Les Dérivants , livre ebook

icon

166

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

166

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Christophe: cadre xénophobe, fraîchement promu responsable antidouleur dans le labo qui l’emploie. Charlotte: qui n’aurait pas dû jouer avec le feu et qui se retrouve maintenant sur le carreau professionnellement. Gilles: fils à papa désœuvré, adepte de la poudre blanche, pas pressé d’entrer dans la vie active. Séverine: désespérément en attente de l’arrivée d’un homme dans sa vie, dans son lit. Quatre trentenaires célibataires, plus ou moins proches, qui, en l’espace de quelques jours vont se transformer en deux couples… Deux entités qui croiront dur comme fer que ça y est, qu’ils ont vaincu leurs démons. Qui penseront que leur existence est enfin sur les bons rails... C’était sans compter sur les accidents de parcours et les sorties de décor. Faisant de nous les témoins d’une nature humaine où se côtoient le bon et l’insane, le touchant et l’ignoble, Christian T. brosse un portrait sans concession des trentenaires contemporains, enchaînés à leur travail, immatures, incapables de se fixer amoureusement. Sondant les failles de cette génération à travers une galerie de personnages aux liens élastiques, peut-être déjà prêts à rompre et à éclater, ce roman enivrant. Les Dérivants constitue une pilule littéraire au goût acide et dérangeant.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

11

EAN13

9782748354317

Langue

Français

Les Dérivants
Christian T. Les Dérivants
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0114845.000.R.P.2010.030.40000 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2010
Chapitre 1 C’est tous les jours pareils. Métro boulot dodo. Ou plutôt métro négro boulot dodo. Pour Christophe, tout est alarmant. Notre société décline, prise en otage par l’immigration massive qui nous pollue et par le communisme qui s’insère insidieusement là où il peut faire du mal et détruire nos valeurs. Il faut facilement 15 à 20 minutes à Christophe pour se remettre de ce choc des civilisations lorsqu’il arrive au laboratoire. C’est bien normal, après avoir traversé les couloirs de trois stations de métro… On y croise forcé-ment des indigènes, des « beurs » comme ils appellent ça, des Jaunes (ils sont hypocrites ceux-là, Christophe le sait bien), des Rouges (tous ces putains de besancenoïstes ne devraient pas exister) et autres miasmes de l’humanité. Comme tous les matins il scrute. Rien à faire dans ce RER de merde à part dévisager les trois quarts de beaufs qui le remplissent tous les jours. Pourquoi ces gens s’habillent-ils si mal ? Non mais sans rire ! Depuis quand le goût a-t-il un prix ? Si tu n’as pas d’argent bordel, tu peux toujours mettre un jean, un pull noir, des chaussures noires, et hop te voilà à peu près monsieur tout le monde. Non, un beauf met un pantalon en velours dégueulasse (apparemment, la propreté n’est pas gratuite pour tout le monde non plus !), un sweat-shirt vert qui donne envie de gerber, et vas-y que la petite touche finale est apportée des écrase-merde (plus communément appelés baskets). Bande de cons ! Même si le président se bouge à peu près les fesses (c’est du moins ce qu’il essaye de faire croire à la France
9
profonde) cela est loin de suffire pour Christophe. Mais bordel ! Comment (et pourquoi ?) peut-on se retrouver parfois quasiment le seul Blanc dans un RER ? C’est une invasion, une putain de croisade. Le mal est flagrant, mais les traitements ne sont pas appliqués. Bou-bous, voiles, djellabas et autres saloperies de tissus issus de contrées lointaines où il ne foutra jamais les pieds, il n’y a plus que ça. Il y a quelques années, notre avant-gardiste Christophe (qui n’a cependant que 31 ans) avaient prévenu tout le monde (c’est-à-dire ses amis) : « Dans quelque temps ce pays ne sera plus à nous, ils nous envahissent littérale-ment. Comment peut-on encore autoriser les femmes à se balader avec des putains de torchons sur la tronche en France ? » Bref rien n’a changé depuis, bien au contraire.
10
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text