Les Forêts , livre ebook

icon

134

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

134

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "Les végétaux, et particulièrement les forêts, qui sont de vastes agglomérations de végétaux géants, jouent un rôle capital dans l'économie de notre globe. La première, la plus importante des fonctions qu'ils remplissent, c'est de travailler incessamment à la composition de l'air que respirent l'homme et tous les animaux. Nous leur devons la vie. Notre existence est indissolublement attachée à la leur."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

18

EAN13

9782335095401

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

EAN : 9782335095401

 
©Ligaran 2015

CHAPITRE I Influence des forêts sur l’atmosphère et sur la vie animale – Leur rôle passé et présent dans la formation du sol cultivable – Leur action sur les pluies, sur les cours d’eau, sur le climat
Les végétaux, et particulièrement les forêts, qui sont de vastes agglomérations de végétaux géants, jouent un rôle capital dans l’économie de notre globe. La première, la plus importante des fonctions qu’ils y remplissent, c’est de travailler incessamment à la composition de l’air que respirent l’homme et tous les animaux. Nous leur devons la vie. Notre existence est indissolublement attachée à la leur.
Quand on pense qu’une plante verte, sous l’influence de la lumière, produit en un jour, par la décomposition de l’aride carbonique de l’atmosphère dont elle s’approprie le carbone, quinze fois son volume d’oxygène, qu’une seule feuille de nénuphar en exhale dans un été au moins trois cents litres, comment évaluer la quantité de ce gaz vital qu’élabore une grande forêt avec l’incalculable multitude de ses rameaux couverts de feuillage ? Quels torrents, quel océan d’oxygène doit répandre dans l’espace l’ensemble des forêts de la terre !
Est-ce à dire que, si toutes les forêts, si toutes les plantes venaient à périr, il nous faudrait nous éteindre aussitôt avec elles ? Nullement. L’atmosphère contient une si ample provision d’oxygène, que les hommes et les animaux pourraient encore respirer pendant des milliers et même des centaines de milliers d’années avant de l’épuiser. Au dire des savants, il faudrait qu’il se passât au moins deux mille ans pour que l’analyse chimique pût commencer à saisir un changement appréciable dans la composition de l’air. Néanmoins l’équilibre de l’atmosphère, que les végétaux ne cessent d’entretenir, serait rompu, la proportion de l’acide carbonique irait toujours en augmentant, celle de l’oxygène toujours en diminuant, et l’arrêt de mort, à terme fixe, du règne animal serait dès à présent prononcé.
Cette abondante provision d’oxygène dont notre atmosphère actuelle est heureusement pourvue, qui la lui a fournie ? Ce sont les forêts d’autrefois, dont nous retrouvons les restes fossiles, sous forme de vastes et épaisses couches de houille, dans les profondeurs du sol, sur tous les points de la terre. Ces forêts étaient bien différentes de celles que nous voyons aujourd’hui. Elles se composaient de Fougères qui épanouissaient, comme des palmiers, leur bouquet de grandes feuilles au sommet d’une tige élancée, de Calamités semblables pour la forme aux prêles de nos jours, mais de taille gigantesque, de Lycopodes qui étaient des arbres, de Sigillaires hautes de 40 mètres. Ces plantes, sans cesse arrosées par des pluies diluviennes, baignées dans une atmosphère humide, saturée de vapeur, et qui éteignait dans ses brumes l’éclat du soleil pour n’en conserver que la chaleur, se gonflaient de sucs, se gorgeaient de carbone ; elles ne prenaient pas le temps de serrer et de durcir leurs tissus lâches et mous, elles n’étaient occupées qu’à croître, à se dilater en tous sens : elles constituaient, par leur développement individuel, et plus encore par leur nombre, d’immenses laboratoires travaillant à distiller de l’oxygène, qui fonctionnaient sans interruption, car l’année n’avait pas de saisons, et qui couvraient toute la surface de la terre, car il n’y avait alors ni zones tempérées, ni zones glaciales : la zone torride enveloppait tout le globe, y compris ses pôles.

Vue idéale d’une forêt de l’époque houillère.
Pour se faire une idée du prodigieux développement que la vie végétale avait pris dans le monde primitif, il faut se rappeler les houillères de Saarbruck, qui renferment jusqu’à 120 lits de charbon superposés, et qu’à Johnstone, en Écosse, au Creusot, en Bourgogne, on trouve des couches de houille épaisses de 10 et même de 16 mètres ; il faut en même temps songer que les arbres qui couvrent aujourd’hui une surface donnée dans les régions forestières de notre zone tempérée formeraient à peine, en cent ans, un lit de carbone de 16 millimètres d’épaisseur.
Quand ces premières forêts curent accompli leur œuvre, d’autres les remplacèrent et s’employèrent à la même tâche. Les populations végétales qui les composèrent furent d’abord principalement des Cycadées et des Conifères, les premières présentant l’aspect de Palmiers nains au tronc court, massif, renflé et comme ovoïde, surmonté d’un panache de frondes pennées, les seconds s’élevant au rang d’arbres de première grandeur, les uns rivalisant de taille et de port avec les Araucaria actuels, les autres égalant nos plus beaux Cyprès, avec des rameaux plus forts et plus vigoureux. Puis, apparut une flore sensiblement analogue à celle de l’Inde et en général des régions tropicales ; le Palmier en était la forme dominante. Vinrent ensuite des Lauriers, des Camphriers et d’autres arbres qui depuis ont déserté les contrées septentrionales, devenues trop froides, pour se rapprocher de l’équateur ; des essences à feuilles caduques avaient déjà réussi à s’introduire dans leurs rangs. Enfin, l’unique climat du globe ayant achevé de s’altérer, de se rompre en climats divers, et les zones tempérées et froides s’étant marquées sur notre planète, des Chênes, des Ormes, des Tilleuls, des Erables, peu différents des nôtres, s’établirent sur de vastes espaces, végétation intermittente, interrompue par les hivers, contribuant moins activement à la formation d’une atmosphère respirable, qui d’ailleurs était créée et n’avait plus besoin que d’être réparée et entretenue.
L’ordre d’apparition des animaux terrestres indique les transformations successives de l’air : ce sont d’abord de monstrueux reptiles, êtres ambigus, moitié lézards, moitié poissons, à sang froid, ne respirant qu’à demi, se traînant dans la vase des places, et des ébauches d’oiseaux, à qui une aile rudimentaire, encore armée de griffes, ne permet que de raser d’un vol lourd et incertain la surface des lagunes et des marais ; puis des mammifères, se dégageant de la cuirasse écailleuse des sauriens, débarrassant leurs pieds des entraves de la nageoire et gagnant les grandes plaines, parcourant les forêts, s’animant même jusqu’à grimper sur les arbres ; ensuite des oiseaux, bien différents de leurs informes et grossiers ancêtres, en possession de l’aile véritable, de l’aile emplumée, se lançant avec confiance dans l’élément qui semble fait pour eux ; enfin l’homme, venu le dernier, comme si, se sentant précieux et fragile, il avait voulu laisser ses prédécesseurs faire l’épreuve de la vie terrestre : aujourd’hui encore, après tant de générations, en entrant dans ce monde il pousse un cri d’effroi, mais la première gorgée d’air qu’il respire le rassure, l’apaise ; il sent son cœur battre, son sang s’échauffer, il vit, il vivra.
Ainsi la nature animale s’est perfectionnée à mesure que, grâce aux végétaux, une plus grande quantité d’oxygène a été mise à sa disposition. Aujourd’hui l’homme est le maître de la végétation : qu’il n’arrache jamais un arbre sans se rendre comble du préjudice qu’il porte à lui-même et à sa race, et qu’il n’en plante jamais un sans se réjouir de l’acte utile qu’il accompli !.

Fougère gigantesque (Époque houillère).
Les anciennes forêts n’ont pas seulement servi à composer l’air vital que nous respirons ; elles ont encore formé le sol fertile dans lequel poussent et fructifient nos moissons. Avant elles, il n’y avait pas de terre végétale. La surface du globe était nue et stérile. Que s’est-il passé ? Ce qui se passe aujourd’hui sur le rocher qu’un volcan soulève brusquement du fond de la mer, ou sur l’île plate de corail, formée par l’industrie sociale des lithophytes qui, depuis des siècles, ont entassé leurs demeures cellulaires sur le sommet de quelque montagne sous-marine. Dès que ces rochers, sortis des flots, ont subi le contact vivifiant de l’ai

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text