Missions catholiques et protestantes au Congo , livre ebook

icon

39

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

39

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : La question de la reprise du Congo par la Belgique a été momentanément écartée des discussions politiques. Cependant, l'opinion publique continue à suivre, avec un intérêt bien légitime, le développement progressif de l'État Indépendant, qui bientôt peut-être deviendra colonie belge."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

10

EAN13

9782335097528

Langue

Français

EAN : 9782335097528

 
©Ligaran 2015

Scheut-lez-Bruxelles, le 13 avril 1897 .
Cher Monsieur ,
Vous voulez bien me faire part de l’intention que vous avez de publier un tract sur la situation des missions religieuses au Congo Belge. Je ne puis qu’approuver l’idée, que je trouve très heureuse. Vous donnerez ainsi le bon exemple d’une collaboration efficace à une œuvre qui a besoin d’être popularisée dans notre catholique Belgique .
Ce sera un moyen de multiplier les prières en faveur d’une entreprise qui ne peut prospérer que par la bénédiction d’en Haut, de multiplier les vocations, dont le besoin se fait grandement sentir, et d’augmenter les ressources matérielles qui sont indispensables. Votre travail aura dans tous les cas un résultat considérable, en exposant les efforts, que le missionnaire fait en vue de la conversion des noirs, l’amélioration de leur état matériel et leur formation intellectuelle dans la mesure de leurs capacités. Vous aiderez ainsi l’opinion publique à lui faire apprécier l’excellence de l’œuvre et vous élèverez celle-ci dans l’estime de nos compatriotes. Votre travail sera un hommage rendu non seulement aux missionnaires, mais aussi à Sa Majesté le Roi des Belges et à tous ses courageux collaborateurs. Si le Roi a ouvert un vaste continent à la civilisation chrétienne, si les vaillants n’ont pas manqué à l’accomplissement de son grand dessein, on n’oubliera pas non plus que, dès le début, un appel a été fait au zèle des missionnaires .
Ceux-ci sont heureux de rendre témoignage de la bienveillance dont ils ont été l’objet, de l’aide et de la protection qu’ils ont trouvées en toute espèce de rencontres. Les catholiques belges partageront la reconnaissance des missionnaires, et vous avez grandement raison de les y aider .
Sans le savoir peut-être et pour cette raison même avec d’autant plus d’éloquence, vous offrirez au public une protestation indirecte contre certaines accusations qui se font entendre en ce moment à l’étranger, et dont les échos pourraient se répercuter jusque dans notre pays. Une œuvre ne perd rien de sa grandeur, même en présence de certains abus particuliers ou individuels, qui, dans le cas qu’on les constaterait dûment, seraient toujours condamnables et hautement condamnés par l’État comme par les missionnaires. Ce qu’il faut empêcher, c’est de voiler l’aspect général d’une situation par quelques traits d’abus particuliers, inévitables sur un terrain aussi vaste et dans une organisation déjà compliquée. Aucun de ceux qui travaillent à la régénération de l’Afrique centrale n’a jamais perdu de vue la grandeur du but à atteindre .
C’est l’humanité qu’il s’agit d’y défendre contre les attaques d’un odieux esclavagisme et les ravages d’une affreuse barbarie, c’est la possibilité d’un enseignement moral et religieux qu’il s’agit d’assurer .
Personne ne le contestera, les moyens employés jusqu’ici sont efficaces. Un gouvernement organisé remplaçant le désordre anarchique et assurant la protection des droits d’un chacun est déjà un progrès et un fait accompli ; mais il y a plus, des succès considérables ont été obtenus contre les ennemis de l’humanité, contre les traitants arabes. C’est un service inappréciable rendu tant aux indigènes qu’à l’Église et à l’Europe .
Le point culminant de la situation dans le centre africain était bien cette opposition entre l’Europe chrétienne et l’Islamisme marchand d’esclaves, le conflit a éclaté et l’avantage est resté à la civilisation chrétienne .
Tous ceux qui sont restés accessibles aux sentiments chrétiens et humanitaires, ont à s’en réjouir et les catholiques belges en particulier .
En effet, Léopoldville, appelé à devenir sous peu le centre des missions catholiques, serait peut-être aujourd’hui une citadelle de l’Islamisme ; nous ne songeons qu’avec horreur à ce qui serait déjà arrivé : un tiers de nos chers noirs eût été massacré, un autre tiers emmené en esclavage, le reste fût devenu musulman et n’eût plus offert aucun espoir de conversion .
Disons-le nettement, c’est la porte du salut que l’État du Congo a ouverte à la population indigène. Il n’y a place que pour un sentiment unanime d’admiration sincère pour l’œuvre mémorable si généreusement entreprise par le Roi, dont le nom passera à l’histoire. Il ne suffit pas néanmoins de se réjouir des résultats obtenus, mais il est du devoir de tout bon catholique de coopérer en quelque façon à l’œuvre du Roi, de la soutenir, de la continuer et de l’accomplir .
C’est un rôle que la Providence assigne manifestement à la Belgique, un appel qu’Elle lui a adressé et dont Elle attend la réponse. Elle a attiré son regard vers l’Afrique centrale et l’a rendu témoin des souffrances et des misères de cette population noire. La Belgique est appelée à être le charitable samaritain qui pansera ses blessures, après avoir éloigné le danger. À elle à voir si elle méritera le blâme ou la louange, si elle se montrera digne de la récompense qui est attachée à une bonne action, si elle cédera à d’autres des titres, de glorieux mérites et de célestes bénédictions qui lui sont offerts .
Nous espérons pour notre part qu’elle écoutera l’appel ; tant de Belges se sont déjà dévoués, le dévouement de la Belgique ne saurait se faire attendre. L’œuvre de civilisation et le mouvement religieux seront nationalisés, nous en avons la douce espérance. Le clergé belge et les nombreuses congrégations religieuses qui fleurissent sur notre territoire attendent ce moment pour surgir en levée et porter aux déshérités de la grâce la foi chrétienne et les nombreux bienfaits dont notre Patrie est redevable à la divine Providence .
Cher Monsieur, que le bon Dieu vous bénisse, et fasse fructifier vos peines pour la gloire de son nom et le salut des âmes .
Agréez, je vous prie, l’assurance de mes sentiments de sincère estime et de cordiale affection en Jésus-Christ .

C. VAN RONSLÉ,
év . de Thymbrium.
vic. ap. du Congo Belge.
La question de la reprise du Congo par la Belgique a été momentanément écartée des discussions politiques. Cependant, l’opinion publique continue à suivre, avec un intérêt bien légitime, le développement progressif de l’État Indépendant, qui bientôt peut-être deviendra colonie belge.
Nous n’aborderons pas dans sa généralité et sa complexité la question coloniale. Nous voulons seulement examiner un côté spécial de la question, traiter un point sur lequel tous les Belges en général et les catholiques en particulier peuvent et doivent s’entendre : c’est le problème de l’évangélisation de l’Afrique équatoriale. Il est certain que même les adversaires de l’extension coloniale doivent, dès qu’ils sont catholiques, s’intéresser au plus haut degré à la conquête pacifique entreprise par nos missionnaires.
N’y a-t-il pas là, au cœur de l’Afrique, une population immense, livrée au plus grossier fétichisme et aux pratiques les plus barbares et qui cependant semble aspirer à une instruction, une civilisation et une religion supérieures ?
Aussi le dévouement des missionnaires y a trouvé un champ d’action aussi fécond que vaste, et les nations rivalisent d’ardeur, les diverses Églises font des efforts extraordinaires pour se rattacher les peuples du centre de l’Afrique.
Les partisans de la reprise – et nous ne cacherons pas que nous sommes de ceux-là, depuis que nous voyons tomber une à une les objections opposées naguère à l’entreprise coloniale de S.M. Léopold II – les partisans de la reprise, disons-nous, sont plus directement et plus grandement encore intéressés dans la question qui fait l’objet de cette brochure. En effet, n’est-elle pas de la plus haute importance, l’action de ces hardis missionnaires qui préparent la route aux colonisateurs et qui, en apportant une religion de paix et la civilisation des nouveaux maîtres, favorisent la tranquillité et le développement de la future colonie ?
De nombreuses publications ont exposé par fragments l’histoire et ont montré l’importance des divers établissements de missionnaires au Congo. Mais

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text