Le Libraire , livre ebook

icon

191

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

191

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Ce livre raconte le libraire, sa vie, ses joies, ses peines, ses anciens amis, son amour perdu, ses dix frères et sœurs, et tous ses clients, auxquels s’ajoutent quelques témoins de Jéhovah, et Dieu aussi parfois. Mais ce n’est pas un roman d’amour dans une librairie, ou un roman policier dans une librairie, ou un roman d’aventures dans une librairie... C’est un tableau, un tableau vivant cependant, d’un libraire dans sa librairie.
Voir Alternate Text

Date de parution

23 janvier 2014

Nombre de lectures

18

EAN13

9782846264549

Langue

Français

Ce livre raconte le libraire, sa vie, ses joies, ses peines, ses anciens amis, son amour perdu, sesdix frères et sœurs, et tous ses clients, auxquels s’ajoutent quelques témoins de Jéhovah, etDieu aussi parfois.
Mais ce n’est pas un roman d’amour dans une librairie, ou un roman policier dans unelibrairie, ou un roman d’aventures dans une librairie…
C’est un tableau, un tableau vivant cependant, d’un libraire dans sa librairie.
 
Régis de Sá Moreira est né en France en 1973. Après New-York et le Brésil, il vit aujourd'huià Paris. Il a publié au Diable vauvert Pas de temps à perdre (lauréat du Prix Le Livre Élu en2002), Zéro tués, Le Libraire et Mari et femme , actuellement en cours d’adaptation au cinéma,et La vie .
 

Régis de Sá Moreira
 

Le Libraire
 
Table des matières
Prologue
Le Libraire
Épilogue
 

Pour Carlos et Amélina
 

Prologue
 
« Si seulement on sombrait… » soupirait la jeunefemme, ses cheveux courts au vent, appuyée à la rambarde du paquebot.
 
Le jour se levait.
Elle le regardait faire et elle regrettait d’avoirembarqué seule sur cette croisière.
« C’est encore pire que sur terre… Pire que surterre… »
 
« Pire que sur terre », se répétait-elle.
 
Elle était vêtue d’un tailleur noir, comme à sonhabitude.
Ses cheveux étaient teints en blond.
Elle avait un visage rieur, rayonnant, un visagequi donnait envie de sourire, de rire.
La noirceur de son tailleur ne pouvait pas grand-chose contre son visage mais sans cette précaution,il est probable que la plupart des gens auraient riou souri en la croisant.
 
Elle avait l’air fatiguée.
Lasse même.
De son visage, de son tailleur, de ses cheveuxcourts et teints en blond.
Lasse de cette stupide croisière.
Si lasse qu’elle ne trouvait pas la force nécessairepour grimper la rambarde et se jeter à la mer.
Si fatiguée qu’elle en était à souhaiter que lebateau veuille bien l’y accompagner.
 
« Si seulement on sombrait… » soupirait-elle.
 
Au même moment du même jour, sur le pontsupérieur du même paquebot, une autre jeunefemme se tenait dos à la mer et fumait une cigarette.
 
« Pourvu qu’on coule », se disait-elle, elle.
 
Elle était plus menue que la première, plus tendue aussi, aurait-on dit. Ses cheveux étaient pluslongs, plus foncés. Presque noirs.
Elle portait un foulard blanc, un pantalon blancet une chemise blanche. Ses pieds étaient nus.
Elle regardait dans le vide, fixement cependant,comme si elle y voyait ou y étudiait quelquechose.
Sans la mer, sans le paquebot, sans le vent quiagitait son foulard, elle aurait aussi bien pu se trouver sur le quai d’une gare. À ce détail près que letrain n’arrivait pas, ou bien qu’il passait sans s’arrêter. Ou qu’elle ne montait pas dedans.
 
Elle restait là, les yeux rivés aux cheminées dupaquebot.
 
« Partir en fumée, songea-t-elle, rejoindre lesoiseaux… » Elle écarta ses bras. « Devenir moi-même un oiseau… »
Elle se rappela qu’elle était en mer. « Mourirnoyée, reprit-elle, retrouver les poissons… » Ellebaissa ses bras. « Être un poisson moi-même… »
Elle faillit se laisser distraire, comme à son habitude. Commencer à se demander quel oiseau, quelpoisson elle serait.
Mais elle décida de rester concentrée pour une fois.
 
« Pourvu qu’on coule », se redit-elle.
 
Toujours au même moment, le même jour toujours, à l’avant, tout au bout, à la proue du bateau,une troisième jeune femme assistait au même leverdu jour et sans bien savoir à qui elle s’adressait,murmurait :
 
« Prends-moi. »
 
Loin des vagues, loin de l’eau, loin du paquebotqui fendait la mer, elle avait déjà fait cette prière.
Cru en cette prière.
Mais les jours avaient continué.
Elle avait regardé les jours se moquer d’elle, la narguer. Elle les avait longuement regardés, et calmement, presque froidement, elle avait recommencé.
Chaque matin, chaque début de journée, chaquejour qui apparaissait, elle répétait : « Prends-moi. »
 
Elle portait une robe jaune, jaune canari.
Elle se pencha en avant, le visage au-dessus desvagues, imagina le paquebot s’enfonçant dans leseaux.
Ses cheveux longs et bruns, d’un brun très clair,plus longs que bruns, passèrent par-dessus le bandeau jaune canari qui les retenait et plongèrentdroit vers la mer.
 
D’un coup, elle se redressa et les rejeta en arrière.
« Pas comme ça », dit-elle tout haut.

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text