L’éveil du loup , livre ebook

icon

146

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

146

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Rien ne va plus. Diego a réussi à s’emparer de la pierre des mages. Il souhaite s’approprier ses pouvoirs et les mettre à profit dans un dangereux et mystérieux projet… Et rien ne pourrait préparer Polux et ses compagnons à ce qui les attend s’il y parvient. Et ce n’est pas tout. Suite à la perte tragique de l’un de ses proches, Tara se replie sur elle-même. Son attitude froide l’éloigne de Polux, qui est pourtant bien décidé à la reconquérir; la détermination de l’adolescent sera toutefois ébranlée lorsqu’il croisera le regard d’Akouney, une jeune fille qu’il rencontrera au cours d’une quête qui conduira leur groupe au coeur des terres du Sud. Là-bas, les révélations se feront nombreuses…
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

11 août 2014

Nombre de lectures

4

EAN13

9782897520144

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Copyright © 2014 Aude Vidal-Lessard
Copyright © 2014 Éditions AdA Inc.
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Révision linguistique : Daniel Picard
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Katherine Lacombe
Conception de la couverture : Matthieu Fortin
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89752-012-0
ISBN PDF numérique 978-2-89752-013-7
ISBN ePub 978-2-89752-014-4
Première impression : 2014
Dépôt légal : 2014
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
À tous ceux et celles qui ont un jour douté de moi.
Merci de m’avoir poussée à vous prouver que vous aviez tort.

Prologue
U n nuage de poussière s’éleva lors­qu’il déposa sa patte sur le sol gris et sec, brûlant sous le ciel pourtant dépourvu de soleil. Il s’immobilisa soudain, les muscles tendus, à l’affût. Ses congénères l’imitèrent, levant leur museau aplati vers le ciel rougeoyant, la peau noire de leur faciès luisant sous la lueur qu’il produisait. Ils reniflèrent, à la recherche de ce que lui avait déjà repéré : non pas l’odeur du sang, mais celle de la peur. C’était ce qui les attirait chez une proie — sa peur, sa détresse, sa peine ; des émotions qu’eux aussi avaient jadis éprouvées, bien avant de devenir les prédateurs qu’ils étaient aujourd’hui. Des prédateurs avides des sensations qu’ils ne pouvaient plus ressentir que par le biais de la chasse, lorsqu’ils parvenaient à piéger leur proie et à enfoncer leurs crocs dans sa chair ; ce qu’ils feraient bientôt. D’un bref grondement, le meneur ordonna aux autres monstres de le suivre et d’être prêts à l’attaque. Les créatures s’accroupirent alors, leur ventre frôlant le sol, et elles commencèrent la traque.
Ses yeux s’ouvrirent lentement, laissant filtrer une lumière vive qui lui fit immédiatement resserrer les paupières. Un grognement irrité lui échappa. Il fit une seconde tentative, cette fois en plaçant sa main — si lourde qu’il eut de la difficulté à la soulever — devant son visage. La douleur, bien que moins intense, l’obligea tout de même à battre des paupières à plusieurs reprises. Une masse noire apparut alors devant lui, le plongeant dans l’ombre. Il écarta ses doigts gourds et plissa les paupières, mais sa vision était embrouillée, et il ne discerna rien de plus qu’une silhouette assez large, le surplombant. Sa tête se mit alors à tourner, et il cessa d’essayer de se concentrer, préférant laisser retomber sa main et refermer les yeux.
— Eh, le jeune, fit une voix près de lui.
Ses oreilles bourdonnèrent, sa migraine empira. Il tenta d’ouvrir la bouche pour intimer à la voix de se taire, mais tout ce qu’il parvint à produire fut un son rauque. Sa gorge lui fit atrocement mal, et il décida de ne plus parler. Il voulut plutôt repousser la silhouette noire penchée sur lui, mais ses bras refusèrent de lui obéir.
— Eh, tu m’entends ? insista la voix.
Elle était forte, pressante. Il grogna de nouveau. Comme réponse, il sentit quelque chose se refermer sur ses épaules, et il fut violemment secoué.
— Mais ouvre les yeux, bon sang !
Il finit par obéir, mais seulement pour que l’autre cesse de lui hurler dans les oreilles ; son crâne le faisait déjà bien assez souffrir comme ça. Alors il s’efforça de battre des paupières, faisant le point sur ce qu’il voyait : une éclatante lumière rougeoyante baignait tout son champ de vision ; en plein milieu, la même silhouette noire, qui prenait peu à peu de la netteté.
— Chinook ? le pressa-t-elle.
Il fronça les sourcils en grommelant. Chinook ? Ce nom ne lui disait rien. Enfin si, peut-être. Il ne savait plus. Il était trop assommé pour réfléchir. Les seules choses dont il était certain étaient qu’il avait envie de refermer les yeux et de dormir… et qu’il connaissait le visage au-dessus de lui. Ses traits étaient encore indistincts, mais il distinguait maintenant les marques rouges qui coloraient sa peau, à hauteur des joues.
— Ta…, tenta-t-il de dire.
Mais sa voix se bloqua dans sa gorge et se transforma en une quinte de toux. Il déglutit péniblement, s’apercevant qu’il n’avait presque pas de salive à avaler. Lorsqu’il parvint à relever les yeux, sa vision s’était replacée, et il vit clairement le visage anguleux près du sien, les tatouages en forme de triangle dont les pointes descendaient vers les coins de la bouche. Et il se souvint.
— Tanakaï.
Une lueur qu’il ne put identifier passa rapidement dans le regard du jeune homme, qui hocha brièvement la tête.
— C’est bien, tu te souviens.
Oui, il se souvenait. C’était Tanakaï. Et lui… Chinook. Le prince des Tsayes. Oui, c’était bien ça. Et il était… où était-il ?
— Où suis-je ? balbutia-t-il à l’intention de l’autre Tsaye. Qu’est-ce que… Pourquoi…
Il n’arrivait pas à formuler clairement ce qui lui venait à l’esprit. Trop de pensées, trop de questions, trop de bribes de choses qu’il était incapable d’identifier tournoyaient et résonnaient sous son crâne. Il ne comprenait pas ce qui se passait. Lorsqu’il regardait autour de lui, il ne voyait qu’une sorte de désert, un sol gris, sec et craquelé. Il y avait même des nuages de vapeur qui s’échappaient de crevasses en sifflant. Il ne connaissait pas cet endroit. Comment s’était-il retrouvé ici ? Et pourquoi Tanakaï… Il reporta soudainement son attention sur le jeune homme, ses sourcils froncés.
— Je suis en train de rêver, c’est ça ? lui demanda-t-il.
Le visage de celui-ci s’assombrit. Chinook n’y fit pas attention, d’autres images surgissant dans son esprit. Peu à peu, les souvenirs refirent surface. Il se rappela son frère, Diego, le roi des Tsayes, assis dans son fauteuil, au centre de la salle du trône. Ses lèvres s’agitaient à une vitesse folle ; il divaguait, encore une fois. Il parlait de quelque chose qu’il convoitait, un objet quelconque. Il avait chargé quelqu’un de lui procurer cet objet. Qui donc ? Pas Chinook, l’adolescent en était certain. Non, lui, il devait retrouver une personne, une fille que Diego ne cessait d’appeler « la traîtresse »… Tara. Tara . Une vague de panique submergea Chinook. Où était-elle ? Était-elle en sécurité ? Quelque chose allait lui arriver, quelque chose… Lui était-il arrivé quelque chose ? Il n’eut pas le temps d’approfondir cette question qu’il se souvint d’autre chose.
— Tu ne peux pas être là, dit-il alors en rivant son regard à celui de Tanakaï, qui l’observait toujours fixement. Tu es mort. Diego m’a dit que tu t’étais fait tuer. Ce qui signifie que je suis en train de rêver.
Les épaules du jeune prince s’affaissèrent de soulagement, mais les yeux de Tanakaï restaient résolument fixés sur les siens.
— Chinook, fit le jeune homme d’une voix posée mais ferme, tu n’es pas en train de rêver.
L’adolescent laissa échapper un petit éclat de rire, qui se transforma rapidement en une nouvelle quinte de toux dans sa gorge sèche. Lorsque les toussotements se calmèrent, Chinook esquissa un sourire en direction de Tanakaï.
— Alors quoi ? argua-t-il en plissant les yeux. Je suis mort, moi aussi ?
Tanakaï

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text