Tout feu tout flamme , livre ebook

icon

234

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

234

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Lorsque les flammes jaillissent… Miranda Ellis est une jeune femme tourmentée. Affligée depuis sa naissance d’un don étrange et puissant, elle a passé sa vie à tenter de maîtriser ce pouvoir exceptionnel. Une faute, commise en toute innocence mais aux conséquences irréversibles, a provoqué la ruine de sa famille et l’a contrainte à épouser le lord le plus abominable de Londres.Elles brûlent à jamais…Lord Benjamin Archer n’est pas un homme ordinaire. Condamné à dissimuler son visagedéfiguré sous un masque, Archer sait fort bien qu’il est égoïste de sa part d’épouser Miranda. Pourtant, il ne peut faire fi de son attirance pour cette magnifique jeune femme à la chevelure flamboyante qui, en le touchant de la main, a éveillé en lui une passion qu’il n’avait jamais éprouvée. Lorsqu’on l’accuse d’avoir commis une série de meurtres horribles, Archer donne libre cours à la nature bestiale qu’il a tenté de toutes ses forces de réprimer. Mais la malédictionqui pèse sur lui est incontournable. Pour sauver l’âme d’Archer, Miranda devra s’introduiredans un monde dominé par la sorcellerie et des intrigues encore plus dangereuses. Car elleseule connaît l’homme qui se cache derrière le masque.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

13 janvier 2014

Nombre de lectures

71

EAN13

9782897336578

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Il est sans masque…
Elle est sans peur…
— Vous m’avez donné votre parole, Archer, je ne la mettrai pas en doute.
C’était la vérité. Mais pas toute la vérité.
— Je ne m’enfuirai pas.
Le tissu laineux de la redingote d’Archer effleura le marbre dans un doux murmure lorsqu’il se tourna pour lui faire face. Elle lui rendit son regard, vulnérable pendant un bref moment de désarroi. Il la considéra avec chaleur. Il comprenait. Après une courte inspiration, il prit la parole d’une voix sourde et frémissante.
— Vous n’avez pas idée de l’effet que vous me faites.
Les mots l’atteignirent en plein ventre. Elle ferma les yeux et déglutit.
— Si vous entendez par là avoir l’impression de naviguer dans des eaux inconnues, sans savoir si l’on va ou si l’on vient…
Elle baissa les yeux sur sa chemise, observa que son souffle s’accélérait.
— Dans ce cas, milord, j’ai bien peur que vous ayez le même effet sur moi.
Un silence paisible les enveloppait, troublé uniquement par le léger halètement de leurs souffles mêlés. Très lentement, il leva la main et, à la pensée qu’il puisse la toucher, elle sentit une vague de chaleur déferler sur elle. Mais sa main alla se poser sur le masque rigide qui lui recouvrait le visage. Le masque se détacha dans un léger craquement et le chuintement du souffle libéré d’Archer. La lumière se répandit sur ses traits, et Miranda se figea.
Éloges pour Tout feu tout flamme
« Un roman fantastique, sombre et envoûtant ! Callihan est une nouvelle auteure pleine de talent. »
— Larissa Ione, auteure de Immortal Rider , best-seller du New York Times .
« Une histoire, à la fois sombre et délicieuse, de secrets, de meurtres et d’amour, joliment mise en scène dans les ténèbres du Londres de l’époque victorienne. »
— Hannah Howell, auteure de If He’s Dangerous , best-seller du New York Times
« Un roman d’aventures inventif, au style incisif, mettant en scène des personnages complexes et pleins d’esprit. Callihan vous fera croire à la force du destin et du grand amour. »
— Shana Abé, auteure de The Time Weaver , best-seller du New York Times
« Un premier roman sexy et splendide, avec un héros délicieusement torturé, un mystère surnaturel inventif et une tension sexuelle torride, qui se développe avec lenteur d’une page à l’autre. Je suis impatiente de voir ce que le prochain roman de Kristen Callihan nous réserve. »
— Meljean Brook, auteure de The Iron Duke , best-seller du New York Times
« Un premier roman éblouissant, sexy et excitant. Callihan figure désormais sur la liste de mes auteurs préférés. »
— Anya Bast, auteure de Charme malicieux , best-seller du New York Times
Copyright © 2012 Kristen Callihan
Titre original anglais : Firelight
Copyright © 2014 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec Hachette Book Group, Inc., New York, NY
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Traduction : Janine Renaud
Révision linguistique : Féminin pluriel
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Catherine Vallée-Dumas
Conception de la couverture : Matthieu Fortin
Photo de la couverture : © Gene Mollica
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89733-655-4
ISBN PDF numérique 978-2-89733-656-1
ISBN ePub 978-2-89733-657-8
Première impression : 2014
Dépôt légal : 2014
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com

À mon mari, Juan. Ta foi indéfectible m’a donné des ailes. Sans toi, rien de tout ceci n’existerait.
À Rachel. Tu sais pourquoi. Je ne pourrais avoir de meilleure amie.
Et à Maya et Alex. Toujours.
Remerciements
* * *
Certaines personnes ont la chance de bénéficier du soutien de gens exceptionnels, dont le talent les rend meilleures. Je me considère très chanceuse.
D’abord et avant tout, je tiens à remercier les deux personnes qui m’ont permis de réaliser mon rêve : mon agente, Kristin Nelson, pour m’avoir encouragée et poussée à continuer, et pour s’être dévouée de tout son cœur ; et mon éditeur, Alex Logan, dont le brillant savoir-faire éditorial et la générosité ont fait de ma première incursion dans le monde littéraire un véritable plaisir. Je remercie les astres chaque jour de vous avoir auprès de moi.
Merci à Lauren Plude, adjointe à la rédaction, pour son soutien et son enthousiasme contagieux. À Christine Foltzer, pour la conception de l’époustouflante page couverture. À Lynne Cannon Menges, relectrice-correctrice. Et à Amy Pierpont et à tous les membres de l’équipe talentueuse des éditions Forever/Grand Central.
Mon infinie gratitude va aux amies et aux compagnes d’écriture les plus extraordinaires dont on puisse rêver : Claire Greer, Jennifer Hendren, Susan J. Montgomery et Rachel Walsh, qui m’ont tenu la main, encouragée et cajolée jour après jour, depuis celui où j’ai eu l’idée de ce livre jusqu’à celui où je l’ai achevé. Vous m’avez aidée plus que je ne saurais le dire. Je vous aime à jamais.
Une litanie de remerciements aux lecteurs de la première heure, Deniz Bevan, Rihanonn Morgan, Kait Nolan, Precie Schroyer et Carol Spradling.
Un grand merci à Diana Gabaldon, qui m’a donné le goût d’écrire et a été sans le savoir mon mentor. À Jo Bourne, l’une des personnes les plus douées pour transmettre son savoir que je connaisse, pour avoir répondu à mes nombreuses interrogations de novice. Aux formidables auteurs qui fréquentent le forum de discussion du CompuServe Books and Writers ; impossible de tomber sur une assemblée d’écrivains plus accueillante et plus aidante.
À mon équipe personnelle : à mes sœurs Karina et Liz, pour avoir écouté sans défaillir mon insupportable bavardage d’auteure et m’avoir apporté un indéfectible soutien fraternel. À mes amies, Christine Child, Eileen Cruz Coleman, Kerry Sheridan et Amy Smith, pour les mêmes raisons. À Jim et Christine Mollenauer, pour avoir veillé sur mes bébés sans compter leurs heures afin que je puisse écrire. Et aux trois êtres les plus chers à mon cœur : Juan, Maya et Alex, pour avoir accepté que je m’enferme dans mon bureau, pour m’avoir inspirée, pour m’avoir convaincue que cela valait la peine.
Enfin, merci à Hilde et Herb, mon père et ma mère, qui m’ont appris à aimer les livres, m’ont enseigné l’art de raconter des histoires et m’ont donné la vie.
Prologue
* * *
« C’est ce masque qui a conquis ton esprit,Et puis fait battre ton cœur 1 . »
— W. B. Yeats
Londres, novembre 1878
L e fait de savoir qu’il mettrait bientôt fin à une vie offensait l’âme d’Archer à chacun de ses pas. Le mécréant en question était, au mieux, un menteur et un voleur. Que la totalité de la maigre fortune de l’homme repose désormais au fond de l’Atlantique n’éveillait pas la sympathie d’Archer. Au contraire, sa fureur s’en trouvait attisée. Un voile rouge aveuglait Archer lorsqu’il pensait à ce qui avait été perdu. Il avait failli être sauvé. Mais son salut lui avait échappé parce que les pirates d’Hector Ellis avaient fait main basse sur le navire d’Archer et s’étaient emparés de ce qui aurait pu le guérir pour le dissimuler dans leur maudit clipper destiné au naufrage.
Une brume épaisse comme de la boue recouvrait le sol, refusant de se dissiper en dépit de la fraîche brise nocturne. Elle ne disparaissait jamais tout à fait, pesant continuellement sur Londres, comme la mort, les taxes et la monarchie. L’ourlet de la cape d’Archer lui cinglait les mollets, fouettait les tourbillons de l’infecte vapeur jaunâtre, tandis que sa bouche s’emplissait des relents acides de charbon, de crasse et de décomposition qui composaient le goût de Londres.
Archer tourna le coin, délaissant la lueur des lampes éclairant la rue pour s’enfoncer dans les ténèbres. Le bruit saccadé de ses pas résonnait sur les pavés des rues désertées. Au loin, sur la Tamise, une corne de brume lança son cri d’avertissement. Mais, ici, c’était le silence. Le fracas constant des voitures à cheval et l’appel épisodique du gardien de nuit signalant les heures s’étaient estompés. Sa silhouette se fondait dans l’obscurité, comme toujours, ce qui le rassurait tout en lui rappelant ce qu’il était devenu.
Il déambulait dans un quartier ancien, mais cossu. Comme dans tous les endroits abritant ceux bénis par la fortune, les rues étaient vides et mornes, leurs habitants étant depuis longtemps déjà blottis dans leurs lits douillets.
Ellis habitait tout près. Archer arpentait les rues de Londres depuis suffisamment longtemps pour se déplacer sans hésitation dans son réseau aberrant de ruelles tortueuses et d’impasses. Le goût froid et métallique de l’anticipation glissa sur sa langue. Mettre fin à une vie, voir l’étincelle incandescente d’une âme déserter sa demeure — il appelait ce moment, il en avait soif . L’horreur de cette soif le frappa au cœur, et il ralentit le pas. Ne jamais faire de mal . Tel était le credo de tous les médecins, son credo . C’était avant qu’il eût renoncé à l’existence qui était la sienne. Archer inspira profondément et se concentra sur sa rage.
Un jardin s’étendait devant lui, vaste et entouré de murs, ses beautés réservées à l’usage exclusif de ceux

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text