Lettre sur les sourds et muets et Addition à la lettre sur les sourds et muets , livre ebook

icon

49

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2012

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

49

pages

icon

Français

icon

Ebook

2012

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Cet ouvrage a été publié anonymement en 1751. Il traite du sublime en peinture et de nombreux sujets musicaux.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

01 janvier 2012

Nombre de lectures

89

EAN13

9782820623058

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

Collection
«Essai»

Faites comme Denis Diderot,
publiez vos textes sur
YouScribe

YouScribe vous permet de publier vos écrits
pour les partager et les vendre.
C’est simple et gratuit.

Suivez-nous sur

ISBN : 9782820623058
Sommaire


LETTRE SUR LES SOURDS ET MUETS
ADDITIONS POUR SERVIR D’ÉCLAIRCISSEMENTS
LETTRE SUR LES SOURDS ET MUETS

ADDITIONS
A LA LETTRE SUR LES SOURDS ET MUETS
LETTRE SUR LES SOURDS ET MUETS
A L’USAGE DE CEUX QUI ENTENDENT ET QUI PARLENT
ADRESSÉE A M**
Versisque viarum
Indiciis raptos, pedibus vestigia recîis
Ne qua forent.
Æneid., lib. VIII
De V… ce 20 janvier 1751
Je vous envoie, Monsieur, la Lettre à l’auteur des Beaux-Arts réduits à un même principe , revue, corrigée et augmentée sur les conseils de mes amis, mais toujours avec son même titre.
Je conviens que ce titre est applicable indistinctement au grand nombre de ceux qui parlent sans entendre ; au petit nombre de ceux qui entendent sans parler ; et au très petit nombre de ceux qui savent parler et entendre ; quoique ma Lettre ne soit guère qu’à l’usage de ces derniers.
Je conviens encore qu’il est fait à l’imitation d’un autre qui n’est pas trop bon: mais je suis las d’en chercher un meilleur. Ainsi de quelque importance que vous paraisse le choix d’un titre, celui de ma Lettre restera tel qu’il est.
Je n’aime guère les citations ; celles du grec moins que les autres : elles donnent à un ouvrage l’air scientifique, qui n’est plus chez nous à la mode. La plupart des lecteurs en sont effrayés ; et j’ôterais d’ici cet épouvantail, si je pensais en libraire ; mais il n’en est rien : laissez donc le grec partout où j’en ai mis. Si vous vous souciez fort peu qu’un ouvrage soit bon, pourvu qu’il se lise, ce dont je me soucie moi, c’est de bien faire le mien, au hasard d’être un peu moins lu.
Quant à la multitude des objets sur lesquels je me plais à voltiger, sachez et apprenez à ceux qui vous conseillent, que ce n’est point un défaut dans une lettre, où l’on est censé converser librement, et où le dernier mot d’une phrase est une transition suffisante.
Vous pouvez donc m’imprimer, si c’est là tout ce qui vous arrête ; mais que ce soit sans nom d’auteur, s’il vous plaît ; j’aurai toujours le temps de me faire connaître. Je sais d’avance à qui l’on n’attribuera pas mon ouvrage ; et je sais bien encore à qui l’on ne manquerait pas de l’attribuer, s’il y avait de la singularité dans les idées, une certaine imagination, du style, je ne sais quelle hardiesse de penser que je serais bien fâché d’avoir, un étalage de mathématiques, de métaphysique, d’italien, d’anglais, et surtout moins de latin et de grec, et plus de musique.
Veillez, je vous prie, à ce qu’il ne se glisse point de fautes dans les exemples ; il n’en faudrait qu’une pour tout gâter. Vous trouverez dans la planche du dernier livre de Lucrèce, de la belle édition d’Ha-vercamp, la figure qui me convient ; il faut seulement en écarter un enfant qui la cache à moitié, lui supposer une blessure au-dessous du sein, et en faire prendre le trait. M. de S… mon ami, s’est chargé de revoir les épreuves ; il demeure rue Neuve des… Je suis, Monsieur, votre, etc.
LETTRE SUR LES SOURDS ET MUETS,
A l’usage de ceux qui entendent et qui parlent
Où l’on traite de l’origine des inversions, de l’harmonie du style, du sublime de situation, de quelques avantages de la langue française sur la plupart des langues anciennes et modernes, et par occasion de l’expression particulière aux beaux-arts.
Je n’ai point eu dessein, Monsieur, de me faire honneur de vos recherches, et vous pouvez revendiquer dans cette Lettre tout ce qui vous conviendra. S’il est arrivé à mes idées d’être voisines des vôtres, c’est comme au lierre à qui il arrive quelquefois de mêler sa feuille à celle du chêne. J’aurais pu m’adresser à M. l’abbé de Condillac, ou à M. Dumarsais, car ils ont aussi traité la matière des inversions ; mais vous vous êtes offert le premier à ma pensée, et je me suis accommodé de vous, bien persuadé que le public ne prendrait point une rencontre heureuse pour une préférence. La seule crainte que j’aie, c’est celle de vous distraire, et de vous ravir des instants que vous donnez sans doute à l’étude de la philosophie, et que vous lui devez.
Pour bien traiter la matière des inversions, je crois qu’il est à propos d’examiner comment les langues se sont formées. Les objets sensibles ont les premiers frappé les sens, et ceux qui réunissaient plusieurs qualités sensibles à la fois ont été les premiers nommés ; ce sont les différents individus qui composent cet univers. On a ensuite distingué les qualités sensibles les unes des autres, on leur a donné des noms ; ce sont la plupart des adjectifs. Enfin, abstraction faite de ces qualités sensibles, on a trouvé ou cru trouver quelque chose de commun dans tous ces individus, comme l’impénétrabilité, l’étendue, la couleur, la figure, etc., et l’on a formé les noms métaphysiques et généraux, et presque tous les substantifs. Peu à peu on s’est accoutumé à croire que ces noms représentaient des êtres réels : on a regardé les qualités sensibles comme de simples accidents ; et l’on s’est imaginé que l’adjectif était réellement subordonné au substantif, quoique le substantif ne soit proprement rien, et que l’ adjectif soit tout. Qu’on vous demande ce que c’est qu’un corps, vous répondrez que c’est une substance étendue , impénétrable , figurée , colorée et mobile. Mais ôtez de cette définition tous les adjectifs, que restera-t-il pour cet être imaginaire que vous appelez substance ! Si on voulait ranger dans la même définition les termes suivant l’ordre naturel, on dirait, colorée , figurée , étendue , impénétrable , mobile , substance. C’est dans cet ordre que les différentes qualités des portions de la matière affecteraient, ce me semble, un homme qui verrait un corps pour la première fois. L’œil serait frappé d’abord de la figure, de la couleur et de l’étendue ; le toucher s’approchant ensuite du corps, en découvrirait l’impénétrabilité ; et la vue et le toucher s’assureraient de la mobilité. Il n’y aurait donc point d’inversion dans cette définition ; et il y en a une dans celle que nous avons donnée d’abord. De là il résulte que si on veut soutenir qu’il n’y a point d’inversion en français, ou du moins qu’elle y est beaucoup plus rare que dans les langues savantes, on peut le soutenir tout au plus dans ce sens que nos constructions sont pour la plupart uniformes ; que le substantif y est toujours ou presque toujours placé avant l’adjectif, et le verbe entre deux. Car si on examine cette question en elle-même, savoir si l’adjectif doit être placé devant ou après le substantif, on trouvera que nous renversons souvent l’ordre naturel des idées : l’exemple que je viens d’apporter en est une preuve.
Je dis l’ ordre naturel des idées ; car il faut distinguer ici l’ ordre naturel d’avec l’ ordre d’institution , et pour ainsi dire, l’ ordre scientifique ; celui des vues de l’esprit, lorsque la langue fut tout à fait formée.
Les adjectifs, représentant pour l’ordinaire les qualités sensibles, sont les premiers dans l’ordre naturel des idées ; mais pour un philosophe, ou plutôt pour bien des philosophes qui se sont accoutumés à regarder les substantifs abstraits comme des êtres réels, ces substantifs marchent les premiers dans l’ordre scientifique, étant, selon leur façon de parler, le support ou le soutien des adjectifs. Ainsi des deux définitions du corps que nous avons données, la première suit l’ordre scientifique ou d’institution ; la seconde l’ordre naturel.
De là on pourrait tirer une conséquence : c’est que nous sommes peut-être redevables à la philosophie péripatéticienne, qui a réalisé tous les êtres généraux et métaphysiques, de n’avoir presque plus dans notre langue de ce que nous appelons des inversions dans les langues anciennes. En effet nos auteurs gaulois en ont beaucoup plus que nous, et cette philosophie a régné tandis que notre langue se perfectionnait sous Louis XIII et sous Louis XIV. Les Anciens qui généralisaient moins, et qui étudiaient plus la nature en dé

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text