Rêveries solitaires , livre ebook

icon

98

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2018

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

98

pages

icon

Français

icon

Ebook

2018

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

« Dans l'écrin du chagrin, je rangerai ma peine pour que tu ne voies de moi que la fantaisie, j'y mettrai ma mélancolie pour qu'il y ait toujours des éclaircies quand le ciel s'assombrit. J'y cacherai ma haine et ma rancœur pour que tu n'aies plus peur. Enfin, j'y jetterai les doutes et les craintes qui m'éreintent et m'empêchent d'avancer pour vivre à tes côtés. » À l'encre des émotions, les différentes couleurs de la vie sont peintes, de la légère teinte rosée du bonheur au gris sombre des tourments, en passant par les maux de notre société. Chacun peut se reconnaître dans les poèmes composant ce recueil, tant l'auteur sait bien exprimer l'émerveillement de l'enfance, les prémices des sentiments, l'affection d'une mère ou d'un enfant, mais aussi la douleur des amours déchues, l'absence de l'être aimé et le poids de la solitude non désirée. Une poésie à la fois intimiste et universelle, dans laquelle David Bréant parvient à transmettre l'espoir et la volonté de continuer à aimer, malgré les déboires, car l'amour est l'essence même de la vie...

Voir Alternate Text

Date de parution

13 septembre 2018

Nombre de lectures

1

EAN13

9782342163124

Langue

Français

Rêveries solitaires
David Bréant
Société des écrivains

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.


Société des écrivains
175, boulevard Anatole France
Bâtiment A, 1er étage
93200 Saint-Denis
Tél. : +33 (0)1 84 74 10 24
Rêveries solitaires
 
Toutes les recherches ont été entreprises afin d’identifier les ayants droit. Les erreurs ou omissions éventuelles signalées à l’éditeur seront rectifiées lors des prochaines éditions.
 
 
La clarté du jour chasse les plaies de l’âme et le soleil en sèche les larmes.
Que mon recueil soit mon cercueil
Que mon innocence soit mon essence
Et que mon âme s’évapore…
Tout le monde est de verre et se brise à chaque éclat de paroles.
Sa vie est parsemée de solitude et pourtant il aimerait sentir le parfum de l’amour.
L’enfance est un parchemin, elle est déjà écrite et n’aura plus lieu. Pourtant on peut s’y rattacher toute une vie.
Sans toi, il n’y a plus de loi et le chaos est roi
Je ne vis pas et me débats sans fin
Sans toi, cent fois j’ai fait le tour de moi
Je n’avance pas et me demande pourquoi
Sans toi, je n’ai plus la foi et ne crois plus en moi
Malheureusement tu n’es plus là pour prendre soin de moi.
Croisant un ange en passant, il s’attarda un instant. Ce moment renversant le surprit agréablement, se nourrissant délicatement de ces images délicieusement prenantes, un élan transcendant le prit en dedans. Avouant ce penchant, la réalité reprit son mouvement dans le flou la caractérisant ne lui laissant qu’un souvenir alléchant.
On ne sait pas combien on fera de pas pour trouver au bout de ses bras l’âme qui nous sortira de là.
Serait-ce toi que je vois, moi qui suis aux abois et bois les mots des sournois.
Aperçois la distance entre toi et moi et juge l’élan que tu prendras pour me retrouver rempli de joie quand tu seras près de moi.
Le romantique pense
L’actif agit
Le tourmenté subit
Et la nature se moque des trois en continuant son flux.
La chambre de solitude s’est refermée sur lui, il ne lui reste plus qu’à gratter et creuser pour rejoindre le monde extérieur, ignorant si celui-ci l’acceptera et lui conviendra.
Une couche et de la musique, c’est ce qui rythme sa vie. Une cigarette et une bougie et voilà que son esprit s’en va et part à la conquête de la folie. Mais n’est-ce pas tout ceci qui remplit sa vie ainsi que celle de beaucoup de gens qui vagabondent dans le néant ?
Sa beauté est comparable à la couleur d’un ciel profond et limpide, sa force et son courage à un arbre qui résisterait aux caprices que la nature lui inflige, sa générosité à la pluie qui offre à la terre la vie et sa dévotion pour ceux qu’elle aime est comme la lune à la nuit, elle te guide quand l’obscurité t’envahit.
C’est votre mère.
Si les anges n’appartiennent pas au monde terrestre, certains tiennent à y rester pourtant ! Ils veulent sans doute apporter de la joie à ceux qui n’ont pas la chance d’être heureux.
La vie est un berceau de larmes dans lequel je m’endors en peine.
Derrière ses yeux fades se cachait l’esprit d’un être irrité par une vie qui ne l’avait épargné que trop peu de fois. Seul l’enfant naissant lui donnait le courage d’exister.
L’hiver était froid mais ne pouvait saisir son cœur déjà craquelé par la vie.
La fraîcheur de la saison le soulageait plus qu’elle ne le faisait souffrir.
Elle est l’essence d’une fleur qui porte au jour ses couleurs, à son aube elle éclôt pour lui donner le ressort qui lui fait tort quand elle s’endort.
L’eau ruisselle et apaise mes peines, c’est un bruit qui ne me trouble pas.
Notre esprit vagabond ne trouve pas de paix, il suffirait de s’arrêter et d’admirer nos pensées. Dans le tumulte, il y a toujours une place pour le silence.
Quand le temps passe trop vite pour dire les choses, il ne nous reste plus que le secret de s’être tu.
La vie est éphémère mais on lui doit de lui donner notre plus grand respect.
La débâcle était totale. Le tacle fut fatal. L’histoire était banale mais assez originale pour monter en escalade jusqu’au maximal.
Influençable et raisonnable, je ne donnais pas cher de mes états d’âme, misérable et incalculable, notre amour finit en bousculade.
Improbable mais faisable, notre histoire est déclinable en ces syllabes.
Je suis de pluie et comme un torrent de larmes je me déverse dans le flot de la vie.
Le ressenti que procure le désarroi n’est là que pour nous aider à nous relever si la force nous en peut.
Souris, on te le rendra, sois triste et on partagera ta peine, sois gai et on rira avec toi mais sois colérique et on te fuira. On s’adapte mais la haine n’est qu’un refuge qui nous enferme dans une solitude destructive.
 
 
Le niveau du caniveau
Mesure la tristesse de mon cerveau
La porte s’est refermée
Sur mon esprit comprimé
 
Même les cafards
Broient du noir
Tout me tourmente
Et tu me hantes
 
Devenir insignifiant
Se sentir vide en dedans
Être au désespoir
Quand vient le soir
 
Je m’emporte
Si tu frappes à ma porte
Et je deviens conquérant
Si tu m’aimes à présent
 
L’espoir
Est fait d’illusoire
Je m’endors sur ma couche
Sans que tu...

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text