In Vino Very Trash , livre ebook

icon

175

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

175

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus


Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :



« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,

Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,

Un chant plein de lumière et de fraternité ! »


« Il n’est point d’humanité que je ne puisse assouplir lorsque, banquetante, elle se fait confidente, et les préventions dont se bardent nos tristes bourgeois les imbéciles gigots! –, je les fais tomber sous les coups de bélier de ma simple évidence : vivre, c’est aimer. Ceci dit, je ne puis rien pour un politicard. »


Nicolas Hibon rend ici un culte soutenu à Bacchus par l’intermédiaire d’un de ces personnages ahurissants dont il a le secret, un quidam suicidaire requalifié en prêtre d’une église abandonnée. S’attroupent en ouailles attentives et bénévolentes d’autres âmes marginales, et les anciens dieux resurgissent. « En cet ouvrage enfin un prêtre m’honore, et revivifie mon saint sang à grands coups de gobelets qu’il offre sans discrimination, généreux comme une source, à toute personne qui a soif d’être enfin acceptée et reçue pour ce qu’elle est. Alors les masques tombent. Mais pas que... Les culottes aussi. »


Mais pas que. Une cloche aussi. Et beaucoup de préventions. Allons, que le vin coule à flots, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.



« En toi je tomberai, végétale ambroisie,

Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,

Pour que de notre amour naisse la poésie

Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! »

Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

16

EAN13

9782924550045

Langue

Français

IN VINO VERY TRASH
NICOLAS HIBON
© ÉLP éditeur, 2015 www.elpediteur.com ecrirelirepenser@gmail.com
ISBN 978-2-924550-04-5
Image de la couverture : W.A. Bouguereau :Nymphes et satyre, 1873
Polices libres de droit utilisées pour la composition de cet ouvrage : Linux Libertine et Libération Sans
Nicolas Hibon –In vina very trash/ 3
Avis de l’éditeur
Cet ouvrage d’ÉLP éditeur est pourvu d’un dispositif de pro-tection par filigrane appelé aussi tatouage (watermark en anglais) et, par conséquent, n’est pas verrouillé par un DRM (Digital Right Management), soit le verrou de protection nécessitant l’ouverture d’un compte Adobe. Cela signifie que vous en êtes le propriétaire et que vous pouvez en disposer sans limite de temps ou sur autant d’appareils (liseuses, tablettes, smartphones) que vous voulez.
Cet ouvrage s’avère néanmoins protégé par le droit d’auteur ; en l’achetant, vous vous engagez à le considérer comme un objet unique destiné à votre usage personnel et à ne pas le diffuser sur les réseaux sociaux ou les sites d’échange de fichiers. Veuillez prendre note que cet avis ne s’applique pas si vous vous procurez cet ouvrage dans un écosystème fermé comme celui du Kindle d’Amazon ou de Kobo.
ÉLP éditeur est une maison d’édition 100% numérique fondée au printemps 2010. Immatriculée au Québec (Canada), ÉLP a toutefois une vocation transatlantique: ses auteurs comme les membres de son comité éditorial proviennent de toute la Fran-cophonie. Pour toute question ou commentaire concernant cet ouvrage, n’hésitez pas à écrire à : ecrirelirepenser@gmail.com
Se reconnaître dans cette histoire reviendrait à remettre en cause l’existence même de la vie puisque tout n’est qu’imaginaire.
Si vous parlez à Dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond, vous êtes schizophrène !
Revenant d’une cérémonie de mariage particulièrement ratée, je me pose une question : Que vaut-il mieux réussir, son mariage ou son divorce ?
Nicolas Hibon –In vina very trash/ 5
Chapitre 1
Goussainville, banlieue nord de Paris.
Son RER et sa ville nouvelle. Pas la vieille qui fait face aux pistes de Roissy, hein ? L’autre, un peu plus loin. La jolie, quoi !
Trottoirs toujours propres et lampadaires futuristes.
Ici, pas de bâtisse début de siècle au crépi gris sale et lézardé, rien que du rutilant à l’architecture moderne et aux matériaux high-tech.
Tout le confort dans les nouveaux immeubles qui ont germé sur les anciennes terres agricoles de la commune. Pas des barres HLM, c’est antisocial. Non, juste de char-mants petits bâtiments à la capacité d’accueil raisonnée et, comme il se doit, tous agrémentés d’une connexion haut débit et de parcs de jeux pour les enfants.
Rien que sur son site internet on devine que l’équipe en place est dynamique. Y en a de partout des choses à faire. Des associations pour les p’tits vieux, pour les pas encore vieux et pour les plus très jeunes. Des lignes de bus dans tous les sens aussi, des gymnases, une piscine, et un rutilant tri sélectif. Bref, une merveille de ville nouvelle.
Rien à voir avec son pendant qui se fissure sous les coups répétés des décibels des longs-courriers de Roissy. C’est délirant le bruit que ça fait, ça vous remue les tripes jusqu’au plus intime de vos orifices. Mais ce qu’il y a de pire dans l’effroyable boucan, c’est la frustration. Le coup de fourchette sur les doigts au moment où on va se saisir de la dernière part de camembert fermier au lait cru. Quand y en a plus, y en a encore. Ça baisse d’intensité lorsque le Paris-New York arrive au-dessus de Sarcelles, et on se dit sans trop y croire qu’on va enfin pouvoir res-pirer leurs vapeurs toxiques dans un calme relatif. Mais non… Même pas !
Nicolas Hibon –In vina very trash/ 7
À peine le chant des derniers oiseaux de la commune de nouveau reconnaissable, et c’est le Paris-Rio qui leur cloue le bec. C’est peut-être d’ailleurs pour ça qu’il y a plus que des vieux dans le vieux Goussainville... Une sélection par la surdité en quelque sorte. Pourtant, on ne peut pas dire que ça ne les dérange pas, les anciens du village, mais partir pour aller où ?
Aux premiers jours ils regardaient passer les jets comme les vaches regardent les trains, mais l’arthrose et la bruyante répétition ont rapidement pris le dessus. Depuis que les réacteurs ont remplacé les hélices c’est le monde entier qui se fissure. Alors, quand y a eu la nou-velle piste, ça a été l’hallali. Plus personne sur l’ancienne place du village qui fait face à l’église. Même plus de pétanque quand les beaux jours reviennent.
C’est simple, il se passe tellement rien ici qu’il semble bien que le bon Dieu lui-même ait déserté le quartier.
À croire qu’il est occupé ailleurs…
Nicolas Hibon –In vina very trash/ 8
Pas non plus de curé dans la vieille église, et encore moins d’argent pour remettre en état la magnifique bâtisse du XIIe siècle. Elle est pourtant de celles qui ont largement contribué, par leurs statures, à la grandeur de la chrétienté en son temps. Mais la chrétienté s’en fout désormais, les temps ne sont plus à l’entretien ; on casse et on recons-truit, on tourne la page et on change d’histoire.
C’en serait même à se demander si l’imposant bâti-ment ne serait pas non plus sorti de la mémoire des habi-tants du quartier. Le pan de mur effondré quelques années plus tôt a pourtant bien été reconstruit pour ralentir le triste délabrement, mais l’abandon n’est désormais plus qu’une évidence. Quoique… Le parvis, pourtant vide d’habitude, accueille une sil-houette à l’allure sombre.
Un col Mao noir qu’un menton trop irrégulièrement rasé a élimé, ainsi qu’un long imper feutré sombre, donnent des airs de solennelle contrition à l’homme qui contemple la façade. Si l’habit est triste, malgré le profil
Nicolas Hibon –In vina very trash/ 9
rebondi de celui qui le porte, il est visiblement en tout aussi mauvais état.
La couperose, qui pigmente pourtant délicatement l’amer visage, a pris de l’ampleur sous les coups du froid qui l’assaille.
La cinquantaine bedonnante, les traits tirés par une vie qui ne lui sourit visiblement pas souvent, Roland Badureau vient d’entamer une rétrospective qui l’éloigne de l’instant.
Son baptême, d’abord, dans les bras de son père. Sa première communion aussi et sa première cuite à coup de vin de messe. Les copains et les premières copines dans les boums. Son bac à dix-neuf ans et ses études d’architecture à Paris.
Et le mariage…
C’était là, il y a trente-cinq ans.
Il fallait voir comme elle était belle, Solange, à vingt-deux ans. Un vrai rossignol, une mésange, un colibri multicolore, une déesse au sourire enchanteur. Elle en a fait des malheureux en se mariant avec lui. Il n’a
Nicolas Hibon –In vina very trash/ 10
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text