A l'encre de du coeur - Coup de coeur Prix développement perso 2022 , livre ebook

icon

232

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2022

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

232

pages

icon

Français

icon

Ebook

2022

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

À toi, Laurent, qui vis chaque jour avec le handicap de Violaine Sommaire Titre Dédicace Première partie - LES CADEAUX DU CŒUR Chapitre 1 - Maxime Romane Violaine Chapitre 2 - Maxime Romane Romane Violaine Romane Chapitre 3 - Romane Maxime Romane Violaine Chapitre 4 - Romane Violaine Romane Chapitre 5 - Violaine Violaine Romane Maxime Violaine Chapitre 6 - Romane Violaine Romane Romane Violaine Romane Chapitre 7 - Romane Maxime Romane Violaine Romane Maxime Romane Chapitre 8 - Violaine Violaine Pierre Violaine Deuxième partie - LE RÊVE DES ÎLES Chapitre 1 - Violaine Romane Romane Chapitre 2 - Gabriel Violaine Romane Gabriel Violaine Gabriel Chapitre 3 - Violaine Gabriel Romane Violaine Romane Romane Chapitre 4 - Violaine Romane Violaine Gabriel Romane Gabriel Chapitre 5 - Violaine Violaine Romane Chapitre 6 - Violaine Gabriel Violaine Violaine Chapitre 7 - Romane Gabriel Violaine Romane Violaine Chapitre 8 - Romane Lisa Romane Violaine Violaine Chapitre 9 - Romane Violaine Troisième partie - IL FAUT TOUJOURS CROIRE EN SES RÊVES D’ENFANT Chapitre 1 - Violaine Violaine Romane Chapitre 2 - Violaine Romane Gabriel Violaine Romane Chapitre 3 - Violaine Violaine Gabriel Violaine Romane Chapitre 4 - Violaine Violaine Romane Chapitre 5 - Violaine Violaine Gabriel Violaine
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

03 février 2022

Nombre de lectures

0

EAN13

9782819506829

Langue

Français

À toi, Laurent, qui vis chaque jour avec le handicap de Violaine
Sommaire
Titre
Dédicace
Première partie - LES CADEAUX DU CŒUR
Chapitre 1 - Maxime
Romane
Violaine
Chapitre 2 - Maxime
Romane
Romane
Violaine
Romane
Chapitre 3 - Romane
Maxime
Romane
Violaine
Chapitre 4 - Romane
Violaine
Romane
Chapitre 5 - Violaine
Violaine
Romane
Maxime
Violaine
Chapitre 6 - Romane
Violaine
Romane
Romane
Violaine
Romane
Chapitre 7 - Romane
Maxime
Romane
Violaine
Romane
Maxime
Romane
Chapitre 8 - Violaine
Violaine
Pierre
Violaine
Deuxième partie - LE RÊVE DES ÎLES
Chapitre 1 - Violaine
Romane
Romane
Chapitre 2 - Gabriel
Violaine
Romane
Gabriel
Violaine
Gabriel
Chapitre 3 - Violaine
Gabriel
Romane
Violaine
Romane
Romane
Chapitre 4 - Violaine
Romane
Violaine
Gabriel
Romane
Gabriel
Chapitre 5 - Violaine
Violaine
Romane
Chapitre 6 - Violaine
Gabriel
Violaine
Violaine
Chapitre 7 - Romane
Gabriel
Violaine
Romane
Violaine
Chapitre 8 - Romane
Lisa
Romane
Violaine
Violaine
Chapitre 9 - Romane
Violaine
Troisième partie - IL FAUT TOUJOURS CROIRE EN SES RÊVES D’ENFANT
Chapitre 1 - Violaine
Violaine
Romane
Chapitre 2 - Violaine
Romane
Gabriel
Violaine
Romane
Chapitre 3 - Violaine
Violaine
Gabriel
Violaine
Romane
Chapitre 4 - Violaine
Violaine
Romane
Chapitre 5 - Violaine
Violaine
Gabriel
Violaine
Chapitre 6 - Gabriel
Violaine
Romane
Violaine
Chapitre 7 - Romane
Violaine
Violaine
Chapitre 8 - Violaine
Gabriel
Violaine
Quatrième partie - DIX ANS APRÈS…
Ernesto
Ernesto
Garance
Pierre
Maëlle
Adélaïde
Léa
Ernesto
Remerciements
Copyright
Collection
Première partie
LES CADEAUX DU CŒUR
Chapitre 1
Maxime

Elle est vêtue d’une robe légère de couleur crème, avec de grands tournesols rouges qui ressemblent à l’un de ses tableaux. Elle marche pieds nus sur la plage, avance vers moi de sa démarche souple de danseuse. Ses cheveux d’or flamboient dans le coucher du soleil et leur lumière me brûle les yeux.
Elle passe près de moi sans me voir. Je crie :
– Elsa !
Je tends la main vers elle, mais elle a déjà disparu. Je me réveille, les larmes ont inondé l’oreiller. Encore ce cauchemar récurrent. Il ne me lâchera donc jamais.
À nouveau, elle est là, près de moi. Si présente. Elle, ma femme. Je me suis mis à lui parler tout bas. Son ombre me suit. Notre ombre. Sa voix un peu rauque. Son extraordinaire rire en cascade. Ses gestes tendres. Sa main fine attardée sur mon cou. La douceur de sa peau si blanche sous la mienne, un peu pataude. Notre amour complice. Notre entente.
Et puis cette rencontre inattendue qui est venue tout bouleverser.
Pour Elsa, j’ai repoussé si loin mes limites, au-delà de l’imaginable. Oui, j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir. Mais cela n’a pas suffi.
Romane

Comme à chaque fois que je suis nerveuse, j’entortille l’une de mes boucles rousses autour de mon index. Puis je respire un grand coup pour me donner du courage et je me lance. Depuis deux semaines exactement, je pense à ce moment. Celui où j’enverrai un message privé à cet homme, ce Camille Leroy, sur sa page Facebook. J’ai rédigé plusieurs brouillons, affinant peu à peu mon texte. Cela n’a pas été facile. Il faut que j’aie l’air d’une jeune femme comme les autres. Une de celles qui vont à coup sûr le contacter, pour obtenir des renseignements sur les stages qu’il anime. Rester simple, naturelle. Il ne doit se douter de rien.
Je sens l’intérieur de mes paumes devenir moite, mon cœur bat à toute allure lorsque j’appuie vivement sur la touche « Entrée » pour poster mon message. Pourtant, il paraît tellement anodin. En apparence.
 
14/03/2017 – 10 : 55

Bonjour monsieur, j’ai découvert sur Facebook les stages de méditation de Pleine Conscience que vous proposez. Je suis intéressée depuis longtemps par cette pratique, sans avoir jamais franchi le pas. Habitant à Bordeaux, votre centre Bien-Être en Périgord Noir me paraît idéalement placé pour une première approche. En plus, j’ai toujours adoré la Dordogne. Vous serait-il possible de répondre à certaines de mes interrogations ?
En vous remerciant par avance, Romane S-V
14/03/2017 – 15 : 03

Bonjour Romane, oui, bien sûr, posez-moi toutes vos questions, je me ferai un plaisir d’y répondre.
Bien cordialement, C. Leroy
Je pousse un énorme soupir de soulagement en prenant connaissance de la réponse. D’abord, Camille Leroy a répondu le jour même, ce qui prouve qu’il consulte souvent ses messages. C’est bon signe pour notre future correspondance. Et puis j’ai su trouver le bon angle d’approche, il est ferré. À moi de me montrer habile tout en restant prudente. Une stagiaire potentielle, gentille, polie et qui suscite à coup sûr son intérêt.
De nature impulsive, j’ai dû calmer mon impatience pour ne pas répondre du tac au tac. Un petit tour sur mon balcon fleuri, le nez enfoui dans mes roses pour m’enivrer de leur parfum entêtant, m’a fait le plus grand bien. Tout comme mon père, j’adore ces fleurs.
 
14/03/2017 – 16 : 17

Merci beaucoup de m’avoir répondu aussi vite.
Tout d’abord, je constate que vos stages auront lieu pendant les prochaines vacances d’été. N’est-il pas possible d’y participer à un autre moment ? Cela peut vous paraître bizarre, mais contrairement à la plupart des gens, je déteste cette période. D’autre part, pourriez-vous me conseiller un ouvrage ou un CD qui me permettrait de pratiquer un peu, avant le grand saut avec les autres ? Merci d’avance. Romane S-V
P-S : J’avais déjà entendu parler de vous, mais je croyais que vous étiez psychiatre et non psychologue. Cela me paraît plus sympathique, car les médecins des fous me font peur.
Cependant, je ne suis pas satisfaite du nouveau message que je viens d’envoyer. Je trouve que je me dévoile bien vite. Je me sermonne vertement : Attention ma vieille ! En même temps, je n’aime pas mentir et c’est bien normal que je déteste l’été, après le drame qui a endeuillé ma vie, l’été de mes vingt et un ans. Un drame que Camille Leroy connaît. Mais il est tout à fait impossible qu’il puisse aussi rapidement établir un lien.
 
15/03/2017 – 9 : 12

Bonjour Romane,
En effet, je n’ai pas souvent rencontré de jeune femme qui n’aime pas les vacances et encore moins celles d’été. Car vous êtes jeune n’est-ce pas ? Quelques mots me le prouvent (pardon d’analyser ainsi votre courrier : déformation professionnelle ?). Par exemple, vous pensez que les psychiatres sont les médecins des fous. Une idée encore répandue malheureusement à notre époque, malgré les moyens modernes qui permettent de s’informer. Or ils sont médecins c’est vrai, mais la plupart d’entre eux exercent dans leur cabinet, en dehors des établissements psychiatriques où sont internées certaines personnes que vous appelez « les fous ». Les patients de nombreux psychiatres sont donc des individus en souffrance, ayant besoin d’aide à un moment donné de leur vie, mais tout à fait normaux. Nous pourrions avoir une vraie discussion là-dessus, mais là n’est pas le sujet qui nous occupe.
Pour répondre précisément à votre question, non, je n’organise pas de stages à un autre moment de l’année. Mon emploi du temps ne me le permet pas. Habituellement, la méditation de Pleine Conscience est rattachée à un programme de huit semaines, nommé MBSR ( Mindfulness Based Stress Reduction , ou en français : réduction du stress basée sur la Pleine Conscience). Mes stages sont plus courts et invitent à expérimenter les bases de cette méthode. Je peux vous conseiller le livre Méditer, jour après jour de Christophe André, qui contient un CD proposant des exercices pour s’entraîner. Il est non seulement très clair, mais également empli de beauté et de poésie. Si vous le désirez, voici mon adresse mail, qui permettrait un échange plus commode que ma page Facebook.
Bien cordialement, C. Leroy
P-S 1 : Je suis étonné que ma renommée soit déjà parvenue jusqu’à vous, d’autant plus que je vis en France depuis peu de temps. Mais tant mieux, c’est plutôt flatteur pour moi.
P-S 2 : Vous m’intriguez, jeune dame : que signifie pour vous « le grand saut avec les autres » ?
Le miroir de l’entrée, que j’aperçois depuis mon ordinateur, me confirme le grand sourire éclairant mon visage, au-dessous du regard miel hérité de ma mère. Finalement, je ne me suis pas si mal débrouillée. Je l’intrigue. Il veut continuer notre conversation et me donne son adresse mail. Bingo ! Ces premiers échanges sont même une franche réussite.
Il faudra cependant que je tourne sept fois ma souris sur le tapis avant de choisir les mots à taper sur mon ordinateur. Je n’aurais pas dû dire que j’avais déjà entendu parler de lui. Heureusement, il n’y a vu que du feu.
Violaine

– Bonjour madame Violaine, comment allez-vous ce matin ?
Mon ami Ernesto se tient devant moi. Simple. Souriant. Il est argentin et tient la petite épicerie en face de mon immeuble. Il essuie ses mains sur son grand tablier bleu. C’est un épicier à l’ancienne. Nous avons lié une belle relation depuis son arrivée dans notre quartier parisien, il y a maintenant trois ans.
La gentillesse d’Ernesto me confond. Il ne se montre pas seulement aimable avec moi, mais avec chacun de ses clients. Ils le disent tous, à leur manière :
– Un épicier de quartier comme ça, c’est rare.
– Il nous manquera quand il partira à la retraite.
– Avant, j’allais toujours faire mes courses au supermarché, mais maintenant je préfère me fournir chez Ernesto.
Tout en montant les escaliers de l’immeuble, je me remémore cet échange matinal avec mon ami. Quelle poisse ! L’ascenseur est encore en panne. Chaque fois, les marches à gravir me paraissent tellement hautes. Mon sac à provisions à roulettes n’est pas très lourd, mais il faut tout de même le hisser. Je pense aux propositions amicales d’Ernesto, que j’accepte toujours volontiers. Parfois, nous passons u

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text