Agents et associés (Tome 3) - Profonde connexion , livre ebook

icon

156

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2019

Écrit par

traduit par

Publié par

icon

156

pages

icon

Français

icon

Ebook

2019

Agents du FBI et amants, Aidan et Jamie partent pour Cuba avant de revenir en Californie. Les deux associés doivent à tout prix joindre leurs forces pour venir à bout de l’enquête qu’ils mènent de front depuis plusieurs mois : identifier un redoutable terroriste. Complot, crise financière, danger… un cocktail explosif qui pourrait anéantir les deux hommes, tout comme leur amour. Parviendront-ils à préserver leur passion tout en mettant un point final à leur périlleuse mission ?
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

04 décembre 2019

Nombre de lectures

1

EAN13

9782290173206

Langue

Français

Layla REYNE
Profonde connexion
J'ai Lu
Collection : Love Addiction
© Layla Reyne, 2017 Pour la traduction française © Éditions J’ai lu, 2019 Dépôt légal : novembre 2019
ISBN numérique : 9782290173206 ISBN du pdf web : 9782290173220
Le livre a été imprimé sous les références : ISBN : 9782290200629
Composition numérique réalisée parFacompo
Présentation de l’éditeur : Agents du FBI et amants, Aidan et Jamie partent pour Cuba avant de revenir en Californie. Les deux associés doivent à tout prix joindre leurs forces pour venir à bout de l’enquête qu’ils mènent de front depuis plusieurs mois : identifier un redoutable terroriste. Complot, crise financière, danger… un cocktail explosif qui pourrait anéantir les deux hommes, tout comme leur amour. Parviendront-ils à préserver leur passion tout en mettant un point final à leur périlleuse mission ?
Création Studio J’ai lu© Conrado / Shutterstock
Biographie de l’auteur : Layla REYNE vit à San Francisco. Son imagination et sa passion pour l’écriture l’ont menée vers le métier d’auteure. Elle est spécialisée dans la romance à suspense, dont les intrigues sont aussi prenantes que mouvementées. Elle a été finaliste des Golden Hearts, organisés par la RWA.
© Layla Reyne, 2017
Pour la traduction française © Éditions J’ai lu, 2019
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
AGENTS ET ASSOCIÉS
1 – Premier contact N° 12693 2 – Étroite collaboration N° 12723
Au café et au whiskey, bien évidemment…
Remerciements
Je n’aurais pas pu espérer une meilleure expérience pour la publication d’une première série que ce que j’ai vécu avecAgents Irish et Whiskeychez Carina Press. Que ce soit le premier contact, leur enthousiasme pour le projet, le travail d’édition qui a amélioré chaque tome, les couvertures, la maquette et la production qui ont permis à la série de se distinguer sur le marché, tout a participé à en faire une fantastique expérience et je ne pourrai jamais assez remercier les équipes de Carina et de Harlequin. Deb, ce fut un plaisir absolu de travailler avec toi. Kristi et Tera, merci pour vos premiers retours sur le projet. Partenaires de course, merci de m’avoir aidée à coucher les mots sur le papier. Remerciements tout particuliers aux incroyables auteurs qui m’ont servi de mentors et m’ont soutenue pour le lancement de mes premiers enfants livresques. Merci d’avoir répondu à mes questions, pour le temps que vous m’avez consacré et les conseils que vous m’avez donnés, pour avoir lu et promu les livres et pour avoir manifesté votre amour pour cette série. C’est aussi grâce à vous que l’accouchement s’est fait de manière aussi fluide et heureuse ! Et surtout, merci à vous, chers lecteurs ! L’accueil chaleureux que vous avez réservé auxAgents Irish et Whiskeynourri ma passion et ma créativité pour les a mener au bout de leur aventure. J’espère que celle-ci vous plaira autant qu’elle m’a plu !
1
Cheveux mouillés hirsutes, le front trempé de sueur et d’embruns, Jamie menait une bataille contre son estomac en pleine mutinerie. Une bataille qu’il était en train de perdre. Il quitta d’un bond les bras d’Aidan pour se plier en deux par-dessus le bastingage à tribord et vider le peu qui lui restait dans le ventre au sein des eaux caribéennes rendues noires par la nuit. Une « chance » qu’il n’ait pas eu une seconde pour avaler quoi que ce soit durant les douze heures précédentes. Ils n’avaient pas eu le temps de manger ni même d’obtenir les visas et autorisations dont avaient besoin les agents du FBI pour se rendre légalement à Cuba. Heureusement, Jamie voyageait en compagnie des héritiers de l’empire des transports Talley. Grâce à quelques appels rapides de Danny, le frère d’Aidan, dès l’atterrissage à Montego Bay de leur avion spécialement affrété, une voiture privée s’était présentée pour les emmener jusqu’à une marina fermée où les attendait un 3100 Coronet au réservoir plein et prêt à partir. Mais si Aidan et Danny étaient capables de faire apparaître un hors-bord d’un demi-million de dollars, leur magie échouait à invoquer le pied marin de Jamie. Réduit à des haut-le-cœur, celui-ci se redressa et s’accroupit en emplissant ses poumons d’air salé. Environ trois cents kilomètres en bateau entre Montego Bay jusqu’à Santiago de Cuba. Il avait cru pouvoir s’en sortir. Aidan écarta les mèches de cheveux collées au front de Jamie. — Tu n’étais pas censé avoir passé tes étés d’étudiant à faire de la pêche en haute mer ? — Si. Et je passais aussi les premiers jours la tête dans le seau… Ils entrèrent dans une nouvelle zone agitée. Le nez du hors-bord oscilla de haut en bas tandis qu’il fendait les vagues et Jamie fonça de nouveau vers le bastingage. — Mollo, frérot ! cria Aidan par-dessus le rugissement des moteurs. Danny ne relâcha pas l’accélérateur. — Il reste moins de vingt miles. Il faut qu’on franchisse la frontière maritime avant le passage de la prochaine patrouille ! — On rejoue pasMiami Vice, Daniel. L’accent irlandais marqué d’Aidan combiné à la référence à un film de Michael Mann arracha à Jamie un rire bienvenu, bref répit face à la nausée. Il se redressa, reprit son souffle et s’essuya la bouche du dos de la main. — Ça ira, dit-il. Pas de temps à perdre. Aidan l’enserra par-derrière pour l’attirer à lui dans le coin où ils s’étaient blottis l’un contre l’autre sur le pont entre ses accès de nausées. Aidan recoiffa en arrière sa chevelure rétive et l’embrassa sur la tempe. — Tu ne seras bon à rien si tu ne tiens plus debout à l’arrivée. Jamie se décala pour se nicher contre la poitrine d’Aidan en serrant entre ses doigts le col de sa veste, tentant de ne pas penser à ce qui les attendait peut-être à
Cuba. Impossible. De la force presque désespérée avec laquelle Aidan se cramponnait à ses bras à la tension manifeste dans la posture de Danny – une raideur à l’opposé de son attitude habituellement détendue –, tout ramenait à l’unique objet de leurs pensées : une femme. L’agent spécial responsable Melissa Cruz. La petite amie de Danny. La patronne de Jamie et d’Aidan. Ainsi que la meilleure amie et sœur du défunt mari de ce dernier. Elle avait réquisitionné le jet privé de Danny pour s’envoler jusqu’à Cuba où son oncle louait une propriété au terroriste qui avait fait de leurs vies un cauchemar. Soit Mel la jouait solo et risquait sa vie pour se venger de leur ennemi, soit elle était elle-même une terroriste. Jamie n’avait aucun moyen de savoir dans quoi Aidan, Danny et lui allaient mettre les pieds. Et il ne savait rien de Roberto Gabriel Marcelo. Jamie posa la tête contre l’épaule d’Aidan, sa bouche toute proche de son oreille pour ne pas avoir à crier. — Parle-moi de l’oncle Roberto. Aidan fléchit les genoux pour l’enlacer au plus près. — C’est le frère aîné de leur mère. Un colosse, énorme. Et un mec très dur. — Tu l’as déjà rencontré ? — Il a fait le voyage à l’occasion de mon mariage avec Gabe, même si c’était surtout pour voir Mel. — Gabe et lui ne s’entendaient pas ? Aidan serra les dents. Jamie sentit la contraction de sa mâchoire contre le sommet de son crâne. — Gabe n’était pas assez coriace à son goût. Jamie inclina la tête en arrière pour croiser le regard durci d’Aidan. — Comment c’est possible ? Le défunt mari d’Aidan faisait partie des rares individus plus massifs que lui que Jamie ait jamais rencontrés. L’ancien défenseur de football devenu banquier d’affaires aurait pu lui défoncer le crâne d’un seul coup de poing. — Parce qu’il était gay ? demanda-t-il. Aidan tourna son regard vers les flots agités. — Peut-être en partie, mais je pense que c’était surtout parce que Gabe n’avait jamais servi dans l’armée. Roberto a été militaire, puis policier. — Alors Mel était sa chouchoute ? Aidan reporta son attention vers lui. — Roberto lui a tout appris. Comment se servir d’une arme, comment se battre, comment désarmer un adversaire. Elle savait déjà tout ça en arrivant au FBI. Elle était terrifiante. — S’ils étaient si proches… — … elle pourrait travailler avec lui. On est obligés de l’envisager. Jamie posa doucement la main sur la joue d’Aidan, ébouriffant du bout des doigts ses cheveux auburn. — C’est toi qui décideras de la manière de gérer la situation, Irish. Mel fait partie de tes proches. — Pas si des gens à qui je tiens se font tuer à cause d’elle, y compris Danny ou toi. — Je ne vais pas me faire tuer. Aidan frotta sa joue au creux de la paume de Jamie. — Tu me le répètes sans arrêt, bébé, mais je ne sais pas si j’y crois.
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text