Le sang du silence , livre ebook

icon

113

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

113

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Le sang du silence est un roman québécois racontant l’histoire d’une famille anglophone habitant en bordure du lac Memprhémagog dans les Cantons de l’Est. Marie Ariane Randell, jeune et riche héritière âgée d’à peine dix-sept ans, doit prendre la succession du domaine familial. Peu à peu, elle apprendra que le secret de sa fortune repose sur le sang des uns et le silence des autres.Bruno Jetté, artiste-peintre et écrivain, est un passionné de la région des Cantons de l’Est où francophones et anglophones affichent fièrement cet amour qu'est le leur pour le paisible et majestueux lac Memphrémagog.Du même auteur: La trilogie intitulée «La traite des fous»
Voir Alternate Text

Date de parution

22 janvier 2014

Nombre de lectures

6

EAN13

9782924224304

Langue

Français

Table Of Contents
Vers une nouvelle vie 9

Les amitiés et les confidences 21

Mort et légende 32

Revirements de situation 43

Les mariages 52

Mort et naissance 61

La famille 72

Le départ des enfants 79

L’adoption 86

Le complot 92

Vers la fortune 100

LEXIQUE 110
LE SANG DU SILENCE





Lac Memphrémagog









BRUNO JETTÉ
I

Vers une nouvelle vie

Quand Marie-Ariane Rendall apprit la mort de son père, elle quitta son couvent et l’austérité de son couvent. Joseph-John Rendall lui avait légué un domaine de mille cinq cents hectares sur le bord du lac Memphrémagog. Il était urgent de s’occuper des chevaux, dont une jument née d’un croisement de sang devant donner naissance au cheval du siècle. Aussi, quatre cents bovins devaient être vendus à l’encan, dont plusieurs avaient déjà trouvé preneur. Ceci, sans compter les bâtiments, les dépendances et tout le reste. Outre ce domaine, la jeune fille héritait aussi d’une petite fortune en argent dont on ignorait le montant.

De prime abord, elle décida de conserver tous les chevaux. Elle conserva aussi quelques vaches, un petit troupeau de chèvres, quelques poules, de même que cinq chiens et leurs petits chiots. Quant à Maxwell, le chien de chasse, il n’était pas question de s’en séparer puisqu’il passait la majeure partie de son temps à chasser avec le vieux Julien ou à le talonner lorsqu’il donnait ses ordres aux travailleurs.

Mamadou, comme sa mère avant elle, s’occupait des tâches inhérentes à l’entretien domestique. Mamadou se souvenait très bien du temps où le grand-père Rendall et sa mère étaient souvent ensemble, mais cela restait un sujet tabou.

La grande et imposante maison aux dix colonnes blanches qui retenaient la toiture tapissée d’ardoises noires importées de Belgique semblait à l’abandon tant la peinture qui la recouvrait s’écaillait comme une coquille d’œuf. La dernière visite que Joseph-John Rendall fit à sa fille au couvent des Ursulines fut de courte durée. Au niveau des sentiments, l’homme était devenu incapable de réciprocité. Avant son départ, il lui avait dit:

-Tu es la réplique parfaite de ta mère.

Ces mots portèrent Marie-Ariane au sommet de l’orgueil.

Quelques jours plus tard, on lui annonçait la mort de son père. «Pas étonnant qu’il soit mort de son diabète», pensa la jeune fille. Depuis la mort de maman, il ne prenait plus soin de lui-même.» Puis en préparant ses affaires, elle se dit: «Papa et maman sont morts beaucoup trop jeunes». Et elle pleura. Lorsqu’elle quitta définitivement le couvent et qu’elle traversa la grille de métal entourée de hauts murs de pierres et qu’elle retrouva la liberté, elle se sentait comme un chien qui saute de joie lorsqu’il aperçoit son maître.

En revoyant la maison dont les lucarnes noires cachaient les contours blancs des montants de fenêtres, les volets de sa chambre qui se laissaient lentement tomber et les oiseaux qui avaient fait leurs nids sous les corniches, elle ressentit une grande émotion. En entrant dans la maison, la porte-moustiquaire se referma d’elle-même, laissant entendre un bruit sec et sourd. Là, elle se jeta dans les bras de Mamadou qui s’essuya les yeux avec le bas de son tablier.

-Tu ne retournes plus au couvent? l’interrogea Mamadou.

-Oh non! répondit Marie-Ariane. J’ai perdu toute ma jeunesse entre les murs de ce couvent et juste d’y penser, ça me rend malade!

-C’est pas tout le monde qui peut se payer une jeunesse, répliqua Mamadou. Ton papa et ta maman voulaient que tu sois instruite avec les bonnes sœurs parce que c’est ce qu’il y a de mieux. Les demoiselles comme toi doivent être instruites et recevoir une bonne éducation.

-Mamadou, promets-moi de dormir avec moi ce soir. Je t’en prie, dit Marie-Ariane en joignant les mains.

-Tu n’as pas changé du tout, toi, lança Mamadou. On dirait que tu as encore cinq ans. Toujours à supplier comme si tu étais une enfant martyrisée. Tu sais bien que Mamadou ne peut rien refuser à sa petite chérie.

-Avec une histoire de sorcellerie! ajouta la jeune fille.

-Oui, oui! Mais seulement pour ce soir. Ne va pas t’imaginer que Mamadou va te raconter une histoire à tous les soirs.

-Je vais faire un tour pour voir les garçons d’écurie, annonça Marie-Ariane.

-Saint nom de Dieu! s’écria Mamadou. Ce n’est plus ta place d’aller parler avec les garçons d’écurie. Il faut toujours que tu agisses comme une demoiselle de ton rang. Les garçons pourraient se faire des idées.

-Quel genre d’idées?

-Doux Jésus! Ma petite chérie, tu sais très bien de quel genre d’idées Mamadou veut parler.

-Il faut que je sache ce qu’ils font avec les chevaux.

-C’est Julien qui s’occupe de tout ça. Si tu veux aller voir les chevaux, vas-y avec Julien. Maintenant, c’est toi la maîtresse du domaine et tu ne dois plus parler directement avec les employés.

-Est-ce que je pourrai au moins aller à la chasse avec Maxwell et Julien?

-Tu peux faire tout ce que tu veux, mais tu dois le faire comme ton papa et ta maman le faisaient. J’ai promis à ta mère, à même sur son lit de mort, de m’occuper de toi toute ma vie et de faire ce qu’elle aurait fait avec toi. Je l’ai promis devant ta mère et je l’ai promis au Bon Dieu.

Marie-Ariane chaussa les bottes de son père qui faisaient trois fois la grandeur de ses pieds et se dirigea vers le lac. En traversant le boisé, l’odeur des cèdres la ramena au temps de sa petite enfance. Près du lac, à cet endroit, elle avait noué des rubans de couleur à la branche d’un arbre qui surplombait l’eau du lac. Elle avait aussi disposé quelques pierres autour du tronc de cet arbre. C’était son arbre magique en dessous duquel elle allait parler avec sa mère. Rien n’était réel, cela elle le savait puisque sa maman était morte. Mais dans sa tête, tout était tellement vrai. Comme un chien qui guette les restes du repas avant de réaliser qu’aujourd’hui, il ne reste rien. Il lui arrivait d’attendre des heures avant de comprendre que sa maman ne l’écoutait pas. «J’étais si petite», pensa-t-elle avec de grosses larmes dans les yeux.

Tout s’était passé si vite! se remémora-t-elle. Ils étaient tous morts, les uns après les autres, presque en même temps. D’abord, ce fut tante Jacky et ses enfants, tous morts dans l’incendie de leur maison. Puis ce fut l’oncle Matisse que l’on retrouva pendu dans la grange. Ensuite, ce fut Solange, l’aînée de la famille, morte dans son cloître entourée de religieuses. Seul son père avait eu la permission de la voir pendant cinq minutes, étendue dans son cercueil de planches, les mains jointes avec son chapelet de bois. Il aurait voulu déposer un baiser sur le front de sa fille, mais la supérieure l’en avait empêché.

-Ce n’est plus votre enfant, devait-elle lui signifier. Depuis qu’elle a prononcé ses vœux, elle est uniquement l’enfant de Dieu.

Puis doucement, les larmes aux yeux, la religieuse le pria de bien vouloir partir.

-Partez en paix, devait-elle ajouter, maintenant, elle est avec le Bon Dieu.

Sa grand-mère était morte pendant son sommeil. Ensuite, ce fut maman Éva-Maria Rendall. Son grand-père disait qu’il avait hâte de rejoindre sa femme et sa fille. Il est mort environ deux ans plus tard. Son papa a été le dernier à partir, en la laissant toute seule avec ses fantômes.

Puis vint le jour de l’enterrement. À peine fut-elle arrivée au cimetière que quelqu’un lui souffla à l’oreille:

-On ne pourra pas dire qu’il n’y avait personne à l’enterrement de Joseph-John Rendall. Nous, les Irlandais, nous sommes toujours ensemble, dans la vie comme dans la mort.

-Je ne sais pas grand-chose concernant ma descendance, répondit Marie-Ariane.

-Par la mère de ton arrière-grand-mère, ma petite, tu es toi aussi de descendance irlandaise et c’est ce qui explique tes cheveux rouges. Ta mère avait la même couleur de cheveux que toi… la ressemblance est frappante.

-J’aimerais en savoir plus sur mes ancêtres.

-Tu n’as qu’à faire parvenir ton invitation à monsieur Isaak Enderson, jeune fille, et ce sera un plaisir, pour

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text