Eclats de voies , livre ebook

icon

203

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2016

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

203

pages

icon

Français

icon

Ebook

2016

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus


Par l'auteur de "Les certitudes provisoires", prix du Premier Roman 2016 à Mazamet.


C'est une palette très variée d'existences que Françoise DELSUC présente dans ce recueil.


Du prêtre à l'araignée, de la petite fille à un plat de lapin, de la retraitée au jeune père, de l'amoureux à l'assassin, de pierre tombale en pierre tombale, de jeux de mains en jeux de vilains... l'auteur nous entraîne vers ces chutes implacables souvent sombres, parfois humoristiques ou tendres.


Les seize textes sont écrits au couteau, ciselés avec une précision musicale suivant le thème. On y retrouve même, parfois, des parfums de poésie.




Résumé des 16 nouvelles :


1. Quelle est donc cette mère qui s'affole pour un coup de vent et tente de protéger ses petits ?


2. Courrier angoissé d'un jeune homme à sa mère.


3. Le plat de lapin servi à table fait remonter les souvenirs d'un père de famille.


4. Une jeune fille tient la main de son père devant une tombe... et passe aux aveux.


5. Un homme amoureux reprend connaissance dans une chambre, hébété, les mains en sang...


6. Dialogue – ou monologue ? – avec une femme au foyer dont l'époux est à la retraite depuis peu.


7. L'océan lance, poétiquement mais violemment, des appels à une femme suicidaire.


8. Secrètement, il la regarde se préparer : elle est belle, il l'aime comme un fou...


9. Un tout jeune père profite de l'intimité de sa chambre pour confier à sa femme, devant le berceau, ce qui le préoccupe au niveau de son nouveau rôle.


10. Une petite fille qui a bien des responsabilités !


11. Discussion de dortoir.


12. Pensées d'un prêtre resté prostré dans son église.


13. Elles se ressemblent comme deux gouttes d'eau... et pourtant !


14. Assis sur son banc, cet homme s'interroge.


15. Une toute jeune fille assiste à une scène dans un bar.


16. Une jeune grand-mère évoque sa famille, car tout a une fin...

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

23 janvier 2016

Nombre de lectures

11

EAN13

9782368451052

Langue

Français

© 2016 – IS Edition Marseille Innovation. 37 rue Guibal 13003 MARSEILLE www.is-edition.com ISBN (Livre) : 978-2-36845-104-5 ISBN (Ebooks) : 978-2-36845-105-2 Directrice d'ouvrage : Marina Di Pauli Responsable du Comité de lecture : Pascale Averty Illustration de couverture : © Fotolia - Raphaël Robira Collection « Jeux de mots » Directeur : Harald Bénoliel
Retrouvez toutes nos actualités sur les réseaux sociaux : facebook.com/isedition twitter.com/is_edition google.com/+is-edition Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur, de ses ayants-droits, ou de l'éditeur, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes de l'article L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
J’ai souhaité présenter ici des extraits de vies qui en racontent tout, sous forme d’instantanés. Chaque photographie écrite condense le passé, le présent et l’avenir des personnages, dans une facette gelée de leur existence. Un éclat d’espace-temps.
Je dédie ce livre à Vanessa Delsuc, Avec tous mes remerciements pour sa relecture diligente, et les conseils précieux qu’elle me donne, en tous domaines.
Réseaux sociaux Préface Dédicace Avis de tempête Nuit blanche Ce plat-là La main Amnésie Premier jour de retraite L'appel Entre deux portes Le modèle Veille Ô sole mio Luctus Osmose Les souvenirs Sur cette banquette Le bouquet À propos de l'auteur Ce livre vous a plu ? Catalogue
Table des matières de la version complète
La main
Ils sont là tous les deux. Comme chaque année à la même date. Comme une tradition muette. Une petite parenthèse, un flash hors vie, une piqûre de rappel jugée indispensable, rituelle. Ils sont là tous les deux. Main dans la main. La pierre tombale de granit rose s’étale à leurs pieds. Sur la stèle, il n’y a qu’un nom, un prénom et deux dates. C’est gravé en doré. Il n’a pas voulu de médaillon de porcelaine avec son image. Il n’a pas voulu d’angelots, de vierges ou de crucifix en bronze. La pierre, pailletée d’éclats légèrement irisés, est lisse et nue, avec seulement cette inscription qui dit qu’une femme est enterrée là-dessous depuis longtemps, et qu’elle est morte à vingt-neuf ans. Bien sûr, quelques plaques ont été déposées sur la dalle. Il avait pourtant dit : « Sans fleurs ni couronnes, sans objet commémoratif d’aucune sorte ». Rien ! Mais on ne peut pas empêcher les gens de faire ce qu’ils veulent quand il y a un deuil pareil… Et puis, c’était peut-être leur façon à eux de l’aimer. De l’aimer encore ! Tant de gens l’aimaient ! Le jour des obsèques, il y avait aussi des monceaux de fleurs blanches. Mises à mort pour elle. Il ne le voulait pas. Il avait dit qu’il enlèverait tout ce bazar dès le lendemain, quand il retournerait sur la tombe. Il avait dit d’une voix sombre : « À quoi ça sert toute cette bimbeloterie ? », et puis, « Je reviendrai demain avec un grand sac-poubelle, et j’enlèverai tout ça, j’enlèverai tout ! ». Cela fait presque dix ans qu’il devait tout enlever. Et c’est encore là ! Sauf les fleurs, évidemment. Il n’a jamais pris de sac-poubelle. Peut-être, au début, a-t-il simplement oublié. C’est difficile de survivre après une horreur pareille, la tête ne sait plus trop dans quelles eaux elle navigue. Il a peut-être oublié en se disant « Oh zut ! Demain… J’y penserai sans faute demain ». Et puis, à force… Ou alors, il avait réfléchi et s’était demandé au nom de quoi il pouvait enlever ces objets qui ne lui appartenaient même pas, puisqu’ils étaient dédiés à sa femme. Elle ne pouvait même pas se défendre ! Ce n’étaient peut-être pas forcément des objets de convenance, des objets pour « faire bien » ; c’étaient peut-être des représentations d’amour véritable. Peut-être que certains revenaient sur sa tombe, et qu’ils étaient heureux de retrouver ce qu’ils y avaient déposé. Comme une larme qui se serait figée sur la pierre dans ces plaques de granit arborant des regrets éternels en bronze. Il y avait parfois retrouvé des fleurs qu’il n’avait pas apportées. Alors… Ils sont là tous les deux. Elle a sa main dans la grande patte de son père, comme avant.
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text