La Valse de Sophie et Stella , livre ebook

icon

82

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2019

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

82

pages

icon

Français

icon

Ebook

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

La Valse de Sophie et Stella est un recueil poétique qui regroupe divers thèmes basés en grande majorité sur l’amour.
Dans la partie 1, l’auteur nous transporte dans le récit de fascinantes histoires d’amour avec les joies et les peines que peuvent provoquer nos bouillonnants rêves amoureux. Tandis que dans la partie 2, il évoque la vie sous ses divers aspects sans manquer de rendre hommage aux femmes, tout en décriant les conditions de vie difficiles des enfants de la rue. Il touche également du doigt les problèmes des guerres et des divisions qui sévissent dans le monde actuel. Cet ouvrage captivant allie joie, émotion ou compassion et donne à l’amour toute sa place de vertu.

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

06 février 2019

Nombre de lectures

0

EAN13

9782414319923

Langue

Français

Couverture
Copyright













Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-414-31993-0

© Edilivre, 2019
Préface
J’avais horreur d’entendre un homme me dire « je t’aime » tellement ils sont toujours prêts à chercher à goûter au fruit défendu et ensuite ils trouvent leurs libertés de s’en aller. J’en avais honte et je me refusais tout simplement de croire au sens réel du mot « aimer ». Je supposais toujours que je suis incapable de m’aimer moi-même et comment quelqu’un d’autre peut-il m’aimer plus que moi comme il le prétend ?
Pour moi, aimer n’est qu’une tromperie. L’amour qu’on prétend avoir pour son prochain doit provenir de nous-mêmes de façon que nous soyons nous-mêmes sujets et objets car, aimer c’est donner et se donner ; c’est aussi se trahir.
Quiconque prétendrait aimer doit pouvoir se trahir au sens de donner à l’autre les satisfactions voulues. Or, la pensée de l’homme est évolutive au point de voir les mêmes choses différemment sous différents soleils ce qui le trahit à chaque instant de sa vie. En effet, ce n’est pas l’amour qui veut aussi dire « donner » qui trahit l’homme mais c’est le sentiment et la manière par laquelle il donne son amour à l’autre qui prouve qu’il l’aime réellement ou pas.
L’amour c’est aussi partager, accepter tous les défauts de l’autre et s’accommoder à ses qualités. C’est de ne jamais penser qu’on doit avoir tout ce qu’on désire chez l’autre mais aussi écouter et donner à l’autre tout ce qu’il veut avoir de nous pour mieux se sentir d’être avec nous. Alors, s’il m’est illogique de souffrir en amour, je ne voudrais non plus faire souffrir celui qui m’aime ou en conséquence je m’abstiens d’aimer.
Dès lors que j’ai compris le réel sens de l’amour, j’ai aimé de tout mon cœur l’être chez qui j’inspire la poésie, qui la chante pour nous et ensemble nous valsons avec un chant d’amour.
Abandaka Sophie Solina
Dédicace :
– A toutes mes lectrices et lecteurs,
A tous mes très chers(es) amis(es) particulièrement :
– Claire Bury pour ton combat,
– Juliette Nguerelessio pour ton affection,
– Ouattara Minata Founibigué pour tes actions
– Soya Hadja Noura sans oublier tous les Yanguel
Je dis ceci :
« La vie ne donne jamais, mais mieux à vivre à ceux qui cherchent et qui se retrouvent sur le chemin du succès ; qui trébuchent, qui tombent, se relèvent mais qui ont foi qu’au bout du sentier existe une vie assez semblable tout au moins ou tout au plus à celle des seigneurs dont on était valet »
Abel Yanguel
Citation :
« La femme est tout ce que l’homme peut aimer dans la vie. Un tout qui manquerait si Dieu n’avait pas créé pas la pomme. C’est pourquoi elle devient comme une perle perfide. La portée au cou est plus qu’un joug, son remords est indélébile ».
Abel Yanguel
Partie 1 Poèmes d’amour
1 Le mal sans remède
Amour feu du cœur.
Quand ta flamme emporte
Comme les flots d’un océan lugubre
Avec elle la faune des désirs aliénants ;
Le sommeil s’enfuit de mes yeux de verres
D’où se ballade ton corps nu dans le néant
Nuit et jour me furent un mystère.
Je ne peux défaire ma crise.
Un mal sans remède factice.
Un rêve stérile qui me transporte dans mes folies
Aux Sempiternels désirs d’être à toi.
Venant de toi rose de ma vie,
Si quelque fois, l’amour peut se cacher derrière un masque,
Le jour où, le souvenir me revînt comme la vue à l’aveugle,
Le tien à mes yeux a une grandeur inégale ;
Sa demeure est le vide
Que n’arrive à combler mon cœur avide.
Quand je m’endors sur ta poitrine de soie,
Végétation de ton printemps,
Tes caresses alanguissent mon émoi
Et ton cordial sourire efface tout mon ressentiment.
Comme un zozo, mon cœur s’embellit.
A toi Claire, rose de ma vie, crois à ça :
L’AMOUR N’EST PAS UN JEU MAIS UNE VERTU.
A. YANGUEL
2 Chagrin d’amour
Amour mon beau chagrin,
Aurore rempli de rosée.
Douceur imaginaire, pensée
Qu’emporte mon cœur dans son déclin.
Dolce vita fatidique et trompeuse
Qui rend ma passion affreuse.
Jamais lumière ne jaillit, nuit obscure
Futur sans lendemain.
Vide propos du demain,
Patience affamée, soif de vérité
Maigrissent nos jours. Chétifs.
Rencontre fétide, propos captifs,
Cœurs sensibles, pensées lugubres.
Subjugué, propos qui avertit
Flot de propos interdits.
A mes sourdes oreilles
Mes pensées s’interdisent ta présence.
Chut tais-toi. Je m’éclipse.
A. YANGUEL
3 Chant d’amour
Du profond de mon cœur ;
Des tendres moments connu près de toi,
Je vis tout sans émoi.
Ta présence, une vie heureuse et triste,
Bouleverse le moi qui n’est plus en moi.
Un long et merveilleux voyage
Chargé dans le souffle d’amour de ma rage
Comme le vent emporte les feuillages.
Ton amour éveille mes soupçons rares.
Vautré près de toi ô quelle candeur !
Comme un enfant au sein de sa mère,
Je n’ai aucun sentiment de vivre.
Esclave de ton amour, je me cherche
Et jamais je ne me retrouve, je suis victime de ton charme.
Le sentier de l’amour à végéter dans mes larmes,
Je suis accroché à ma perche !
Mon cœur se remplit...

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text