Chasse à Tours , livre ebook

icon

148

pages

icon

Français

icon

Ebooks

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

148

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

« Tours est loin de ressembler à Chicago », annonce le Directeur du SRPJ à Oscar Kerlok, son nouveau commandant de police fraîchement débarqué de la capitale. S'il savait !
Dans Tours, la cité verte, les prédateurs ont jeté leur dévolu sur des proies bien particulières. Qui sont-ils vraiment ? C'est ce que se demande Charles Wenz, impliqué bien malgré lui dans ce micmac mortel.
Alors que la chasse commence à travers la ville, tout laisse à croire que les abeilles sont soudain prises de folie… meurtrière !
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

12

EAN13

9782374533056

Langue

Français

Chasse à Tours
Philippe-Michel Dillies
38, rue du Polar Les Éditions du 38
À mon grand frère, ce « taciturne », pour tout ce qui nous différencie et… nous rapproche…
À André aussi, pour nos fous rires…
Il n’est point besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer… Guillaume 1 er de Nassau, 1533-1584
PROLOGUE
L’astre nocturne éclairait le parc de son gros disque rond, donnant aux arbres un aspect fantomatique. Un hibou cria sa chanson lugubre à la lune… Seule, assise dans l’herbe, la jeune femme tremblait. Ce n’était pas uniquement dû aux tambours qui lui martelaient le crâne, ni à la rosée qui enveloppait peu à peu son corps nu… elle avait peur !

Se frottant le poignet gauche, elle sentit la marque d’une piqûre ; j’ai été droguée, c’est certain, pensa-t-elle. Elle fit un effort pour se remémorer les moments précédant sa présence dans cet endroit, en vain. Elle ne se souvenait de rien. Juste d’un grand vide, et cette douleur lancinante dans le crâne…

Le gibier est lâché !

Elle sursauta au timbre de cette voix venue de nulle part ! Le gibier ? Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Un sifflement soudain mit fin à ses interrogations. Un petit objet venait de se ficher dans le sol, à quelques millimètres de son pied droit : une sorte de fléchette qu’elle n’eut pas le temps de ramasser. Un second sifflement lui arracha un cri de douleur ! Le projectile s’était fiché dans son épaule gauche. C’est alors qu’elle comprit : le gibier c’était elle !

Elle se mit à courir en hurlant comme une folle, dans ce parc inconnu…
Chapitre 1
Il y avait foule au cimetière de Saint-Cyr-sur-Loire et Charles Wenz avançait au milieu de tous ces gens qui, comme lui, étaient venus rendre un dernier hommage à Bernard Woos. Le recueillement n’empêchait pas les commentaires d’aller bon train, tant il est vrai que la nature humaine reste ce qu’elle est.

Eh ben dites, Madame Folque, c’est quand même triste, juste un enterrement civil. Pas même une bénédiction ?
Oh, vous ne savez peut-être pas que le défunt était franc-maçon, à ce que l’on dit, et de ce fait excommunié par l’Église. Voilà pourquoi il n’a pas eu droit à des obsèques religieuses.
Ah bon ? Vous êtes sûre ? C’est pas possible… si on m’avait dit…
Oui, c’est ainsi, mais au fond je ne vois pas ce que cela change, c’était un brave homme, toujours prêt à rendre service.
C’est bien vrai, mais il exerçait quand même un drôle de métier : détective ! Faut-il avoir envie de mettre son nez dans les affaires des autres ? Moi, ça me choque !
La foule stoppa, on était arrivé près de la tombe. Le cercueil fut descendu et chacun passa quelques secondes se recueillir devant la dépouille, avant d’y jeter une pincée de terre.
Charles Wenz avait rejoint un groupe d’une dizaine d’hommes qui, s’étant éloigné de la tombe, semblait attendre le passage de la dernière personne.

Regardez, Madame Folque ! Ces hommes, là-bas… Ce s’rait-y pas des francs… machins, comme vous disiez ?
Allons ! Fernande ! Un peu de tenue, voulez-vous ? Nous arrivons… Du respect, s’il vous plaît ! Ne serait-ce que pour le mort !
Elles s’arrêtèrent toutes deux au bord de la fosse, la tête baissée. Marmonnant une prière, Fernande regardait par-dessous, mine de rien, du côté des « francs-machins » qui, somme toute, ne ressemblaient à rien d’autre qu’à des hommes ordinaires… Quand même, si je m’attendais à rencontrer des…
Fernande !
Sa compagne la ramena à la réalité en la tirant assez vigoureusement en arrière. La foule se raréfiait. Quand il n’y eut plus personne devant la tombe, l’un des douze hommes demanda aux fossoyeurs de bien vouloir s’éloigner et d’empêcher d’éventuels curieux de s’approcher. Ils firent un cercle autour de la fosse, se tenant par la main. Un des hommes parla à voix basse afin qu’eux seuls puissent entendre, puis ils ouvrirent leurs mains. Celui qui avait parlé se pencha sur le cercueil pour y reprendre ce qu’il y avait déposé avant la courte cérémonie et tous, de leur place, jetèrent une espèce de brindille sur le cercueil.
C’est tout ce que vit Fernande, qui, après avoir quitté sa compagne, s’était glissée entre les tombes pour en savoir plus. Elle repassa devant la tombe désertée tandis que les fossoyeurs maniaient leur pelle. Elle reconnut l’une des branches vertes : de l’acacia ? Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? bougonna-t-elle en sortant du cimetière…

***

Un demi, s’il vous plaît !
Le garçon déposa rapidement le verre embué, couronné d’une mousse onctueuse, ainsi que le ticket. À l’issue de la cérémonie funèbre, les Frères, comme ils aimaient à s’appeler, s’étaient séparés après une poignée de main aussi chaleureuse que brève. Ils n’accompagnaient pas la famille, le défunt n’en avait plus.
Wenz savoura son breuvage à petites lampées en pensant à son ami perdu…
Crise cardiaque ! Décidément, c’est la maladie du siècle ! Il faut dire qu’avec le stress et tout le reste, bien que Bernard dût y être bien moins vulnérable que la plupart de ses concitoyens ; métier oblige, il était rompu aux vicissitudes de la vie et ne s’en laissait pas compter… Ce qui ne l’empêchait pas de faire preuve de tolérance envers les autres, et il n’hésitait pas à rendre service… Son agence était florissante : il avait acquis les locaux de la rue du Cygne qui comportaient son cabinet au rez-de-chaussée, ses appartements au premier et les garages situés dans la cour, luxe suprême, dans ce quartier où les places de parking sont rares.
À son arrivée à Tours, il avait retrouvé cet ami d’enfance, il ouvrait à l’époque son agence : Woos Investigations . Ils ne s’étaient plus quittés, même lorsqu’il se maria, Bernard restant célibataire. « Le mariage ne convient pas à un détective ! » affirmait-il d’un air docte… Il visitait fréquemment la propriété des Wenz, à Luynes, il n’était pas rare de le voir débarquer à l’improviste, les bras chargés de bouteilles et de friandises « pour faire la fête » disait-il… Oui, Bernard était un bon vivant ! Ils choisirent d’entrer ensemble en maçonnerie et furent initiés le même jour à la loge « Le Triangle Ligérien » à Tours.
À la naissance de sa fille, c’est Bernard qui fut choisi comme parrain, au décès de sa femme, il était à ses côtés, toujours discret, mais oh combien, réconfortant… Et voici que c’était son tour ; une crise cardiaque « comme tout le monde » pourrait-on dire alors qu’il avait passé la majeure partie de sa vie à prendre des risques… Ah, sa disparition devait laisser une belle pagaille à l’agence, à n’en pas douter, quelques affaires demeureraient en suspens… pourtant il était assez sportif ! Certes, il mangeait bien et buvait pas mal aussi, mais rien de dramatique en somme, un bon vivant quoi.
Wenz décida qu’il ferait bien de se mettre au régime, le sport et lui n’avaient jamais fait bon ménage… Je m’y mets dès demain pensa-t-il très sincèrement en vidant sa bière.
Chapitre 2
Le Commandant de police Oscar Kerlok venait d’être affecté au SRPJ de Tours. Né d’un père breton et d’une mère écossaise, il ne reniait pas ses origines et, comme son grand-père maternel, avait un goût prononcé pour l’alcool de malt des Highlands ainsi que pour le tabac britannique, du Navy-cut en boîte métallique dont il bourrait sa pipe après l’avoir soigneusement roulé dans ses paumes. C’était un tabac collant ; du miel y était incorporé, les mauvaises langues prétendaient aussi qu’un peu d’opium entrait dans la composition du mélange, mais cela restait à prouver. Oscar Kerlok n’en avait cure, n’ayant jamais constaté qu’il était dans un état second après avoir fumé sa pipe… Grand, mince, doté d’une superbe paire de moustaches en crocs, le menton carré, l’allure volontaire, Oscar Kerlok était coiffé en brosse et abritait ses yeux bleus derrière des lunettes à monture d’acier.
Le Commandant avait pris possession de son bureau le matin même. Il était arrivé à moto, un gros cube Harley-Davidson, suivi d’une camionnette genre déménageur. S’il avait fait sensation en entrant dans la cour, ce ne fut rien comparé à l’effet produit lorsque les manutentionnaires commencèrent le déchargement. Chacun surveillait du coin de l’œil les allées et venues des déménageurs et les visages s’effaraient au passage de certaines pièces de mobilier, plus incongrues les unes que les autres surtout dans un hôtel de police… Toujours est-il qu’après trois quarts d’heure, le Commandant Kerlok se retrouva dans une pièce qui ressemblait plus à un

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text