SÉQUELLES DE LA TRAHISON , livre ebook

icon

123

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

123

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Amitié, amour et triangle amoureux ! Une rencontre fortuite a lieu entre deux nouveaux bacheliers, Alain et Rachelle à Abidjan, et ouvre le portillon de l’amour. Mais entre en scène Lucien, ami d’enfance d’Alain qui flashe sur elle ; coup de foudre ou simple désir ! Il résiste et refuse de briser leur histoire d’amour. Mais le destin s’en mêle quand l’entreprise affecte Alain dans sa nouvelle succursale de Bouaké. La fiancée et l’ami logent dans le même appartement puis advient le pire. Dans ce trio amoureux, quelqu’un doit et va payer. Mais qui ?
Voir Alternate Text

Date de parution

20 novembre 2023

Nombre de lectures

33

EAN13

9782493889133

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

SÉQUELLESDE LATRAHISON
AmonBILÉ
Séquelles de laTrahison
LES ÉDITIONS CLÉ DE SILAS SARL Pluri-personnelle - 31 BP. 565 Abidjan 31 [RCI] - +225 0759355504 / +33 6 38 94 70 00 -leseditions.cledesilas@gmail.com
Déjà paru
-
Contrat de mariage
© LES ÉDITIONS CLÉ DE SILAS, 2023 ISBN : 978-2-493889-13-3
-I-
Un dimanche particulier, en un bel après-midi ensoleillé, sur la plage de la belle ville touristique de Grand-Bassam, un homme, grand de taille, pensif, la mine préoccupée et les joues émaciées, est plongé dans de profondes pensées ; je dirai, englué dans ses souvenirs rebelles. Là, assis sous un anonyme cocotier, dos contre son tronc à la fois chenu et incurvé, mains repliées sur ses jambes, comme désolé d’unévénement ancien, il revivait en différé le film de son passé ; un passé dont il ne voulait ni évoquer les traces ni exhumer les réminiscences. Pourtant, contre toute attente, ce passé destructeur refusait sa mise en tombe, sa mise en bière.C’est quelques fois ainsi: Son nom était Assémian Alain. Calme, regard traînant sur le panorama mobile, il médita longtemps sous l’arbre refuge puis remarqua droit devant lui, une frêle ombre passant le libre chemin. Alors, s’ouvrit une lucarnedu passé sur sa conversation avec la femme,aujourd’hui fantôme vivant, devenue : Bonjour madame. Bonjour monsieur. Excusez, voudriez-vous m’indiquer l’ImmeubleWATTA. C’est ma destination. Joignez-vous à moi pour le trajet. Merci madame. Mademoiselle AMOA Rachelle, je vous en prie. Ah, acquiesça-t-il quasiment surpris. Merci Mlle AMOA Rachelle. Moi, je suis Assémian Alain. Enchantée monsieur Assémian. Ravi de faire votre connaissance. Lorsqu’ils arrivèrent enfin à l’immeuble décrit,Rachelle, toute souriante se tourna vers lui :
7
Nous y sommes. Voici l’immeuble. Je vous laisseici.  Encore une dernière chose Mademoiselle. Je suis à la re-cherche d’une grande école située dans les environs.voici. Quelle coïncidence La ! C’est là que je merends pour ma préinscription afin de bénéficier d’une orientation dans une grande école de la place. Moi aussi, je m’y rends. D’oùvenez-vous ?  De Grand-Bassam. J’y suis né.J’y ai grandi etj’y ai fait tout mon parcours scolaire. Je comprends. Vous n’êtes jamais venu à Abidjan ! Ah bien évidemment ! Mais pas dans cette localité. OK. Je vois. J’habiteà Abidjan-sud. Je vous comprends. Je serai donc votre guide. Allons-nous entretenir avec les conseillers d’orientation. Ils sont installés dans unesalle à l’étage.Préinscriptions faites, ils échangèrent leurs contacts télépho-niques et se séparèrent. Chaque année, Alain passait ses vacances chez son oncle à Adjouffou dans la commune de Port-Bouët. Chaque jour, hormis les dimanches, il se rendait à Vridi Zone-Industrielle où sa tante Florence, épouse de son oncle, tenait un restaurant pour lui prêter main forte. L’aide consistait à proposer des boissons rafraîchis-santes aux clients, qui une fois satisfaits du service, réglaient leurs différentes factures pour ensuite regagner leurs services respectifs. Un dimanche matin, il se rendit à Koumassi-SOGEPHIA par le biais du bus numéro 24 pour une visite à son meilleur ami Amétchi Lucien. Tout comme lui, Lucien était en vacances. Mais il avait élu domicile chez sa tante. Dans l’engin qui le transportait à destination, il aperçut une silhouette familière à la porte centrale au cours du stationnement. Dans son cogito frénétique, il se re-mémorait sa rencontre avec elle et décida, donc, de l’aborder. Sans hésitation, il se fraya un chemin vers elle.
8
Désinvolte avec unlarge sourire, il s’adressa à elle: Bonsoir belle demoiselle. Sans le quitter des yeux, elle répondit d’un ton impersonnel: À qui ai-je l’honneur ?Pardonnez-moi mon arrogance. C’estbien vous mademoi-selle AMOA Rachelle ? Oui et puis quoi encore ! lança-t-elle agressivement. La fois dernière au Plateau, vous m’avez rendu un service inoubliable. Oui, je vois. J’oublie le nom déjà! répliquad’un ton bas la jeune fille semblant se enfin souvenir de lui. Alain, Assémian Alain, articula le beau charmeur. Exactement. Excusez-moi pour mes airs. Pas de problèmes. Ce n’est rien.Où allez-vous ? Vous pouvez me tutoyer.Rire. Je vais rendre visite à mon ami à Koumassi. J’espèreque tu ne te perdras pas cette fois ! Oh non. Soyez rassurée. Je connais bien son quartier. Pendant que nous y sommes. Tutoie-moi également. Ça marche. Sous le regard des autres passagers, les nouveaux amis pre-naient plaisir à rire à gorge déployée en se racontant des histoires drôles. Alain, ne voulant plus la quitter, décida de continuer le voyage avec elle jusqu’à sa destination. Mais elle avait émis poliment un refus préférant l’accompagner chez son ami. C’est ainsi que tous deux se rendirent chez Lucien, qui le vit entrer dans la concession de sa tante en compagnie de la ravissante jeune dame. Il tomba des nues et voulut lui poser toutes sortes de questions, mais jugea le moment inopportun pour ce genre d’interrogatoire.
Les présentations faites,Lucien s’empresseleur apporter de des rafraîchissementsavant de s’approvisionner en attiéké poisson frit chez une restauratrice située non loin de son domicile. C’est ensemble, qu’ils ont partagé ce succulent plat dans une conviviali-té indescriptible. Après, la jeune dame prit congé des deux amis en promettant à sa nouvelle rencontre de lui donner de ses nouvelles. Restés seuls après le départ de la jeune femme, Lucien saisit l’occasion pour son interrogatoire.gars, raconte ! Où as-tu fait cette belle rencontre. Je Mon veux des détails. Frère, je t’en ai déjà parlé.Je n’aiplus une bonne mémoire, tu le sais. C’est la fameuse fille du Plateau. Celle grâce à qui j’ai pu m’inscrire la dernière fois.Ta bienfaitrice! Mais où l’as-tu revue ? Dans le bus qui me transportait chez toi ce matin. Tu es chanceux mon frère. Elle est d’une beauté enivrante.Humm ! Assez parlé. Venons-en aux choses sérieuses. Lesquelles? Il n’y a pas plus sérieuxque de parler de cette beauté. Ne fais pas le con. Les préparatifs de ton voyage de l’autre côté de l’Atlantique. Où en es-tu ? Aucune avancée majeure. Qu’est-ce que cela signifie ? J’ai rendez-vous dans deux semaines à l’ambassade pour un entretien. Prions pour que les choses aillent dans le bon sens. Sois optimiste. Les choses iront dans le bon sens. En fin de journée, Alain prend congé de son ami avec la pro-messe de le revoir très bientôt. Chéri ! Chéri ! Chéri ! Emprisonné dans les serres du passé, iln’entend pas l’appel de son épouse qui avance dans sa direction et qui crie de plus belle :
10
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text