Les Nuits étoilées de Sixpence , livre ebook

icon

148

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2022

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

148

pages

icon

Français

icon

Ebook

2022

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

À Pauline et Francis, parce que je ne pense pas vous avoir jamais remerciés. S OMMAIRE Titre Dédicace Perce-neige au Star and Sixpence Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Chapitre 11 Chapitre 12 Chapitre 13 Chapitre 14 Chapitre 15 Chapitre 16 Chapitre 17 Chapitre 18 Chapitre 19 Chapitre 20 Chapitre 21 Chapitre 22 Chapitre 23 Chapitre 24 Chapitre 25 Collection Copyright Perce-neige au  Star and Sixpence Mme Vanessa Blake 23 Westmoreland Avenue Godalming Surrey GU7 8PB Le 20 août 2015 Chère Madame Blake, Je vous écris au sujet de la succession de votre père, feu M. Andrew Chapman. En tant qu’exécuteur testamentaire, il est de mon devoir de vous informer que votre sœur, Mlle Samantha Chapman, et vous êtes les seules bénéficiaires de la succession de M. Chapman, comprenant la propriété connue sous le nom de brasserie Star and Sixpence , Sixpence Lane, Little Monkham, Shropshire, SY6 2XY. Je vous serais reconnaissant de bien vouloir me contacter dans les meilleurs délais afin de m’indiquer si vous acceptez cet héritage et d’accomplir dans ce cas les formalités nécessaires. Cordialement, Quentin Harris Étude notariale Harris and Taylor CHAPITRE 1 Nessie plongea le regard dans la nuit au-delà du pare-brise, fixant l’obscurité que même ses pleins phares ne parvenaient guère à trouer. – Tu es sûre que c’est la prochaine à gauche ?
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

31 mars 2022

Nombre de lectures

0

EAN13

9782810437023

Langue

Français

À Pauline et Francis, parce que je ne pense pas vous avoir jamais remerciés.
S OMMAIRE
Titre
Dédicace
Perce-neige au Star and Sixpence
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Collection
Copyright
Perce-neige au  Star and Sixpence

Mme Vanessa Blake
23 Westmoreland Avenue
Godalming
Surrey GU7 8PB

Le 20 août 2015

Chère Madame Blake,
Je vous écris au sujet de la succession de votre père, feu M. Andrew Chapman. En tant qu’exécuteur testamentaire, il est de mon devoir de vous informer que votre sœur, Mlle Samantha Chapman, et vous êtes les seules bénéficiaires de la succession de M. Chapman, comprenant la propriété connue sous le nom de brasserie Star and Sixpence , Sixpence Lane, Little Monkham, Shropshire, SY6 2XY.
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir me contacter dans les meilleurs délais afin de m’indiquer si vous acceptez cet héritage et d’accomplir dans ce cas les formalités nécessaires.

Cordialement, Quentin Harris Étude notariale Harris and Taylor
CHAPITRE 1

Nessie plongea le regard dans la nuit au-delà du pare-brise, fixant l’obscurité que même ses pleins phares ne parvenaient guère à trouer.
– Tu es sûre que c’est la prochaine à gauche ?
Un court soupir lui répondit depuis le siège passager.
– C’est ce que dit le GPS, même si on est tellement loin de la civilisation qu’il est probablement aussi perdu que nous, lâcha Samantha avant de flanquer à tout hasard une tape au GPS dont elle fixa à nouveau l’écran. Tourne à gauche dans cinquante mètres.
Nessie appuya sur la pédale de frein, cherchant en vain une brèche dans la masse ténébreuse des arbres.
– Le problème, c’est que je ne pense pas qu’il y ait de route.
– C’est toi qui es déjà venue ici, répliqua Sam. Je pensais que tu connaissais le chemin ?
En effet, brûlait de répliquer Nessie, mais il faisait jour la dernière fois et j’avais une assistante du notaire pour me guider, au lieu d’une sœur qui me soupçonne d’avoir du mal à m’orienter et qui monte dans les tours en deux secondes. Pourtant, elle tint sa langue. Elle s’abstint également de souligner que si Sam avait été prête à l’heure convenue, elles ne se seraient pas retrouvées à conduire dans le noir. Au lieu de quoi, Nessie se concentra pour repérer la bifurcation que Sam s’entêtait à vouloir leur faire prendre.
Quelques secondes plus tard, elle la vit enfin : un espace qui ressemblait plus à un chemin de terre qu’à une route, barré par un portail à cinq barreaux qu’une lourde chaîne maintenait fermée. Elle arrêta la voiture.
– Je suis presque sûre que ce n’est pas la bonne route.
Soupirant d’irritation, Sam arracha le GPS de son support sur le pare-brise.
– Bon sang, le code postal doit être erroné, grogna-t-elle, en martelant l’écran. Tu as vérifié avant de rentrer l’adresse ?
Nessie savait que oui : elle avait lu et relu les papiers du notaire pour s’assurer d’être en possession des coordonnées exactes, afin de se persuader qu’elle n’avait pas inventé toute cette histoire d’héritage. Mais face à l’explosion de colère de Sam, elle sentit ses certitudes s’envoler. Elle baissa les yeux sur ses mains, crispées et fébriles autour du volant.
– Il me semble. Peut-être que je l’ai mal tapée.
Sam poussa un lent soupir.
– Non, pardon. Je ne voulais pas péter un câble, c’est juste que ces dernières semaines ont été difficiles, tu sais… (Un petit sourire contrit aux lèvres, elle indiqua l’appareil.) Il n’y a pas de réseau ici, de toute façon. Pour ce machin, on pourrait aussi bien être au Luxembourg qu’à Little Monking.
Nessie sourit à son tour, malgré son anxiété.
– C’est Monkham, pas Monking. Comme indiqué dans le Domesday Book 1 , figure-toi.
– C’est au fin fond de nulle part, voilà ce que c’est, marmonna Sam en laissant tomber le GPS sur ses genoux. Alors, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Est-ce que quelque chose te semble familier ?
Nessie regarda autour d’elle, essayant de se représenter la route à la lumière du jour. Réfléchis , s’intima-t-elle. Qu’est-ce qu’il y avait après le pont en dos d’âne ? Un carrefour ? Un rond-point ?
–  Il y a peut-être un croisement au prochain virage, lâcha-t-elle lentement, en espérant que sa mémoire ne lui joue pas de tours. Je crois que nous sommes allées à gauche.
Sam se radossa à son siège.
– C’est ce qu’on ne va pas tarder à découvrir.
Prenant une profonde inspiration, Nessie remit le contact et reprit la route.
– Alors, demanda Sam. Il ressemble à quoi, cet endroit ? On est complètement folles ?
Nessie visualisa le Star and Sixpence , surplombant l’aire verdoyante immaculée au centre du village de Little Monkham, sa charpente en bois noir sur fond blanc scintillant sous la lumière du soleil d’hiver.
– Comme je te l’ai dit, c’est une vieille bâtisse, construite vers 1600, je crois.
Le visage de Sam se crispa de méfiance.
– Ouh là, c’est vieux, ça. Dis-moi qu’il y a une douche, au moins, et le chauffage central ? (Elle frissonna en jetant un nouveau coup d’œil au GPS.) Et le Wi-Fi ?
Nessie repensa au pommeau de douche qui gouttait au-dessus de la baignoire en émail écaillé de l’appartement à l’étage et à la vaste cheminée de pierre qui occupait le centre de la salle du pub, tout en poutres apparentes. Elle hocha la tête.
– Il y a une douche et du chauffage, même s’ils auraient besoin qu’on leur accorde quelques soins… comme tout l’endroit, d’ailleurs, pour être honnête. Je serais étonnée qu’il y ait le Wi-Fi, mais cela peut facilement s’arranger, si nous le désirons… J’avais cru que tu voulais faire une pause d’Internet, en fait, se lança-t-elle après une hésitation d’une fraction de seconde.
Sam demeura silencieuse alors qu’elles s’engageaient dans le virage et, pour la énième fois, Nessie se demanda ce qui se serait passé si le père auquel elles n’avaient pas adressé la parole depuis plus de vingt ans ne leur avait pas laissé ce pub en héritage. Pour elle, sans doute rien : elle serait toujours avec Patrick, prise dans l’inertie d’un mariage qui suivait son cours. Mais il en allait tout autrement pour Sam : elle avait un besoin plus pressant de s’en sortir et l’aide était venue d’une source qu’aucune d’elles n’aurait pu prévoir.
Un panneau indicateur apparut au bord de la route.
– Little Monkham, deux kilomètres ! lut triomphalement Sam. Qui a besoin de technologie ?
Parlait-elle du GPS, d’Internet ou des deux ? Nessie l’ignorait, mais cette remarque lui rappela une fois de plus que leur départ pour Little Monkham tenait en partie au moins à un désir de se cacher. Et puis, où pouvait-on mieux lécher ses blessures que dans un endroit impossible à localiser ?
– Exactement, répondit-elle en engageant la voiture sur la route qui menait au village. Peut-être que se perdre a du bon, après tout.
 
Lorsqu’elles entrèrent dans Little Monkham, l’aire verdoyante au centre du village était baignée de l’ambre que déversaient les réverbères. Un homme, qui promenait son chien devant le monument aux morts, s’arrêta pour leur adresser un petit signe de la tête quand elles le dépassèrent. Nessie leva une main hésitante pour le saluer tandis que Sam se contenta de le dévisager.
– On est retournées dans les années 1950, non ? fit Sam. Il y a une vieille cabine téléphonique bleue là-bas ou c’est une machine à voyager dans le temps ?
– Je pense que c’est une cabine téléphonique, répondit Nessie d’un ton léger. Tout le monde ne possède pas un portable.
Sam haussa les sourcils.
– Mais ils ont des téléphones fixes, quand même ? Ils ne font pas tous la queue pour utiliser le téléphone public ?
Nessie éclata de rire.
– Peut-être. Regarde, voilà le pub.
Situé au bout de l’esplanade verdoyante, le Star and Sixpence était éclairé par un seul réverbère à l’ancienne, planté juste devant sa porte. L’enseigne – une pièce de six pence en argent peinte à côté d’une étoile scintillante – pendait d’un poteau en bois et se balançait doucement sous la brise. Les fenêtres étaient des trous d’encre dans la peinture blanche et, au-dessus, le toit s’affaissait, comme fatigué de sa bataille contre la gravité. Sam frissonna.
– Ça n’a pas l’air très accueillant.
Nessie se gara sur le parking et tira sur le frein à main.
– Ça ira dès qu’on aura allumé les lumières. Viens.
Ce fut seulement lorsqu’elles entrèrent et actionnèrent l’interrupteur que Nessie se demanda si l’électricité était toujours branchée.
– Oh, balbutia-t-elle, avec le sentiment d’être une idiote. Elle a dû être coupée.
Sam tapota sur la torche de son téléphone.
– Le compteur a peut-être sauté. Ça arrivait parfois à l’appartement. Où est la boîte à fusibles, à ton avis ?
Nessie repensa à la visite éclair qu’elle avait effectuée, sous le patronage d’une assistante qui ne devait pas avoir plus de treize ans.
– Je ne sais pas. Il y a une cave. En bas, peut-être ?
Sam plissa le nez de dégoût.
– Merveilleux. Et comment je pourrais accéder à cette cave ?
Les fenêtres, petites, ne laissaient guère passer la lumière émanant du lampadaire solitaire. Le téléphone de Sam éclairait son visage et le sol lorsqu’elle l’orientait vers le bas, mais pas grand-chose d’autre. Il y avait des ombres et des flaques d’obscurité partout.
– Euh… derrière le bar, je pense, lança Nessie, en s’efforçant d’ignorer le malaise qui la picotait entre les omoplates. Il y a une porte et des escaliers. Accroche-toi, je vais te montrer.
Mais Sam était déjà passée à l’action. La lumière de son téléphone vacillait dans l’obscurité.
– Ne t’inquiète pas, je vais trouver.
– Fais attention ! lança Nessie.
D’après ses souvenirs, les marches vers la cave étaient usées et étroites, il était facile de tomber dans le noir. Pendant qu’elle attendait, Nessie fouilla sa poche en quête de son propre télé

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text