Les Fleurs animées , livre ebook

icon

168

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

168

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "Les antiquaires et les savants ont retrouvé et clairement indiqué l'endroit où était situé le paradis terrestre. Nous savons en quels arbres était complantée la propriété céleste, quels terrains elle confrontait au nord, au midi, au levant et au couchant. Grâce à cette investigation, le plan topographique de l'Eden pourrait figurer dans les cartons du cadastre, ou dans les dossiers du conservateur des hypothèques."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

18

EAN13

9782335121698

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

EAN : 9782335121698

 
©Ligaran 2015

Introduction par Alphonse Karr
Il y a plusieurs manières d’aimer les fleurs. Les savants les aplatissent, – les dessèchent et les enterrent dans des cimetières nommés, herbiers, puis ils mettent au-dessous de prétentieuses épitaphes en langage barbare.
Les amateurs – n’aiment que les fleurs rares, et les aiment, non pas pour les voir et les respirer, mais pour les montrer ; leurs jouissances consistent beaucoup moins à avoir certaines fleurs qu’à savoir que d’autres ne les ont pas. – Aussi ne font-ils aucun cas de toutes ces riches et heureuses fleurs que la bonté de Dieu a faites communes, – comme il a fait communs le ciel et le soleil.
Quand, par un beau jour de février, – vous découvrez au pied d’un buisson la première primevère en fleur, – vous êtes saisi d’une douce joie, – c’est le premier sourire du printemps.
Vous rêvez d’ombrages et de chants d’oiseaux.
Vous rêvez de calme, d’innocence et d’amour.
Mais c’est que vous n’êtes pas un véritable amateur.
Si vous étiez amateur, vous ne vous laisseriez pas prendre ainsi à l’improviste par ces impressions poétiques, – vous regarderiez bien vite si, dans le cœur de la primevère, les étamines dépassent le pistil. Si, au contraire, c’est le pistil qui dépasse les étamines, le véritable amateur ne peut ressentir aucun plaisir d’une fleur aussi incorrecte : – c’est pour lui moins que les cailloux du chemin ; – et, si cette fleur se permettait jamais de s’épanouir dans son jardin, il l’arracherait et la foulerait aux pieds.
Pour les savants, il n’y a de rose que la rose simple : – rosa canina .
La rose double, la rose à cent feuilles, la rose mousseuse, qui ont changé leurs étamines en pétales, – sont des monstres  ; – absolument comme les savants qui d’hommes, peut-être simples et bons, – sont aussi devenus doubles et triples par la science.
L’ amateur – n’admet plus la rose à cent feuilles – ni la rose mousseuse dans ses collections ; elles sont communes ; – ce ne sont plus des fleurs , – ce sont des bouquets. – L’amateur vous dit froidement : Voyez ce gain  ! – ce rosier. – c’est moi qui l’ai obtenu de grains, il y a cinq ans. Il n’a jamais voulu fleurir.
Mes amis ont tout fait pour avoir une greffe de ce précieux sujet ; – mais j’ai tenu bon, – j’en resterai seul possesseur.
Mais il est d’autres gens plus heureux, – qui aiment toutes les fleurs qui leur font l’honneur de fleurir dans leur petit jardin, – ceux-ci doivent aux fleurs les plus putes et les plus certaines jouissances. – Mais encore il faut les diviser en deux classes : les uns aiment dans les fleurs certains souvenirs,– qui se sont cachés dans leur corolle comme les hamadryades sous l’écorce des chênes.
Ils se rappellent que les lilas étaient en fleur la première fois qui l’ont rencontrée.
C’est sous une tonnelle de chèvrefeuille , qu’assis ensemble, à la fin du jour, ils ont échangé ces doux serments qu’un seul, hélas ! a gardés.
En voulant cueillir pour elle une branche d’ aubépine , il s’est déchiré la main, – et elle a mis sur sa blessure un morceau de taffetas d’Angleterre, après l’avoir passé à plusieurs reprises sur ses lèvres roses.
Une autre fois, – ils avaient ensemble cueilli des vergiss-mein-nicht sur le bord de l’étang. – Il y avait des giroflées jaunes sur les vieilles murailles de l’église de campagne où ils se rencontraient tous les dimanches.
Ainsi, chaque printemps, ces souvenirs renaissent et s’épanouissent comme les fleurs.
Mais il vient un moment où l’on appelle tous ces jeunes et vrais sentiments des illusions, un moment où l’on croit devenir sage parce qu’on commence à devenir mort.
On est alors tout simplement en proie à d’autres illusions.
Le côté de la lorgnette qui rapetisse les objets n’est pas plus vrai que le côté qui les grossit.
Alors on aime les fleurs, mais seulement pour elles-mêmes.
On les aime pour leur éclat, pour leur parfum et aussi pour les soins qu’elles vous coûtent.
On découvre alors que toutes les richesses des riches ne sont qu’une imitation plus ou moins imparfaite des richesses des pauvres.
On voit que les diamants, qui coûtent parfois tant de honte et dont on est si fier, voudraient bien ressembler tout à fait aux gouttes de rosée du soleil levant.
On voit que les fleurs sont des pierreries vivantes et parfumées.

FLEUR DE PÊCHER
On voit qu’un tableau qui représente à peu près ces trois arbres et cette pelouse. – est payé cent fois la valeur de la pelouse et des trois arbres eux-mêmes. – Eh bien, on va essayer d’imiter cela en marbre ou en bois, – puis, si l’artiste arrive à réussir si bien qu’on voie tout de suite ce qu’il a voulu faire, – il faudra abattre deux kilomètres de ces vieux hêtres pour payer l’imitation qu’il a faite d’un seul.
C’est alors que l’on comprend que Dieu aime les pauvres, et que, comme les petits enfants, il les laisse s’approcher de lui.
Alors aussi, retiré, blessé des luttes de la vie, – on se rappelle tout ce que l’on a aimé, tout ce qui vous a trompé, – toutes les fleurs charmantes qui ont porté des fruits tristes et vénéneux, toutes ces promesses devenues trahisons, toutes ces espérances déçues.
Et quand on est enfermé entre les murs de son jardin, – seul avec ses fleurs aimées, – on pense qu’on n’a rien à redouter de semblable en cette dernière affection.
Jamais aux fleurs roses du pêcher ne succéderont les capsules vénéneuses du datura, – comme aux charmantes fleurs de l’amour et de l’amitié ont succédé les fruits amers de l’oubli et de la haine.
Et quand ces chères fleurs effeuillent leur corolle sous les ardentes caresses du soleil, – vous savez en quel mois et à quel jour de l’année suivante elles reviendront à la même place du jardin s’épanouir de nouveau, riantes, jeunes, belles et parfumées.
Heureux ceux qui aiment les fleurs ! Heureux ceux qui n’aiment que les fleurs !

ALPH. KARR.

Renoncule.
La Fée aux Fleurs
Les antiquitaires et les savants ont retrouvé et clairement indiqué l’endroit où était situé le paradis terrestre. Nous savons en quels arbres était complantée la propriété céleste, quels terrains elle confrontait au nord, au midi, au levant et au couchant. Grâce à cette investigation, le plan topographique de l’Éden pourrait figurer dans les cartons du cadastre, ou dans les dossiers du conservateur des hypothèques.
Aucun savant ne s’est occupé de fixer d’une façon exacte la situation géographique du palais de la Fée aux Fleurs. Nous sommes obligés de nous en tenir, à cet égard, aux simples conjectures. Les uns le placent dans le royaume de Cachemire, les autres au sud-sud-est de Delhy ; ceux-ci sur un des plateaux de l’Himalaya, ceux-là au centre de l’île de Java, au milieu d’une de ces vastes forêts dont l’inextricable et profonde végétation le protège contre les regards indiscrets et contre les recherches des savants antiquitaires.
Nous seuls connaissons la route qui conduit, au pays des Fleurs, mais un serment solennel nous défend de l’indiquer. Les journaux y seraient en même temps que nous, et Dieu sait dans quel état ils auraient bientôt mis cette heureuse contrée, qui n’a encore subi qu’une révolution, celle que nous allons raconter.
Que le lecteur qui va nous suivre consente à laisser fermer ses yeux par un mouchoir de fine batiste. Visitons ses poches pour qu’il ne puisse pas faire sur ses pas la semaille traîtresse du Petit-Poucet. Maintenant en route, et que le bandeau tombe au moment même de l’arrivée.
Ne sentez-vous pas un air plus léger et plus suave que celui qui nourrit ordinairement votre respiration, jouer dans vos cheveux ? Ne distinguez-vous pas, au milieu de l’obscurité qui voile votre regard, une clarté plus vive, plus pénétrante, plus douce que celle du ciel même de la patrie ? C’est que notre voyage est terminé, nous sommes dans les domaines de la Fée aux Fleurs.
Voici son jardin, où se trouvent réunis et vivent dans une égalité fraternelle les produits de toutes les zones, de tous les climats, la fleur éclatante des tropiques à côté de la violette ; l’aloès auprès de la pervenche. Des pa

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text