Les amours du chevalier de Faublas , livre ebook

icon

139

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

139

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "On m'a dit que mes aïeux, considérés dans leur province, y avaient toujours joui d'une fortune honnête et d'un rang distingué. Mon père, le baron de Faublas, me transmit leur antique noblesse sans altération ; ma mère mourut trop tôt. je n'avais pas seize ans, quand ma soeur, plus jeune que mois de dix-huit mois, fut mise au couvent à Paris."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

17

EAN13

9782335097238

Langue

Français

EAN : 9782335097238

 
©Ligaran 2015

Notice sur Louvet
Il y a peu de proportion entre la justice et la curiosité des hommes. La plupart ont tant d’ardeur pour les fictions, et si peu d’amour pour la vérité, qu’on est presque toujours sûr de parler d’un objet nouveau quand on rappelle un souvenir qu’il faudrait honorer, une action, une vie qui mériteraient des hommages. On sait ce qu’il est indifférent de savoir ; on ignore ce qu’il conviendrait d’admirer. C’est ainsi qu’en mettant sous les yeux d’un public distrait cette belle édition d’un livre qu’il a déjà tant de fois parcouru, nous n’avons la prétention d’apprendre à personne ce que c’est que le CHEVALIER DE FAUBLAS, une idole de boudoir, un héros de bonne compagnie, libertin quelquefois sensible, toujours spirituel et Français ; mais nous craignons d’avoir à instruire un grand nombre de lecteurs, si un grand nombre de lecteurs affronte cette courte préface, de ce que fut l’auteur de ce brillant et frivole ouvrage. Étrange différence entre la vie de l’écrivain et celle du héros ! l’une est toute voluptueuse, l’autre semée de combats, de périls, et de souffrances. Et quelle imagination a tissu les fils légers de ces riantes fictions ? celle d’un homme de probité et de mœurs rigides ; membre illustré de cette Convention si funeste ; député de la Gironde ; le premier agresseur de Robespierre ; un martyr enfin de la cause de la liberté.
Jean-Baptiste Louvet de Couvray était né à Paris dans l’année 1764. Sa jeunesse, consacrée à l’étude, n’offrit rien de remarquable. Destiné à la profession d’avocat, mais rebuté par une occupation peu conforme à ses goûts, il se livra à la littérature. Son début fut ce même roman de Faublas , dont la première partie fut publiée en 1787. Un style vif et piquant, beaucoup de vérité dans une vaste série d’évènements, des détails rendus avec grâce, firent de cette production un livre à la mode.
Ce n’est pas que Louvet dépeigne toujours avec une rigoureuse exactitude la société qu’il met en scène ; ses personnages sont plutôt conçus qu’étudiés ; mais le monde qu’il se crée n’est pas hors de la nature ; les passions qu’il fait agir, sont les nôtres ; et il est doux quelquefois d’oublier une affligeante réalité, pour parcourir, sans contrainte, les champs de l’imagination. Le marquis de Lauraguais donne aux aventures de Faublas une origine historique. Selon lui, ce personnage vivait sous Louis XIV, et s’appelait l’abbé de Choisi. Étant prêtre et faisant sa cour à madame de Maintenon pour en obtenir quelque bénéfice, il lui dédia une traduction qu’il fit de l’imitation de Jésus-Christ, avec cette épigraphe saintement plaisante : Concupiscit rex decorum tuum , et qu’on ne peut traduire, dit-il, un peu décemment qu’ainsi : Tes charmes ont excité la concupiscence du roi . Ce même abbé de Choisi publia ses Mémoires sous le nom d’une femme, la comtesse des Barres, et il avait joué ce rôle de femme auprès de plus d’une marquise de B ***, et de plus d’une comtesse de Lignole.
Quoi qu’il en soit, Louvet vécut longtemps à la campagne près d’une femme à laquelle, depuis la plus tendre enfance, il était passionnément attaché. Un hymen forcé les avait en vain séparés ; libres après six ans d’absence, ils s’étaient réunis pour ne plus se quitter. Heureux par ses affections et sa philosophie, Louvet poursuivait son ouvrage dont les premiers fruits suffisaient à ses besoins : éloigné du monde, il se croyait à l’abri de ses orages. Mais la révolution avait éclaté : avec la bastille tombait le joug qui pesait sur la France. Louvet reçut la cocarde tricolore des mains de cette Lodoïska, que nous connaîtrons plus tard, et dont il a attaché le nom au plus pathétique épisode de son ouvrage. Cet acte de liberté devint la cause d’une persécution que Louvet eut à subir de la part de quelques gentilshommes du voisinage. Il se rendit à Paris.
Une brochure qu’il publia contre M. Mounier, de l’assemblée constituante, après l’affaire d’octobre 1789, lui valut l’entrée au club des jacobins. Ce club n’était ouvert, alors, qu’au patriotisme et aux talents. Louvet, lancé dans la carrière politique, fit paraître Émilie de Varmont et les Amours du curé Sévin , roman qui avait pour but de prouver la nécessité du divorce, et du mariage des prêtres. Ce livre obtint quelque vogue dans sa nouveauté, bien qu’on y reconnût à peine la plume de son auteur. Il composa, à la même époque, trois comédies : une seule fut représentée ; elle avait pour but de tourner en ridicule les troupes rassemblées à Coblentz.
Exempt d’ambition, Louvet ne paraissait que rarement dans les assemblées populaires. Persuadé que la force des choses amènerait les réformes qu’on avait droit d’attendre, il restait dans les rangs obscurs de la révolution dont il s’imposait toutes les charges, avec une entière abnégation de ses propres intérêts. Toutefois dès qu’il apprit qu’un parti conspirait contre la constitution jurée, et que parmi les mandataires du peuple plusieurs s’étaient vendus au pouvoir, il se crut obligé de descendre à son tour dans la lice. Le 25 décembre 1791, il se présenta à la barre de l’assemblée législative, à la tête d’une députation de la section des Lombards, pour provoquer un décret contre les princes émigrés et la guerre contre les souverains qui s’armaient en leur faveur.
« Nous vous demanderons, dit l’orateur aux députés de la France, qu’entre nous et les rois Dieu soit appelé pour juge, et qu’il décide enfin s’il fit le monde pour quelques hommes, ou s’il ne voulut pas que les hommes appartinssent au monde. Nous vous demanderons un fléau terrible, mais indispensable ; nous demanderons la guerre ! Se pourrait-il que la coalition des tyrans fût universelle ? Prompts comme la foudre que des milliers de nos citoyens se précipitent sur la féodalité, et ne s’arrêtent qu’où finira la servitude ; qu’on dépose la déclaration des droits dans les chaumières ; que l’homme, en tous lieux, instruit et délivré, reprenne le sentiment de sa dignité première ; que le genre humain se relève et respire. »
Louvet devint plus assidu au club dont il faisait partie ; il parla avec beaucoup de force lorsqu’on discuta la question de la guerre contre l’Autriche. Robespierre le combattit. La réplique de Louvet accabla son antagoniste, qui lui voua depuis une haine implacable. Les ministres qui tous voulaient la guerre, furent charmés d’avoir trouvé dans Louvet un puissant auxiliaire. Pour lui témoigner leur reconnaissance et leur estime, ils le désignèrent pour le département de la justice. Effrayée de cette résolution, la faction ennemie employa toutes ses ressources pour la combattre. On n’épargna ni les menaces ni les calomnies, et le portefeuille fut confié à un homme nul. Cette faiblesse du gouvernement enhardit des adversaires qu’il avait cru calmer par une condescendance. On sait jusqu’à quel point ils poussèrent depuis leur audace.
Lié d’une étroite amitié avec le ministre Rolland, dont l’hôtel était le rendez-vous des partisans d’une sage liberté, Louvet devint l’âme de ses conseils. Ce vertueux citoyen le chargea de rédiger la Sentinelle , journal-affiche qu’il destinait à neutraliser les funestes doctrines des démagogues. Louvet en s’acquittant de cette tâche n’observa pas toujours les principes d’une rigoureuse justice, et son excès de zèle pour la liberté lui fit perdre l’ambassade de Constantinople, que Dumouriez, alors tout-puissant, lui destinait. Ses amis crurent réparer cette disgrâce en lui offrant la place de commissaire à Saint-Domingue ; mais il la refusa, pour ne pas quitter sa patrie au moment où elle était en proie aux plus épouvantables convulsions.
Louis XVI était dans les fers, et la Montagne s’élevait sur les débris de la royauté : la Convention, à peine formée, était déjà en butte à de violentes attaques. Ceux de ses membres qui professaient des opinions honorables, voyaient planer sur leurs têtes le fer des terroristes . Louvet, que le département du Loiret avait spontanément choisi pour le représenter, méritait l’honneur d’une proscription spéciale. Il n’avait vu, dans la journée du 10 août, que le salut de la France ; mais son erreur ne dura pas longtemps. Il entrevit bientôt qu’un grand amour pour la république pouvait servir de masque à d’ambitieux projets. Persuadé, d’ailleurs, que les fureurs révolutionnaires ne tendaient à rien moins qu’à faire regretter l’ancien ordre des choses, il déclara une guerre à mort à la faction des cordeliers . En vain lui fit-elle des offres de rapprochement, pouvait-il en

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text