La guerre des Balkans , livre ebook

icon

139

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

139

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "Je me souviens qu'un jour de cet hiver, vers les six heures du soir, sous les arcades de l'Odéon, je causais de la guerre des Balkans avec un membre de l'Institut, un de ceux qui connaissent le mieux l'Europe : Oui, je sais bien, me disait-il ; vous êtes serbophile, vous voyez en beau l'armée serbe. Mais l'armée bulgare vaut mieux, et l'armée turque encore mieux. Le Turc, c'est le premier soldat du monde !"

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

32

EAN13

9782335121513

Langue

Français

EAN : 9782335121513

 
©Ligaran 2015

Préface
Je me souviens qu’un jour de cet hiver, vers les six heures du soir, sous les arcades de l’Odéon, je causais de la guerre des Balkans avec un membre de l’Institut, un de ceux qui connaissent le mieux l’Europe : « Oui, je sais bien, me disait-il ; vous êtes serbophile, vous voyez en beau l’armée serbe. Mais l’armée bulgare vaut mieux, et l’armée turque encore mieux. Le Turc, c’est le premier soldat du monde ! » Et, du doigt, l’académicien me montrait, aux dernières nouvelles du Journal des Débats, une dépêche officielle de Constantinople : « Nos troupes de Macédoine ont bousculé quatre divisions serbes à Koumanovo ! »
Certes, je n’y pouvais croire, à cette dépêche ! Pour admettre qu’on les eût  «  bousculés  », j’avais connu trop d’officiers et de soldats serbes, trop souvent vu défiler, sous les plis lourds des étendards tricolores, leurs alertes et solides régiments ! Mais le proverbe dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu, et les heures parurent longues à tous les amis des Slaves jusqu’au moment où, dans le Journal, les dépêches de M. Barby leur apprirent que la « bousculade » des Serbes, c’était leur victoire décisive à Koumanovo !  
Je paye donc une dette en écrivant la préface que M. Barby m’a fait l’honneur de me demander, et j’ose ajouter que slavophiles ou non, nous lui devons tous de la reconnaissance. Son livre, en effet, nous montre les Serbes tels qu’ils sont, tels que, pendant des siècles, l’Europe n’a pas su les voir. Une malchance singulière les a poursuivis longtemps. Effacés de la carte d’Europe au moment où la vague de la Renaissance les atteignait, ils ont continué à se battre contre l’oppresseur, mais oubliés, inconnus, à l’avant-garde des Allemands ou des Vénitiens. Plus tard, quand ils se sont affranchis par leur seul effort, sans guerre européenne, le nom de Karageorges a bien retenti en Europe, mais celui de Napoléon y retentissait aussi, et très vite, l’ère des batailles passée, on s’est occupé des pesmé, des vieux poèmes épiques, plutôt que des réalités auxquelles on n’est revenu, du temps du roi Milan, que pour les constater peu favorables à la Serbie. Et cependant, de Pétersbourg à Paris, en passant par Vienne et Berlin, l’opinion s’éprenait des Bulgares, qu’elle dotait de toutes les vertus, et qui, certes, en avaient beaucoup, pas assez pourtant pour qu’on traitât en «  repoussoirs  » les devanciers qui, sur la route de la liberté, avaient rencontré plus d’obstacles et moins d’amis .
Le livre de M. Barby met les choses au point. Dans ses pages véridiques, nous retrouvons la bravoure des héros des pesmé, cette bravoure slave faite avant tout de mélancolie stoïque, mais qui a, chez le Serbe, quelque chose de plus vif et qui évoque, moins ces hommes du Nord, dont les Latins notaient déjà la résolution froide ,

liberæ devota pectora morti ,
que les fils plus ardents d’un autre pays ,

non paventes funera Gallos .
Cette bravoure, M. Barby en donne d’innombrables exemples, et qu’elle soit du Nord ou du Midi, nous nous inclinons devant elle, nous qui pouvons aussi nous connaître en héroïsme. Elle n’est pourtant pas ce qui m’a frappé le plus dans ce livre. La bravoure, elle est partout, dans les Balkans ; plus rare y est la générosité chevaleresque, dont M. Barby nous cite non moins d’exemples. D’où vient-elle aux Serbes ? On les a appelés quelquefois des Slavo-Latins ou des Celto-Slaves ; on a parlé aussi de l’action sur eux de la culture française. Il serait plus simple, et de notre part plus modeste, de penser à leur tradition féodale, que les Turcs n’ont pu étouffer tout à fait, et surtout à leur tradition chrétienne. Je relisais hier l’histoire d’un de leurs rois du X e siècle, saint Vladimir, qui, mandé à la cour du Tsar bulgare, son allié ou son suzerain, et quasi sûr que la mort l’y attend, y va pourtant pour que son peuple ne souffre pas. Il y a encore de l’âme de saint Vladimir dans l’âme serbe .
Disons-le pourtant, ce n’est pas la résignation ; dans les négociations qui se poursuivent pour le partage des territoires qu’ils ont conquis, les Serbes n’entendent pas se sacrifier comme l’a fait, pour eux, leur premier saint. Qui s’en étonnera ? Et pourtant, tous les amis des Slaves , et avec eux quiconque désire simplement un peu de progrès en notre Europe, souhaite que cette lutte fratricide n’ait pas lieu. Puisse l’unanimité du monde civilisé agir sur qui se refuserait à la conciliation ! puissent rester blanches les pages par lesquelles il faudrait continuer ce livre en cas d’une guerre nouvelle ! Aucune victoire n’y ferait revivre au vainqueur les heures inoubliables d’après Koumanovo  !

Émile HAUMANT.
Paris, 18 juin 1913 .
Vers la guerre
Le 16 octobre 1912, je rentrais à Paris après une longue absence nécessitée par les services du Journal . À midi, je venais rendre compte de ma mission à mon rédacteur en chef, M. Lauze.
– Voulez-vous aller faire un tour dans les Balkans ? me proposa-t-il.
– Très volontiers, répondis-je.
Le lendemain soir, 17 octobre, rapidement équipé, je quittais Paris, et le 18, vers 11 heures du soir, l’Express-Orient s’arrêtait à Buda-Pest ; la guerre avait fait de cette gare le point terminus du train.
Force était de passer la nuit dans la capitale hongroise, où m’arrivaient déjà les échos de la lutte qui s’engageait dans la péninsule.
– Vous êtes journaliste ?… vous allez en Serbie ? vous serez expulsé, m’avait-on affirmé à mon passage à Vienne.
À Buda-Pest ce fut pis :
– Hier, m’assura-t-on, deux correspondants de journaux qui voulaient traverser le Danube pour télégraphier sur notre territoire ont été arrêtés et jetés en prison… Un appareil photographique !… mais on va vous prendre pour un espion !…
« Bigre ! pensai-je, le métier ne va pas être gai ! »
Pourtant, à l’hôtel où j’étais descendu, je m’endormis paisiblement, et à 7 heures du matin, le 19, je prenais un train pour Semlin.
Depuis Buda-Pest, je me croyais déjà dans l’un des pays belligérants. Les gares étaient occupées militairement. Partout des cliquetis d’armes, des mouvements de troupes, une surveillance étroite.
À Semlin, me voici aux prises avec un gendarme et un douanier hongrois ; ni l’un ni l’autre n’ont la moindre notion du français ; quant aux quelques mots allemands que je baragouine, ils ne les comprennent pas ou ne veulent pas les comprendre.
La nuit vient, il pleut, d’une pluie fine et continue. Heureusement la Providence des reporters m’apparaît sous les traits d’une dame serbe, « gouvernante, me dit-elle, dans une grande famille ». Avec une bonne grâce dont elle trouvera ici le remerciement, si jamais elle connaît ce livre, elle s’ingénie à me tirer d’affaire et y réussit, non sans peine.
Enfin je traverse le Danube et débarque en Serbie, à Belgrade, devant la vieille forteresse.
Un officier s’enquiert de mon identité ; je présente mon passeport : « Paris… journaliste… » constate-t-il. Aussitôt, en pur français : « Vous venez suivre les opérations de la guerre ?… Soyez le bienvenu. »
Poignées de mains. Me voilà réconforté. N’empêche que ma première impression sur le pays est franchement détestable.
Par des rues défoncées, auprès desquelles la rue Ravignan, à Montmartre, peut passer pour dépourvue de pente, sur des blocs de pierre, vestiges des siècles passés, aussi énormes qu’irréguliers, la guimbarde préhistorique qui me véhicule m’amène au centre de la ville.
Là, après quelques bonds désordonnés, au beau milieu d’une rue, mon cocher, stoppant brusquement, descend de son siège et par gestes m’indique qu’il ne peut nous conduire plus avant, moi et mes bagages.
Il est impossible, en effet, d’avancer davantage.
La mobilisation, en enrôlant toute la population mâle du pays, a arrêté net les travaux de la société de pavage – française – qui travaille à remplacer dans les r

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text