Chipie à tout prix , livre ebook

icon

170

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2019

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

170

pages

icon

Français

icon

Ebook

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

CHAPITRE 1 Pourquoi moi ? Septembre 2012 C ouchée sur mon lit, les yeux rivés au plafond, j’essuie la larme qui roule le long de ma joue. « Ce n’est pas parce que tu es jolie qu’on va te faire une faveur  ». J’ai tellement mal au ventre que j’ai envie de vomir. Depuis que l’école est devenue mon enfer, je ne veux plus y mettre les pieds. Pourtant, même s’il s’agit d’un deuxième choix, j’aime bien ma formation à la Haute École des arts visuels de Genève. J’ai même réussi à me persuader que je pouvais y apprendre des choses intéressantes. Vive l’auto-persuasion Angie, t’es trop forte . Ce que je veux réellement est complètement différent. Moi, j’ai un rêve. Enfin, j’avais un rêve. Un grand rêve avant de me rendre compte que la vie réelle ne se passe jamais comme dans un film. J’ai mis mes aspirations de côtés pour le moment. Mon seul but ? Tenir encore une année. Ensuite, j’aurai mon diplôme et je pourrai voler de mes propres ailes. Il est sept heures trente, soit le temps de quitter ma chambre douillette pour partir en cours mais mon corps semble peser plus de cent kilos et mes muscles refusent de bouger. Cling ! La sonnerie de mon portable m’annonce l’arrivée d’un message et j’allonge le bras pour saisir le smartphone sur ma table de nuit en bois blanc. J’en profite pour attraper un mouchoir et éponger délicatement les dernières larmes qui perlent au coin de mes longs cils noirs avant de me moucher.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

29 mai 2019

Nombre de lectures

0

EAN13

9782810427277

Langue

Français

CHAPITRE 1
Pourquoi moi ?

Septembre 2012
C ouchée sur mon lit, les yeux rivés au plafond, j’essuie la larme qui roule le long de ma joue.
« Ce n’est pas parce que tu es jolie qu’on va te faire une faveur  ».
J’ai tellement mal au ventre que j’ai envie de vomir. Depuis que l’école est devenue mon enfer, je ne veux plus y mettre les pieds. Pourtant, même s’il s’agit d’un deuxième choix, j’aime bien ma formation à la Haute École des arts visuels de Genève. J’ai même réussi à me persuader que je pouvais y apprendre des choses intéressantes. Vive l’auto-persuasion Angie, t’es trop forte .
Ce que je veux réellement est complètement différent. Moi, j’ai un rêve.
Enfin, j’avais un rêve. Un grand rêve avant de me rendre compte que la vie réelle ne se passe jamais comme dans un film. J’ai mis mes aspirations de côtés pour le moment. Mon seul but ? Tenir encore une année. Ensuite, j’aurai mon diplôme et je pourrai voler de mes propres ailes.
Il est sept heures trente, soit le temps de quitter ma chambre douillette pour partir en cours mais mon corps semble peser plus de cent kilos et mes muscles refusent de bouger. Cling ! La sonnerie de mon portable m’annonce l’arrivée d’un message et j’allonge le bras pour saisir le smartphone sur ma table de nuit en bois blanc. J’en profite pour attraper un mouchoir et éponger délicatement les dernières larmes qui perlent au coin de mes longs cils noirs avant de me moucher. Pas besoin de me poser la question, je sais qui m’envoie ce message.
Une seule personne m’écrit.

T’es réveillée ma Pépite ? Je suis prêt à affronter avec toi les « petits monstres qui se la pètent » de la plus merveilleuse école du monde ! Tu verras, la journée passera super vite malgré ton cours avec Madame Crache-ton-venin…
Je serai devant chez toi dans quinze minutes.
Bisous
Je souris et lève les yeux au ciel. Antho. Il n’y a que lui qui arrive à me faire sourire ces temps. Pourtant mon ventre se serre à nouveau dans une nouvelle crampe qui me force à me plier en quatre pour ne pas gémir. La simple évocation de Madame Crachin me tord l’estomac. Ma mémoire, étrangement sélective quand il s’agit de ma prof, me joue des tours et j’avais complètement oublié que j’allais la revoir ce matin. Madame Crachin nous enseigne l’écriture de scénario et même si j’adore cette matière, dire que je ne m’entends pas avec elle est un doux euphémisme.
Je retire mon petit pull et enfile un vieux tee-shirt gris si ample qu’il me fait ressembler à un fantôme.
Si je le pouvais, je me mettrais carrément un drap sur la tête pour passer inaperçue. Remarquez, se balader avec un drap sur la tête et hurler des « bouh » en pleine ville de Genève n’est peut-être pas la meilleure idée pour se faire discrète…
Un coup d’œil à mon téléphone et je réalise que je suis en retard !
Il faut encore que je retire le maquillage que je viens pourtant d’appliquer. Que j’enlève le mascara qui me fait de trop longs cils.
Gommer toute trace de féminité.
Rester invisible.
S’effacer pour ne plus être remarquée.
Devant le miroir, je frotte mes yeux tellement fort qu’ils en deviennent rouges. Bravo Angie, maintenant tu ne ressembles plus à une fille, tu ressembles à un écureuil dépressif. Pourtant, ma silhouette fine, mes cheveux ondulés et mes yeux verts m’ont souvent valu des compliments sur mon physique. Je n’avais pas idée combien être mignonne pouvait également s’avérer difficile. Une fragilité. Une malédiction.
Je m’attache les cheveux d’un geste précis et rapide, attrape mon sac, sors de ma chambre et gagne le salon en espérant éviter le regard scrutateur de ma mère. Elle n’est au courant de rien pour l’école et j’espère bien garder le secret jusqu’à la fin de l’année scolaire. Ou pour toujours. Les deux mains posées sur le plan de travail, elle se mord la lèvre d’un air inquiet avant de me demander :
– Ma chérie, tu as pris ton petit-déjeuner ?
– Maman, est-ce que tu m’as vue dans la cuisine depuis que tu es debout ? Parce qu’à moins que je ne sois sujette à un dédoublement de mon corps (ce qui pourrait être un pouvoir plutôt marrant entre nous), je n’ai pas mis les pieds ici.
 
 
Elle m’observe avec des yeux tristes et me tend le fruit qu’elle vient de saisir dans la coupelle posée sur le plan de travail :
– Prends au moins une banane avec toi !
La seule chose que j’aimerais faire avec cette banane, c’est l’enfoncer dans le nez de Madame Crachin pour qu’elle s’étouffe avec et qu’elle me laisse enfin tranquille ! On me surnommerait « la tueuse à la banane » et je serais enfin célèbre. Je laisse de côté mes plans machiavéliques, saisis la banane que je glisse dans mon sac pour faire plaisir à ma mère et enfile mes baskets avant de lui dire au revoir et de claquer la porte.
Une fois en bas des escaliers, je pousse un long soupir et ferme les yeux pour calmer mon cœur qui se prend pour le tambour d’une fanfare. Avant même d’arriver à l’école, je suis déjà sous stress. Je tente de contrôler le tremblement de mes mains sans succès. Mes poumons semblent s’être tellement rétrécis que j’ai l’impression de ne plus avoir assez d’air. Je me hâte de sortir pour avaler une grande bouffée d’air frais (et de gaz d’échappement mais c’est moins glamour).
– Youhou !
Une masse grande et maigre me saute dessus et m’entoure de ses bras. Une vague de chaleur me réchauffe et je cligne des paupières pour apercevoir la tête d’Antho à quelques centimètres de la mienne. Il n’y a que lui pour hurler des « youhou » enthousiastes alors qu’il n’est même pas huit heures du matin. Si nous pouvions échanger quelques gènes pour que je lui pique un peu de sa bonne humeur, je ne dirais pas non. Je lui rends son étreinte et l’observe quelques secondes. Perché sur des jambes aussi fines que des échasses, Anthony est le prototype du geek. Teint blanc, cheveux trop longs, silhouette maigrichonne et humour ravageur, il porte un jean usé et une chemise à carreaux bleus et rouges trop grande pour lui. Je l’adore et s’il n’était pas là, j’aurais craqué depuis longtemps.
Il me fixe d’un œil perçant, me pince les joues et fait la moue :
– Voilà, tu auras meilleure mine avec les joues rouges ! T’as dormi ?
– Comme un cadavre.
Il gronde :
– Angie, t’es pas drôle ! Tu as plutôt une tête à avoir passé ta nuit devant tous les Conjuring à la suite.
– Exactement. Et j’ai même revu The Ring. Du coup, je mets un point d’honneur à ressembler à la petite fille qui sort du puits !
Je mets mes cheveux devant mes yeux et mes bras en avant puis avance dans la rue en imitant un zombie.
– Vraiment effrayant, rigole Antho.
– Ne te moque pas, maintenant tu vas mourir dans sept jours !
Nous nous regardons et éclatons de rire. Il me rattrape, passe son bras sous le mien puis penche sa tête près de la mienne comme un conspirateur avant de murmurer :
– Alors, tu l’as fait ?
Mon cœur se remet à battre la chamade mais pas du tout pour les mêmes raisons qu’avant. J’écarquille les yeux, rattrapée par une trouille monstrueuse, et gronde :
– Malheureux, n’en parle pas à haute voix !
– Pourquoi, tu as peur qu’on te pique ton idée ?
– Pas du tout. J’ai juste l’impression que ça la rend terriblement réelle. Et je n’ose pas vraiment y croire ou même y penser…
Il soupire et lève les yeux au ciel comme pour me signifier « Angie est ridicule, Angie est aveugle. Bref, Angie est vraiment grave ». Heureusement pour lui, il ajoute en me serrant un peu plus fort contre lui :
– Tu as du talent Angie. C’est dommage que tu ne t’en rendes pas compte.
Cause toujours, ça m’intéresse. J’ai autant de talent qu’une fourmi qui aimerait devenir championne de natation. Autant dire que je suis capable de tout réaliser… mais seulement dans ma tête.
– Peut-être qu’un jour, j’oserai enfin me lancer.
Dans une autre vie. Ou avec un autre cerveau. Un cerveau où la peur n’existerait pas. En fait mon autre ambition est légèrement reliée à mon grand rêve mais elle semble tout de même plus réaliste. Comment ça, j’évite le sujet ? Antho n’a pas dit son dernier mot :
– C’est sûr que tu y arriveras. Tu sais pourquoi ?
Je lève les yeux vers lui et réponds :
– Parce que tu as trouvé une potion magique « anti-timidité » et tu attends le brevet officiel pour devenir riche ?
– T’es bête ma Pépite. Non, c’est juste que je crois en toi et que je te ficherai des coups de pied aux fesses jusqu’à ce que tu te décides !
Mine de rien, sa phrase résonne en moi comme des milliers de petites bulles d’espoir. Si seulement j’osais. Malheureusement pour moi, j’aperçois les grands bâtiments gris de l’école et mon ventre se serre à nouveau douloureusement. J’ai envie de vomir.
« Va plutôt faire Miss Suisse ».
Un jour, je leur montrerai. Un jour j’y arriverai.
Le problème ? Pour le moment, j’ai dix-neuf ans, j’ai peur et je ne me sens pas assez forte pour me lancer dans un tel projet comme si les derniers mois m’avaient tellement fragilisée qu’un seul coup supplémentaire me ferait sombrer dans un gouffre abyssal. Sans même m’en rendre compte, j’ai ralenti le pas. Je traîne. Je marche si lentement qu’on dirait un escargot.
– Je suis une limace.
Merde, j’ai vraiment dit ça à haute voix ?
C’est en regardant l’expression d’Antho que je me rends compte que oui. Et d’après sa tête, il doit hésiter entre éclater de rire ou m’interner d’urgence.
– Et moi je suis un phasme. Ils doivent certainement bien s’entendre les deux dans leur forêt, non ?
Il bouge ses longs bras de manière désarticulée ce qui me fait éclater de rire :
– Tu es aussi taré que moi, tu le sais ça ?
Il acquiesce et m’embrasse sur le dessus du crâne.
– C’est pour ça qu’on s’entend si bien. Tu verras, ça va aller.
Je lui jette un coup d’œil, pas vraiment convaincue. Voyant ma mine déconfite, il ajoute :
– En plus, vous tournez ton court-métrage demain, non ? Tu dois te réjouir ! Ce sont tes premiers pas en tant que productrice-réalisatrice et scénariste ! C’est la classe !
– Je m’en réjouis au moins autant qu’avant une épilation intégrale où

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text