LES LARMES DE LÉA , livre ebook

icon

107

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

107

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

‘’Les larmes de Léa : Dialikatou’’ nous raconte le récit d’un vieux, Aladji ciment, qui dans sa jeunesse, a signé un pacte avec les diables pour devenir riche. Après plusieurs années de confort, les conséquences s'abattent sur sa famille, notamment sur ses deux filles. Parallèlement, son attachement à certaines coutumes conduit sa première fille Djeynaba à fuir, refusant un mariage négocié par son père. Sa deuxième fille Dialikatou qui, voulant s'échapper pour ne pas remplacer sa sœur, fait une chute lui causant une perte de mémoire et de sa mère par crise. Il isole sa fille contrairement aux consignes du médecin. Après une longue lutte entre Aladji ciment et un vieux sorcier chargé de veiller au respect de leur convention, et une autre entre lui et sa fille Djeynaba qui a soutiré Dialikatou de ses mains, le vieux finit par perdre sa fille Djeynaba dans une tragédie qui n’avait rien d’ordinaire.
Voir Alternate Text
Alternate Text

L'avis de l'équipe

Publié par

Date de parution

01 juillet 2023

Nombre de lectures

545

EAN13

9782493098368

Langue

Français

Oumar Baïlo BAH
LES LARMES DE LÉA : DIALIKATOU
Roman
Éditions Yigui/Le Sitar, 2023 Tous droits réservés pour tous pays ISBN : 978-2-493098-36-8
« Ce livre est un premier pas, un défi, une satisfaction, une reconnaissancegloire à Dieu !
Hommage à mes parents pour cette vie et cette éducation quils mont données.
Un grand merci, une grande reconnaissance à toutes ces personnes de près ou de loin qui me soutiennent dans cette aventure artistique entamée depuis quelques années.
Pour ce livre, ce premier livre, mes sincères remerciements à Maïmouna Moromy Diallo. Si ce livre a vu jour cest aussi grâce à sa participation dans lécriture : sa disponibilité pour lire chaque chapitre, ses critiques, ses avis et surtout ses encouragementsMerci Maï !!! »
Préface
Comme toutpƌeŵieƌ geste littĠƌaiƌe, ͚͛les laƌŵes de LĠa : Dialikatou ͛͛ ĐoŶstitue uŶ saut daŶs l͛iŶĐoŶŶu d͛uŶ ŵoŶde passionnel et passionnant, celui de la plume avec ses nombreux doutes et interrogations, ses hésitations et nul ne peut échapper à cetiƌailleŵeŶt eŶtƌe l͛auteuƌ et soŶ alteƌ ego visible que de lui.
Oumar Baïlo Bah me surprend et me met la pression de laisseƌ ŵa ŵodeste ĐoŶtƌiďutioŶ suƌ l͛ouvƌage iŶauguƌal de sa vie d͛hoŵŵe de plume, un énorme risque au regard de l͛appƌeŶti ĠteƌŶel Ƌue je suis et une responsabilité sociale et historique sans bornes mais que puis-je ?
C͛est le ŵiŶiŵuŵ Ƌue je lui dois, eŶ taŶt Ƌue fƌğƌe aiŶĠ, compagnon de scène et au nom des liens qui nous unissent.
S͛il ŵe faut paƌleƌ de l͛œuvƌe, Đette œuvƌe, je ŵe permettƌai d͛aďoƌd uŶe petite digƌessioŶ suƌ le peƌsoŶŶage de l͛auteuƌ, Ƌue les lecteurs me le pardonnent.
Oumar Baïlo Bah est un garçon intelligent, méticuleux persévérant parfois même un peu têtu dont le destin a ĐƌoisĠ le ŵieŶ paƌ l͛aŵouƌ de l͛aƌt, uŶe visiteau musée familial, une déclamation et il a rejoint le club culturel de l͛iŶstitutioŶ et sa sœuƌ aiŶĠe au poiŶt d͛eŶ deveŶiƌ uŶ ŵailloŶ esseŶtiel, ĐoŵďieŶ de jouƌs, de ŵois, d͛aŶŶĠes se
sont écoulés depuis cette heureuse rencontre ? Seul Dieu sait !
Sans cesse dans la création, il écrit sans cesse, ressasse tout le temps des mots, invente de nouvelles façons de faire chaque jour, je lui connais trois amours :
Les feŵŵes Ƌui oĐĐupeŶt l͛esseŶĐe de sa pƌoduĐtioŶ, l͛aƌt de la scène et son admiration pour Black M.
Àla leĐtuƌe du titƌe, je Ŷe sais pas pouƌƋuoi, j͛ai involontairement affiché ce rictus car un coin de mon cerveau a vu un hommage à son idole dont il connait le moindre vers et dont la compagnes͛appelle LĠa.
Ce livre est une radioscopie de la société dans laquelle l͛auteuƌ a gƌaŶdi, LaďĠ où le ĐoŵŵeƌĐe a ƌeŶdu ĐeƌtaiŶs hommes riches au point de leur voler tout humanisme et de les rendre orgueilleux et radins ou corrupteurs fins prêts à tout pour arriver à toutes leurs volontés.
Aladji Ciment incarne cette fortune inexpliquée qui interroge, mais derrière laquelle, des rites se cachent nécessitant un sacrifice humain et aussi cette aisance sociale daŶs le ŵilieu de vie de l͛auteuƌ Ŷe se ĐoŶfiƌŵe Ƌue par un étalage de maisons et de femmes.
Dans son univers de jeunesse,l͛aƌgeŶt est si vĠŶĠƌĠ Ƌue paƌfois peƌsoŶŶe Ŷ͛ose ĐoŶtƌedire un homme riche pour ne pas l͛offusƋueƌ et soƌtiƌ de ses gƌâĐes.
Ici la richesse place son détenteur sur un piédestal et le déifie comme Gassata le fait pour son importateur exclusif de ciment.
Aladji CiŵeŶt est si puissaŶt Ƌu͛il se Đƌoit peƌŵis de ƌégenter la vie de ses pƌoĐhes Đoŵŵe ďoŶ lui seŵďle, d͛où sa voloŶtĠ Djeynaba de marier sa fille selon ses convenances, sans tenir compte de son avis, quitte à la marier de force mais pourvu que sa réputation à lui soit sauve mais la fugue de la jeune dame introduira une autre problématique, celle du sororatet dumariage précoce,choses toutes présentes à forte dose dans la communauté originelle du jeune auteur et dont les conséquences sont incommensurables de nos jours encore.
Ce qui est fascinant dans celivƌe, Đ͛est la pƌĠseŶĐe du Fou Kaƌiŵ, uŶe syŵďoliƋue afƌiĐaiŶe Ƌue l͛oŶ ƌetƌouve daŶs des livres de grands auteurs comme Cheick Hamidou Kane ͚͛l͛AveŶtuƌeambiguë͛͛, KeŶ Bugul ͚͛Le ďaoďaď fou͛͛, e KouŵaŶthio ZeiŶaď Diallo ͚͛Les fous du 7Điel͛͛, Djiďƌil FaleŵĠ Diallo ͚͛les fous dĠŵoĐƌates͛ ͛.
Dans le contexte africain, le fou symbolise celui qui peut se permettre des écarts sans prendre de sanctions et qui dénoncent les abus des puissants même si personne ne le prend au sérieux, dans sa folie, il agit bien et au contraire des sains qui agissent comme des fous, Karim est comme chaque fou de partout, il est resté fidèle à son métier de dĠpaƌt ŵalgƌĠ le soƌt Ƌui l͛a fƌappĠ et Ƌui iŶtƌoduit une autre dimension mystique et surnaturelle au livre à côté du
pacte diabolique du cossu commerçant et des esprits de l͛oŵďƌe.
Ce livre est riche de personnes affables comme Nan Binta, de béni-oui-oui comme le chauffeur ou le concierge de l͛hôtel, de peƌsoŶŶes iŵďues d͛elles Đoŵŵe Aladji CiŵeŶt, Djeynaba de personnes déterminées comme , de victimes du sort éternelles comme Dialikatou qui passe de perle de son Gassata natal à fardeau humain sans compter le secret de la mort de saŵğƌe Ƌu͛ellepercera par coup du destin encore une fois.
Ce livre est une lutte des contraires, une prise de main entre la vie et la ŵoƌt, le taŶgiďle et l͛iŶtaŶgiďle, le ďieŶ et le ŵal, le riche et le pauvre et le fort et le faible.
C͛est aussi uŶe ƌadiosĐopie de la soĐiĠtĠ actuelle et de son amour pour le lucre et le clinquant et il sonne comme un avertissement qui illustre bien cespages Ƌue j͛aie eues du bien à savourer :
«Si tu veŶds ta peau au diaďle, uŶ jouƌ ou l͛autƌe,il viendra pƌeŶdƌe soŶ dû…»
EŶ dĠfiŶitive, ͚͛les laƌŵes de L….͛͛ soŶt aussi les Ŷôtƌes et les morceaux épars et secrets de nos vies à chacun de nous, auteur, lecteurs.
Ousmane TOUNKARA Écrivain, conservateur junior du musée du Fouta
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text