOVSKI Note Vingt-quatre hommes ont tourné autour de la Lune. Douze d’entre eux y ont posé le pied. Tous étaient américains et employés par l’armée. Beaucoup en sont revenus bouleversés. Peu ont parlé. Quelques-uns se sont tus définitivement. Depuis, plusieurs scientifiques, historiens et astronomes ont disparu dans des circonstances pour le moins étranges. * Le mécanisme d’Anticythère se trouve au Musée national archéologique d’Athènes. C’est l’objet le plus complexe et le plus mystérieux de toute l’Antiquité.   La galerie des Offices à Florence est une merveille d’art et d’architecture.   Tous les lieux et objets décrits dans ce roman sont absolument réels. Rien n’a été inventé.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

14 mai 2020

Nombre de lectures

5

EAN13

9782819506164

Langue

Français

Benoît SAGARO
LA CONJONCTION DORÉE
Gagnant du Grand Prix 2020
Roman
Éditions Les Nouveaux Auteurs
16, rue d’Orchampt 75018 Paris
www.lesnouveauxauteurs.com
 
ÉDITIONS PRISMA
13, rue Henri-Barbusse 92624 Gennevilliers Cedex
www.editions-prisma.com
 
Copyright © PRISMA MÉDIA / 2020
Tous droits réservés
ISBN : 978-2-8195-06164
À Sarah, Gaëlle et Romance, Mes trois filles chéries…
À Marlène, Sans qui ce livre n’aurait jamais abouti…
À Angélique et Violetta, Mes amies grecques de toujours…
« Я человек, Я по середине мира,
За мною мириады инфузорий,
Передо мною мириады свёзд. »
 
 
« Je suis l’Homme au milieu du monde…
Derrière moi des myriades de protozoaires…
Devant moi des myriades d’étoiles… »
Arseni T ARKOVSKI
Note

Vingt-quatre hommes ont tourné autour de la Lune.
Douze d’entre eux y ont posé le pied.
Tous étaient américains et employés par l’armée.
Beaucoup en sont revenus bouleversés.
Peu ont parlé.
Quelques-uns se sont tus définitivement.
Depuis, plusieurs scientifiques, historiens et astronomes ont disparu dans des circonstances pour le moins étranges.
*
Le mécanisme d’Anticythère se trouve au Musée national archéologique d’Athènes. C’est l’objet le plus complexe et le plus mystérieux de toute l’Antiquité.
 
La galerie des Offices à Florence est une merveille d’art et d’architecture.
 
Tous les lieux et objets décrits dans ce roman sont absolument réels. Rien n’a été inventé.
Prologue

Elle sommeillait depuis près de cinquante ans, accrochée à ce qu’il restait du module. Les quatre pieds d’or et d’argent, semblables aux pattes d’un gigantesque insecte, abritaient les fûts métalliques gravés de sinistres logos.
Après tant d’années de silence et de solitude, tout espoir de réveil semblait vain. Le froid brûlant avait définitivement engourdi la machine. Seules les étoiles se reflétaient encore sur son petit écran noir.
Pourtant, défiant toute logique, une lueur verdâtre apparut. Elle tremblota, vacilla, sembla hésiter, peinant à s’éveiller. Soudain, des chiffres défilèrent à une allure vertigineuse, comme pour rattraper le temps perdu. Cela dura deux minutes.
Brusquement, tout se figea en une lumière rougeâtre.
L’écran, alimenté par la pile atomique RTG-241, affichait en grand le mot « ERROR ».
 
Au pied de l’appareil, des empreintes marquaient l’épaisse couche de poussière. Leur forme et leur apparence, révélées par la lumière blafarde, étaient connues de l’humanité entière. Pourtant, à cet endroit précis, elles témoignaient clairement de l’histoire dramatique qui s’y était jouée.
1

À chaque virage, le crissement des pneus résonnait dans toute la vallée. Le gros 4x4 roulait à vive allure sur une route difficile. Le conducteur, très entraîné, ne perdait pas de temps au maniement des vitesses. Malgré l’altitude, le huit-cylindres tournait comme une horloge.
L’homme avait exigé « la meilleure voiture » au responsable des locations de l’aéroport de Santiago. Il n’était pas déçu.
Il se remémorait souvent, lors de ses longs moments de voyage, la qualité de ses missions. Il avait été choisi pour la perfection de son travail. Tout était réfléchi jusque dans le moindre détail. Il savait, depuis qu’il avait été engagé dans l’agence, qu’à la moindre erreur l’issue lui serait fatale. Il n’y pensait même pas. Quinze ans passés chez les SEAL (1) avaient fait de lui un des hommes les mieux préparés au monde.
Il y avait juste un détail, un petit détail , que lui seul connaissait. Mais cela, personne ne le saurait jamais.
 
Après la portion raide aux multiples virages, la route rectiligne du haut plateau d’Atacama s’ouvrait devant lui.
Le paysage avait changé, maintenant désertique et minéral. La lumière rouge orangé du soir avait envahi le décor. Les ombres accentuaient le relief. Elles accaparaient doucement l’espace. Les cailloux et les rochers sur le plateau paraissaient autant de sentinelles protégeant des citadelles invisibles. Mais l’homme n’était pas là pour contempler le paysage. Il n’avait qu’une seule idée : arriver sur les lieux le plus vite possible, de préférence avant la nuit.
Il avait reçu les détails du programme quelques heures auparavant et le temps était compté. Il restait quatre jours seulement avant le moment fatidique et un événement imprévisible était advenu. Il fallait faire très vite. L’humanité ne devait pas savoir.
L’homme accéléra encore, prenant tous les risques.
Le soleil commençait à disparaître, laissant place à la clarté cosmique. Au fur et à mesure de son ascension, le ciel se rapprochait, l’univers envahissait l’espace partout autour de lui.
Après un virage serré en épingle à cheveux, la dernière montagne s’offrit à lui. Son regard vif accrocha un point au sommet, illuminé par les lueurs du crépuscule. L’objectif était en vue. Il devina les formes blanches, géométriques, alignées face au cosmos.
Après une dernière montée, il arriva enfin sur le site.
L’homme ralentit et hésita à un embranchement. Les quatre observatoires ressemblaient à des vaisseaux prêts à décoller.
À cet endroit, la Terre frôlait l’univers.
Soudain, un faisceau lumineux surgit d’un des bâtiments, pointant droit vers les étoiles. L’homme comprit que c’était là qu’il devait se rendre et qu’il était temps d’arriver.
Il monta alors vers l’observatoire, tous feux éteints.
Il allait bientôt dénicher sa proie.

Note
(1) Principale force spéciale de la marine de guerre des États-Unis.
2

« Chers frères, le moment tant attendu est proche. D’ici quatre jours, le Soleil, la Lune et les astres vont nous révéler le plus grand mystère d’entre tous. Celui que notre maître nous a enseigné et que nous célébrons en ce lieu depuis deux millénaires. Le moment où Hadès, dieu des Enfers, va libérer nos âmes défuntes pour les laisser voguer vers l’île des Bienheureux. Ce mystère, vous êtes les seuls à le connaître et à pouvoir le protéger. »
Assis sur son trône au fond de l’abside, le prêtre se leva et de ses longs bras implora le ciel.
« Merci à toi, ô grand maître, de nous avoir offert cette connaissance. Merci à toi de rendre nos âmes immortelles. »
Les initiés se levèrent à leur tour et répétèrent en chœur, solennellement :
« Merci à toi, grand maître. »
La phrase résonna sous les voûtes dans un grondement sourd.
Le prêtre reprit :
« Merci à toi, maître, de nous avoir choisis pour vivre ce moment extraordinaire. »
« Merci à toi, grand maître ! » clamèrent de nouveau les initiés en se prosternant légèrement.
Le prêtre, quittant l’abside, s’avança alors dans la basilique souterraine. Il s’exclama encore :
« Toi Déméter, toi Dionysos, et toi Zeus, père de tous les dieux et créateur du cosmos, nous vous convions chacun, ce soir, à notre célébration de purification. Selon notre tradition, recevez le sang de ce sacrifice perpétué à chaque fois et à jamais comme preuve de la pureté de nos actes et en l’honneur de notre grand maître à tous. »
Les paroles retentirent longtemps contre les murs froids et humides de l’édifice.
Dans la nef centrale de la basilique, ce fut alors un théâtre de jeux d’ombres et de cris stridents.
La lumière tamisée des bougies derrière les initiés conférait une ampleur effrayante à la scène.
Le grand prêtre s’empara d’un petit porcelet et, malgré les cris rauques et plaintifs de l’animal, lui trancha la gorge d’un geste vif et précis.
Le sang jaillit et macula l’habit de lin blanc du prêtre. Il recueillit le liquide écarlate dans une écuelle et l’éleva au-dessus de lui.
« À vous tous, maîtres et dieux de la Terre et des ténèbres, recevez cette offrande, symbole de l’ivresse éternelle. »
Toute la décoration de stuc aux murs et au plafond dansait maintenant dans un ballet incroyable et mystérieux. Les personnages et les figures sortaient des parois et y revenaient dans des vagues d’ombre et de lumière.
La basilique souterraine ressemblait à un grand cirque, magique et terrifiant à la fois.
3

Les écrans de la salle de contrôle diffusaient une lumière bleutée.
Elena Dimitrios fixait l’ordinateur devant elle. Il affichait une série de paramètres techniques qu’elle compara, une fois de plus, avec les données de sa liste d’observations.
Le technicien chilien avait passé deux heures avec elle pour lui indiquer la marche à suivre lors des changements d’orientation du télescope. Heureusement, l’appareil était pratiquement automatisé. Le VLT (1) du mont Paranal était un bijou de technologie. Elena avait déjà travaillé dans la plupart des observatoires, aux quatre coins de la planète, mais celui-ci l’avait réellement impressionnée. Ce qu’elle cherchait nécessitait les systèmes de filtres les plus performants. Elle les avait trouvés à cet endroit.
Tous les astrophysiciens rêvaient d’utiliser les pouvoirs de cet appareillage. Pour obtenir ces quelques nuits d’observation, elle avait dû s’y prendre plusieurs années à l’avance. C’était une chance qui lui était donnée et qui ne se représenterait plus.
Le jour qu’elle attendait tant était arrivé. Elle allait enfin obtenir des réponses… celles qu’elle espérait depuis des années, depuis la disparition tragique et mystérieuse de son frère.
Tout était silencieux dans la salle de contrôle. Seul le léger ronronnement des ordinateurs était perceptible.
Elena se leva du pupitre pour se verser un café. Les astronomes vivaient toujours à contretemps des gens normaux. Leur journée commençait bien souvent lorsque les autres la terminaient. La nuit était leur univers dans tous les sens du terme.
Elle se rassit, nerveuse, la tasse à la main, et commença à introduire de nouveaux paramètres dans l’ordinateur. Il était temps de diriger le télescope vers l’endroit qu’elle connaissait. Le moment approchait. Elle pourrait même peut-être déjà percevoir quelque chose. Après tant d’années d’investigation et de patience, l’évidence semblait si proche…
 
Elle avait passé une grande partie de sa vie à chercher. Ses études d’astrophysique terminées, elle était devenue chargée de recherche, puis professeure d’as

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text