Flics de mon cœur 5 , livre ebook

icon

70

pages

icon

Français

icon

Ebooks

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

70

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

C’est lors d’un coup de filet impressionnant, que Kamilliana retrouve Donovan Jenkins, l’homme qui l’a lâchement abandonnée devant l’autel quelques années plus tôt, le père de sa petite fille, et le seul homme que son corps reconnaît comme amant...


Mais c’est sans compter sur Galan, un de ses collègues qui petit à petit est parvenu à faire tomber toutes ses barrières. Entre Jenkins et Galan, son cœur balance et l’heure des décisions est venue pour la jeune femme. Choisira-t-elle la raison ou la passion ?

Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

32

EAN13

9782819100829

Langue

Français

cover.jpg

 

 

Flics de mon cœur 5 : Kamilliana

 

De Pierrette Lavallée

 

 

 

 

img1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n'autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article L.122-5, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l'article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »

 

©2016 Les Editions Sharon Kena

www.leseditionssharonkena.com

ISBN : 978-2-8191-0082-9

CHAPITRE 1

 

 

 

Kamilliana s’apprêtait à se rendre dans les vestiaires pour se changer lorsqu’elle entendit la voix de Galan Devreaux. Elle se raidit mais se tourna vers lui, le visage impassible.

img2.pngKami, ma petite Kami, s’écria-t-il, je te cherchais ! Dis un peu à Tonton Galan ce que tu fais ce soir !

img2.pngPremièrement, je n’aime pas lorsque tu m’appelles Kami, on dirait une de ces prostituées que tu payes pour baiser avant de les enfermer pour la nuit dans la cellule du fond et en profiter gratos !

img2.pngAïe… touché, gémit-il en portant la main à son cœur… et deuxièmement ?

img2.pngDeuxièmement, susurra-t-elle, je n’aime pas le ton que tu emploies avec moi, on dirait un vieil oncle pervers.

img2.pngHum, je vois, se gaussa-t-il et ça te donne envie de faire des trucs cochons, hein ? demanda-t-il en remuant sa langue d’un air salace.

img2.pngOh oui, gémit-elle en collant sa poitrine contre le torse musclé de son collègue. J’ai envie de sortir mon flingue, le poser contre ta tempe et tirer…

img2.pngÇa y est, se moqua Galan, je suis amoureux ! murmura-t-il en titubant comme s’il était touché.

Kamilliana dut se retenir pour ne pas rire. Elle se contenta de l’observer gravement, en levant les sourcils.

img2.pngOh bon sang, Kami, toutes les femmes tombent dans mes bras, pourquoi pas toi ? se lamenta-t-il d’un ton faussement blessé.

img2.pngParce que je n’ai pas besoin d’homme dans ma vie et si tu veux une réponse à ta question, ce soir, je vais chouchouter ma petite puce et…

img2.pngMalheureusement, on a un souci, lui dit-il en reprenant un ton plus sérieux. Joy nous attend dans son bureau.

img2.pngEt merde ! râla Kamilliana qui voyait sa soirée au coin du feu partir en fumée.

Kamilliana suivit Galan jusqu’au bureau de leur commissaire. Elle poussa un juron en voyant un dossier posé devant elle et s’affala sur le siège qui faisait face à celui de la jeune femme.

img2.pngIl n’y a vraiment que toi pour me casser les pieds un samedi soir, gronda Kamilliana en s’adressant à Joy.

img2.pngEt crois-moi, j’en suis désolée, si nous n’avions pas été en sous-effectif, jamais je ne te t’imposerais une chose pareille, tu me connais !

Joy et Kamilliana avaient un passé commun. Elles avaient été toutes les deux dans la même école de police et en étaient ressorties diplômées le même jour. Leurs chemins s’étaient séparés jusqu’à ce que la jeune femme pousse la porte de son bureau alors que Joy venait d’être nommée commissaire. Kamilliana lui avait clairement exposé les faits qui l’avaient incitée à demander sa mutation dans cette ville. Joy l’avait écoutée et lui avait souhaité la bienvenue au sein de la brigade.

img2.pngBon allez, crache le morceau, que se passe-t-il pour que tu aies besoin de nous ce soir ? Parce que je présume que je vais faire équipe avec cet horrible macho ? marmonna Kamilliana en pointant son pouce vers Galan.

img2.pngEn effet, lui confirma Joy. Donc voilà le topo. Depuis qu’Akil Azmat est en prison, les Blacks Panthers tentent de reprendre le contrôle de la Cité. Heureusement, jusqu’à ce jour, nous sommes parvenus à déjouer tous leurs projets. Mais ils sont devenus beaucoup plus prudents. Vous savez que mon compagnon est détective… Il a accidentellement eu vent d’une transaction qui aura lieu ce soir, un échange d’argent contre des armes, des automatiques…

img2.pngEt armer la Cité serait catastrophique ! conclut Galan.

img2.pngC’est exactement ça, dit Joy en secouant la tête. Omerry a creusé un peu plus et il a découvert non seulement l’heure mais aussi le lieu où la transaction aura lieu.

img2.pngQu’est-ce que tu attends de nous, Joy ? s’enquit calmement Kamilliana. Galan et moi ne pouvons pas démanteler ce réseau à nous deux !

img2.pngNon, mais il s’agit de notre affaire ! gronda-t-elle. Donc il faut un responsable pour mener les opérations ! Ce sera Galan… Nous aurons également des renforts, le douzième et le quatrième arrondissement. Mais Devreaux a besoin d’un coéquipier qui surveillera ses arrières… Toi, Kamilliana !

La jolie brune resta un moment silencieuse et hocha la tête.

img2.pngD’accord, capitula-t-elle, car il est hors de question que qui que ce soit touche à un cheveu de sa tête. Si quelqu’un doit le flinguer, ce sera moi et personne d’autre !

img2.pngJe suis très… touché, se moqua Galan avant de se lever. Bon, ce n’est pas que je ne suis pas bien en votre compagnie, les filles, mais il me faut mettre en place les derniers détails avec les autres brigades.

img2.pngJe vais y aller aussi et…

img2.pngNon, Kamilliana, la coupa Joy, tu restes, j’ai à te parler !

La jeune femme bougonna tandis que Galan se tournait vers elle, l’air inquiet.

img2.pngÇa va ? l’interrogea-t-il.

img2.pngGalan ! Laisse-nous ! lui ordonna Joy.

Galan sortit de la pièce, l’air impassible, mais Joy avait bien remarqué qu’il se faisait du souci pour sa collègue.

img2.pngJe suis désolée, commença-t-elle dès que la porte se fut refermée derrière Galan. Tu sais que j’évite de te mettre dans des situations qui pourraient s’avérer dangereuses, mais je n’avais pas le choix cette fois, nous sommes en sous-effectif et…

img2.pngC’est bon, Joy, pas la peine de te répéter ! la coupa son amie. Lorsque j’ai choisi ce métier, je l’ai fait en toute connaissance de cause. Je savais donc pertinemment que je risquerais parfois ma vie. Ce n’est pas comme si tu m’envoyais au cœur de la Cité tous les jours !

img2.pngLe problème, c’est que tu as une famille et…

img2.pngRéduite à peau de chagrin, cracha Kamilliana avec amertume. 

img2.pngÇa fait près de trois ans à présent, tu ne penses pas qu’il est temps de tourner la page ? lui demanda Joy gentiment.

img2.pngEn fait, ça fait exactement, trente-et-un mois, douze jours et trois heures, la corrigea-t-elle.

img2.pngNe crois-tu pas que tu devrais laisser le passé derrière toi et te focaliser sur l’avenir ? Galan…

img2.pngGalan n’est qu’un beau parleur, persifla Kamilliana. 

img2.pngIl te drague depuis plusieurs mois à présent, jamais il n’avait fait preuve d’autant de persévérance !

img2.pngComme il le fait avec toutes les filles qui traversent ce commissariat ! rétorqua-t-elle.

img2.pngTu ne lui accorderas pas le bénéfice du doute, pas vrai ? marmonna Joy.

Kamilliana ne répondit pas, se contentant de hausser les épaules. À dire vrai, elle rêvassait de plus en plus à son sujet, mais elle avait été si profondément blessée qu’elle avait peur de faire confiance à nouveau. Un soupir s’échappa de ses lèvres. La commissaire ne voulait plus voir son amie, qu’elle avait connue vive et enjouée, se comporter à présent avec froideur et insensibilité, comme si plus rien ne la touchait.

img2.pngTu dois réapprendre à faire confiance aux hommes, Kamilliana, accepter un rendez-vous, ou même un plan cul, ajouta crûment Joy. Merde, ta vie ne s’est pas arrêtée parce que ton mec t’a plaquée et, encore une fois, Galan me paraît tout indiqué.

img2.pngAlors pour ta gouverne, sache que ma vie s’est arrêtée lorsque mes parents ont eu ce putain d’accident de voiture qui les a tués et lorsque j’ai réalisé que ma fille ne connaîtrait jamais ses grands-parents ! Ils étaient ma seule famille, et même s’ils m’avaient adoptée, je les aimais d’un amour inconditionnel ! explosa-t-elle. Ensuite, même si ça ne te regarde pas, sache que j’ai passé un très bon moment hier en compagnie de Georges, la veille, c’était avec John et encore…

img2.pngKamilliana, je n’ignore pas que ce sont les prénoms que tu as donnés à tes vibromasseurs, assena Joy en secouant la tête. Je te parle d’hommes en chair et en os, pas de jouets en silicone.

img2.pngEt que ferais-je d’un homme, dis-moi ? Je suis autonome, je m’occupe de ma fille, je n’ai pas besoin d’un représentant masculin pour changer une ampoule ou percer un trou dans un mur. Alors à quoi me servirait-il ? Pour le sexe ? Comme tu l’as très bien compris, j’ai mes sex-toys pour me procurer toutes les sensations que je pourrais ressentir avec un mec. Tous les avantages sans les inconvénients… Une fois terminé, à l’inverse d’avec un homme, je range mon joujou dans le tiroir de ma commode, je ne suis pas obligée de faire un câlin « post-coïtal », si je n’en éprouve pas le besoin ou l’envie. J’ai la place dans mon lit pour moi toute seule, et comble du bonheur, je peux dormir une nuit complète sans entendre aucun ronflement ! Alors qu’as-tu à répondre à ça ? Ah, j’oubliais encore une chose avantageuse avec un gode, à moins que je n’aie oublié de changer les piles, il ne risque pas d’avoir fini avant moi ou de tomber en panne avant que j’aie eu le temps de m’échauffer !

img2.pngTu es devenue bien cynique, murmura Joy, une lueur de pitié dans le regard.

img2.pngComment ne pas l’être après ce que j’ai vécu ? lui répondit-elle sèchement. Me faire plaquer devant l’autel, rentrer à l’appartement que je partageais avec mon futur mari et réaliser que pendant que j’attendais comme une conne le moment d’échanger nos vœux devant nos amis, nos familles, celui qui me jurait amour et fidélité quelques heures auparavant avait vidé les lieux de toutes ses affaires, sans un mot, en se sauvant comme un lâche !

img2.pngKamilliana…

Elle entendait bien au son de sa voix que son amie avait pitié d’elle, qu’elle souffrait avec elle, mais ça faisait trop longtemps qu’elle gardait cette colère en elle.

img2.pngJ’ai cherché sa trace pendant des jours pour obtenir au moins des explications… J’ai demandé de l’aide à ses amis, à tous ceux qui pouvaient me donner la moindre piste… Et rien, c’était comme s’il avait disparu de la surface de la Terre… Il n’a plus jamais utilisé sa carte bleue, ni même sa carte vitale, toutes… Je dis bien toutes mes recherches ont été...

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text