L'amour ne tient qu'à un fil (de tweed) , livre ebook

icon

349

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2021

Écrit par

traduit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

349

pages

icon

Français

icon

Ebook

2021

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

À vous. Pour m’avoir fait confiance du fond du cœur pour votre budget livres. 1 Dominic Une rédactrice gazouillait dans mon oreille à propos de robes d’été jaune canari et de séances photo à Cuba, tandis que le vent glacé de janvier s’immisçait à travers mes diverses couches de vêtements. Je déambulais sur le trottoir enfoui sous des monticules de ce qui avait été de la neige autrefois. C’était désormais de la soupe grise congelée en mottes sales et déprimantes. Je me sentais comme une de ces mottes congelées. Un homme, un sans-abri à en juger par ses baskets trouées et son manteau usé, était blotti devant une devanture abandonnée. Un chien était emmitouflé dans l’une de ces couvertures polaires bon marché que les grands magasins offrent pratiquement à Noël. Mince, je déteste quand ils ont des chiens. Je n’avais jamais eu de chien, mais je gardais de bons souvenirs du labrador noir de ma petite amie du lycée, Fonzie. Mon unique bon souvenir de cette relation. Je levai le menton en direction de cet homme, et mon chauffeur, Nelson, me répondit d’un hochement de tête. Il connaissait la marche à suivre. Je n’agissais pas par bonté de cœur. Je n’avais ni bonté ni cœur. C’était une compensation pour mon comportement de blaireau. Nelson s’esquiva à l’arrière du SUV et ouvrit le coffre. Il s’occupait des courses et de la « distribution » et, moi, je finançais l’opération.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

29 avril 2021

Nombre de lectures

0

EAN13

9782810431335

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

À vous. Pour m’avoir fait confiance du fond du cœur pour votre budget livres.
1
Dominic

Une rédactrice gazouillait dans mon oreille à propos de robes d’été jaune canari et de séances photo à Cuba, tandis que le vent glacé de janvier s’immisçait à travers mes diverses couches de vêtements. Je déambulais sur le trottoir enfoui sous des monticules de ce qui avait été de la neige autrefois. C’était désormais de la soupe grise congelée en mottes sales et déprimantes.
Je me sentais comme une de ces mottes congelées.
Un homme, un sans-abri à en juger par ses baskets trouées et son manteau usé, était blotti devant une devanture abandonnée. Un chien était emmitouflé dans l’une de ces couvertures polaires bon marché que les grands magasins offrent pratiquement à Noël.
Mince, je déteste quand ils ont des chiens.
Je n’avais jamais eu de chien, mais je gardais de bons souvenirs du labrador noir de ma petite amie du lycée, Fonzie. Mon unique bon souvenir de cette relation.
Je levai le menton en direction de cet homme, et mon chauffeur, Nelson, me répondit d’un hochement de tête. Il connaissait la marche à suivre. Je n’agissais pas par bonté de cœur. Je n’avais ni bonté ni cœur. C’était une compensation pour mon comportement de blaireau.
Nelson s’esquiva à l’arrière du SUV et ouvrit le coffre. Il s’occupait des courses et de la « distribution » et, moi, je finançais l’opération. Quand je reviendrais, l’homme aurait un nouveau manteau, les poches pleines de chèques-cadeaux et la liste des refuges et hôtels les plus proches qui acceptaient les animaux. Et ce petit chien qui regardait son maître avec une adoration aveugle porterait un pull pour chien, chaud et ridicule.
Je me dirigeai vers la pizzeria où ma mère avait insisté pour que nous nous retrouvions. Faire tout le trajet depuis le centre de Manhattan jusqu’au sud de l’île, dans le Village, un mardi soir glacial, n’était pas réellement ma conception du plaisir. Mais me forcer à faire des choses que je ne voulais pas faire était la conception du plaisir de ma mère.
S’il y avait bien une personne au monde pour laquelle j’accepterais d’agir contre ma volonté, c’était Dalessandra Russo. Elle avait connu une année difficile. Je pouvais lui accorder une pizza dégoulinante d’huile et mon attention ininterrompue, avant que Nelson ne me reconduise chez moi dans l’Upper West Side où je fixerais sans doute un écran d’ordinateur pendant trois heures avant d’aller me coucher.
Seul .
Préserver un nom de famille et sauver une entreprise familiale laissaient peu de temps pour des activités extraprofessionnelles. Je me demandais si je ne devrais pas prendre un chien.
Mon manteau battait dans le vent glacial alors que je m’avançais vers l’enseigne orange défraîchie du restaurant et que la rédactrice me faisait part des pièces de créateurs qu’elle verrait bien sur la couverture de mai.
L’hiver à Manhattan était déprimant. Je n’étais pas du genre chandails et chocolat chaud. Je pratiquais le ski, car c’était ce qu’on faisait quand on naissait dans une famille riche. Mais je préférais passer deux semaines tous les ans en janvier dans les Caraïbes plutôt que sur les pistes de ski.
Du moins, dans mon ancienne vie.
Je tirai d’un coup sec la porte vitrée embuée de George’s Village Pizza . Une clochette tinta au-dessus de ma tête pour annoncer mon arrivée. Ce fut la chaleur qui me frappa en premier. L’odeur de l’ail et du pain frais ensuite. Peut-être cela ne me déplaisait-il pas, en fin de compte, que Maman m’ait fait venir jusqu’ici.
– Qu’en pensez-vous, M. Russo ? me demanda la rédactrice.
Je détestais qu’on m’appelle M. Russo. Je détestais aussi de ne pas pouvoir le crier à mes collaborateurs. C’était le pire dans l’histoire. Ne pas pouvoir exprimer la colère qui enflait depuis plus d’un an.
Mon attention fut attirée par des courbes et des boucles. La femme arriva de la table la plus proche de la porte, après avoir fourré un pourboire dans son tablier saupoudré de farine. Elle planta ses yeux dans les miens et je ressentis quelque chose… d’intéressant. Comme si on se reconnaissait en quelque sorte. Comme si c’était elle que je venais retrouver. Mais nous ne nous connaissions pas.
– Ça me paraît bien, esquivai-je au téléphone.
– Je peux vous faire une maquette, me suggéra aimablement la rédactrice.
– Ce serait parfait, merci.
J’étais soulagé qu’elle se propose et que je n’aie pas à le demander cette fois. Ils s’habituaient enfin tous à l’idée que j’avais besoin de voir les choses, avant de pouvoir prendre une décision. J’espérais qu’ils se feraient également à l’idée que je n’étais pas mon père.
Boucles-et-courbes était une serveuse, au vu du polo « George’s Village Pizza » qu’elle portait par-dessus un sous-pull à manches longues. Son jean était sans marque. Ses tennis avaient au moins deux ans de service, mais elle les avait arrangées de manière artistique au marqueur sur leur partie blanche. Elle était de quelques centimètres plus petite et bien plus pulpeuse que la plupart des femmes avec lesquelles j’avais passé du temps récemment.
Au cours de la dernière année, je m’étais immunisé contre les mannequins tout en jambes et en os, âgés d’une petite vingtaine d’années. Pour être franc, il était grand temps étant donné mes quarante-quatre ans. Il y avait quelque chose de désarmant chez cette femme qui me fixait et pointait le panonceau « Pas de téléphone portable » accroché au panneau de liège à l’entrée.
Visage intéressant. Plus doux, plus rond que ces pommettes à facettes qui ornaient les pages du magazine. Des lèvres charnues, de grands yeux bruns qui semblaient chaleureux. Comme du miel. Ses cheveux ondulés, plutôt bruns que châtains, lui arrivaient au niveau de la mâchoire ; je me verrais bien passer mes mains dedans pendant qu’elle susurrerait mon nom sous moi.
Je ne parvenais pas à quitter cette femme des yeux.
– Je vous le remettrai demain à la première heure, me promit la rédactrice.
Je ne me souvenais pas de son prénom – parce que j’étais un abruti ; en revanche, je me rappelais son visage sérieux et obligeant. C’était le genre d’employée qui accepterait de rester au bureau jusqu’à minuit sans se plaindre.
– Demain avant midi, ce sera bien, lui dis-je, en appréciant le regard noir que Cheveux-sexy me lançait, alors que je continuais d’ignorer la pancarte.
Cheveux-sexy s’éclaircit la gorge de façon ostensible, puis tapota férocement l’affichette. Trois bracelets bon marché de perles colorées ornaient son poignet. Je perçus un parfum vif et gai de citron lorsqu’elle se pencha vers moi.
– Passez votre appel à l’extérieur, mon coco ! m’ordonna-t-elle d’une voix rauque et directe.
Mon coco  ?
De toute évidence, elle n’était pas intimidée par un blaireau en Hugo Boss , avec une coupe de cheveux qui valait plus cher que l’ensemble de sa tenue. Je savourai son dédain. Il m’était mille fois plus confortable que les regards terrifiés et les « Tout de suite, M. Russo » auxquels j’avais droit dans les couloirs, au travail.
Je posai ma main sur le micro du téléphone (je détestais les écouteurs et refusais catégoriquement d’en utiliser).
– Il fait froid. J’en ai pour une minute, lui répondis-je vivement sur un ton interdisant la discussion.
– Ce n’est pas moi qui décide de la météo ou des règles pour téléphoner. De-hors ! s’exclama-t-elle comme si j’étais un enfant têtu de trois ans, et elle m’indiqua la porte avec son pouce.
– Non.
Je ne m’exprimai pas comme un bambin pleurnichard. Mais comme un client agacé et importuné en droit d’attendre le respect. J’éloignai ma main du téléphone et poursuivis ma conversation.
Je suis un crétin méprisable.
– Lâchez ce fichu téléphone, sinon je vais vous le faire regretter.
Les clients commençaient à nous observer. Aucun de nous deux ne semblait s’en soucier.
– N’avez-vous pas de tables à servir ? Ou est-ce votre spécialité de vous en prendre aux clients ?
Les yeux de la femme étaient pratiquement dorés sous l’éclairage au néon, et j’aurais juré qu’elle avait esquissé un sourire.
– Oh, vous l’aurez voulu, mon coco.
Elle se pencha de nouveau vers moi, trop près pour nous, les New-Yorkais, attachés à notre espace vital. Le sommet de son crâne s’approcha de mon épaule.
– Monsieur, venez-vous pour des analyses de MST ou pour des hémorroïdes ? cria-t-elle à proximité de mon portable.
Espèce d’enquiquineuse !
– Je vous rappelle, indiquai-je à la rédactrice, avant de raccrocher.
Cheveux-sexy me toisa avec un grand sourire, faussement charmante.
– Bienvenue à George’s Village Pizza . Vous dînez seul ce soir, j’imagine ?
– C’était un appel professionnel, affirmai-je d’un ton glacial.
– Comme c’est magnifique de pouvoir garder son poste tout en étant aussi impoli !
Je n’avais pas écrasé un sous-fifre irrespectueux depuis trop longtemps. Cela me démangeait de le faire là, maintenant. Cette femme avait l’air non seulement de pouvoir l’encaisser, mais même de l’apprécier.
– Dominic.
Derrière l’épaule de Cheveux-sexy, j’aperçus ma mère installée sur une banquette en vinyle vert dans un coin et qui agitait la main. Elle semblait amusée.
Cheveux-sexy se tourna vers ma mère, puis reporta son regard sur moi.
– Oh, elle est beaucoup trop bien pour vous !
Elle me colla un menu contre le torse, puis s’en alla.
– Maman, saluai-je ma mère.
Je me penchai pour embrasser sa joue parfaite, avant de me glisser sur la banquette en face d’elle.
– Quelle entrée ! observa-t-elle, le menton appuyé dans la paume de sa main.
Elle était l’incarnation même de la confiance en soi, avec son pull crème aux épaules dénudées et sa jupe en cuir rouge. Elle coiffait ses cheveux naturellement argentés en une coupe courte branchée. Cette coupe ainsi que la grosse émeraude à son majeur droit étaient les cadeaux qu’elle s’était offerts le jour où elle avait mis mon père à la porte de leur maison de l’Upper East Side, avec quelques dizaines d’années de retard.
Ma mère était une belle femme. Elle l’avait toujours été. Elle avait comme

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text