Nanine , livre ebook

icon

54

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

54

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "LA BARONNE. Il faut parler, il faut, monsieur le comte Vous expliquer nettement sur mon compte. Ni vous ni moi n'avons un cœur tout neuf ; Vous êtes libre, et depuis deux ans veuf : Devers ce temps j'eus cet honneur moi-même ; Et nos procès, dont l'embarras extrême Était si triste et si peu fait pour nous, Sont enterrés, ainsi que mon époux."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

16

EAN13

9782335097559

Langue

Français

EAN : 9782335097559

 
©Ligaran 2015

Avertissement pour la présente édition
Nanine est tirée du fameux roman de Paméla  ; ce sujet, qui était tout à fait dans l’esprit et dans le goût de l’époque, avait déjà séduit Boissy et Nivelle de Lachaussée. L’un avait donné au Théâtre Italien, le 4 mars 1743, Paméla, ou la Vertu mieux éprouvée , trois actes en vers ; l’autre avait donné à la Comédie-Française une Paméla en cinq actes et en vers, le 6 décembre de la même année. Toutes deux avaient échoué, surtout la seconde, qui n’eut qu’une seule représentation et ne fut pas imprimée ; ce qui donna lieu de jouer aux Italiens la Déroute des Paméla .
Voltaire jugea prudent de débaptiser l’héroïne. Nanine fut plus heureuse que Paméla . Elle réussit. « Amusez-vous donc, écrivait Voltaire à Baculard d’Arnaud, le jour de la seconde représentation (18 juin 1749) ; amusez-vous donc si vous pouvez à Nanine  ; voici deux billets qui me restent. Si vous voulez d’ailleurs vous trouver chez Procope, je vous ferai entrer, vous, vos amis, vos filles de joie ou non-joie, partout où il vous plaira. »
« M. de la Place, traducteur du Théâtre anglais (c’est Collé qui consigne ce trait dans son Journal historique ), me dit un fait dont il me jura avoir été le témoin ; il prétend qu’à la troisième représentation de Nanine , où il assistait, il s’éleva un petit ricanement dans le parterre. Alors Voltaire, qui était place aux troisièmes loges en face du théâtre, se leva et cria tout haut : "Arrêtez, barbares, arrêtez !" et le parterre se tut. »
« Il était un peu désagréable, dit Wagnières dans ses Mémoires sur Voltaire , de se trouver à côté de lui aux représentations, parce qu’il ne pouvait se contenir. Tranquille d’abord, il s’animait insensiblement ; sa voix, ses pieds, sa canne, se faisaient entendre plus ou moins. Il se soulevait à demi de son fauteuil, se rasseyait ; tout à coup se trouvait droit, paraissant plus haut de dix pouces qu’il ne l’était réellement. C’était alors qu’il faisait le plus de bruit. Les acteurs de profession redoutaient même, à cause de cela, de jouer devant lui. »
Nanine eut ; dans sa nouveauté, douze représentations consécutives. Voltaire fut si content de l’accueil qui avait été fait à sa pièce, qu’il songea, dit-on, à la mettre en cinq actes ; mais, mieux inspiré, il renonça à ce projet.
Avertissement de Beuchot
Je n’ai pu voir un exemplaire de l’édition de Nanine faite en 1748, si l’on en croit la Bibliothèque annuelle et universelle , tome I er , page 203. Mais comme le volume de cette Bibliothèque pour l’année 1748 porte lui-même la date de 1751, il est à croire qu’il y a erreur. Cependant la Préface même de Voltaire prouve qu’il existait déjà une édition de Nanine lorsque l’auteur en donna une, sous l’adresse de Paris, Lemercier et Lambert, 1749, in-12. Un passage de cette préface de 1749, que je rapporte en variante, dit que la pièce fut jouée au mois de juillet 1748. Dans l’édition de 1750, il est dit que Nanine fut représentée à Paris dans l’été de 1749. La date du 17 juillet 1748 est donnée comme date de la première représentation, sur le faux titre de Nanine , page 259 du tome VI de l’édition des Œuvres de M. de Voltaire , 1751, onze volumes petit in-12. Longchamp, dans ses Mémoires , tome II, page 205, dit que Nanine fut faite à Commercy en 1748. Il est donc possible que cette comédie ait été représentée sur un théâtre particulier en juillet 1748 ; mais elle ne le fut au Théâtre-Français que le 16 juin 1749 ; cela est prouvé par les registres de la Comédie-Française et par le Mercure de juillet 1749, page 190. Ce journal ajoute qu’après les premières représentations, Voltaire fit des changements non seulement dans le dialogue, mais encore dans la conduite de sa fable .
On vit paraître, à l’occasion de Nanine  : I.  Réflexions sur le comique larmoyant par M. de C…, trésorier de France et conseiller au présidial de l’académie de la Rochelle , 1749, in-12 de 74 pages. Cette brochure est celle dont Voltaire parle dans sa Préface  ; l’auteur est Pierre-Matthieu Martin de Chassiron, né en l’île d’Oléron en 1704, mort en 1767. II. Lettre à l’auteur de Nanine (par Guiard de Servigné, avocat à Rennes), 1749, in-12 de 16 pages. III. Réflexions critiques sur la comédie de Nanine, par M. G … Nancy, 1749, in-8° de 16 pages. Elles sont signées : Gresvil . IV. Nanin et Nanine, fragment d’un conte traduit de l’arabe , par le sieur L.D.V., 1749, in-8°, que Barbier dit être d’un nommé Lefèvre.
Dans quelques éditions récentes, on a imprimé à la suite de la Préface de Voltaire l’Extrait d’une lettre du roi de Prusse à Voltaire . Je ne reproduis pas ici cet extrait, parce que je donnerai à sa date (11 janvier 1750) la lettre entière, qui n’a encore paru dans aucune édition des Œuvres de Voltaire.
Préface
Cette bagatelle fut représentée à Paris dans l’été de 1749, parmi la foule des spectacles qu’on donne à Paris tous les ans.
Dans cette autre foule, beaucoup plus nombreuse, de brochures dont on est inondé, il en parut une dans ce temps-là qui mérite d’être distinguée. C’est une dissertation ingénieuse et approfondie d’un académicien de la Rochelle sur cette question, qui semble partager depuis quelques années la littérature : savoir s’il est permis de faire des comédies attendrissantes. Il paraît se déclarer fortement contre ce genre, dont la petite comédie de Nanine tient beaucoup en quelques endroits. Il condamne avec raison tout ce qui aurait l’air d’une tragédie bourgeoise. En effet, que serait-ce qu’une intrigue tragique entre des hommes du commun ? Ce serait seulement avilir le cothurne ; ce serait manquer à la fois l’objet de la tragédie et de la comédie ; ce serait une espèce bâtarde, un monstre né de l’impuissance de faire une comédie et une tragédie véritable.
Cet académicien judicieux blâme surtout les intrigues romanesques et forcées dans ce genre de comédie, où l’on veut attendrir les spectateurs, et qu’on appelle, par dérision, comédie larmoyante. Mais dans quel genre les intrigues romanesques et forcées peuvent-elles être admises ? Ne sont-elles pas toujours un vice essentiel dans quelque ouvrage que ce puisse être ? Il conclut enfin en disant que, si dans une comédie l’attendrissement peut aller quelquefois jusqu’aux larmes, il n’appartient qu’à la passion de l’amour de les faire répandre. Il n’entend pas, sans doute, l’amour tel qu’il est représenté dans les bonnes tragédies, l’amour furieux, barbare, funeste, suivi de crimes et de remords ; il entend l’amour naïf et tendre, qui seul est du ressort de la comédie.
Cette réflexion en fait naître une autre, qu’on soumet au jugement des gens de lettres ; c’est que, dans notre nation, la tragédie a commencé par s’approprier le langage de la comédie. Si l’on y prend garde, l’amour, dans beaucoup d’ouvrages dont la terreur et la pitié devraient être l’âme, est traité comme il doit l’être en effet dans le genre comique. La galanterie, les déclarations d’amour, la coquetterie, la naïveté, la familiarité, tout cela ne se trouve que trop chez nos héros et nos héroïnes de Rome et de la Grèce, dont nos théâtres retentissent ; de sorte qu’en effet l’amour naïf et attendrissant dans une comédie n’est point un larcin fait à Melpomène, mais c’est au contraire Melpomène qui depuis longtemps a pris chez nous les brodequins de Thalie.
Qu’on jette les yeux sur les premières tragédies qui eurent de si prodigieux succès vers le temps du cardinal de Richelieu, la Sophonisbe de Mairet, la Mariamne, l’Amour tyrannique , Alcionée  : on verra que l’amour y parle toujours sur un ton aussi familier et quelquefois aussi bas que l’héroïsme s’y exprime avec une emphase ridicule ; c’est peut-être la raison pour laquelle notre nation n’eut en ce temps-là aucune comédie supportable ; c’est qu’en effet le théâtre tragique avait envahi

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text