Jurong Island , livre ebook

icon

233

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

233

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus


Jurong Island


Cinq ans après sa mission à Lagos, l’agent Justine Barcella, retirée dans un village toscan, est contactée par le général Obernai. Ex-patron des services secrets, il a été mis sur la touche après avoir découvert un complot monstrueux : un consortium international projette de mettre hors jeu les principaux États en hackant les systèmes centraux de sécurité. En France, la DGSE est déjà neutralisée et le pouvoir politique est aux abois.


Pour contrer les actions de résistance menées par Obernai, le Python, représentant occulte de l’organisation, déclenche le plan de cyber-destruction massive ATROPOS.


Une course-poursuite implacable s’engage entre Justine et le Python. L’enjeu : le cerveau opérationnel d’Atropos, un complexe informatique installé dans la forteresse de Jurong Island, à Singapour. Justine réussira-t-elle à le détruire ou cédera-t-elle à la tentation grisante de se laisser connecter au tout-puissant réseau ?



Thierry BERLANDA nous livre ici une suite musclée au techno-thriller NAIJA, dans lequel on découvrait Justine Barcella dans une première mission de haute-volée.

Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

0

EAN13

9782382110812

Langue

Français

Jurong Island
Thierry Berlanda
Jurong Island
Roman
M+ ÉDITIONS 5, place Puvis de Chavannes 69006 Lyon mpluseditions.fr
 
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
© M+ éditions Composition Marc DUTEIL ISBN : 978-2-38211-081-2
Avant-propos
Côté pile, Histal est le leader mondial des biotechnologies ; côté face, c’est une gigantesque entreprise criminelle. Il y a cinq ans, à Lagos, l’unité spéciale Titan lui avait porté un coup apparemment décisif. Mais Histal a appris de son échec…
Aujourd’hui, plus redoutable que jamais, il met à exécution la menace d’ampleur inouïe qu’il faisait peser sur le monde. Et aucun gouvernement ne semble capable de relever le défi…
NÉMÉSIS
1
Firenze, après.
 
15 août, 11 h 30. L’Embraer 175-E2 du vol City Jet frôle la basilique Santa Croce et sa frange d’immeubles dartreux. L’instant d’après, il se pose sur la piste à crevasses de Firenze-Peretola.
À la secousse du touchdown , la main d’Estelle endormie se crispe furtivement sur le skaï de l’accoudoir. En émergeant, elle porte son poignet à la hauteur de son visage. Sa Y&B Cheverny est ce qu’elle revoit en premier du monde extérieur. Dans le cadran noir, c’est encore la France. Partout autour, l’Italie, son ciel d’un bleu de carrosserie neuve. Au moins 50 degrés sur le tarmac : dans quelques minutes, ils auront pulvérisé jusqu’au souvenir de la climatisation de cabine.
Le chauve râblé assis à côté d’elle, vu son excitation, elle parierait qu’il a passé les deux heures de vol à mater dans le V de sa chemise ouverte jusqu’au troisième bouton. Elle rajuste ostensiblement son col tandis que le type se racle la gorge pour se redonner une contenance.
–   On vient d’atterrir, colonel.
Estelle tourne lentement la tête vers lui, dans un mouvement synchronisé à celui de l’avion vers son parking.
–   D’après vous, je ne m’en étais pas doutée   ?
–   Si. Désolé, colonel.
Elle soupire et lui balance le regard d’une princesse de conte au crapaud dont elle devrait baiser la bouche tuberculée pour lever un mauvais sort.
–   Victor, la mission a commencé depuis qu’on est entré dans la salle d’embarquement d’Orly, d’accord   ?
–   Oui…
–   Alors, comment je m’appelle   ?
Il pique un fard, à peine moins prononcé que celui que ses œillades dans la chemise de sa supérieure avaient suscité.
–   Vous êtes Estelle.
Elle réactive son portable sans quitter Victor des yeux.
–   O.K. Et jusqu’à ce qu’on ait passé la frontière dans l’autre sens, vous m’appelez par ce prénom et seulement comme ça. D’accord   ?
–   D’accord.
Le Jumbolino stoppe.
–   Et puis, je vous en prie, faites-vous botoxer le pylore ou détartrer les crocs, mais tentez quelque chose pour votre haleine. Vous avez mangé quoi ce matin, une fausse couche   ?
Victor encaisse avec un sourire jaune. Il précède Estelle dans le couloir, se mêlant aux quelques passagers qui s’y étirent ou rengainent leurs liquettes bariolées dans des pantalons pastel. Le commandant et le personnel de bord, désabusés mais donnant le change, souhaitent un bon séjour à chacun dans la file indienne. «   Tu parles   !   » marmonne Estelle.
Après la passerelle, commencent le concours de lunettes de soleil et les cavalcades de gosses. Victor compare en deux coups d’œil les déguisements d’Indiens des autres voyageurs avec son propre costume, un bleu pétrole qu’il porte depuis trop longtemps.
–   On aurait peut-être dû prévoir de s’habiller comme eux. Avec nos airs, avant même qu’on ait posé le pied par terre, la cible sera prévenue qu’on a débarqué.
–   Laissez tomber. Les militaires se repèrent aussi nettement en civil qu’en uniforme. De toute façon, qu’est-ce que vous croyez   ? Qu’elle a mis en place un réseau de guetteurs   ? Sa légende d’infaillibilité commence vraiment à m’exaspérer. Ce qui va se passer, c’est qu’on va mener méthodiquement notre mission à bien et qu’on sera rentrés à l’ambassade pour le dîner.
–   Dieu ou diable vous entende   !
–   Occupez-vous plutôt de nous trouver un taxi.
Estelle laisse Victor rejoindre la zone Arrivi dell’Aeroporto et entre dans les toilettes. Dehors, la chaleur ambiante intensifiait jusqu’au dégoût les odeurs confuses de la ville ; ici, ce sont des odeurs plus précises qui dominent, d’urine mêlée à celles d’un détergent bas de gamme. Estelle rafraîchit ses mains sous l’eau d’un robinet toussotant, se tapote les joues et la nuque, puis passe son Sheer Lip Color sur ses lèvres, cadeau de voyage de son mari qui la croit en mission de routine sur la Côte d’Azur. Elle se dit qu’il a décidément bon goût pour un informaticien qui trouve de la beauté dans les chiffres, et que le fuchsia est bien ce qui convient le mieux à son teint de lait et à ses cheveux corbeau montés en chignon. Quarante ans cette année et pas plus de quelques cheveux blancs. Pas si mal   !
En sortant dans le hall, elle voit Victor poireauter dans la file des passagers à la station de taxis. Elle songe un instant qu’elle devrait être plus aimable avec ce soldat modèle, qui stagne au grade de capitaine malgré ses dix ans de plus qu’elle et des états de service imposants. Un autre aurait montré un soupçon de rancœur, ou vomi sur la féminisation artificielle des équipes et la politique des quotas qui gangrène jusqu’au recrutement des officiers supérieurs. Pas Victor, loyal comme messire Gauvain, et présumé capable de se faire démembrer à la chignole sans desserrer les dents.
Elle passe les portes automatiques. Tout de suite, c’est plonger la tête dans un four à pizza.
Victor grimace en souriant, ou l’inverse, les sourcils hissés jusqu’au milieu du front.
–   Pas un brin d’air   !
–   Surtout, vous prenez une voiture dont la climatisation fonctionne. Pas de ces torpédos qui vous ruinent un maquillage en un rien de temps. Tenez, l’allemande, là   !
–   Il y a trois personnes devant nous, Estelle.
–   On s’en tape. Faites-moi l’air barbare que vous savez, et foncez dans le tas   !
Victor aime obéir aux ordres, en militaire pur jus, qui veut à la fois l’aventure au grand large et un cadre aussi serré que le lit à barreaux d’un nourrisson. Il ne lui faut pas deux secondes pour passer en mode exécution, bien groupé, regard éteint : une vraie machine. Les gens sentent quand il ne faut pas s’opposer. Même l’Américain à fleurs, cent trente kilos de Burger King répartis sur cinq ou six pneus, des clavicules aux iliaques, cède aussitôt le passage en garant sa petite famille sous son ombre géante.
Une minute après, chacun une valisette sur les genoux, Estelle et Victor sont assis à l’arrière d’une Classe B, plutôt pas mal rafistolée, mais dont les 80 000 kilomètres au compteur paraissent aussi improbables que l’authenticité du Ponte Vespucci.
–   Sono Bepi. Dove stiamo andando, signore   ? Where do we go   ?
Victor demande des yeux à Estelle s’il peut répondre lui-même au chauffeur.
–   Bien sûr, mon chéri, c’est toi qui commandes.
–   Ah che bella, questa risposta   !
L’homme sourit de toutes ses dents, moins les deux qui lui manquent en haut à gauche.
–   Allora   ?
–   Pescia.
–   Ah si, Pescia. Circa un’ora di distanza.
–   Il dit quoi   ?
Elle décoche à Victor un sourire forcé de pub pour un dentifrice.
–   Qu’on y sera dans une heure, mon chéri.
Le chauffeur oriente les bouches d’aération vers les places arrière, ajuste le rétro en y logeant un clin d’œil, et enclenche la première.
–   A Pescia, e la famiglia   ?
–   Plutôt des amis. Amici …
Estelle glisse vers Victor comme pour lui mordiller l’oreille.
–   Si vous répondez à ses questions, il ne va pas nous lâcher. Je veux que ce mec la ferme   ! Compris   ?
Victor fait illico signe à Bepi de regarder la route, et exclusivement elle, puis commence un somme. En voyant son adjoint sombrer dans la mélatonine, Estelle admet qu’il n’y a rien à faire de mieux. Ni rien à voir de plus : l’Italie sauvage qu’elle a connue enfant n’est plus qu’une steppe poussiéreuse. Des arbres rachitiques y survivent, le reste a cramé. La verte Toscane des hêtres et des châtaigniers n’est plus que le rêve amer d’un poète.
Le chauffeur s’est vexé de l’attitude de Victor. Depuis un quart d’heure, il fait la gueule, mais comme un Italien : il a mis la radio trop fort et chantonne des sucreries éraillées comme si ses clients n’existaient plus.
Après Pistoïa, Estelle sourit malgré elle en apercevant enfin de la végétation sur les coteaux des Apennins. Depuis les rationnements d’eau, les vergers ont disparu, mais les oliviers tiennent le choc.
Victor ramène sa chique à ce moment-là, croyant bien faire. Estelle l’a senti venir. Elle a voulu stopper d’un geste son élan dans l’œuf, mais son partenaire dégaine aussi vite les sentiments que son Beretta.
–   On est dans le berceau de la famille, non   ?
Elle se ressaisit en chassant d’un mouvement de tête sa bouffée nostalgique. Pas question de se laisser enliser dans les souvenirs.
–   On arrive dans une demi-heure. Tu es prêt, chéri   ?
Bien qu’assis, il se met au garde-à-vous.
–   Comme d’habitude. Tu me connais. Ce n’est pas la première fois qu’on voyage ensemble.
Estelle hoche la tête, tout en regardant Victor avec insistance, jusqu’à ce qu’il la fixe à son tour.
–   Ben quoi   ?
Elle se met à chuchoter, tandis qu’un refrain ringardissime de Ramazzotti se répand dans l’habitacle.
–   On ne prend pas de risque, on ne fait rien de trop, on se cale sur l’objectif et on s’en tient là, d’accord   ?
–   C’est toujours comme ça, non   ?
La Mercedes file maintenant à travers Pescia presque déserte. Le cha

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text