Le chat du dalaï-lama : Roman , livre ebook

icon

108

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

108

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Un chaton famélique est arraché des bidonvilles pour être transporté vers un somptueux sanctuaire par nul autre que le dalaï-lama. Ses yeux bleus, saisissants, découvriront bientôt tout de la vie du grand maître bouddhiste: une sagesse éternelle qui ne se révèle que dans les moments de grande tranquillité entre l’homme et l’animal. Vous suivrez le chat de Sa Sainteté tandis qu’il se frotte contre les vedettes de Hollywood, qu’il enseigne aux pieds des maîtres tibétains, et qu’il apprend ce qu’est la vie d’un bodhisattva au XXIe siècle. Vous comprendrez aussi pourquoi le statut de félin offre un point de vue unique sur la fragilité et la beauté qui résident en chaque être humain. Le chat du dalaï-lama est léger et amusant, mais renferme aussi des leçons spirituelles qui ne manqueront pas d’alimenter votre curiosité et votre réflexion.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

05 février 2014

Nombre de lectures

64

EAN13

9782897336004

Langue

Français

Copyright © 2012 Mosaic Reputation Management
Titre original anglais : The Dalai Lama’s Cat
Copyright © 2014 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Ce livre est publié avec l’accord de Hay House, Inc.
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Syntonisez Radio Hay House à hayhouseradio.com

Éditeur : François Doucet
Traduction : Martin Coursol
Révision linguistique : L. Lespinay
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Katherine Lacombe
Conception de la couverture : Matthieu Fortin
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89733-598-4
ISBN PDF numérique 978-2-89733-599-1
ISBN ePub 978-2-89733-600-4
Première impression : 2014
Dépôt légal : 2014
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Michie, David

[Dalai Lama’s Cat. Français]
Le chat du dalaï-lama
Traduction de : The Dalai Lama’s Cat.
ISBN 978-2-89733-598-4
1. Tenzin, Gyatso, dalaï-lama XIV, 1935- - Romans, nouvelles, etc. I. Coursol, Martin, 1977- . II. Titre. III. Titre : Dalai Lama’s Cat. Français.

PR6063.I223D3514 2014 823’.92 C2013-942561-6
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
En mémoire de notre propre petite Rinpoché,
Princesse Wussik du trône de Saphir.
Elle nous a apporté la joie, nous l’avons bien aimée.
Puisse ce livre être la cause,
pour elle et tous les êtres vivants,
d’une illumination complète
facile et rapide.
Puissent tous les êtres trouver le bonheur
et les véritables causes du bonheur ;
Puissent tous les êtres se libérer de la souffrance
et des véritables causes de la souffrance ;
Puissent tous les êtres ne jamais être séparés du bonheur
qui est sans souffrance, la grande joie du nirvana, la libération ;
Puissent tous les êtres vivre en paix et dans la sérénité,
l’esprit libre de tout attachement, de toute aversion,
sans oublier l’indifférence.
Prologue
L’idée m’est venue par un beau matin dans l’Himalaya. Je me tenais là, à ma place habituelle sur le rebord de la fenêtre du premier étage — place qui offre un point de vue idéal, en ce sens qu’elle permet d’assurer un maximum de sur­veillance pour un minimum d’effort — tandis que Sa Sainteté s’apprêtait à mettre un terme à une rencontre privée.
Je suis beaucoup trop discrète pour mentionner avec qui la rencontre avait lieu, sauf pour vous dire qu’il s’agissait d’une très célèbre actrice hollywoodienne… vous savez, le genre blonde qui fait du bénévolat auprès des enfants et qui est même reconnue pour son grand amour des ânes. Oui, elle !
C’est au moment où elle allait quitter la pièce qu’elle a jeté un coup d’œil par la fenêtre, de sa vue imprenable sur les sommets enneigés, et qu’elle m’a remarquée pour la première fois.
— Oh, n’est-ce pas adorable !
Puis elle s’est avancée vers moi pour me flatter le cou, geste que j’ai accepté avec un énorme bâillement et un léger étirement de mes pattes avant.
— Je ne savais pas que vous aviez un chat ! s’est-elle exclamée.
Je suis toujours étonnée de voir à quel point les gens lui font si souvent la remarque — bien que tous ne soient pas aussi spontanés que les Américains dans leur façon d’exprimer leur étonnement à pleine voix. Et pourquoi Sa Sainteté ne devrait-elle pas avoir de chat — si « avoir un chat » est une juste compréhension de notre relation ?
Au reste, n’importe qui avec un pouvoir d’observation particulièrement aigu devinerait la présence d’un chat dans la vie de Sa Sainteté grâce aux poils égarés et aux rares moustaches que je laisse, expressément, sur sa personne. Auriez-vous jamais le privilège de vous approcher très près du dalaï-lama, et de pouvoir ainsi scruter ses tuniques, que vous découvririez presque assurément une fine mèche de fourrure blanche, ce qui confirmerait que loin de vivre seul, il partage son sanctuaire intérieur avec un chat au pedigree impeccable, quoique peu documenté.
C’est d’ailleurs une telle découverte qui a poussé les corgis de la reine d’Angleterre à réagir si violemment quand Sa Sainteté a visité le palais de Buckingham — un incident dont les médias du monde entier n’ont étrangement rien su.
Mais je digresse.
Après m’avoir flatté le cou, l’actrice américaine a demandé :
— A-t-elle un nom ?
— Oh oui ! Beaucoup de noms, a souri Sa Sainteté de manière énigmatique.
Ce qu’avait dit le dalaï-lama était vrai. Comme beaucoup de chats domestiques, j’ai reçu plusieurs noms, certains d’entre eux étant employés fréquemment, d’autres beaucoup moins. Il y en a un, en particulier, auquel je n’accorde que très peu d’importance. Connu par le personnel de Sa Sainteté comme mon nom d’ordination, c’est un nom que le dalaï-lama lui-même n’a jamais employé — du moins pas dans sa version étendue. Je n’entends pas le révéler de mon vivant non plus. Pas plus que dans ce livre, ça c’est sûr.
En tout cas… certainement pas dans ce chapitre.
— Si seulement elle pouvait parler, a continué l’actrice. Elle aurait une telle sagesse à partager…
Et c’est ainsi que l’idée s’est mise à germer dans ma tête.
Pendant les mois qui ont suivi, j’ai observé Sa Sainteté travailler sur un nouveau livre : les nombreuses heures qu’il a passées à s’assurer que les textes étaient bien interprétés ; tout le temps et l’attention qu’il a mis à s’assurer que chaque mot qu’il choisissait conférait le meilleur sens et le plus grand bénéfice qui soient au lecteur. De plus en plus, j’ai commencé à me dire que le temps était peut-être venu d’écrire moi-même un livre, un livre qui transmettrait une partie de la sagesse que j’ai acquise à m’asseoir non pas aux pieds du dalaï-lama, mais — plus intime encore — à m’asseoir sur ses cuisses. Un livre qui raconterait ma propre histoire… pas tant celle d’une loque admise parmi les riches que celle d’un déchet introduit au temple. Comment j’ai échappé à un destin si effroyable qu’on peine à l’imaginer, et ce, afin de devenir le fidèle compagnon d’un homme qui est non seulement un des plus grands leaders spirituels du monde et un Prix Nobel de la paix, mais un as de l’ouvre-boîte.
Souvent vers la fin de l’après-midi, quand je sens que Sa Sainteté a déjà passé trop d’heures à son bureau, je descends du rebord de ma fenêtre, j’avance à pas feutrés jusqu’à son espace de travail, et je frotte mon corps poilu contre ses jambes. Si ceci ne retient pas son attention, j’enfonce mes dents poliment, mais avec précision, dans la chair — si tendre — de ses chevilles. Là, j’y arrive toujours.
Avec un soupir, le dalaï-lama recule sa chaise, me prend dans ses bras, et se rend jusqu’à la fenêtre. Lorsqu’il plonge le regard dans mes grands yeux bleus, les siens expriment un amour si immense qu’ils ne cessent de me remplir de bonheur.
« Mon petit ‘‘bodhi chat va’’ » , m’appelle-t-il parfois, un calembour dérivé de bodhisattva , un terme sanskrit qui renvoie à la notion d’être illuminé chez les bouddhistes.
Ensemble, nous nous abandonnons alors à la vue panoramique qui balaie la vallée de Kangra. Puis une douce brise pénètre à l’intérieur qui charrie des odeurs de pin, de chêne de l’Himalaya et de rhododendron, et qui donne à l’air son caractère virginal, presque magique. Dans la chaude étreinte du dalaï-lama, toute distinction s’estompe complètement — entre l’observateur et l’observé, le chat et le lama, la tranquillité du crépuscule et mon ronronnement assourdissant.
C’est dans des moments comme celui-là que je suis si reconnaissante d’être la chatte du dalaï-lama.
Chapitre 1
Un taureau en train de déféquer est à remercier pour l’événement qui allait changer le cours de ma jeune existence — et sans lequel vous ne seriez pas, cher lecteur, en train de lire ce livre.
Imaginez-vous un après-midi typique de la saison de la mousson à New Delhi. Le da laï-lama venait de quitter l’aéroport d’Indira Gandhi, après être allé enseigner aux États-Unis, et il rentrait à la maison. Tandis que son chauffeur se frayait un chemin à travers les faubourgs de la ville, le trafic a été complètement stoppé par un taureau qui s’était aventuré au beau milieu de la route, et où il s’était copieusement affairé à faire ses besoins.
À l’intérieur du bouchon de circulation, Sa Sainteté regardait calmement par la fenêtre, attendant que le trafic reprenne à nouveau. C’est alors qu’un drame se jouant en bordure de la route a attiré son attention.
Parmi la clameur des piétons et des cyclistes, des propriétaires et des mendiants, deux enfants de la rue, couverts de lambeaux, tentaient impatiemment de conclure leur petit négoce quotidien. Plus tôt ce matin-là, ils avaient trouvé par hasard une portée de chatons, cachée derrière une pile de sacs de jute au fond d’une ruelle. Examinant leur trouvaille de plus près, ils comprirent qu’ils étaient tombés sur un « objet » de valeur. Les chatons n’étaient pas des chats de gouttière ordinaires : ils étaient clairement d’une race féline supérieure. Les jeunes garçons connaissaient peu la race himalayenne, mais derrière nos yeux de saphir, notre joli coloris et notre pelage somptueux, ils ont reconnu une magnifique monnaie

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text