Gaspard de la nuit , livre ebook

icon

170

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2015

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

170

pages

icon

Français

icon

Ebook

2015

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus


Aloysius Bertrand (1807-1841)



Aloysius Bertrand, de son vrai nom Louis Bertrand, est considéré comme l'inventeur du poème en prose.



"Gaspard de la nuit" fut édité après sa mort, en 1842, par un de ses amis : David d'Angers le sculpteur.


Bertrand nous offre une suite de poèmes en prose, revisitant le moyen-âge avec un style parfois gothique, parfois romantique, parfois fantastique. Comme l'indique l'auteur, en sous-titre, c'est une fantaisie à la manière de Rembrandt et Callot : Le clair-obscur de Rembrandt allié aux personnages dessinés par Callot.



Bertrand inspira plusieurs écrivains tels que Baudelaire qui avoue avoir pris "Gaspard de la nuit" comme modèle d'écriture pour le "spleen de Paris", André Breton, Stéphane Mallarmé ou encore Max Jacob.

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

11 octobre 2015

Nombre de lectures

11

EAN13

9782374630854

Langue

Français

Gaspard de la nuit

Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot

Aloysius Bertrand


Octobre 2015
Stéphane le Mat
La Gibecière à Mots
ISBN : 978-2-37463-085-4
Couverture : pastel de STEPH'
lagibeciereamots@sfr.fr
N° 86
Gaspard de la nuit
 
Ami, te souviens-tu qu’en route pour Cologne,
Un dimanche, à Dijon, au cœur de la Bourgogne,
Nous allions admirant clochers, portails et tours,
Et les vieilles maisons dans les arrières-cours ?
S AINTE -B EUVE . – Les consolations
 
Gothique Donjon
Et flèche gothique (1)
Dans un ciel d’optique,
Là-bas, c’est Dijon.
Ses joyeuses treilles
N’ont point leurs pareilles ;
Ses clochers jadis
Se comptaient par dix.
Là plus d’une pinte
Est sculptée ou peinte.
Là, plus d’un portail
S’ouvre en éventail.
Dijon, moult te tarde ! (2)
Et mon luth camard
Chante la moutarde
Et ton Jacquemart !
 
J’aime Dijon comme l’enfant sa nourrice dont il a sucé le lait, comme le poète la jouvencelle qui a initié son cœur. – Enfance et poésie ! Que l’une est éphémère, et que l’autre est trompeuse ! L’enfance est un papillon qui se hâte de brûler ses blanches ailes aux flammes de la jeunesse, et la poésie est semblable à l’amandier : ses fleurs sont parfumées et ses fruits sont amers.
J’étais un jour assis à l’écart dans le jardin de l’Arquebuse, – ainsi nommé de l’arme qui autrefois y signala si souvent l’adresse des chevaliers du Papeguay. Immobile sur un banc, on eût pu me comparer à la statue du bastion Bazire. Ce chef-d’œuvre du figuriste Sévallée et du peintre Guillot représentait un abbé assis et lisant. Rien ne manquait à son costume. De loin, on le prenait pour un personnage ; de près, on voyait que c’était un plâtre.
La toux d’un promeneur dissipa l’essaim de mes rêves. C’était un pauvre diable dont l’extérieur n’annonçait que misères et souffrances. J’avais déjà remarqué, dans le même jardin, sa redingote râpée qui se boutonnait jusqu’au menton, son feutre déformé que jamais brosse n’avait brossé, ses cheveux longs comme un saule, et peignés comme des broussailles, ses mains décharnées, pareilles à des ossuaires, sa physionomie narquoise, chafouine et maladive qu’effilait une barbe nazaréenne ; et mes conjectures l’avaient charitablement rangé parmi ces artistes au petit pied, joueurs de violon et peintres de portraits, qu’une faim irrassasiable et une soif inextinguible condamnent à courir le monde sur là trace du Juif-errant.
Nous étions maintenant deux sur le banc. Mon voisin feuilletait un livre, des pages duquel s’échappa à son insu une fleur desséchée. Je la recueillis pour la lui rendre. L’inconnu me saluant la porta à ses lèvres flétries, et la replaça dans le livre mystérieux.
– « Cette fleur, me hasardai-je à lui dire, est sans doute le symbole de quelque doux amour enseveli ? Hélas ! nous avons tous dans le passé un jour de bonheur qui nous désenchante l’avenir.
– Vous êtes poète ? me répondit-il en souriant. »
Le fil de la conversation s’était noué : maintenant, sur quelle bobine allait-il s’envider ?
– « Poète, si c’est être poète que d’avoir cherché l’art !
– Vous avez cherché l’art ! Et l’avez-vous trouvé ?
– Plût au ciel que l’art ne fût pas une chimère !
– Une chimère !... Et moi aussi je l’ai cherché ! » s’écria-t-il avec l’enthousiasme du génie et l’emphase du triomphe.
Je le priai de m’apprendre à quel lunettier il devait sa découverte, l’art ayant été pour moi ce qu’est une aiguille dans une meule de foin...
– « J’avais résolu, dit-il, de chercher l’art comme au moyen-âge les roses-croix cherchèrent la pierre philosophale ; l’art, cette pierre philosophale du XIX e siècle !
« Une question exerça d’abord ma scolastique. Je me demandai : Qu’est-ce que l’art ? – L art est la science du poète. – Définition aussi limpide qu’un diamant de la plus belle eau.
« Mais quels sont les éléments de l’art ? Seconde question à laquelle j’hésitai pendant plusieurs mois de répondre. – Un soir qu’à la fumée d’une lampe je fossoyais le poudreux charnier d’un bouquiniste, j’y déterrai un petit livre en langue baroque et inintelligible, dont le titre s’armoriait d’un amphistère déroulant sur une banderole ces deux mots : Gott – Liebe . Quelques sous payèrent ce trésor. J’escaladai ma mansarde, et là, comme j’épelais curieusement le livre énigmatique, devant la fenêtre baignée d’un clair de lune, soudain il me sembla que le doigt de Dieu effleurait le clavier de l’orgue universel. Ainsi les phalènes bourdonnantes se dégagent du sein des fleurs qui pâment leurs lèvres aux baisers de la nuit. J’enjambai la fenêtre, et je regardai en bas. Surprise ! Rêvais-je ? Une terrasse que je n’avais pas soupçonnée aux suaves émanations de ses orangers, une jeune fille vêtue de blanc qui jouait de la harpe, un vieillard velu, de noir qui priait à genoux ! – Le livre me tomba de la main.
« Je descendis chez les locataires de la terrasse. Le vieillard était un ministre de la religion réformée qui avait échangé la froide patrie de sa Thuringe contre le tiède exil de notre Bourgogne. La musicienne était son unique enfant, blonde et frêle beauté de dix-sept ans qu’effeuillait un mal de langueur ; et le livre par moi réclamé était un eucologe allemand à l’usage des églises du rite luthérien et aux armes d’un prince de la maison d’Anhalt-Coëthen.
« Ah ! monsieur, ne remuons pas une cendre encore inassoupie ! Elisabeth n’est plus qu’une Béatrix à...

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text