Côte-Blanche , livre ebook

icon

182

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

182

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

En retrait du village de Monts-aux-Pins gît un mystérieux manoir abandonné depuis trois décennies: Côte-Blanche. Le départ expéditif de ses occupants avait jadis déclenché certaines rumeurs, dont l’une voulant qu’il soit le lieu d’errance d’êtres n’appartenant plus au monde des vivants... Lauriane Bélisle, fille de paysan, croit en la véracité de cette rumeur, surtout depuis que d’étranges impressions l’assaillent elle passe près du portail à l’entrée du domaine. Une sorte d’appel silencieux, une invitation, dirait-on, à pénétrer dans ce lieu
interdit. Contre toute attente, le fils de l’ancien propriétaire vient y élire domicile. William Fedmore est à l’image de son manoir : élégant, intrigant et énigmatique. Lauriane ne tarde pas à réaliser que sa fascination pour Côte-Blanche pourrait bien n’avoir d’égale que celle qu’elle voue à ce séduisant Anglais…
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

27 septembre 2013

Nombre de lectures

54

EAN13

9782897333560

Langue

Français

Copyright © 2013 Marie-Claude Charland
Copyright © 2013 Éditions AdA Inc.
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Révision linguistique : Isabelle Veillette
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Carine Paradis
Conception de la couverture : Matthieu Fortin
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89733-354-6
ISBN PDF numérique 978-2-89733-355-3
ISBN ePub 978-2-89733-356-0
Première impression : 2013
Dépôt légal : 2013
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Charland, Marie-Claude, 1978-

Côte-Blanche
L’ouvrage complet comprendra 4 volumes.
Sommaire : t. 1. L’étranger d’outre-mer -- t. 2. Déroute.
ISBN 978-2-89733-354-6 (vol. 1)
ISBN 978-2-89733-357-7 (vol. 2)
I. Charland, Marie-Claude, 1978- . Étranger d’outre-mer. II. Charland, Marie-Claude, 1978- . Déroute. III. Titre. IV. Titre : L’étranger d’outre-mer. V. Titre : Déroute.

PS8605.H368C67 2013 C843’.6 C2013-941886-5
PS9605.H368C67 2013
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
Remerciements
On dit que l’écriture est un travail solitaire. Pourtant, ces deux romans feraient plutôt pâle figure sans la généreuse collaboration de certaines personnes à qui je tiens à adresser mes plus sincères remerciements.
Tout particulièrement à…
• Johanne, ma complice de toujours qui m’a soutenue et conseillée tout au long de ce parcours qui, dès le début, m’a fait vivre des montagnes russes d’émotions.
• Diane, pour ta grande disponibilité, ton jugement impartial et juste, ton âme d’artiste qui a tant de fois su rejoindre l’appel de la mienne et ta compréhension si fine des nuances et subtilités de notre belle langue.
• Sandra, mon cœur sur deux pattes, mon « Jean Charles » incarné et aussi ma lectrice la plus enthousiaste, toi qui as le don de trouver les bons mots pour me donner confiance en ma plume, mais surtout en moi.
• Marraine Fée, qui m’est tombée du ciel pour venir me saupoudrer de ton expérience avec le monde de l’édition et de tes conseils ô combien précieux.
• Diane L. et Valérie, mes deux phares sur la mer de la langue anglaise, dans laquelle je patauge plutôt maladroitement.
• Toutes les personnes qui ont eu la gentillesse et la patience de répondre aux mille et une questions qui jaillissent inévitablement quand on écrit une histoire plantée dans un contexte historique.
• Mon éditeur, qui m’a fait l’immense privilège de choisir ma bouteille parmi toutes celles ayant atteint son rivage.
• Et enfin, à mes chers lecteurs, qui attendent depuis si longtemps que je leur offre ces nouveaux romans, en espérant qu’ils sauront tout autant gagner votre cœur.
MCC
Je croyais bien faire en lui demandant de se taire, mais désormais, je suis condamnée à vivre avec le poids de son silence…
Lauriane Bélisle
1
Une étrange invitation
Nord des Trois-Rivières
1889
D e loin, le portail en fer forgé ne laissait voir que son centre, là où se rejoignaient les vantaux, en partie masqué par les exubérances d’une nature à laquelle on avait rendu ses droits voilà tant d’années. Mais, même dans de telles conditions, il continuait d’en imposer, fier gardien d’un vaste domaine, symbole de prestige et d’opulence.
Il ne faisait toutefois pas qu’inspirer l’admiration. Ce n’était pas la prospérité qu’il suggérait qui déchaînait les battements de cœur des deux jeunes femmes qui s’en approchaient à pas mesurés.
— Lauriane, vas-tu finir par me dire pourquoi tu m’amènes ici ? demanda Marie-Louise, dont la voix mal assurée trahissait une crainte évidente.
— Tu vas voir.
Les obstacles créés par la végétation franchis, le portail se montrait dans son ensemble, ses vantaux enchâssés entre deux piliers de pierres massifs, ses barreaux en pointes de lance dressés vers le ciel. En dépit de la rouille qui en avait attaqué le fer, il éblouissait le regard avec ses volutes décoratives et son allure majestueuse. Il évoquait les glorieuses années d’antan du domaine Côte-Blanche, aujourd’hui relégué à l’abandon.
Des Anglais avaient fait édifier le manoir vers la fin du siècle précédent. Ils auraient découvert l’emplacement en plein cœur d’hiver, alors que la neige habillait le paysage de son épais manteau immaculé et, conquis, ils auraient convenu d’asseoir la demeure au sommet de la côte blanche. L’appellation s’était graduellement transposée à la construction elle-même, puis à l’ensemble du domaine.
Le village de Monts-aux-Pins devait d’ailleurs à cette famille, les Fedmore, une part de son développement. L’exploitation des vastes terres appartenant à Côte-Blanche, ainsi que la mise en activité d’un moulin à scie, aurait entraîné l’embauche massive de main-d’œuvre dont des charpentiers, des meuniers, des forgerons venus s’établir aux alentours avec femmes et enfants. Pour Monts-aux-Pins, alors ouvert que par quelques terres en friche et annuellement visité par des sucriers 1 , cela aurait donné le coup d’envoi à son peuplement.
Lauriane se tourna vers son amie, guettant sa réaction, à présent qu’elle était en mesure d’apercevoir l’objet de leur venue en ces lieux inhospitaliers. L’appréhension qui se lisait sur le visage de Marie-Louise se mua soudain en affolement tandis que ses yeux s’arrondissaient comme des soucoupes.
— Mais… qu’est-ce que…
— Il s’est entrouvert l’autre jour, l’informa Lauriane.
Son amie la dévisagea, interdite.
— Je passais par là quand j’ai entendu un bruit métallique qui m’a fait sursauter, poursuivit Lauriane en repoussant du pied quelques branches desséchées. À ma grande surprise, j’ai découvert que l’un des vantaux avait bougé. Il remuait encore légèrement, mais je n’ai vu personne.
— Seigneur ! À ta place, je crois que je me serais évanouie ! Il n’y avait… vraiment personne…
Lauriane secoua sa tête parée de longues boucles rousses.
— Je peux t’assurer que j’étais toute seule, Loulou.
Voyant son amie blêmir, la jeune femme commença à se demander si cela avait été une bonne idée de l’amener jusqu’au portail et craignit de la voir refuser la demande qu’elle s’apprêtait à lui faire. Elle-même en ressentait des frémissements au ventre rien qu’à y penser, mais Marie-Louise, pour sa part, semblait complètement terrorisée.
— Tu crois qu’il pourrait s’agir d’un tour que Thomas t’aurait joué ? s’enquit-elle en plissant le front.
— Comment veux-tu ? Ce portail a toujours été verrouillé. Je le sais, je l’ai testé, et pas juste une fois. Quand ils ont abandonné les lieux, les Fedmore ont eu soin de bien le fermer à clé.
— Mais Thomas n’aurait pas pu trafiquer la serrure ou je ne sais pas ?
— Loulou… tout s’est passé très vite. J’ai entendu le bruit et je me suis aussitôt retournée pour voir. S’il y avait eu quelqu’un, je l’aurais aperçu. Alors non, je ne crois pas qu’il s’agissait de

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text