Le traité du coeur , livre ebook

icon

80

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2018

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

80

pages

icon

Français

icon

Ebook

2018

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Au « cow-boy à sa mère » qui, du haut de ses 8 ans, m’a aidée à trouver le titre de cette nouvelle comédie romantique. Je t’aime, mon fils.     À Nadia, ma meilleure amie, simplement parce que tu es toi… À Lydia, la top « Attachée de presse » pour son soutien et sa bonne humeur permanente, À Darly, mon frère, le top « Agent Artistique » et l’homme le plus talentueux que je connaisse ! À mon meilleur ami qui saura se reconnaître, À mes frères et sœurs, et à ma famille proche, pour leur enthousiasme de chaque instant, Et enfin, à ma mère, qui a eu la bonne idée de me transmettre son sens de la dérision et de la critique, Et, pour toujours, une tendre pensée pour mon père… CHAPITRE 1 Nouvelle année, nouvelle vie ? Le jour de l’An. Pour beaucoup de personnes, cette célébration peut paraître libératrice et même heureuse, pour autant que l’année finissante ait été juste comme il fallait. Pour ces gens-là, une nouvelle année, c’est aussi un nouveau départ. Mais… pour les autres… La nouvelle année, pour autant que la précédente ait été laborieuse, longue et remplie de surprises débiles et désagréables, ne peut paraître que sadique. Repartir de zéro. Revivre la même chose, et qui plus est, du début ! Une vraie merde. Je faisais partie de ces autres . L’année écoulée avait été la pire de toute ma jeune vie. J’avais tout perdu. Mon fiancé, mes amis, mon travail, mes collègues, mon appart’ et même mon sens de l’humour.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

08 février 2018

Nombre de lectures

0

EAN13

9782819505594

Langue

Français

Au « cow-boy à sa mère » qui, du haut de ses 8 ans, m’a aidée à trouver le titre de cette nouvelle comédie romantique.
Je t’aime, mon fils.
 
 
À Nadia, ma meilleure amie, simplement parce que tu es toi…
À Lydia, la top « Attachée de presse » pour son soutien et sa bonne humeur permanente,
À Darly, mon frère, le top « Agent Artistique » et l’homme le plus talentueux que je connaisse !
À mon meilleur ami qui saura se reconnaître,
À mes frères et sœurs, et à ma famille proche, pour leur enthousiasme de chaque instant,
Et enfin, à ma mère, qui a eu la bonne idée de me transmettre son sens de la dérision et de la critique,
Et, pour toujours, une tendre pensée pour mon père…
CHAPITRE 1
Nouvelle année, nouvelle vie ?

Le jour de l’An.
Pour beaucoup de personnes, cette célébration peut paraître libératrice et même heureuse, pour autant que l’année finissante ait été juste comme il fallait.
Pour ces gens-là, une nouvelle année, c’est aussi un nouveau départ.
Mais… pour les autres…
La nouvelle année, pour autant que la précédente ait été laborieuse, longue et remplie de surprises débiles et désagréables, ne peut paraître que sadique.
Repartir de zéro. Revivre la même chose, et qui plus est, du début !
Une vraie merde.
Je faisais partie de ces autres .
L’année écoulée avait été la pire de toute ma jeune vie.
J’avais tout perdu. Mon fiancé, mes amis, mon travail, mes collègues, mon appart’ et même mon sens de l’humour.
À bien y réfléchir, finalement, ce n’était pas moi qui avais quitté Paris. C’était Paris qui m’avait foutue dehors…
Et maintenant, j’étais là, figée, dans cette soirée de réveillon où m’avait entraînée ma grande sœur, Hélène.
Son mari, Christian, m’avait proposé un poste dans sa société d’organisation d’événements à Los Angeles, aux États-Unis. Hélène et Christian m’avaient fait cette proposition dans le courant du mois de novembre.
Ils s’y étaient mis à deux pour m’obtenir dans des délais record, le visa et les papiers me permettant d’y travailler.
Et un mois plus tard, j’étais déjà là : de l’autre côté de l’Atlantique.
Je commencerai à travailler dès le 2 janvier.
Ma sœur et son mari m’avaient dégoté un appartement assez coquet à West Hollywood, l’un des quartiers de Los Angeles dans lequel était concentrée une forte communauté d’expatriés français.
Ils avaient dû penser que la transition serait moins brutale si je me retrouvais dans un milieu francophone, dans un premier temps. Et, vu mon état d’esprit actuel, je dois avouer que c’était plutôt bien pensé.
Les amis d’Hélène semblaient cependant être des gens très sympas et très simples. Il y avait de tout. J’aimais ce mélange.
Un peu plus tôt dans la soirée, Christian m’avait officiellement présenté son associée, Julie Antoine. Je ne lui avais parlé qu’au téléphone, jusqu’alors. Elle m’avait plu.
Je jetais un coup d’œil furtif dans sa direction. C’était une femme pleine de vie.
Elle semblait bien dans sa peau, heureuse et très amoureuse de l’homme qui la tenait si près de lui, depuis que minuit avait sonné : Matt Hendson, l’acteur le plus célèbre, le plus charismatique et le plus idolâtré de sa génération.
Ma nouvelle patronne sortait donc avec une star internationale… Intéressant.
La fête battait son plein.
J’aurais dû aller célébrer mon nouveau départ, cette nouvelle vie qui commençait pour moi.
Mais j’étais trop lasse pour me jeter dans la bataille. La seule chose qui m’intéressait, c’était de commencer à travailler. Je savais qu’il n’y avait que ça pour me faire oublier ma petite vie insipide. Et mes loupés. Mes innombrables loupés.
J’allais avoir un travail sympa. Un travail que je connaissais de par mes nombreuses expériences dans l’événementiel et notamment, dans l’organisation d’événements liés au spectacle et à l’art. Un boulot sympa, c’est vrai, mais qui était pourtant loin d’être celui que j’avais toujours rêvé d’exercer : faire de la musique.
Chassant cette pensée de mon esprit, je décidai d’aller me mettre un peu au calme.
La maison de Lucas et Steve, le couple d’amis d’Hélène et Christian, était très belle.
Une fois dans le salon déserté, je posai mon regard sur le magnifique piano à queue trônant près d’une immense baie vitrée.
Un sourire aux lèvres, j’allai m’y installer.
Mes doigts se posèrent délicatement sur les touches d’ivoire que je caressai avec envie.
Tous les invités semblaient très occupés dans le jardin. J’avais un moment pour moi.
Lorsque je chantais, j’avais cette impression que tout autour de moi s’évanouissait. Je voyais les choses depuis l’intérieur de moi-même, et plus rien d’autre ne comptait.
Grâce à mes parents, professeurs d’anglais dans les plus grandes universités parisiennes, mes sœurs et moi étions bilingues depuis notre plus jeune âge.
Et même si je prenais plaisir à chanter en anglais, le faire en français me faisait du bien, m’apaisait.
Alors, reprenant mon souffle, je me plongeai dans ma passion, avec calme et sérénité.
Je sursautai pourtant, lorsque, revenue à moi, je vis cet homme, adossé près de la porte, les bras croisés sur son torse, un sourire attendri sur les lèvres.
Un homme.
Je ne les regardais plus. Ca faisait un petit moment que je ne les regardais plus. Et je détestais qu’ils me regardent.
Et, celui-là, avait franchi toutes les limites du possible… Non seulement, il s’était permis de me regarder, mais, en plus, il m’avait écoutée jouer et chanter, sans que je l’y invite.
D’un geste sec, je me redressai et je fonçai vers la sortie.
— Bonsoir, me salua-t-il en français, mais avec un fort accent indiscutablement british et non pas américain.
La voix était posée, chaude et particulièrement marquante.
Sans répondre au salut de l’inconnu, j’attendis le regard baissé, qu’il daigne me laisser passer. Il ne bougea pas. Un plaisantin, probablement, en plus d’être carrément malpoli.
Agacée, je relevai les yeux pour lui offrir le plus mauvais de moi-même.
— Ne perdez pas votre temps. Le récital est terminé, lançai-je avec froideur, en français.
Et pour appuyer mes dires, je fis un signe de tête pour lui ordonner de dégager de mon chemin.
Devant son manque de réaction, je poussai un soupir et je reformulai mon ordre en anglais.
Surpris, l’inconnu eut un rire ironique en fronçant les sourcils.
Si j’avais été une fille normalement constituée, je suis sûre que je l’aurais trouvé à tomber.
Il avait un truc… de très attirant en lui. Un truc sublime et de très rare.
Mais, je m’en foutais royalement, en fait. Les hommes comme lui, je les connaissais par cœur. Et son petit numéro de je t’ai dit bonsoir, et comme tu ne m’as pas répondu, je ne te laisse pas passer et blablabla , était celui qui me mettait le plus en rogne contre son espèce.
— Vous comptez bouger de vous-même ou vous préférez que je fonce dans le tas ? demandai-je en plantant mon regard dans le sien.
Fronçant les sourcils de plus belle, il me dévisagea, perplexe.
— Vous avez mangé quelque chose qui n’est pas passé ou vous êtes toujours aussi désagréable ? rétorqua-t-il en me fixant d’un air moqueur.
Pas mal. Il avait de la répartie. Mais à ce petit jeu, j’étais rarement perdante.
— Je suis toujours comme ça, répondis-je en lui offrant un sourire doux-amer. Et je ne compte pas changer, pour l’instant. Vous me laissez passer, maintenant ?
L’inconnu eut une grimace amusée pour feindre la réflexion.
— Je me tâte, murmura-t-il. Vous avez deux secondes ?
Puis, il fit mine de réfléchir.
Son demi-sourire et ses yeux plissés faillirent m’arracher un petit rire. Mais je n’avais pas envie de lui faire ce plaisir. En fait, je n’avais envie de rien. Alors, autant abréger.
— Écoutez, vous êtes probablement quelqu’un de très drôle, et je suis sûre que votre carrière d’humoriste a un bel avenir. Je pense même que vous trouverez votre public. Mais, je n’en ferai pas partie. Alors, bonne soirée.
Sans lui laisser le temps de réagir, je passai sous son bras pour franchir la porte du salon.
Persuadée qu’il me suivrait du regard, je poursuivis mon chemin la démarche victorieuse.
Espèce de petit insolent !
Durant une bonne partie de la nuit, je sentis le regard de l’inconnu posé sur moi.
Où que je sois, quoique je fasse, je devinai ses yeux rieurs me dévisager. Je n’en voyais pas l’intérêt.
J’étais de loin la femme la plus quelconque de la soirée. Les femmes présentes étaient toutes sublimes. Je ne comprenais pas son acharnement à vouloir à tout prix capter mon attention. Cela dit, une femme qui ne le dévorait pas du regard, ça ne devait pas lui arriver souvent. Mon indifférence devait le frustrer, en fait. C’est la seule explication plausible que je trouvais à son comportement. C’était pathétique.
— Je vois sur ton visage, une grimace que j’espérais ne plus voir en cette nouvelle année, lança Hélène, en posant son bras sur mon épaule.
Souriant à ma sœur, je posai ma tête sur son épaule.
— J’y travaille, Hélène, j’y travaille…
— Je le sais, murmura-t-elle en déposant un baiser sur mes cheveux. Rappelle-toi seulement, que ce que tu as laissé en France doit rester en France… Allez ! Viens, on va se boire une coupe de Champagne, toutes les deux !
Nous venions à peine de trinquer que Christian vint nous rejoindre, accompagné de l’inconnu.
Ne voulant pas faire de tort à mon beau-frère, et encore moins à ma sœur, je fis contre mauvaise fortune, bon cœur.
Enfin… j’essayai.
— On peut se joindre à vous ? demanda Christian avec un grand sourire.
Non, merci…
Je laissai Hélène répondre par la positive et j’adressai à l’inconnu un regard meurtrier que je masquai derrière un sourire faussement mielleux.
— Jonathan, je vous présente ma femme Hélène et sa sœur, Samantha Legrand. Les filles, je vous présente Jonathan Dayle.
Jonathan Dayle ? Jon Dayle ! Et, merde…
Pour la première fois de ma vie, j’aurais tout donné pour disparaître lentement, mais sûrement du paysage. Jon Dayle, l’un des meilleurs chanteurs, compositeurs et musiciens anglais de sa génération…
J’avais découvert sa m

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text