La valse fatale , livre ebook

icon

172

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

172

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Le recueil de Claude Péloquin, La valse fatale, paraît aux Écrits des Forges en coédition avec l’éditeur français Rafael de Surtis.


Essentiel, entier, Claude Péloquin explore dans ce recueil les motivations profondes qui poussent les êtres humains, malgré toutes les réticences, à être ce qu’ils sont et à faire ce qu’ils font… ou défont.


Les Terriens savent tous leur mortalité à chaque instant
En ceci ils font partie de ce départ fulgurant vers le rien
Le désir lui-même a les bras ouverts
Dans la bouche de l’impuissance
Ah ce que soudain j’aime tous les êtres humains
De par le monde sachant leur disparition
Je n’en reviens jamais de tous vous voir déambuler fiers
Tous les jours sachant ce que vous savez et persistant à y croire


L’amour, sous toutes ses nuances, est perçu comme le moteur des relations humaines et clef de voûte du monde dans lequel nous habitons : voilà, par-delà les questions les plus troublantes, la raison d’être et le sens qu’il faut donner à toute vie humaine.


Nous sommes tous ici pour savoir que nous ne sommes pas
Le rêve tue à force de ne pas savoir regarder aimer de face
Avec le miracle de n’être pas
Que faire sinon adorer un lac


Départs irréversibles, naissances qui le sont tout autant et, entre les deux, ceci : « Au fond je suis un peu gêné d’être venu en ce monde / Où plus personne n’existe / Le pardon est la clé »


Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

12 juin 2023

Nombre de lectures

1

EAN13

9782896454754

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

/* Script */ /* Script */ /* Script */
L a
valse
fatale /* Script */ /* Script */ /* Script */
Les Écrits des Forges, fondés par Gatien Lapointe en 1971, bénéficient de  
l’appui financier du Conseil des Arts du Canada et de la Société de
Développement
des
Entreprises
Culturelles
du
Québec
(SODEC).
Illustration de couverture:  
Modèle
sans
couture
avec
des
crânes
de
sucre,
Liubov,
Adobe
Stock
Photo
Dépôt
légal:
quatrième
trimestre
2017
(papier)
                   
deuxième
trimestre
2023
(epub)
Bibliothèque
et
Archives
nationales
du
Québec
Bibliothèque
et
Archives
Canada
ISBN: Écrits des Forges 978-2-89645-341-2
(papier)
ISBN:   Collection déplacementS 979-10-93367-22-4
(papier)
ISBN: Écrits des Forges 978-2-89645-475-4
(epub)

Tous droits réservés, Copyright by ©  
Écrits
des
Forges
inc.
Ottawa, Canada, 2017
©
2017,
Écrits
des
Forges
992-A,
rue
Royale
Trois-Rivières
(Québec)
G9A
4H9  
Téléphone:
819 
840-8492
Courriel: ecritsdesforges@gmail.com
Site Internet: www.ecritsdesforges.com
©
2017,
Collection
déplacementS

(dirigée par Mateja Bizjak Petit)
Maison
de
la
Poésie
de
Tinqueux
8
rue
Kléber,
51430
Tinqueux
France
Site Internet: www.danslalune.org
En
librairie:
Diffusion
Prologue
1650,
boul.
Lionel-Bertrand
Boisbriand
(Québec)
J7H
1N7
Courrier électronique: prologue@prologue.ca


Avec
la
participation
du
gouvernement
du
Canada

/* Script */ /* Script */ /* Script */
CLAUDE
PÉLOQUIN

La
valse
fatale

/* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
Chorégraphie intime d’un poète
devant l’éternité

La Valse fatale   s’avère le testament littéraire d’un poète s’exprimant
face à la mort, devant la beauté du monde et la grandeur de l’huma-
nité.  

Dans ce livre, Claude Péloquin parle de souffrances quotidiennes, de
jouissance, de la mer, de l’amour, de la folie s’incarnant dans la  
beauté, de l’idée du suicide, de l’amitié, de Dieu, tout autant que de
l’importance de saisir l’instant et de sa volonté de mettre fin aux
maux de la Terre, cette planète  infectée de nous   , que l’humanité
devrait
libérer,
en
cessant,
notamment,
de
se
reproduire. 

Avec sa soif de grandeur et d’absolu, Péloquin se fait poète-prophète
et pleure l’impossibilité d’un monde condamné et mutilé. Il porte en
lui une tristesse lui arrachant le cœur, mais nourrissant son écri-ture,
et valse tantôt avec la mort, tantôt contre celle-ci . J’ai toujours porté
le deuil de tout ,
écrit-il. 

Tout au long de son recueil, Péloquin parle aussi de   ceux qui ne
savent pas , qui vivent au quotidien en courbant l’échine devant l’éter-
nité; de ces êtres qui l’attristent et le chagrinent. Que faire pour eux
sinon dénoncer le ridicule et l’absurdité de la vie, dont il rejette tout
de l’imposture , et dont il se distancie, hanté par l’idée que nous vivons
dans ce corps limité avec l’illusion de l’éternité   et que nous manquons le
train de nous-mêmes ? Comment s’opposer à la mort quand l’heure
du départ approche? En criant le néant du tout ?  En dénonçant la
fatigue ?
En
écrivant?


7
/* Script */ /* Script */ /* Script */
8

Face à la mort, Péloquin crée, valse et s’abandonne à l’écriture, qu’il
définit comme l’action de donner toute leur liberté aux mots / quand
toi tu es derrière les barreaux . 

Tous les thèmes majeurs de son œuvre se retrouvent dans ce recueil
où il fait état de ce qu’il nomme sa vision réaliste / de ce qui est sans
l’être / sans avoir été pour vrai / étant éteint avant de naître . 

Grâce à la poésie, Péloquin écoute la vie se confier à lui et trouve   un  
radeau   auquel s’accrocher pendant les tempêtes, pour ne pas partir à
la dérive vers un nulle part qui n’existe pas , entre les questionnements
incessants et les moments de solitude, de déchirement, de morosité,
d’introspection et de calme où on dirait qu’il ne se passe rien . 

Que sommes-nous venus faire ici? , s’interroge le poète.   Pourquoi venir
au monde pour disparaître?  Comment être et vivre pleinement
lorsque
l’on
sait
que
l’on
va
finir
par
mourir? 

Fidèle à lui-même et à ses idées, Péloquin nous donne ses réponses,
et, ce faisant, dépose sa griffe dans l’éternité   à l’aide de vers qui
enivrent,
hypnotisent
et
émeuvent. 

Il faut écouter sa douce mélopée envoûtante, méditer à notre posture
face
à
l’éternité,
et
voyager
dans
son
univers
unique.
Jean-Sébastien Ménard  /* Script */ /* Script */ /* Script */
Visions de Claude Péloquin
Quel
personnage;  
il
a
beaucoup
de
talent!
                                            Bernard Pivot
Les
textes
de
Péloquin
sont
remplis
d’une
rare
beauté.
                                          Professeur   Henri Guillemin
Il
est
le
plus
séduisant
des
poètes
d’avant-garde.
                                                                      Alain
Bosquet
Péloquin est un sans-barrières. Un libérateur en tout de
     
tout
comme
Miller.
                                                    Professeur   Louis Dudek
Péloquin,
c’est
la
clef
sur
la
boîte
de
sardines!
                          Professeure   Yrénée Bélanger
Un
enfant
resté
pur
malgré
ses
blasphèmes,
un
enfant
à
genoux,

     
réclamant
la
lumière!
                                                                                Roger Lemelin
L’œuvre
de
Péloquin
explore
sans
trêve
tout
ce
qui
fait
obstacle

à
la
prophétie
de
Lautréamont.
                                                                            Ivanhoé Beaulieu
Une
œuvre
fondatrice
qui
se
trouvera
subsister
après
lui!
                                                                    Joseph Bonenfant
Une
voix
du
ventre,
des
entrailles
et
des
tripes!
                        Professeur   Roger Chamberland
Péloquin
est
touché
d’une
folie
divine.
      Jesus Villalonga, peintre à Barcelone

9 /* Script */ /* Script */ /* Script */
10 /* Script */ /* Script */ /* Script */
Vortex
Il se trouve un monstre dans les grottes obscures et profondes                  
de
Cuba
On
l’appelle
Antonio…
De
son
minaret
sous
terre,
il
clame
depuis
toujours
que:
«Péloquin est l’enfer vivant et que si Dieu avait su                                
qu’il
apparaîtrait
un
jour
Il aurait dit: « Non, Non, Non à Sa naissance…Je ne veux pas                  
venir…   et
Il
n’aurait
pas
fait
le
monde.
»
Il m’a fait promettre de porter une énorme cloche au cou pour                  
sonner
le
glas
annonçant
mon
arrivée
dans
les
Caraïbes.

Les
Monts
Chic-Chocs
(En
Mikmaq:
Barrières
impénétrables)
Mon
mystère
ma
larme
si
infiniment
petits
Si
perdus
si
vulnérés
avec
un
destin
funeste
Si
courts
et
pourtant
si
grandioses
La
durée
de
mon
instant

J’ai
écrit
ce
livre
Pour
l’après-nous
maudits
Nous
les
innocents
Au
cas

la
disparition
Ne
se
reproduirait
plus
Un
jour
béni

¨

11
/* Script */ /* Script */ /* Script */
Durant
tout
mon
passage
court
ici
J’ai
toujours
aiguisé
Ce
pieu
à
la
fine
pointe
Pour
le
planter
dans
le
cœur
de
la
mort
Éclatante
de
son
rire

Qui
selon
vos
croyances
Fait
partie
de
la
vie
Non
¨
Le
manuscrit
de
ce
livre
fut
trouvé
Enroulé
dans
l’orbite
d’un
crâne

Quelque
part
à
Stalingrad
en
feu
Mais
la
rumeur
veut
que
ce
fut
plutôt

Au
bord
du
volcan
Mont-Royal
Ou
même
en
Italie
sur
son
Vésuve
¨
Merci
encore
à
mon
ami
René
Corbeil
et
à
Yvette
Hétu
Sans
qui
ce
livre
n’aurait
pu
voir
sa
nuit
¨

12 /* Script */ /* Script */ /* Script */
Il
est
8h
a.m.
à
la
mer
Décembre
2014
Le
ciel
bleute
Le
vent
vient
me
voir
venir
De
je
ne
sais

toujours
et
ma
foi
se
met
en
doute
Je
ne
veux
pas
ailleurs
Pourquoi
on
ne
reste
pas
ici
devant
toute
la
beauté
du
monde
Mon
amour
insupportable
de
tout
A
jeté
ses
béquilles
à
l’étang
noir
Devant
tout
ce
qui
respire
et
ne
respire
pas
Quitte
à
briller
quand
même
et
sachant
Si
peut-être
nous
ne
sommes
que
pour
le
départ
affreux
J’accepterais
la
vie
tant
c’est
beau
tout
ça
Sous
ce
ciel
bleutant
partout
Assis
sur
des
pierres
millénaires
Avec
des
brins
d’herbes
éphémères

Me
chatouillant
les
mollets
Oui
que
la
jouissance
est
aussi
un
éphé...
papillon
Toujours
trop
court
On
oublie
trop
souvent
les
palmiers
miradors
Qui
nous
ont
aimés
au
point
de
disparaître
Se
moquant
de
nos
guerres
ridicules
et
affamées
de
voracité.
¨

13 /* Script */ /* Script */ /* Script */
Que
j’ai
donc
vu
la
grandeur
de
l’humanité
Avec
son
espace
fou
J’en
suis
devenu
soudain
tout
petit…
Mais
qu’avons-nous
donc
fait
de
si
terrible
Pour
mériter
nos
abysses
sous
ce
ciel
bleu
Quel
est
ce
créateur
affreux,
d’où
nous
vient-il
Il
n’y
a
pourtant
plus
de
fin
du
monde,
ni
d’explosion
du
soleil
Il
n’y
a
que
notre
tristesse
que
nous
avalons
tous
les
jours

En
souriant
parce
que
la
mer

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text