Biayenda : les richesses perdues , livre ebook

icon

112

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

112

pages

icon

Français

icon

Ebook

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

« La vie d'Émile Biayenda Est une pluie abondante Qui arrose tout le Congo De nombreuses grâces divines. Son martyre est le fumier Dont Dieu s'est servi et se sert Pour arroser le sol congolais Afin d'y faire germer l'unité. Biayenda est un vrai témoin. La mort ne l'a jamais arrêté, La terre ne put l'engloutir, Sa tombe est un sanctuaire. » (Extrait de La Vie d'un témoin.) À travers ses diverses actions bienfaitrices et paroles spirituelles perpétuellement relayées, Émile Biayenda, premier cardinal de la République du Congo, continue de prêcher la paix plus de quarante ans après sa disparition. Dans ce prolongement, l'ouvrage de Gabriel Massembo exprime son admiration et son immense respect pour le cardinal-prêtre dont il retrace le parcours, comme un modèle de vie à suivre : Émile Biayenda demeure une personne qui inspire à relever les défis de l'église contemporaine et appelle à l'unité. Le vibrant hommage de Gabriel Massembo, célébrant un être d'une sagesse grande et distinguée, participe à la fortification et à l'élévation de la foi, tout en rallumant l'espoir d'un monde meilleur.

Voir Alternate Text

Date de parution

14 juin 2019

Nombre de lectures

0

EAN13

9782342166620

Langue

Français

Biayenda : les richesses perdues
Gabriel Massembo
Société des écrivains

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.


Société des écrivains
175, boulevard Anatole France
Bâtiment A, 1er étage
93200 Saint-Denis
Tél. : +33 (0)1 84 74 10 24
Biayenda : les richesses perdues
Toutes les recherches ont été entreprises afin d’identifier les ayants droit. Les erreurs ou omissions éventuelles signalées à l’éditeur seront rectifiées lors des prochaines éditions.
 
 
Un grand homme n’a rien à prouver de sa grandeur. Sa vie est une succession de faits et gestes qui témoignent de la bonté de son cœur et du bon sens qui l’anime dans les actes qui sont les siens. Sa personne est transparente. Quiconque l’a rencontré, croit en lui et plus jamais ne l’oublie.
Plus qu’un appel
Ta passion endurée pour la paix
N’a cessé de nous affliger
Tant d’années durant tes plaies
Nous accablent davantage
Ton martyre d’il y a 40 ans
Plus qu’une cicatrice
Est une béante blessure
Qui n’arrête point de saigner
Elle se referme tous les ans
Mais s’ouvre et saigne
Encore et encore
Au matin de chaque 22 mars
Qui sait que tu eus à perdre
Beaucoup de sang ?
Qui sait aussi
Que ton sang coule à jamais ?
Ton corps meurtri et enfoui
Durant plus de 24 heures
Fut après l’exhumation
Couvert de beaucoup de sang
Nettoyé et enseveli
Le fleuve de ton sang
Coule depuis lors
Jusqu’à inonder nos cœurs
Plus qu’un appel
Le cri de ton martyre
Nous ouvre les portes
Pour mieux cerner notre devoir
Tu nous adresses chaque jour
Un incessant et vibrant appel
Qui retentit dans nos oreilles
Ta vie est plus qu’un appel
Un appel à une prise de conscience
Un appel à une véritable conversion
Un appel à pouvoir réguler nos actes
Un appel à la grandeur du sacerdoce
Plus qu’un appel
Ta vie nous offre l’opportunité
D’être à l’avenir des hommes
Conséquents et libres en Dieu
Cet appel à la liberté
Qu’à peine nous entendions
Ton martyre l’a rendu
Incessant et persuasif
Sans avoir choisi de l’entendre
Nous nous relevons à son écho
Nous nous trouvons être vaincus
Dans nos pensées obscures et calculatrices
Tant d’années durant
Ton martyre il y a 40 ans
Nous adresse chaque jour
Un appel à une véritable conversion
Durant toute notre vie
Nous demeurerons éveillés
Grâce à l’écho de ce vibrant appel
Qui résolument fait de nous des témoins
 
 
Tu nous attendais
Nous nous sommes déplacés
Oubliant que tu l’avais voulu
Nous croyons nous conduire
Nous étions plutôt conduits
Notre intelligence a honoré
Un programme relatif
Aux festivités du trente et unième
Anniversaire de ta mort
Tu nous attendais en ce lieu
Où nous nous sommes dirigés
Sachant que nous y viendrions
Tu décidas de rencontrer chacun
Ce lieu hautement élevé
Est digne de ta réputation
Le peuple y accourt
Comme jadis à la cathédrale
Tu as visité en esprit
La maison qui t’a été dédiée
Tu as insinué aux formateurs
Le désir de venir à ta rencontre
Du haut de la montagne
Tu regardes comme jadis
À chacune de tes célébrations
Le peuple que tu as aimé
Ce peuple qui t’a aimé
Qui se reconnaissait en toi
Qui trouvait refuge auprès de toi
Qui accourt désormais à la montagne
Nous t’y avons trouvé
Chacun, et sans exception,
Fit dans sa peau l’expérience
De ta souffrance pour nous
Chacun de tout cœur comprit
La mission que Dieu t’a donnée
Le doute en chacun se dissipait
Pour faire place à une dévotion
Il n’y a plus un seul doute
Au sujet de ton témoignage
Assez de signes palpables
Nous ont révélé ta grandeur
Pour la raison de l’unité nationale
Tu as voulu d’un tel pèlerinage
Les séminaristes des quatre coins
Sont venus en pèlerinage à ta rencontre
Une expérience enrichissante
Où toute l’Église du Congo fut en prière
Pour ta béatification et ta canonisation
Une prière ciment de l’unité nationale
Tu nous as tous rencontrés
Et chacun de façon particulière
Tu nous as adressé un seul message
Le Congo est un et l’Église est une
Le vœu de l’unité fut ton vœu
C’est ce à quoi tu appelles
Les prêtres et séminaristes
Pour une Église sainte et unie
 
 
La vie d’un témoin
Il y a de nombreuses gens
Qui naissent et passent
Sous le silence du ciel
Ils meurent et disparaissent
Avec et sans cheveux blancs
La terre les précipite
Dans les arrière-sous-sols
Eux et leurs histoires
Aucune des œuvres humaines
Ne fait mémoire d’eux
Que des tombes où ils gisent
Qui nous rappellent leur vie
Un enfant est par contre né
Il a évolué parmi nous
Et par haine a été martyrisé
Mais il grandit infiniment
La mort n’a guère arrêté
L’accroissement de sa vie
Elle nous a plutôt révélé
La grandeur de son âme
La terre qui enveloppa
La tristesse de sa dépouille
Ne put en effet engloutir
Le témoignage de sa vie
À chaque instant de notre vie
Il nous souffle à l’oreille :
« Qu’aucun acte déraisonnable
Ne puisse compromettre la paix »
40 ans après sa mort
Il nous insinue l’espérance
De la vie d’un témoin
Par laquelle il est parvenu
La vie d’Émile Biayenda
Est une pluie abondante
Qui arrose tout le Congo
De nombreuses grâces divines
Son martyre est le fumier
Dont Dieu s’est servi et se sert
Pour arroser le sol congolais
Afin d’y faire germer l’unité
Biayenda est un vrai témoin
La mort ne l’a jamais arrêté
La terre ne put l’engloutir
Sa tombe est un sanctuaire
Quatre décennies après sa mort
Sa vie ne cesse d’accroître
Cet enfant devenu cardinal
Martyrisé grandit infiniment
Nous en sommes témoins
Et rapportons à l’humanité
Jusqu’où l’amour de Dieu va
Pour sauver son peuple
Un témoin ne meurt pas
Il vit à travers ses œuvres
Émile continue de prêcher la paix
Quarante ans après sa disparition
 
 
Homme de valeur
Le sérieux qu’exige
Les temps nouveaux
Rend présent à notre mémoire
Le souvenir de ta personne
La donne chrétienne a changé
La modernité a converti l’homme
À la religion contemporaine
De l’éros, l’avoir et le relativisme
Les valeurs chrétiennes sont en proie
À un progressisme incrédule
Les chrétiens ont trahi leur identité
Les pasteurs se sont détournés de leur rôle
Les valeurs que tu as défendues
Sont tombées en désuétude
Le chrétien devient perplexe
Face à la question du mal et du bien
Qu’avons-nous hérité
De ton exemplarité ?
Que nous insinue donc
Ton mystérieux martyre ?
Il semblerait que nous n’ayons pas
Gardé grand-chose de ta vie
Nous avions fait de toi
Un personnage mythique
Nous t’exaltons et en même temps
Nous désapprouvons ton témoignage
Par nos différents choix de vie
Tout à fait contradictoires aux tiens
Hélas ! Nous disons une chose
Et aspirons à son contraire
Nous faisons écho de ta vie
Sans cependant améliorer la nôtre
Nous sommes plus maîtres que témoins
Nous avons plus d’amour de nous que de l’Église
Nous ne cherchons pas vraiment Dieu
Nous courons après notre propre gloire
Nous sommes plus mondains que religieux
Accaparés par de nombreux soucis de la vie
Nous avons perdu la quiétude intérieure
À...

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text