Le baron d'Otrante , livre ebook

icon

16

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

16

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "LE BARON, seul en robe de chambre, couché sur un lit de repos. Il chante. Ah ! que je m'ennuie ! Je n'ai point encore eu de plaisir ce matin. (Il se lève, et se regarde au miroir.) On m'assure pourtant que les jours de ma vie Doivent couler, couler sans ombre de chagrin. Je prétends qu'on me réjouisse Dès que j'ai le moindre désir. Holà ! mes gens, qu'on m'avertisse Si je puis avoir du plaisir."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

23

EAN13

9782335095562

Langue

Français

EAN : 9782335095562

 
©Ligaran 2015

Avertissement
Cette petite pièce fut faite pour M. Grétry, qui, à son retour d’Italie, avait passé six mois à Genève, d’où il se rendait fréquemment à Ferney. M. de Voltaire et Mme Denis, sur quelques essais de musique qu’il leur fit entendre, conçurent une si grande espérance de ses talents, qu’ils le pressèrent vivement d’aller les exercer à Paris ; et, pour l’y déterminer d’autant mieux, M. de Voltaire s’offrit de travailler dans un genre nouveau, dont il n’osait cependant espérer, disait-il, d’atteindre la sublimité. Il donna en effet le Baron d’Otrante à M. Grétry, qui vint le présenter aux comédiens italiens comme l’ouvrage d’un jeune homme de province. Les comédiens refusèrent la pièce, en avouant cependant que l’auteur n’était pas sans talent, et qu’il promettait beaucoup. Ils engagèrent même M. Grétry à mander au jeune homme que, s’il voulait venir à Paris, on pourrait lui indiquer quelques changements nécessaires pour faire admettre et représenter sa pièce, et qu’avec de la docilité et un peu d’étude de leur théâtre il pourrait lui devenir utile par ses travaux, et se rendre digne d’y être attaché. Leur défiance venait principalement de la nouveauté de ce genre d’opéra-comique, où l’un des principaux rôles était en italien et tous les autres en français ; mais si l’on a vu longtemps sur le même théâtre, dans des comédies, un principal personnage parler français, et tous les autres lui répondre en italien, pourquoi l’inverse n’aurait-il pas réussi dans un opéra-comique rempli d’ailleurs de gaieté et de philosophie ?
Quoi qu’il en soit, le jeune auteur reconnut son insuffisance, et ne jugea pas à propos de se déplacer. Il aima mieux renoncer à une gloire qu’il désespérait d’obtenir. Cet évènement empêcha M. Grétry de mettre la pièce en musique, et l’auteur de la Henriade et de Mahomet de faire des opéras comiques. Il s’en tint à ses premiers essais, le Baron d’Otrante et les Deux Tonneaux .
Il est assez remarquable que M. de Voltaire donna le premier un opéra à M. Grétry, comme il avait, le premier, vers 1730, donné une tragédie lyrique à Rameau, avant que ces deux grands musiciens se fussent encore exercés dans les genres où ils ont excellé. Le grand poète découvrit leur génie et pressentit leur succès. Si les encouragements qu’il leur donna ont pu les déterminer à embrasser la carrière dramatique, on lui serait en partie redevable des chefs-d’œuvre dont ils ont enrichi la scène, et des progrès qu’ils ont fait faire à l’art musical. Quel homme grave, à ce prix, ne pardonnerait à M. de Voltaire d’avoir fait des opéras comiques ?
Personnages

LE BARON D’OTRANTE .
IRÈNE .
UNE GOUVERNANTE .
ABDALLA  : corsaire turc.
CONSEILLERS PRIVÉS DU BARON .
HOBEREAUX ET FILLES D’OTRANTE .
TROUPE DE TURCS .

La scène est dans le château du baron.
Acte premier

(Le théâtre représente un salon magnifique.)

Scène I

Le baron, seul, en robe de chambre, couché sur un lit de repos.

Il chante.

Ah ! que je m’ennuie !
Je n’ai point encore eu de plaisir ce matin.

Il se lève, et se regarde au miroir.

On m’assure pourtant que les jours de ma vie
Doivent couler, couler sans ombre de chagrin.

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text