Pandora et la vanité , livre ebook

icon

122

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

122

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Bienvenue dans la plus folle des excursions pédagogiques! Pandore et ses meilleures amies, Alcie et Iole, sont à la poursuite de la vanité, l’un des sept fléaux que Pandore a relâchés (oups!), et qui se cache maintenant
en Égypte. Comme d’habitude, la déesse Héra n’est pas tellement d’un grand secours et place autant d’obstacles qu’elle le peut sur leur chemin. C’est tout à fait encombrant — sans compter que cela met leur vie en danger! — et elles ne cessent d’être détournées de leur route. Heureusement, les autres dieux et les autres déesses sont loin d’être aussi méchants qu’Héra, et ils aident secrètement la bande, chaque fois qu’ils en sont capables. Pandie et ses amis (dont un nouveau et adorable garçon et garde du corps) font face à toutes sortes de situations passant d’une tempête sauvage sur la mer et d’un groupe de dauphins parlants, à un… hum !… monstre à l’oeil singulier, vraiment, vraiment effrayant. Cela semble une vraie folie, mais n’en doutez pas: Pandie peut y arriver… Vrai?
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

06 mars 2014

Nombre de lectures

21

EAN13

9782897337643

Langue

Français

Copyright © 2008 Carolyn Hennesy
Titre original anglais : Pandora gets vain
Copyright © 2010 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec Bloomsbury U.S.A.
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Traduction : Renée Thivierge
Révision linguistique : Caroline Bourgault-Côté
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Marie-Yann Trahan
Montage de la couverture : Matthieu Fortin
Illustration de la couverture : © 2008 Weng Chen (Jade)
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN 978-2-89667-040-6
Première impression : 2010
Dépôt légal : 2010
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat − 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion − 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec − Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres − Gestion SODEC.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Hennesy, Carolyn

Pandora et la vanité

Traduction de: Pandora gets vain.
Pour les jeunes de 12 ans et plus.

ISBN 978-2-89667-040-6

I. Thivierge, Renée, 1942- . II. Titre.

PZ23.H46Pav 2010 j813'.6 C2009-942541-6
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
Pour Donald
inta qalbi
Chapitre 1
La tempête
19 h 56

Une tempête comme Pandie n’en avait jamais vu les frappa trois jours après qu’elles eurent atteint la haute mer. Les vagues étaient aussi hautes que des piliers de temple, et les vents trouaient l’énorme grand-voile à rayures noires et blan ches. Une pluie drue tombait du ciel avec la férocité d’une chute, et le bateau donnait dangereusement de la bande, déviant, tanguant et roulant violemment depuis qu’il avait dépassé les affleurements de rochers déchique tés qui formaient le littoral de la Grèce occidentale, un peu après la ville de Méthone.
Presque une heure plus tôt, alors que les premières rafales de vent avaient commencé à tourbillonner autour du bateau, le capitaine avait insisté pour que ses passagers descendent immédiatement sous le pont. À peine quelques instants plus tôt, Pandie et ses amies, Alcie et Iole, étaient montées sur le pont supérieur pour prendre une bouffée d’air frais. Elles tentèrent de se conformer aux ordres du capitaine, mais alors qu’elles faisaient leurs premiers pas depuis la proue vers la petite série d’esca liers, à la poupe, les vents avaient immédiatement changé de direction, plaquant les trois filles vers l’arrière contre les rambardes et les soufflant presque dans l’eau. Depuis les 45 dernières minutes, l’ouragan forçait les filles et plusieurs marins très aguerris à s’accrocher aux rambardes, à l’énorme mât et aux caisses du cargo attachées sur le pont. Les nuages noirs empêchaient Pandie de garder ses amies en vue. Elle savait qu’Alcie serait capable de tenir le coup ; de fait, sa récente affliction d’être dotée de deux pieds gauches avait d’une certaine manière facilité ses déplacements sur le bateau. Au lieu de toujours virer à droite comme c’était le cas sur la terre, le doux glissement de la coque sur l’eau avait miraculeusement redressé le pas d’Alcie dans la bonne direction, et avant que la tempête ne frappe, Alcie envisageait sérieusement de devenir marin. Maintenant, Pandie pouvait quelque peu distinguer Alcie contre le mât, ses mains entremêlées dans les cordes de la voile, surmontant la tempête comme s’il s’agissait d’une simple petite brise.
Pour Iole, c’était une toute autre histoire, et ce n’est que lorsque les premiers éclairs com mencèrent à frapper l’eau autour d’elle que Pan die vit que son amie avait de sérieux ennuis. Iole avait été facilement projetée contre la rambarde dès la première bourrasque. Maintenant, ses bras et ses jambes maigres glissaient à travers les larges ouvertu res entre les poteaux de rambarde. La pluie, le déversement conti nuel d’eau de mer et l’inclinaison constante du bateau lorsqu’il franchissait la crête d’une vague à une autre faisaient en sorte qu’il était impossible à Iole de s’accrocher. Elle était incapable de garder une poigne sur les poteaux de rambarde ; ils étaient trop épais, et le bois était collant et visqueux après des années d’exposition à l’air salin de la mer.
L’endroit où se tenait Pandie sur le pont était assez précaire ; elle avait été lancée entre deux larges caisses d’emballage et elle pouvait sen tir que ses épaules et ses jambes se couvraient d’ecchymoses. Mais elle avait enroulé ses bras autour des cordes qui retenaient les caisses sur le pont, et elle avait l’impression que, même si elle allait devenir noire et bleue, elle était suffisamment en sécurité. Mais maintenant, avec les éclairs qui illuminaient Iole, presque à moitié par-dessus bord, Pandie comprit que si elle ne parvenait pas rapidement à Iole, elle perdrait une de ses meilleures amies.
Pandie libéra ses bras des cordes et avança en rampant sur le pont glissant vers Alcie et le mât. Le corps d’Alcie était tourné de telle façon qu’elle ne voyait pas qu’Iole avait des ennuis. Pandie hurla à pleins poumons, pointant vers la rambarde. Alcie se tortilla autour du mât pour regarder et cria, tendant l’un de ses pieds gauches à Pandie pour qu’elle le saisisse. Pandie s’accrocha à la jambe d’Alcie, avançant petit à petit jusqu’à ce qu’elle puisse se relever et entreprit de détacher la lourde corde enroulée autour du mât.
— Que fais-tu ? hurla Alcie.
— Je vais essayer de donner ceci à Iole ! hurla Pandie en retour. Soudain, une main rude lui arracha l’extrémité de la corde et saisit son avant-bras.
— Cette corde tient la grand-voile ! Vous pourriez faire couler le bateau, espèce d’idiote ! dit l’un des deux marins qui était aussi cloué au mât à cause des vents.
— Mon amie va se faire tuer ! hurla Pandie, pointant vers la rambarde.
— Tant pis pour elle, hurla l’autre marin, des éclairs illuminant son visage crasseux et édenté. Mais vous n’allez pas détruire le Paon !
— Quoi ? haleta Pandie, prenant une gorgée d’eau salée. Qu’avez-vous dit ?
— Le Paon a traversé pire que ça, et vous, stupides jeunes filles, vous n’allez rien faire qui le détruira, gronda férocement le premier marin, sa main toujours plaquée autour de celle de Pandie.
— Grands dieux ! songea Pandie, c’est ça !
Le bateau s’appelait le Paon, et cela ne pouvait signifier qu’une chose. Qu’une chose !
C’était Héra, la reine du Ciel, dont le symbole principal était le paon, qui avait envoyé cette tempête. Jamais de toute sa vie, Pandie n’avait été plus certaine de quelque chose. D’une certaine manière, Héra avait vu à ce que Pandie et ses amies embarquent sur ce bateau, et maintenant, elle était résolue à l’envoyer au fond de l’océan. Pourquoi, oh ! pourquoi n’avait-elle pas pris conscience du danger avant d’embarquer à bord ? Avait-elle même remarqué le nom du bateau ?
Au même moment, le Paon tomba dans un profond creux entre les vagues et le marin relâcha sa poigne autour du bras de Pandie pour s’arc-bouter contre le mât. Pandie bondit — vola serait le terme plus juste — vers Iole et la ram barde. Elle atterrit si fort contre la rambarde qu’elle crut s’être fracturé une côte. Elle était sur le point d’être projetée de l’autre côté du bateau lorsqu’elle vit la main d’Iole à quel ques centimètres d’elle. Instantanément, elle s’y agrippa, et la force de la bascule, ainsi que le poids supplémentaire d’Iole, l’aidèrent à traîner celle-ci pour la ramener quelque peu à bord. Mais il n’y avait rien d’autre à quoi s’accrocher, rien pour les attacher. Les caisses d’emballage étaient trop éloignées. Alcie avait essayé l’idée de Pandie de se servir de la corde du mât, mais elle était maintenant immobilisée par les deux marins, qui continuaient de la contenir même si elle essayait de les mordre.
Iole regarda Pandie, incapable de parler, les yeux rougis à cause des pleurs et de l’eau salée.
— Il me faut une corde, pensa Pandie, main-tenant complètement désespérée. Tout ce dont j’ai besoin, c’est d’une stupide corde !
L’instant suivant, un éclat de foudre grava le visage de la grande déesse Athéna dans l’air tout juste devant le nez de Pandie. Athéna regarda Pandie droit dans les yeux et lui fit un clin d’œil.
Alors Pandie eut une idée.
Une semaine plus tôt, Athéna avait offert à Pandie une corde magique, une corde qui avait le pouvoir de s’allonger ou de se raccourcir, de s’épaissir ou de s’amincir, en fonction des besoins. Tout ce que devait faire Pandie, c’était de donner un ordre à la corde, et tout de suite après, c’était fait. Mais chaque fois qu’elle l’avait utilisée par le passé, la corde était déjà entre ses mains. Maintenant, la corde se trouvait solidement enroulée dans sa poche de transport en cuir, qui était rangée en sécurité dans sa cabine sous le pont.
Il n’y avait aucun moyen physique qui lui permettrait d’y accéder sans relâcher Iole, et Pandie savait qu’elle ne pourrait jamais se ren dre sous le pont et revenir à temps.
Mais Athéna ne lui était pas apparue simplement pour lui faire un clin d’œil.
— Corde… viens vers moi… commença à murmurer Pandie à voix basse.
— Corde… viens vers moi… maintenant !
Elle répéta les mots encore et encore, sans avoir la moindre idée si son appel serait entendu.
Alors que le Paon escaladait une autre crête, Pandie et Io

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text