Insectes choisis , livre ebook

icon

112

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

112

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

L’expression pictopoétique mise au point par LauBer, où Lau est parolier et Ber l’imagier-titreur, se décline ici en un variante qui devait fatalement survenir : celle où Ber versifie ses propres images, en s’inspirant de titres bien déjantés fournis par l’étonnant cerveau de l’ami Richard Monette, poète. C’est un jeu, on s’amuse entre rimailleurs. Le tout est d’être agréable, beau ou très moche, émouvant, élégant ou chaotique, tout ce qu’on veut sauf plat ou pesant. Même fade, c’est pas bien. L’ouvrage a été bien reçu par la confrérie, qui a donné à Allan E. Berger des commentaires encourageants. Raison pour laquelle l’auteur a déclaré qu’il inonderait ELP d’autre recueils, tant la poésie lui plaît. En effet, tout poème lui semble être une lave : ça vient de loin, ça gicle, ç’est fécond, tonitruant, et ça te rince. Il n’y a rien de plus magique. Pour ce recueil, Berger a choisi de butiner des insectes. Soigneusement choisis...


Extraits et commentaires sur le site de l'éditeur...

Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

6

EAN13

9782923916910

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

8 Mo

I N S E C T E S
C H O I S I S
A. E. BERGER

© ÉLP éditeur, 2015
www.elpediteur.com
elpediteur@gmail.com
ISBN :978-2-923916-91-0
Image de couverture :
A.E. Berger (CC BY-SA 3.0)

Cet ouvrage d’ÉLP éditeur est pourvu d’un dispositif de protection par filigrane appelé aussi
tatouage (watermark en anglais) et, par conséquent, n’est pas verrouillé par un DRM (Digital
Right Management), soit le verrou de protection nécessitant l’ouverture d’un compte Adobe.
Cela signifie que vous en êtes le propriétaire et que vous pouvez en disposer sans limite de
temps ou sur autant d’appareils (liseuses, tablettes, smartphones) que vous voulez.
Cet ouvrage s’avère néanmoins protégé par le droit d’auteur ; en l’achetant, vous vous engagez
à le considérer comme un objet unique destiné à votre usage personnel et à ne pas le diffuser
sur les réseaux sociaux ou les sites d’échange de fichiers. Veuillez prendre note que cet avis ne
s’applique pas si vous vous procurez cet ouvrage dans un écosystème fermé comme celui du
Kindle d’Amazon ou de Kobo.
ÉLP éditeur est une maison d’édition 100% numérique fondée au printemps 2010. Immatriculée
au Québec (Canada), ÉLP a toutefois une vocation transatlantique: ses auteurs comme les
membres de son comité éditorial proviennent de toute la Francophonie. Pour toute question ou
commentaire concernant cet ouvrage, n’hésitez pas à écrire à : ecrirelirepenser@gmail.com
« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe,
l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. »
Signé Albert Einstein.
Citation forgée en 1994 par des apiculteurs en colère.

Le mouvement incessant s’exprime dans le chant des ruisseaux, les scènes des levers et des couchers de
soleil, la glace qui s’effrite, le craquement des feuilles évanouies, l’horizon qui joue à cache-cache, les
racines sous terre. La poussière et la mort. L’eau du ciel. Le chaud et le froid. Tout se prête aux autres.
Carolle Anne Dessureault : L’Abécédaire

À Carolle Gagné :)Préface :
le trépied expressif de Berger
Par Paul Laurendeau
Partons de trois pattes qui sont aussi trois mâts qui sont aussi trois colonnes.
La poésie lyrico-pastorale :
Ber est ici le compagnon de Lau. Lau, avouons-le, est ici un tout petit peu l’accoucheur de Ber. Et Richard Monette, pour en
rajouter dans la percutance lyrale, est ici le titrulateur du lot. À l’instar de Lau (Laurendeau, votre humble serviteur), Ber(ger)
affectionne d’aller chercher le vers concret qui retrouve en son feuilleté menu et friable l’image, et joue d’elle et d’évocation.
Mais le lyrico-pastoral de Berger s’autonomise des papillonnades un peu vides de Lau en une jouissifade de l’exploration de
formes poétiques armaturées, héritées, qu’il s’agit de mobiliser et de ré-investir en s’amusant follement, juste de ne pas trop
s’en affranchir.
Les fabliaux animaliers :
Berger affectionne ses sujets, ses modèles. Il se projette en eux et eux en lui. On se retrouve donc par moments au cœur de
fabliaux animaliers. On nous raconte les aventures d’une punaise ou d’une abeille qui se jouèrent de ceci de par un vécu de cela,
avec dialogues même parfois. Mais La Fontaine a établi sa jonction avec Dada, par l’intermédiaire autant de Queneau que d’un
François d’Assise qui ne veut vraiment pas s ’ a s s i r. Pochades, boutades. Un pamphlétaire sociétal bourdonne, papillonne. Il ne
nous tire pas des moralités, non, non. C’est que la modernité nous surveille. Mais une discrète extase se chuinte. Et pourquoi
non ?
L’anecdote entomologique en prose :
La jouissance que Berger tire des mondes qu’il observe et qu’il manipule aussi, dans lesquels il vit, culmine dans ses petites
anecdotes entomologiques en prose. Jubilations lexicales d’abord, taxinomiques, latines-linnéennes. Mais surtout intimité
charnue et chenue avec les insectes choisis qui choisissent enfin de nous dire qui ils sont, qui ils piquent, comment ils se font
l’amour et la guerre. Et l’imagier Berger revient alors nous hanter, nous intriguer, nous interpeller, nous faire rire. C’est que ces
vieux animaux préhistoriques qu’il capture, c’est pas juste qu’il les voit. C’est qu’il les connaît, les observe, les retrouve.
Vous accotez finement, précisément, en emboîtage, vos trois pattes/mâts/colonnes, poésie lyrico-pastorale, fabliau animalier,
anecdote entomologique en prose. C’est notre trépied. Et vous posez alors, tout délicatement, très prudemment, sur ce trépied
expressif de Berger, le disque lumineux, vitré, vitral, vitrail, viral, pétant, parlant, égloguant, éclatant des images de Berger.
Tout est alors dit. Rhapsodie des rhapsodies et tout est rhapsodie. Ça se dit, ça se crie, mais surtout, bout d’hostie, qu’est-ce que
ça pétarade, qu’est-ce que ça barouette, qu’est-ce que ça transbahute, et qu’est-ce que ça jouit.Introduction, travaillée en prose
par Berger, dilettante
photographe
Ce titre est une plaisanterie ; je ne choisis certes pas mes insectes, trop heureux d’en découvrir dans les broussailles au hasard
d’un sentier. Le titre est en fait un frêle hommage rendu à monsieur Kitagawa (Japon, ca.1753-1806) qui, sous le prénom
d’artiste Utamaro, a dessiné non seulement des nuées de jolies demoiselles, mais aussi des Myriades d’oiseaux, et encore des
Insectes choisis.
Dessiner, c’est se poser en maître par rapport à son sujet, et Utamaro le traite bien alors comme il veut. Mais photographier, ce
n’est ici rien d’autre que rendre compte d’un passage. Pour mes insectes, qui sont choisis par les plantes mais pas par moi, je me
suis contenté de les prendre dans leur environnement, et il se pourrait alors qu’ils ne soient pas les objets principaux des
images.
D’autant plus que, ayant reçu mes photographies, mon compère Richard Monette, poète québécois du Haut Richelieu, en inventa
les titres. Il me renvoya ceux-ci, à charge pour moi d’en tirer des poèmes. Nota bene que, pour vous empêcher de choisir vos
insectes, j’ai mis la table des matières en fin d’ouvrage. Ainsi ferez-vous comme je fis, prenant de bon cœur ce qui venait.INSECTES CHOISIS
Titres
recueillis
par Richard Monette


Attention,
cet ouvrage
est infesté
de punaises.Camouflet de guerre
Cornichon blême lancé d’un vif étrier
Dans la rouge bataille des écrevisses,
Tu cahotes inquiet le long d’un vert sentier ;
La peur enduit tes jambes de fumante pisse.
Dans la rouge bataille des écrevisses,
Soldaticule, vraiment tu fais pot de terre ;
La peur enduit tes jambes de fumante pisse,
Piteuse incarnation d’un camouflet de guerre.
Soldaticule, vraiment tu fais pot de terre,
Tandis qu’au feuillage guette une ombre verte.
Piteuse incarnation d’un camouflet de guerre
Sur qui soudain s’applique un esprit alerte.
Tandis qu’au feuillage guette une ombre verte,
Danger ! Malemort pour l’innocence passant
Sur qui soudain s’applique un esprit alerte.
Qui n’est pas attentif finira dans son sang.
Danger ! Malemort pour l’innocence passant.
Dans la rouge bataille des écrevisses,
Qui n’est pas attentif finira dans son sang.
Sur l’ombreux sentier, la tête tu te dévisses.
Dans la rouge bataille des écrevisses
Tu sursautes. Là ! Un gros zonzon furibard !
Sur l’ombreux sentier, la tête tu te dévisses :
Mais ce n’est qu’une mouche, eh triste pétochard !
Tu sursautes. Là ! Un gros zonzon furibard !
Foin des menaces que tu ne sais pas trier !
Mais ce n’est qu’une mouche, eh triste pétochard !
Cornichon blême lancé d’un vif étrier !Choisir ! Pourquoi choisir ?
« Choisir ! Pourquoi choisir ?
Et puis d’abord : comment ?
Voici que, baguenaudant sur un chemin
Ou bien, enfoncé dans des broussailles
Au milieu des odeurs de sangliers, virgule,
J’avise une chtite bébite ailée qui rouscaille
Au fond d’un hallier. Hop ! Je la photographie.
Des fois c’est flou des fois c’est sombre,
Des fois ça n’a aucun sens ni intérêt.
Et puis des fois il y a quelque chose alors je garde.
— Choisir ! Pourquoi choisir ?
Moi qui zonzonne je sais très bien que, bzz bzz,
On ne balance jamais entre deux, bzz bzz.
Bienheureux d’en trouver des tonnes,
Nouzautres bzz bzz on inspecte,
En bons insectes,

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents