Maëlenn et la prophétie de la fée Morgane , livre ebook

icon

240

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2018

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

240

pages

icon

Français

icon

Ebook

2018

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

À 19 ans, Maëlenn suit des études sur l’environnement et se réjouit de faire bientôt un stage de plusieurs mois dans la forêt de Brocéliande. Depuis toujours, elle se sent en étroite communication avec la nature, se ressourçant pleinement au contact des arbres et ressentant une énergie folle lorsque un orage éclate et que les éléments se déchaînent. Depuis peu cependant, elle entend une petite voix résonner dans sa tête et se sent anormalement fatiguée. Mais plus étrange encore, son professeur Kilian l’interroge justement à ce sujet et répète exactement ce que Maëlenn a « entendu » deux jours auparavant : l’alignement des astres ne ment pas : le règne de la fée maléfique reviendra... L’heure est grave et Kilian explique alors à la jeune fille qu’elle a un don particulier et qu’elle doit absolument le prévenir si la voix lui parle à nouveau. Toutefois, lorsque Maëlenn entend à nouveau un message, elle ne suit pas les recommandations de son professeur et s’aventure seule, la nuit, dans la sombre forêt de Brocéliande...

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

06 septembre 2018

Nombre de lectures

0

EAN13

9782414269945

Langue

Français

Couverture
Copyright













Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-414-26995-2

© Edilivre, 2018
Partie I
Chapitre 1
En ce début de Septembre, il était tard mais le ciel de Bretagne était dégagé. Maëlenn était assise sur le sol face à l’étang, son regard bleu perdu au loin. Le vent jouait avec ses cheveux blonds en les faisant danser devant son visage. Les gens étaient presque tous déjà partis des bords du lac mais Maëlenn traînait encore afin de profiter au maximum.
Elle pensait à la fin de l’été et à ce que tout cela allait impliquer : dernière année d’études, nouveau mode de vie, nouvelles responsabilités… Ses parents venaient d’accepter de récents contrats à environ cent cinquante kilomètres de la maison. En tant que commerciaux, ils ne pouvaient pas refuser de nouveaux secteurs d’implantations de leur entreprise. Ils étaient responsables dans la grande distribution et la concurrence était rude. Cette année ils allaient devoir vivre la moitié du temps sur Nantes, leur tout naissant siège social, en louant un appartement sur place la semaine afin de rentrer le week-end sur Paimpont. Cela voulait dire qu’elle allait devoir s’occuper de sa petite sœur de bientôt 17 ans, Gwen, qui rentrait en 1 ère S. Maëlenn et Gwen avaient une complicité très fusionnelle et l’entente était très bonne entre les deux sœurs. Mais se sentait-elle pour autant prête à assumer un rôle de seconde maman ? Heureusement leurs grands-parents Annick et René habitaient non loin de chez eux et cela rassurait leur mère de savoir que les filles pouvaient les voir si besoin.
L’air commençait à se rafraîchir et Maëlenn se redressa sur ses deux pieds. Elle se débarrassa du peu d’herbe qui était resté collée à son jean et prit le chemin du retour, direction la maison familiale. Celle-ci adorait la nature. Cette année elle allait suivre sa deuxième et dernière année d’études sur l’environnement et elle avait reçu l’autorisation de faire plusieurs mois de stage dans la forêt de Brocéliande. Elle venait tout juste d’avoir le permis mais ses parents préféraient qu’elle garde le scooter qu’elle conduisait facilement depuis l’an dernier pour se rendre au travail. Elle était très attachée à la faune et à la flore, se sentant apaisée au bord de la mer, ressourcée dans la forêt et pleine d’énergie lorsque des orages éclataient pour déchaîner le ciel. Souvent le dimanche matin, elle partait faire un jogging autour de l’étang afin de s’aérer un peu et de réveiller son corps. Elle n’avait jamais su pourquoi mais elle sentait bien qu’elle ne pouvait pas vivre sans être entourée d’une nature sauvage et luxuriante. Son portable se mit à sonner. Elle sortit de ses pensées et lu le message envoyé par sa sœur : elle s’impatientait de la voir. Elle prit sa veste et accéléra le pas pour se rendre au plus vite à la maison.
Lorsqu’elle ouvrit la porte, elle vit que ses parents avaient déjà regroupé leurs valises à l’entrée. Sa mère laissait une liste de choses à faire sur la petite table où l’on déposait les clés. Elle se tourna vers Maëlenn qui fermait tout juste la porte et lui dit :
« Ah ma puce tu es rentrée. Je te laisse quelques instructions pour cette semaine. Si tu as des questions, la voisine Madame Durand est au courant que nous partons. Tu vérifieras que les poubelles soient bien sorties et que Gwen fasse bien ses devoirs. »
Alexis Lenoir, son père, arriva auprès de sa femme pour la rassurer.
« Ne t’en fais pas chérie, tout se passera bien. Ce sont de grandes filles et si elles tiennent de leur mère, elles se débrouilleront comme des pros. »
Leur père était protecteur, toujours prêt à les défendre. Plutôt grand, châtain aux yeux verts, il avait troqué son habituel costume cravate pour une tenue plus décontractée. Quand elles étaient petites, il les laissait faire plein de choses avec lui sans que leur mère ne le sache pour ne pas l’inquiéter.
Un jour, ils étaient partis tous les trois pour pêcher en bateau à la journée. Il les avait conduites en mer et chacune avait sa ligne. Soudain Gwen eut une touche. Le poisson devait être énorme car malgré ses dix ans à l’époque, elle avait eu du mal à tenir bon. Pourtant leur père l’avait laissée faire et l’avait encouragée pendant tout le temps où Gwen se débattait avec son bar. Maëlenn voulait l’aider mais leur père insistait pour qu’elle y arrive seule. Au bout d’une dizaine de minutes, Gwen remontait à bord sa prise. Ce fut le meilleur bar qu’ils aient mangé ce soir-là.
Gwen descendit les escaliers une valise à la main. Elle avait natté ses cheveux châtains pour faire ressortir ses yeux bleus, les mêmes que ceux de sa mère et de sa sœur au détail près qu’elle portait de fines lunettes à la monture noire.
Elle déposa la valise avec celles déjà regroupées à l’entrée avant de proclamer :
« Et voilà la dernière ! »
Julie Lenoir, leur mère, s’empara de ses clefs de voiture et alla ouvrir le coffre.
« Attends je vais t’aider. » fit Maëlenn en emportant avec elle les bagages de ses parents.
Le départ était imminent. Elle allait devoir tout assurer pendant la semaine, ainsi que ses cours par la même occasion. Après tout elle venait d’avoir 19 ans il y a quelques semaines et de ce fait, elle ne pouvait plus nier le fait d’être une adulte responsable.
Son père installa les derniers sacs avant de refermer le coffre.
« Je vous aime mes chéries, bon courage. On se voit dans cinq jours. »
« À dans 5 jours papa. »
Maëlenn étreignit son père et Gwen en fit de même. Son parfum sentait toujours aussi bon. Un mélange peu musqué et légèrement mentholé à la fois.
« Au revoir mes puces. » dit leur mère avec une voix serrée par l’émotion.
Julie était une maman poule. Ses longs cheveux blonds et ses grands yeux bleus se retrouvaient dans le regard de ses filles. Sa silhouette fine cachait en réalité une femme forte et ambitieuse.
Leur père prit le volant et leur mère s’assit à ses côtés. Elle leur envoya un baiser avant que la voiture ne démarre et s’éloigne pour plusieurs jours. Gwen avait les larmes aux yeux car les filles n’avaient jamais été séparées bien longtemps de leurs parents.
« Ça va aller Gwen, ne t’inquiète pas. Je reste avec toi. » souffla Maëlenn en serrant sa sœur contre elle.
« Oui je sais mais ça fait bizarre qu’ils ne soient pas là pour ma rentrée demain. » fit la jeune sœur en essuyant ses lunettes tâchées par quelques larmes.
Maëlenn savait que cela lui tenait à cœur mais il fallait qu’elle grandisse et qu’elle accepte d’affronter cela comme une jeune fille et non comme une enfant.
La voiture hors de vue, Maëlenn entraîna sa sœur à l’intérieur et referma la porte. Elle décida de faire plaisir à celle-ci afin de lui faire oublier son chagrin.
« Tu veux qu’on se regarde un film toutes les deux ? » proposa Maëlenn en s’asseyant dans le salon.
Gwen la rejoint et prit la télécommande.
« Si tu veux. J’aimerais bien regarder le DVD que m’a prêté Alicia. »
Le DVD fut rapidement installé et Gwen et sa sœur se blottirent l’une contre l’autre afin de profiter du moment. C’est une comédie romantique à l’eau de rose qui se regardait les jours où l’on n’avait vraiment pas envie de se prendre la tête.
« Merci d’être là Maé. » confia Gwen.
« Je serai toujours là pour toi, tu le sais bien nunuche. » taquina Maëlenn en serrant sa sœur d’un geste presque comique afin de la faire sourire.
Celle-ci fut prise d’un petit rire et un sentiment de sérénité commença à s’installer dans la maison.
Le film finit, elles se préparèrent à manger et discutèrent longuement de leurs angoisses respectives que pouvait apporter la rentrée. Allaient-elles s’entendre avec leurs camarades ? Allaient-elles trouver que leurs professeurs étaient à la hauteur ? Allaient-elles aimer leurs emplois du temps ?
Ce soir-là, leurs parents les avaient appelées pour prévenir de leur arrivée et leur souhaiter bon courage pour leurs rentrées respectives. La nuit s’annonçait agitée dans leurs esprits mais au moins, elles étaient deux pour se soutenir. Elles ne purent se résoudre à passer cette première nuit séparées. Toutes deux s’installèrent donc dans la chambre de Maëlenn. Ce fut tard dans la nuit que les filles s’endormirent d’une nuit sans rêve avant que le jour ne se lève et laisse place à la rentrée.
Chapitre 2
Le jour J était arrivé. Maëlenn avait pris soin de soigner son apparence pour donner une bonne impression à son futur formateur de deuxième année, comme tout postulant passant son entretien d’embauche. Elle avait fait une tresse dans ses cheveux qu’elle avait réussi à faire onduler, tel un serpent se faufilant dans sa chevelure d’or. Elle avait également enfilé son jean préféré, un jean brut synonyme de valeur sûre, une paire de ballerines et une petite veste noire qui cachait un débardeur blanc. Un style un peu classique mais toujours de bon goût pour une première approche professionnelle. Maëlenn avait une beauté fraîche et naturelle, mais n’avait jamais vraiment su en jouer, sans la déranger non plus. Pour sa deuxième année de formation, elle se faisait une idée plus précise de son futur métier. L’animateur nature accompagne, encadre, anime des groupes (scolaires, touristiques…) auxquels il fait découvrir des sites naturels et qu’il sensibilise à la protection de la faune et de la flore. Pour cela, il imagine des activités de découverte ou d’étude de milieux naturels (stage de minéralogie, géologie, ornithologie, étude d’écosystème, circuits thématiques de découverte…). Son objectif : « Former les enfants à être de futurs éco-citoyens et tenter de faire perdre aux adultes leurs mauvaises habitudes en suscitant chez eux des réflexes écologiques. » Pour elle qui avait toujours été en osmose avec la nature et l’environ

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text