Les Conflits de mon cœur , livre ebook

icon

78

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2018

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

78

pages

icon

Français

icon

Ebook

2018

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Elle l’appelle mon Seigneur tandis que lui chérit sa Dulcinée, sa Douce, sa Perle... Au fil de cette correspondance à la fois poétique et tragique, on suit l’histoire d’un homme et d’une femme qui s’aiment follement mais ne peuvent vivre que des moments volés. Elle est mal mariée à un époux qui n’éprouve guère de sentiments pour elle et s’en va conter fleurette auprès d’autres damoiselles, lui se doit d’aller guerroyer loin d’elle. Dans ce riche échange épistolaire, ils se confient l’un à l’autre, révèlent leurs tourments, échangent leurs sentiments brûlants et se jurent un amour infini, éternel. Puis dans une seconde partie, l’auteure couche sur le papier ses rimes pour célébrer la beauté du point du jour mais aussi pour exprimer la poignante détresse d’enfants malmenés par la vie. Des mots encore et toujours, l’écriture insatiable pour dénoncer la douleur, le désespoir des hommes, à la poursuite d’un idéal un peu fou : pouvoir enfin inscrire le mot fin à la souffrance

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

23 novembre 2018

Nombre de lectures

0

EAN13

9782414008988

Langue

Français

Couverture
Copyright













Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-414-00896-4

© Edilivre, 2018
Les Conflits de mon cœur
1/
Ne serais-je plus une gente dame si je me permettais de vous aimais mon seigneur ? Il suffit ! Je suis tourmentée par votre pensée, votre visage, vos sourires. Hélas ! La vie ne m’a point donné un bon époux, qui ne m’aimes guère et qui passe son temps à courir d’autres donzelles. J’ai le mal de vous, mal d’être privée de vous, ne pouvoir vous aimer exclusivement même si mon cœur ne peut le nier réellement. Oh je vous supplie mon seigneur, libérez moi de vous, je vous conjure, ou alors battez vous, pour la plus dure de toutes vos guerres, donnez la force et la chance à notre histoire afin qu’elle nous permette d’espérer et d’enfin, nous aimer.
2/
Je cherche, je cherche mon seigneur, les mots qui pourraient toucher votre cœur, mais au fond de mon être je doute que les mots suffisent alors je l’inventerai, pour vous, mon bien aimé.
Lors de ces rares instants où vous êtes à mes côtés, j’ai en moi ce sentiment de profonde paix, d’une mélodieuse harmonie. Comme si, enfin le soleil se levait en faisant éclater la lumière qui me guide toujours vers vous mon Mie. Je pleure, je prie, pour qu’un jour je sois vôtre, je me languis alors de votre personne avec ce sentiment de profonde injustice que la vie nous inflige. J’ai peur mon Seigneur, je suis terrorisée à l’idée que vous ne deveniez qu’un souvenir, une page de mon histoire, l’amour que je n’aurais jamais connu. Oh que je suis lasse d’attendre qu’un nouveau jour se lève car vous n’êtes point à mes côtés pour regarder le ciel et sa clarté. Je ressens alors une immense détresse, une impuissance quant à mon statut de dame qui doit obéir, qui a le devoir d’agir selon la volonté de Dieu. Ma foi, je l’avoue trésaille parfois, je la perds quand je pense à vous, j’y crois quand je vous aperçois. Qu’il m’est terrible de ne vous aimer librement !
3/
A vous ma dulcinée,
Votre cœur répond au mien, je puis vous l’assurer. Excusez mon retard de ne vous avoir répondu plus tôt, j’étais vous le savez à la guerre et qu’elle plus belle récompense aurais je pu espérer que de vous savoir malgré ces temps difficiles en bonne santé ? A chacun de mes combats, vous étiez là, votre image était toujours près de moi, elle me guidait et m’apaisait les soirs quand l’incertitude et la peur m’habitaient. Votre souffrance est mienne, je puis vous assurez que je me battrais pour notre amour quoi qu’il m’en coûte la vie, vous êtes à présent une partie de mon chemin que je souhaite long et éternel. Votre beauté ainsi que votre sagesse m’ensorcellent, le souvenir d’un de vos baisers me tourmente et ô combien naît ce désir intense pour vous à l’mage de votre souvenir. Je reviendrais dès l’aube vous aimer en secret pour un jour vous faire la promesse de me battre au péril de ma vie, vous êtes devenue ma raison d’exister ici-bas.
4/
Qu’il m’est terrible parfois de vous aimer si fort, d’espérer toujours et encore à cet amour qui est impossible et que je voudrais tant paisible ! Être auprès de mon époux, chaque soir m’est tellement terrible quand on sait pertinemment tous les deux que notre union est un brin pathétique et dénuée de profonds sentiments ! Alors, qu’avec vous mon Amant, tout est si simple alors une évidence que nous étions fait pour nous trouver. Oui je vous ai cherché, j’ai vécu jusqu’à alors pour vous attendre, j’étais sur cette Terre, déjà, pour vous mon bien-aimé. Il n’existe plus belle valeur que de vous savoir auprès de mon cœur. Longtemps, j’ai attendu qu’on m’aime réellement, qu’on me désire comme vous le faites si ardemment, ô que ne serais-je devenue toutes ces années sans votre amour ? Je vous le demande mon Seigneur comme une prière, je vous le quémande par un baiser que vous pourriez peut-être me laisser afin que j’ai ce goût sur mes lèvres, le goût de l’amour fou ! Dans chacun de mes rêves, je vous espère, je vous attends, je vous aimes sans retenue aucune puisque ce ne sont que des rêves mais qui me rendent libre de vous aimer, de vous désirer, mon bien Aimé. Il n’existe plus beau Monde que celui à vos côtés où je vous aperçois tous les soirs en secret.
5/
Oh ma Dulcinée, que je vous aime tant ! Je vous désire tellement ! Que je voudrais que vous soyez enfin mienne ! Pouvoir vous conter fleurettes en vous caressant tendrement. Vous dévoiler à votre sensualité, en vous aimant pour de vrai, ma tendre aimée. J’imagine la tiédeur de ce que serait nos ardeurs, je vous enlèverais toute pudeur, ma douce fleur. Je découvre avec vous, l’amour véritable, celui qu’expriment si bien les grands poètes, celui que nous partageons et qui fait que nous nous aimons. Au coucher du soleil, ce soir, quand notre amie la Lune apparaîtra je vous ferais passer un baiser qu’elle vous enverra de là où je me trouve. A l’aube, je repars pour le combat dont vous êtes devenue la force et le courage que puise ma main dans l’épée. Je vous laisse le cœur lourd ma Mie, et je vous conjure de ne point, trop vous tourmenter, je vous aime pour toujours.et à… jamais !
6/
L’écume de vos sourires me rappelle à votre pensée que je ne puis supporter sans en...

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text