L'ultime lettre d'amour , livre ebook

icon

190

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

190

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Dans cette lettre ardente, alors qu’elle évoque les moments passionnels de leur union, la défunte lumineuse invite l’amant à la rejoindre dans son univers où elle côtoie le Phénix et la faune des Immortels bercés par le chœur des Nymphes. Au cours de ce périple du plus creux de la terre jusqu’au plus haut de l’azur, du fond des abysses au sommet des volcans, elle croise Tristan et Iseut, fféloïse et Abélard, couples du Moyen Âge célèbres et célébrés. Une ode à l’amour au-delà du Temps.


Pose l’oreille
sur ma tombe
ô mon amour de peu de foi
tu entendras
malgré la stridulation
des cigales
mon pouls
battre le siècle.
Sous les hydrangées
ma chair
encore violente
mes iris
de pierres précieuses
le sang d’or dans mes veines
d’un rose amarante
ma bouche
pleine
de royal et d’auguste.
Ici
j’existe bardée d’infinitude
en dépit
des porteurs de noir
et de fleurs.


Julie Stanton est poète et romancière. Finaliste à de nombreux prix littéraires, tant pour ses romans que pour sa poésie, elle nous offre ici son huitième recueil de poèmes.


Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

26 juin 2023

Nombre de lectures

0

EAN13

9782896454860

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

/* Script */ /* Script */ /* Script */
L’ultime
lettre
d’amour /* Script */ /* Script */ /* Script */
Les Écrits des Forges, fondés par Gatien Lapointe en 1971, bénéficient
de l’appui financier du Conseil des arts du Canada et de la Société de
développement
des
entreprises
culturelles
du
Québec
(SODEC).
Illustrations
(couverture
et
intérieur):
Encres
de
Danielle
Stanton
 
Dépôt
légal:
deuxième
trimestre
2019
(papier)
                   
deuxième
trimestre
2023
(epub)
Bibliothèque
et
Archives
nationales
du
Québec
Bibliothèque
et
Archives
Canada
ISBN: 978-2-89645-375-7
(papier)
ISBN: 978-2-89645-486-0 (epub)


©
2019,
2023
Écrits
des
Forges
992-A,
rue
Royale
Trois-Rivières (Québec) G9A 4H9   Téléphone :
819 
840-8492
Courrier électronique: ecritsdesforges@gmail.com
Site Internet: www.ecritsdesforges.com
En librairie :
Diffusion
Prologue

3785,
rue
La
Fayette
Ouest

Boisbriand
(Québec)
J7H
1N5
prologue@prologue.ca


Avec
la
participation
du
gouvernement
du
Canada

/* Script */ /* Script */ /* Script */
JULIE
STANTON

L’ultime
lettre
d’amour
/* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */

pour
toi
mon
Unique. /* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
A :   « Tu t’éloignes toujours davantage        
des vivants : bientôt ils vont te rayer        
de leurs listes ! 
»
B :   « C’est le seul moyen de participer        
au
privilège
des
morts. 
»
A :   « Quel privilège ?
»
B:  
«
Ne
plus
mourir. 
»
                        Friedrich Nietzsche /* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
P ose
l’oreille
sur
ma
tombe
ô
mon
amour
de
peu
de
foi
tu
entendras
malgré
la
stridulation
des
cigales
mon
pouls
battre
le
siècle.
Sous
les
hydrangées
ma
chair
encore
violente
mes
iris
de
pierres
précieuses
le
sang
d’or
dans
mes
veines
d’un
rose
amarante
ma
bouche
pleine
de
royal
et
d’auguste.
Ici
j’existe
bardée
d’infinitude
en
dépit
des
porteurs
de
noir
et
de
fleurs.
Fends
la
dalle
le
sol
les
faux-semblants
je
te
ferai
mes premiers aveux de lumière
depuis
l’ensevelissement.
Qu’importe
la
torture
des
cierges
et
des
lamentos
je
n’ai
rien
dit
qui
nous
condamne,
mon
bien-aimé.



13 /* Script */ /* Script */ /* Script */
S ous
le regard vide des statues
de
Florence
tu
pratiques
l’art
de
la
fugue
italienne

d’envolée
en
envolée.
L’arrogance
de
Venise
le
rougeoiement
des
Dolomites
le
cruel
parfum
des
jardins
d’Isola
Bella
l’ivresse
des
monastères

tu
demandes
asile
en
évoquant
l’empire
des
sens
les
affres
de
la
perte
le
supplice
d’aimer
une
femme
avec
toute
sa
disparition.
« 
J’ai
son
souffle
dans
mon
souffle
sa
flamme
dans
ma
flamme. 
»
Tu
as
la
voix
authentique
du
deuil
l’assurance
que
je
repose
enchevêtrée
de
racines
avec
de
la
mousse
entre
les
côtes
mais
tu
n’as
pas
mes
papiers
d’identité.
Alors
c’est
non.



14 /* Script */ /* Script */ /* Script */
Moi
frémissante
en
toi
plus
réelle
qu’aucun
de
ces
lieux.



15 /* Script */ /* Script */ /* Script */
T u
réponds
aux
charmes
des
étrangères
dans
une
langue
morte.
Tu
avales
des
kilomètres
tu
enjambes
des
rails
et
des
ponts
tu
hèles
des
taxis
tu
prends
des
avions
des
paquebots
tu
es
à
mille
endroits
à
la
fois,
mais
ni
Oslo
ni
Helsinki
ne
viennent
à
bout
du
fiévreux
du
tranchant
du
cassé
sur
ta
poitrine

oppressée.
Retourne
sur
tes
pas
refoule
les
neiges
qui
t’exténuent
les
exodes
d’affliction
de
la
mer
du
Nord
aux
mers
du
Sud.
Délaisse
l’avancée seul dans l’insensé
cette
lourdeur
d’épave
prisonnière
des
rets
d’acier
c’est

que
tu
te
blesses
forcément

que
tu
gis
épars
et
haletant.



16 /* Script */ /* Script */ /* Script */
De
toutes
les
capitales
celle
de
la
douleur
a
seule
le
pouvoir
de
te
ramener
contre
mon
cœur.
Tu
ne
pourras
plus
te
perdre.



17 /* Script */ /* Script */ /* Script */
L es
étés
de
nos
caresses
nos
audaces
nos
sublimes
défaites
nos
lentes
très
lentes
si
lentes
métamorphoses.
Ton
épaule
d’Hermès
mes
seins
que
tu
as
tant
célébrés
aujourd’hui
d’une
plénitude
intolérable.
Puisque
je
ne
refais
pas
surface
dans
ce
corps
qui
te
manque
avec
ferveur
puisque
devant
le
sourire
calme et atroce  
de
ma
photo
tes
larmes
roulent
dans
les
sillons
qu’elles
creusent  

sur
tes
joues  

je
nouerai
ton
visage
en
suspens
à
mon
visage
inexcusable
pour
ta
souffrance
sans
nom.
Tu
seras
l’autre
face
de
moi
la
psyché
des
amants
multiples
au
milieu
de
la
foule
des
Immortels
entourés
du
Phénix
et
du
chœur
des
Nymphes.



18 /* Script */ /* Script */ /* Script */
Glisse-toi
le
long
de
mes
hanches
pour
m’embraser  

à
profusion.
Viens
ô
viens
me
rejoindre
sur-le-champ,
cher
ange
de
la
Miséricorde.



19 /* Script */ /* Script */ /* Script */
C es
avenues
dans l’abîme des énigmes
nous
les
foulerons
avec
la
vaillance
des
Titans.
Nos
pas
auront
la
résonance
d’un
troupeau
de
caribous,
celle
du
clairon
et
des
apothéoses.
La
Terre
tremblera
de
l’Orient
aux
Amériques.
Et
nous
dessous
enfin
à
contre-courant
du
Temps
nous
écrirons
le
futur
antérieur
d’un
passé
décomposé.
Pendue
à
ton
cou
de
Pur-sang
je
serai
ton
fardeau
aérien
jusqu’à
l’état
de
grâce
cette
furieuse
jubilation
d’un
mauve
inouï.
Hors
de
l’emprise
des
néons
des
klaxons
nous
redessinerons
sur
ma
peau
de
papier

la
Route
de
la
soie
des
épices
et
de
l’encens.



20 /* Script */ /* Script */ /* Script */
L’œil
vitrail
jambes
lianes
troncs
siamois
nous
encrerons

notre
tombeau
autobiographique.
La
carte
du
Tendre
dans
les
os.



21 /* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
                  Le pays le plus beau longtemps cherché
                  S’étendra devant nous terre des salamandres .
                                    Yves Bonnefoy /* Script */ /* Script */ /* Script */
/* Script */ /* Script */ /* Script */
S i
l’inventaire
du
passé
te
précipite,

mon
bel
esseulé,
dans
le
gouffre
du
présent
si
tu
te
brises
les
dents
à
trop
mordre
dans
mon
nom,
les
jointures
à
trop
prier
sans
y
croire
si
tu
pleures
en
abondantes
marées
de
long
en
large
de
pièce
en
pièce
et
que
les
ténèbres
le
calciné
les
corbeaux,
tous
ces
effrois
ont
pris
ma
place  

entre
les
draps  

à
côté
des
couteaux
de
la
colère
sache
ce
que
je
sais:
il
faut
une
lumière
éclatante
pour
mourir.
Allume
les
torches
les
lampes
les
pourtours
du
couchant
au-delà
de
ta
pupille
noyée.
Vois
ce
que
tu
cherches
que
tu
ne
trouves
pas
dans
tes
hallucinations
funèbres:
le
halo
ineffaçable de la mort.



27 /* Script */ /* Script */ /* Script */
P endant
que
je
t’attends
partout
sur
ma
peau  

partout
dans
toutes
les
directions
partout
avec
les
ancêtres
j’extirpe
ta
nudité
du
dessous
de
mes
paupières

elle
s’acharne
à
m’émouvoir
dans l’allégorie des draps.
Le
goût
de
ta
salive
en
chacun
de
tes
baisers
l’odeur
d’amande
d’Éros
et
de
loin
très
loin
le
mouvement
des
galaxies.
Il
suffit
que
tu
m’inventes
sur
l’oreiller
que
tu
erres
de
tes
lèvres
à
mes
lèvres
que
tu
veuilles
davantage
et
plus
encore
pour
que
je
remette
en
cause
les
livres
saints
la
naissance
d’Ève
les
prophéties
de
Moïse
mais
non
L’Origine du monde .
Que
n’es-tu
donc
Ici
maintenant !



28 /* Script */ /* Script */ /* Script */

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text