Les porteurs de lumière , livre ebook

icon

102

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

102

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Aujourd’hui, monde du Soleil de cendre… Paul, Vivia et Penilène menaient chacun des vies sans histoire avant d’être enlevés parce qu’ils portent, tatoué sur leur épaule droite, le même symbole ésotérique. Rejoints par Chad, un garçon mystérieux chargé de les protéger, ils se retrouvent perdus dans une autre dimension. Forcés, pour rentrer chez eux, de récupérer la foudre contenue dans l’air, la terre, l’eau et le feu, ils ne se doutent pas encore qu’ils sont devenus, pour le compte de Shamballa, des porteurs de lumière…
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

07 janvier 2014

Nombre de lectures

11

EAN13

9782896834013

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Copyright © 2011 Fredrick D’Anterny
Copyright © 2011 Éditions AdA Inc.
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Révision linguistique : Carine Paradis
Correction d’épreuves : Véronique Bettez, Nancy Coulombe
Conception de la couverture : Tho Quan
Illustration de la couverture : © Phoenix Lu
Plans de la nef Urantiane : William Hamiau
Mise en pages : Tho Quan
ISBN papier 978-2-89667-278-3
ISBN numérique 978-2-89683-092-3
Première impression : 2011
Dépôt légal : 2011
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
Le rocher aveuglant
L’auto-patrouille de la police de l’État de l’Arizona se rangea sur le bas côté de la route et força le jeune vagabond à s’arrêter. Le soleil de fin d’après-midi illuminait l’horizon d’un étourdissant éclat orangé. Dans la sierra plantée de cactus, au pied des montagnes en forme de poings dressés, l’air était sec, chaud et chargé de poussière.
Un des agents se dressa devant Chad.
— Montre-moi tes cartes, petit !
L’adolescent marchait sur l’immense route désertique, entre les petites villes de Williams et de Needies, depuis déjà une semaine. Il posa son regard dans celui du policier, sans lui répondre ni esquisser le moindre geste.
Incapable de soutenir le poids des yeux gris qui le dévisageait, l’agent s’impatienta :
— Tu comprends ce que je dis ?
Chad ne connaissait rien aux us et coutumes de ce monde. À vrai dire, il en apprenait encore la langue et s’habituait à l’éclatante lumière du soleil durant le jour, et à la belle lueur argentée de la lune durant la nuit. Il ignorait, en la circonstance, ce que signifiait exactement le mot « cartes ». Mais il devinait, à l’uniforme que portait l’homme, qu’il était une sorte de soldat. Y avaient-ils des rois ou des despotes dans ce monde où le soleil brillait autant que de l’or liquide ?
Ne cherchant nullement les ennuis, Chad fit mine de fouiller dans les plis de son long poncho de laine beige.
— Où vas-tu comme ça ? voulut savoir le policier tandis que son collègue, toujours assis derrière son volant, se nettoyait une oreille avec le petit doigt.
L’adolescent songea que si l’homme s’avisait de le fouiller, il serait bien obligé de se défendre : ce qui ne serait pas la meilleure façon de passer inaperçu.
Le soleil se cachait derrière un énorme entablement rocheux. Bientôt, la nuit tomberait sur le désert. Les étoiles brilleraient dans ce ciel limpide que Chad aimait contempler avant de s’endormir.
— Tes mains. Je veux les voir ! exigea l’agent d’un ton brusque.
« Il pense que je suis peut-être dangereux », anticipa Chad.
— D’autres auto-patrouilles t’ont vu marcher, ces derniers jours, ajouta l’officier.
L’homme ne faisait que son travail. L’autoroute 40, une des principales de l’État, traversait le désert sur plusieurs miles. Si les poids lourds étaient légion, croiser des voitures en fin d’après-midi était plus rare. Quant à des piétons ! Ce jeune était peut-être un fugueur recherché par la police dans d’autres États. Ou alors un délinquant ou un drogué.
Âgé de 14 ou 15 ans tout au plus, les traits d’apparence asiatique, il était mince et de taille moyenne. Son poncho tombait sur ses hanches, la moitié de son visage carré était caché par de longues mèches noires et raides qui couvraient aussi ses épaules. Un bandeau en tissu blanc orné d’un motif étrange révélait un front haut et droit. Ses yeux gris étaient aussi perçants que des balles de revolver.
Les gantelets de cuir et l’espèce d’armure que portait l’adolescent sous son poncho intriguaient le policier.
— Mon gars, dit celui-ci, je vais devoir…
Il esquissa le geste de saisir Chad par le poignet. La réaction de l’adolescent fut immédiate.
L’homme se sentit happé par une force surnaturelle et se retrouva étendu sur le sol. Le jeune fondit sur lui comme un tigre et le piqua d’un doigt à la hauteur de sa clavicule gauche. L’agent eut aussitôt l’impression de sombrer dans une torpeur glacée.
Les yeux grands ouverts, mais paralysé de la tête aux pieds, il vit son collègue jaillir de l’auto-patrouille.
Un petit animal bondit alors des rochers et s’enroula autour de la gorge du second officier. L’adolescent souleva une de ses jambes et la projeta dans son estomac. L’agent fut projeté à six pas.
Chad s’accroupit ensuite près de chacun d’eux et s’excusa. Il ne leur voulait aucun mal. Il n’était que de passage dans leur monde. Aussi, ils devaient le laisser tranquille, ou bien simplement l’oublier.
« Marche en direction du soleil d’or couchant, lui avait conseillé la boule de lumière ailée qui parlait durant son sommeil. Ne te fais pas remarquer. Reste le plus loin possible des entablements rocheux. Et sois à l’heure pour ton rendez-vous. »
Cette voix était presque aussi douce que les nuits de ce monde, et aussi belle que la lumière de ce soleil doré qui brûlait les yeux, mais que Chad ne se lassait pas de contempler.
Le singe-araignée vint se blottir contre son cou.
— Sheewa ! dit simplement l’adolescent avant de reprendre la route.
Encore quelques kilomètres et il atteindrait le lieu de son rendez-vous, à l’heure exacte où le soleil se coucherait…
* * *
Paul Winthrop roulait sur son quatre roues flambant neuf depuis des heures. Il sentait avec délice les vibrations du moteur dans tout son corps et se disait que c’était ça, la vie ! Filer à toute allure dans ce désert semé de rochers et de cactus. Soulever des tonnes de poussière. Transpercer, tel un dieu sur son char de lumière, le ciel trop bleu.
Conduire ou piloter sur son ordinateur toutes sortes d’engins était une de ses passions. Aujourd’hui, il tentait le coup pour de vrai et, ma foi, il ne s’en tirait pas trop mal !
L’après-midi avait passé. À présent, la nuit tombait. Paul alluma ses phares, sortit du champ, et suivit la route asphaltée. Il ne savait trop comment l’expliquer, mais sa colère et sa frustration s’étaient dissipées. Ne restaient dans ses veines et dans sa tête qu’un vide froid et une immense tristesse.
Aujourd’hui, c’était son anniversaire. Et son cadeau, il ne l’avait pas reçu, mais volé !
Le vide ne se trouvait d’ailleurs pas uniquement dans ses veines, mais aussi, comme c’était souvent le cas, dans son ventre. Il vit clignoter le panneau publicitaire du casse-croûte routier et décida que sa fugue avait assez duré.
Il longea les 10 tonnes stationnés les uns à côté des autres, et alla se garer contre la baraque qui servait de toilettes publiques.
La porte du restaurant grinça. En entrant, il huma les bonnes odeurs de saucisses, de bacon, de pain grillé et de mayonnaise. Sur la vitre était collée l’affiche d’un avis de recherche publié par une société humanitaire spécialisée dans la recherche d’enfants disparus. Une jeune fille de race noire avait été enlevée dans l’État de New York, quelques mois plus tôt, et des indices laissaient entendre qu’on l’avait peut-être vue en Arizona.
Paul grimaça. Non parce que la fille sur la photo avait l’air aussi sympathique qu’un routier en panne d’essence sur l’autoroute, mais parce qu’il était probable

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text