Gabriel , livre ebook

icon

156

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

156

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "LE PRECEPTEUR Votre altesse est-elle toujours aussi fatiguée ? – LE PRINCE Non. Ce vieux vin est ami du vieux sang. Je me trouve vraiment mieux. – LE PRECEPTEUR C'est un long et pénible voyage que votre altesse vient de faire... et avec une rapidité..."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

30

EAN13

9782335096705

Langue

Français

EAN : 9782335096705

 
©Ligaran 2015

À ALBERT GRZYMALA.
(Souvenir d’un frère absent.)
Personnages

LE PRINCE JULES DE BRAMANTE.
GABRIEL DE BRAMANTE, son petit-fils.
LE COMTE ASTOLPHE DE BRAMANTE.
ANTONIO.
MENRIQUE.
SETTIMIA, mère d’Astolphe.
LA FAUSTINA.
PERINNE, revendeuse à la toilette.
LE PRÉCEPTEUR de Gabriel.
MARC, vieux serviteur.
FRÈRE CÔME, cordelier, confesseur de Settimia.
BARBE, vieille demoiselle de compagnie de Settimia.
UN MAITRE DE TAVERNE.
GIGLIO.
BANDITS.
ÉTUDIANTS.
SBIRES.
JEUNES GENS ET COURTISANES.
Prologue

(Au château de Bramante.)

Scène première

Le prince, le précepteur, Marc.
(Le prince est en manteau de voyage, assis sur un fauteuil. Le précepteur est debout devant lui. Marc lui sert du vin.)

LE PRÉCEPTEUR
Votre altesse est-elle toujours aussi fatiguée ?

LE PRINCE
Non. Ce vieux vin est ami du vieux sang. Je me trouve vraiment mieux.

LE PRÉCEPTEUR
C’est un long et pénible voyage que votre altesse vient de faire… et avec une rapidité…

LE PRINCE
À quatre-vingts ans passés, c’est en effet fort pénible. Il fut un temps où cela ne m’eût guère embarrassé. Je traversais l’Italie d’un bout à l’autre pour la moindre affaire, pour une amourette, pour une fantaisie ; et maintenant il me faut des raisons d’une bien haute importance pour entreprendre, en litière, la moitié du trajet que je faisais alors à cheval… Il y a dix ans que je suis venu ici pour la dernière fois, n’est-ce pas, Marc ?

MARC, très intimidé.
Oh ! oui, monseigneur.

LE PRINCE
Tu étais encore vert alors ! Au fait, tu n’as guère que soixante ans. Tu es encore jeune, toi !

MARC
Oui, monseigneur.

LE PRINCE, se retournant vers le précepteur.
Toujours aussi bête à ce qu’il paraît ?

Haut.
Maintenant laisse-nous, mon bon Marc, laisse ici ce flacon.

MARC
Oh ! oui, monseigneur.

Il hésite à sortir.

LE PRINCE, avec une bonté affectée.
Va, mon ami…

MARC
Monseigneur… est-ce que je n’avertirai pas le seigneur Gabriel de l’arrivée de votre altesse ?

LE PRINCE, avec emportement.
Ne vous l’ai-je pas positivement défendu ?

LE PRÉCEPTEUR
Vous savez bien que son altesse veut surprendre monseigneur Gabriel.

LE PRINCE
Vous seul ici m’avez vu arriver. Mes gens sont incapables d’une indiscrétion. S’il y a une indiscrétion commise, je vous en rends responsable.

Marc sort tout tremblant.
Scène II

Le prince, le précepteur.

LE PRINCE
C’est un homme sûr, n’est-ce pas ?

LE PRÉCEPTEUR
Comme moi-même, monseigneur

LE PRINCE
Et… il est le seul, après vous et la nourrice de Gabriel, qui ait jamais su…

LE PRÉCEPTEUR
Lui, la nourrice et moi, nous sommes les seules personnes au monde, après votre altesse, qui ayons aujourd’hui connaissance de cet important secret.

LE PRINCE
Important ! Oui, vous avez raison ; terrible, effrayant secret, et dont mon âme est quelquefois tourmentée comme d’un remords. Et dites-moi, monsieur l’abbé, jamais aucune indiscrétion…

LE PRÉCEPTEUR
Pas la moindre, monseigneur.

LE PRINCE
Et jamais aucun doute ne s’est élevé dans l’esprit des personnes qui le voient journellement ?

LE PRÉCEPTEUR
Jamais aucun, monseigneur.

LE PRINCE
Ainsi, vous n’avez pas flatté ma fantaisie dans vos lettres ? Tout cela est l’exacte vérité ?

LE PRÉCEPTEUR
Votre altesse touche au moment de s’en convaincre par elle-même.

LE PRINCE
C’est vrai !… Et j’approche de ce moment avec une émotion inconcevable.

LE PRÉCEPTEUR
Votre cœur paternel aura sujet de se réjouir.

LE PRINCE
Mon cœur paternel !… L’abbé, laissons ces mots-là aux gens qui ont bonne grâce à s’en servir. Ceux-là, s’ils savaient par quel mensonge hardi, insensé presque, il m’a fallu acheter le repos et la considération de mes vieux jours, chargeraient ma tête d’une lourde accusation, je le sais ! Ne leur empruntons donc pas le langage d’une tendresse étroite et banale. Mon affection pour les enfants de ma race a été un sentiment plus grave et plus fort.

LE PRÉCEPTEUR
Un sentiment passionné !

LE PRINCE
Ne me flattez pas, on pourrait aussi bien l’appeler criminel ; je sais la valeur des mots, et n’y attache aucune importance. Au-dessus des vulgaires devoirs et des puérils soucis de la paternité bourgeoise, il y a les devoirs courageux, les ambitions dévorantes de la paternité patricienne. Je les ai remplis avec une audace désespérée. Puisse l’avenir ne pas flétrir ma mémoire, et ne pas abaisser l’orgueil de mon nom devant des questions de procédure ou des cas de conscience !

LE PRÉCEPTEUR
Le sort a secondé merveilleusement jusqu’ici vos desseins.

LE PRINCE, après un instant de silence.
Vous m’avez écrit qu’il était d’une belle figure ?

LE PRÉCEPTEUR
Admirable ! C’est la vivante image de son père.

LE PRINCE
J’espère que son caractère a plus d’énergie ?

LE PRÉCEPTEUR
Je l’ai mandé souvent à votre altesse, une incroyable énergie !

LE PRINCE
Son pauvre père ! C’était un esprit timide… une âme timorée. Bon Julien ! quelle peine j’eus à le décider à garder ce secret à son confesseur au lit de mort ! Je ne doute pas que ce fardeau n’ait avancé le terme de sa vie…

LE PRÉCEPTEUR
Plutôt la douleur qui lui causa la mort prématurée de sa belle et jeune épouse…

LE PRINCE
Je vous ai défendu de m’adoucir les choses : monsieur l’abbé, je suis de ces hommes qui peuvent supporter toute la vérité. Je sais que j’ai fait saigner des cœurs, et que ceci en fera saigner encore ! N’importe, ce qui est fait est fait. Il entre dans sa dix-septième année ; il doit être d’une assez jolie taille ?

LE PRÉCEPTEUR
Il a plus de cinq pieds, monseigneur, et il grandit toujours et rapidement.

LE PRINCE, avec une joie très marquée.
En vérité ! Le destin nous aide en effet ! Et la figure, est-elle déjà un peu mâle ? Déjà ! Je voudrais me faire illusion à moi-même… Non, ne me dites plus rien ; je le verrai bien… Parlez-moi seulement du moral, de l’éducation.

LE PRÉCEPTEUR
Tout ce que votre altesse a ordonné a été ponctuellement exécuté, et tout a réussi comme par miracle.

LE PRINCE
Sois louée, ô fortune !… si vous n’exagérez rien, monsieur l’abbé. Ainsi rien n’a été épargné pour façonner son esprit, pour l’orner de toutes les connaissances qu’un prince doit posséder pour faire honneur à son nom et à sa condition ?

LE PRÉCEPTEUR
Votre altesse est douée d’une profonde érudition. Elle pourra interroger elle-même mon noble élève, et voir que ses études ont été fortes et vraiment viriles.

LE PRINCE
Le latin, le grec, j’espère ?

LE PRÉCEPTEUR
Il possède le latin comme vous-même, j’ose le dire, monseigneur ; et le grec… comme…

Il sourit avec aisance.

LE PRINCE, riant de bonne grâce.
Comme vous, l’abbé ? À merveille, je vous en remercie, et vous accorde la supériorité sur ce point. Et l’histoire, la philosophie, les lettres ?

LE PRÉCEPTEUR
Je puis répondre oui avec assurance ; tout l’honneur en revient à la haute intelligence de l’élève. Ses progrès ont été rapides jusqu’au prodige.

LE PRINCE
Il aime l’étude ? Il a des goûts sérieux ?

LE PRÉCEPTEUR
Il aime l’étude, et il aime aussi les violents exercices, la chasse, les armes, la course. En lui l’adresse, la persévérance et le courage suppléent à la force physique. Il a des goûts sérieux, mais il a aussi les goûts de son âge : les beaux chevaux, les riches habits, les armes étincelantes.

LE PRINCE
S’il en est ainsi, tout est au mieux, et vous avez parfaitement saisi mes intentions. Maintenant, encore un mot. Vous avez su donner à ses idées cette tendance particulière, originale… Vous savez ce que je veux dire ?

LE PRÉCEPTEUR
Oui, monseigneur. Dès sa plus tendre enfance (votre altesse avait donné elle-même à son imagination cette première impulsion), il a été pénétré de la grandeur du rôle masculin, et de l’abjection du rôle féminin dans la nature et dans la société. Les premiers tableaux qui ont frappé ses regards, les premiers traits de l’histoire qui ont éveillé

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text