L’impératrice de la nuit , livre ebook

icon

302

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2016

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

302

pages

icon

Français

icon

Ebook

2016

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Roman historique acclamé par la critique et propulsé en tête des ventes dans plusieurs pays, Le palais d’Hiver représentait avec brio l’ascension de Catherine la Grande à travers le regard vigilant de son ingénieuse servante Varvara. Dans ce nouveau roman palpitant d’Eva Stachniak, Catherine occupe désormais le devant de la scène alors qu’elle revit sa fascinante accession au trône, son règne sur l’Empire et les sacrifces qui ont fait d’elle la femme la plus redoutable et le plus redoutée de son temps.Le livre s’ouvre sur les dernières heures de la tsarine au charisme exceptionnel. Des profondeurs enfévrées de son esprit, Catherine fait ressurgir le parcours fatidique de sa tumultueuse existence: son apprentissage grevé d’incertitude en tant que grande-duchesse de Russie, les usurpateurs qui aspiraient à la déposséder de sa couronne, les amis qui quémandaient plus qu’elle ne souhaitait donner ou encore sa bataille pour savoir à qui se fer et qui fouer afn d’assurer sa survie.«C’est le pouvoir et non l’amour qui cause nos disputes», écrivait Catherine à l’homme de sa vie, Grigori Potemkine. Pourtant ses jours se jouaient sur le fl du rasoir, entre le cœur et la raison. Le pouvoir, apprend-elle, est affaire de fermeté, de stratégie et de direction; l’amour doit parfois s’éclipser tandis qu’elle rassemble toutes ses forces pour conduire son peuple instable à l’orée du nouveau siècle et au-delà – pour faire grandir l’empire des Romanov, amasser une vaste fortune et dominer une cour avide d’intrigues en vue de devenir l’une des plus formidables souveraines de l’histoire.D’une écriture superbe, d’une prose lyrique et truffée de détails, L’impératrice de la nuit est le récit éminemment intime d’une femme qui prend en main son destin et trouve sa voie à travers les chagrins, les triomphes et les espoirs de son âme comme de sa nation.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

25 mai 2016

Nombre de lectures

38

EAN13

9782897672058

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

3 Mo

L’impératrice de la nuit est une œuvre de fiction historique. Excepté les personnes, les événements et les lieux bien connus qui figurent dans ce récit, tous les noms, personnages, lieux et événements sont l’œuvre imaginaire de l’auteure ou cités ici à titre fictif. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé serait purement fortuite.
Copyright © 2014 Eva Stachniak
Titre original anglais : Empress of the Night
Copyright © 2016 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec Doubleday Canada, une division de Random House
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.
Éditeur : François Doucet
Traduction : Marianne Champagne
Révision linguistique : Féminin pluriel
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Féminin pluriel
Conception de la couverture : Matthieu Fortin
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89767-203-4
ISBN PDF numérique 978-2-89767-089-4
ISBN ePub 978-2-89767-090-0
Première impression : 2016
Dépôt légal : 2016
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada
Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com
Imprimé au Canada


Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Stachniak, Eva, 1952-
[Empress of the Night. Français]
L’impératrice de la nuit : un roman qui met en scène Catherine la Grande
Traduction de : Empress of the Night.
Suite de : Le palais d’Hiver.
ISBN 978-2-89767-203-4
1. Catherine II, impératrice de Russie, 1729-1796 - Romans, nouvelles, etc. 2. Russie - Histoire - Catherine II, 1762-1796 - Romans, nouvelles, etc. I. Champagne, Marianne. II. Titre. III. Titre : Empress of the Night. Français.
PS8587.T234E4614 2016 C813’.6C2015-942636-7
PS9587.T234E4614 2016

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com


À la mémoire de ma mère


Elle s’astreignait à une constante maîtrise de soi, et de là est née la grandeur de son personnage, car rien ne saurait être plus difficile.
— Jacques Casanova de Seingalt sur Catherine la Grande
Et vous tomberez, en tous points pareils
Aux feuilles flétries qui tomberont des arbres ;
Et vous mourrez, en tous points pareils
Au plus humble de vos esclaves devant la mort.
— Gavrila Derjavine, cité dans The Romanovs


Personnages principaux
L’impératrice Catherine II, auparavant grande-duchesse Catherine Alexeïevna, née Sophie Frédérique Auguste d’Anhalt-Zerbst
Son père : Christian Auguste d’Anhalt-Zerbst
Sa mère : Johanna de Holstein-Gottorp
Sa famille
L’empereur Pierre III, époux de Catherine, auparavant grand-duc Pierre Fedorovitch, né Karl Peter Ulrich, duc de Holstein-Gottorp
L’impératrice Élisabeth, tante de Pierre III et fille de Pierre le Grand
Ses enfants
Le grand-duc Paul Petrovitch (époux de la grande-duchesse Maria Feodorovna)
La grande-duchesse Anna Petrovna (fille de Stanislas Poniatowski)
Le comte Alexeï Bobrinski (enfant illégitime de Grigori Orlov)
Ses petits-enfants
Le grand-duc Alexandre Pavlovitch (époux de la grande-duchesse Élisabeth Alexeïevna)
L e grand-duc Constantin Pavlovitch (époux de la grande-duchesse Anna Feodorovna)
La grande-duchesse Alexandrine Pavlovna (future fiancée de Gustave Adolphe de Suède)
La grande-duchesse Éléna Pavlovna
La grande-duchesse Maria Pavlovna
La grande-duchesse Olga Pavlovna
Le grand-duc Nicolas Pavlovitch
Ses amants et favoris
Sergueï Saltykov
Stanislas Poniatowski, futur roi de Pologne
Grigori Orlov
Alexandre Vassiltchikov
Grigori Potemkine (Gricha, Grichenka)
Alexandre Lanskoï (Sachenka)
Alexandre Matveïevitch Mamonov (Monsieur L’habit rouge)
Platon Alexandrovitch Zoubov (Le Noiraud)
Ses serviteurs
Varvara Nikolaïevna Malikina, servante et confidente ; Daria (ou Darenka), sa fille
Vichka (Maria Savichna Perekusikhina), confidente
Queenie (Anna Stepanovna Protasova), confidente
Zakhar Ivanovitch Zotov, valet
Docteur Rogerson, médecin de la cour
Les courtisans
Le comte Alexeï Orlov
Le comte Nikita Ivanovitch Panine
Le prince Lev Narychkine
Le comte Alexandre Andreïevitch Bezborodko, d’abord secrétaire puis ministre
Adrian Moseïevitch Gribovski, dernier secrétaire de Catherine
Le comte Morkov
Le prince Adam Czartoryski, noble de Pologne et meilleur ami d’Alexandre Pavlovitch
Valerian Zoubov, soldat et courtisan, frère du dernier favori de Catherine
Le comte de Cobenzl, ambassadeur d’Autriche
Le prince Repnine, ancien ambassadeur russe en Pologne, gouverneur général des provinces orientales attribuées par le dernier partage de la Pologne, père naturel d’Adam Czartoryski
Alexandra Branicka (Sachenka), nièce de Potemkine
La princesse Catherine (Katia) Dachkova, amie de Catherine
Les opposants politiques
Emelian Pougatchev, chef de l’insurrection des serfs et des Cosaques en 1773-1775
Tadeusz Ko ś ciuszko, chef de l’insurrection polonaise de 1794
E lle est vêtue d’une robe de brocart argenté. Une cape d’or ourlée d’hermine et de glands en argent recouvre ses pieds. Elle a les yeux fermés, les joues fardées, les lèvres légèrement entrouvertes.
Dans la Grande Galerie du palais d’Hiver, illuminé par des rangées d’épaisses chandelles de cire, le cercueil impérial repose sur une estrade, couronné d’un dais de velours noir. Les courtisans répriment leurs sanglots. Les sujets affligés attendent dans une longue file de poser un baiser sur la main de leur défunte souveraine. Les soldats impériaux se tiennent au garde-à-vous. Le chœur entonne Mémoire éternelle. Les prêtres dans leur habit noir brodé d’argent récitent les prières pour les morts. L’air est chargé d’une douce odeur d’encens.
La foule s’est rassemblée devant le palais, sur les berges, dans les rues et sur les ponts. L’heure est aux lamentations, lorsque l’âme du défunt s’attarde encore : elle espère le pardon de ses péchés, rassemble des forces en vue de son passage dans l’au-delà. La coutume russe veut que l’on serve pour l’occasion des mets particuliers, et les vendeurs de rue proposent ainsi des crêpes, des tourtes de poisson et du kissiel , cette purée de fruits et d’avoine. Pour fortifier les esprits, ils vendent de petits verres de vodka.
Mais quelque chose résonne plus fort que les pleurs et les requiem. Le corps de Catherine est ici exposé, la bien-aimée tsarine, l’impératrice de toutes les Russies, pourtant ni courtisans, ni ministres, ni grands prêtres ne fendent l’air de discours élogieux, louant les longues années de prospérité et de glorieuses conquêtes qui ont marqué ce règne extraordinaire. Les poètes aussi gardent le silence. Pas une ode, pas une ballade ni un hymne funèbre ne chantent le désespoir qui étreint les sujets orphelins de Catherine.
Au monastère Nevski, entouré de la famille tout entière, Sa Majesté Impériale le tsar Paul I er , héritier légitime du sang des Romanov, ordonne aux moines de rapporter le cercueil de son père qui gît sous une tombe anonyme. Les deux souverains russes accompliront ensemble l’ultime voyage de leur vie terrestre.
Les dettes d’autrefois doivent être remboursées, les péchés d’antan doivent être punis.
D’un seul geste de son fils, les trente-quatre illustres années du règne de Catherine sont ainsi effacées. Comment l’esprit peut-il se résoudre à comprendre un tel bouleversement ?


PARTIE I
***
5 novembre 1796
9 h
L a douleur est vive, violente comme la pointe brûlante d’une dague enfoncée dans son crâne, quelque part derrière l’œil droit. Qui frappe alors même qu’elle retire sa plume de l’encrier. Sa main se fige, et la plume tombée entache la lettre qu’elle s’apprêtait à signer.
L’horloge sur la cheminée sonne. Elle se souvient de sa frayeur lorsqu’enfant on remontait devant elle les aiguilles d’un cadran, persuadée alors que le temps lui-même reculerait et qu’elle serait contrainte de revivre tout ce qu’elle avait vécu, la privant ainsi de l’aventure du futur.
La douleur ne part pas, ne s’estompe pas non plus. Il est déjà neuf heures, et elle n’a pas comblé son retard dans la lecture qu’elle doit faire avant l’arrivée de son secrétaire. Elle envisage d’appeler Zotov, son valet, avant de vite se raviser. Le mal de tête s’envolera de lui-même : dès lors que son vieux serviteur s’agitera autour d’elle, il lui sera impossible de s’en défaire.
Pani, le lévrier italien, renifle la main de sa maîtresse avec une vive concentration, lui lèche la paume. La chienne élancée a l’ossature délicate ; c’est une descendante directe de sa bien-aimée Zemira, qui repose maintenant dans les jardins de Tsarskoïe Selo.
— Je n’ai rien pour toi ici, murmure-t-elle en s’efforçant de tapoter la tête de Pani.
Mais sa main droite est curieusement iner

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text