Qui a peur de Dionysos : visages, paysages et présages de l'art dramatique , livre ebook

icon

348

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

348

pages

icon

Français

icon

Ebook

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Ce livre est un hommage incandescent rendu à Marthe Isabelle Edande Abolo, professeure titulaire des universités, spécialiste du théâtre, esthète au sens grec d'aisthêtês, qui aime l'art et le considère comme la valeur essentielle. Plus d'une vingtaine de contributeurs de divers continents campent autour des structures esthético-thématiques dramatiques, pour montrer comment, à chaque fois, elles sont exprimées, remaniées, retravaillées dans les différentes séquences traditionnelle, moderne et contemporaine du théâtre. Des exégètes interdiscipliné(e)s y convoquent des approches qui actualisent les formes de l'art dramatique et exploitent les dissimilitudes entre son actualité et son contexte historique dans le but d'apporter un éclairage nouveau. Cette entaille, épistémo-sociocritique, présente le théâtre en tant que lieu où toutes les figures de l'humanité sont dépeintes et dévoilées dans le jeu, au double sens du mot : ce qui est joué au théâtre est déjà un jeu dans la vie sociale avec ses masques. Enfin, la marque éditoriale de cet ouvrage fait de la théâtralité, un espace de fécondité des identités et des réalités séculaires, mieux un paysage de mémoire, avec un rapport d'innovations thématique et mythologique actualisant des ambroisies littéraires de l'Olympe.

Voir Alternate Text

Date de parution

02 mai 2019

Nombre de lectures

0

EAN13

9782342166187

Langue

Français

Qui a peur de Dionysos : visages, paysages et présages de l'art dramatique
Martin Paul Ango Medjo
Connaissances & Savoirs

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.


Connaissances & Savoirs
175, boulevard Anatole France
Bâtiment A, 1er étage
93200 Saint-Denis
Tél. : +33 (0)1 84 74 10 24
Qui a peur de Dionysos : visages, paysages et présages de l'art dramatique
Comité scientifique
Jacques Fame Ndongo, Université de Yaoundé I
Richard Laurent Omgba, Université de Yaoundé I
Marcelline Nnomo, Université de Yaoundé I
Barnabé Mbala Ze, Université de Yaoundé I
Maxime Pierre Meto’o Etoua, Université de Yaoundé I
Bernard Mbassi, Université de Yaoundé I
Dassi, Université de Yaoundé I
Ozele Owono, Université de Yaoundé I
Pierre Celestin Nzié Ambena, Université de Yaoundé I
Auguste Owono Kouma, Université de Yaoundé I
Clément Dili Palaï, Université de Maroua
Alphonse Tonyè, Université de Yaoundé I
Alice Delphine Tang, Université de Yaoundé I
Pierre Fandio, Université de Buea
Robert Fotsing Mangoua, Université de Dschang
Gérard-Marie Noumssi, Université de Yaoundé I
Cécile Dolisane Ebossè, Université de Yaoundé I
Marcelin Vounda Etoa, Université de Yaoundé I
Patricia Bissa Enama, Université de Yaoundé I
Alda Flora Amabiamina, Université de Douala
Alain Cyr Pangop, Université de Dschang
Raymond Mbassi Ateba, Université de Maroua
Désiré Atangana Kouna, Université de Yaoundé I
Gilbert Zouyane, Université de Ngaoundéré
Jean Claude Abada Medjo, Université de Maroua
Comité de coordination
Robert Fotsing Mangoua, Université de Dschang
Raymond Mbassi Ateba, Université de Maroua
Martin Paul Ango Medjo, Université de Yaoundé I
Comité de lecture
Robert Fotsing Mangoua, Université de Dschang
Raymond Mbassi Ateba, Université de Maroua
Jean Claude Abada Medjo, Université de Maroua
Martin Paul Ango Medjo, Université de Yaoundé I.
Remerciements
L’harmonie de ce livre est le fruit d’une synergie d’ensemble.
Nous exprimons respectueusement notre profonde reconnaissance au Ministre d’État, Ministre de l’Enseignement supérieur, le Professeur Jacques Fame Ndongo, homme de lettres et de culture, féru de théâtre, qui a spontanément accepté de préfacer ces mélanges.
Nous saluons la sollicitude des érudits membres du comité scientifique et la générosité intellectuelle des Professeurs Platon Mavromoustakos de l’Université Nationale Kapodistria d’Athènes et Maria Fátima Sousa Silva de l’Université de Coimbra, Portugal, pour leurs précieux conseils.
Nous savons infiniment gré à tous les contributeurs qui, malgré la différence des points de vue et parfois l’éloignement des champs disciplinaires et le fossé géoculturel – pour certains –, ont porté un intérêt accru à la personnalité ici mise en l’honneur, le Professeur Marthe Isabelle Edande Abolo, ses travaux scientifiques, son parcours intellectuel, ses itinéraires administratifs, et aux questions esthétiques, politiques et sociales qui ont polarisé toutes ses actions.
Nous avons une pensée particulière pour tous les passionné(e)s de théâtre, fût-il ancien, classique, moderne ou contemporain, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique ou d’Europe.
Que tous veuillent trouver ici le fruit de leur vigoureuse sympathie et de leur immense soutien.
Préface Marthe Isabelle Edande Abolo, une Prêtresse de l’Olympe parmi nous.
L’histoire et la civilisation grecques de l’antiquité représentent l’une des périodes les plus fascinantes de notre humanité. Pour Nietzsche, « Nous ne tâcherons d’apprendre des Grecs ». Le miracle grec est d’avoir soumis un univers mystérieux à la loi de l’homme. Le panthéon hellène comptait douze divinités olympiennes. Les plus importantes étaient exprimées par trois figures ayant le monde en partage : Zeus, dieu de la foudre, régnant sur le Ciel ; Poséidon, dieu des mers, des océans et des séismes, et Hadès, dieu des Enfers. Mais il y a Dionysos, dont le livre porte le nom, fils de Zeus et de Sémélé, dieu des jonctions et des ambiguïtés : mort-vie, homme-femme ; dieu du vin et ses excès, dieu de la traversée de la ténèbre hivernale, de la fête des morts et de son dépassement par la conquête de l’immortalité. Dieu du délire et du frisson tragique.
Qui a peur de Dionysos ? Voici une question qui filète l’esprit au contact de cet incipit évocateur, et qui indique tout l’intérêt qu’on peut y porter à lire cet ouvrage collectif qui scrute de près les visages, les héritages et les oscillations du théâtre, auquel est chevillée, pour ainsi dire, la carrière scientifique du Professeure Marthe Isabelle Edande Abolo. Hommage le plus vibrant et le plus récent rendu à Dionysos et à l’une de ses Prêtresses.
Pourquoi pareils mélanges ? Parce que le feu, éternel, du génie des dramaturges et l’érudition, puissante, de la pensée critique, font renaître le théâtre de ses cendres pour lui faire retrouver, dans cette restructuration permanente, des forces nouvelles. Et il est important de souligner qu’il n’existe pas assez de travaux groupés sur le théâtre qui proposent aux lecteurs un accès facile à la théâtralité. Je suis donc tout aise de préfacer un tel ouvrage pratique, méthodologique, pédagogique et didactique, qui revisite l’art dramatique auquel je suis très attaché.
Le livre qui a donc été rédigé, à raison de la carence constatée dans le domaine, propose des informations utiles à l’intelligence du théâtre, permet une accessibilité facile à l’art dramatique et au travail critique. Les approches, fort bien conduites, sont intéressantes à bien d’égards.
Symboliquement, le livre qu’on va lire, est une représentation cultuelle et un hymne inédit, chanté à la gloire de Dionysos. Les premiers historiens renseignent que le théâtre est issu du culte de l’immolation du bouc dionysiaque. Le sang recueilli du sacrifice de l’animal lui était servi comme signe de dureté de la vie et de passage vers les dieux.
Étymologiquement, le mot théâtre comporte trois origines liées à trois termes grecs : targonen, boire une chose âcre ; tragodia , chant du bouc et theatron, l’endroit d’où l’on voit. En tant qu’action dramatique qui se déroule dans un édifice appelé justement théâtre, l’art dramatique n’est pas qu’un genre littéraire, c’est aussi un art du spectacle, célébration de la vie et du vivant. Le lien entre théâtre, mythe et religion s’établit par la composition de textes destinés à être déclamés lors des cérémonies religieuses. Les dieux et les héros mythologiques sont évoqués dans des contextes non immédiatement liés au culte proprement dit. Bien que liées au culte de Dionysos, les premières représentations théâtrales grecques s’inspirent aussi de l’histoire (la guerre de Troie), du mythe ou de la légende des héros (Œdipe, Thésée, Médée, Oreste, etc.)
Dans l’ouvrage, près d’une vingtaine de contributeurs essayent de montrer comment l’esthétique et la thématique sont à chaque fois exprimées, remaniées, restructurées dans les séquences particulières : classique ou traditionnelle, moderne ou révolutionnaire, contemporaine ou postmoderne. Les trois sous-genres sont explorés : tragédie, comédie, drame. Par leur nature, les textes sont faits en dialogues, monologues et didascalies (notes de mise en scène). Comme le démontrent les articles, le théâtre est l’espace spécifique où toutes les figures de l’humanité sont dénudées et symbolisées dans le divertissement ; il permet de lire et de voir le jeu social au double sens du mot. Ce qui est joué est déjà un jeu dans la vie quotidienne avec ses personnages. Et dans une certaine opposition au théâtre traditionnel, les exégètes font mieux comprendre le nouveau théâtre, forme d’expression qui n’est plus, comme dans le prototype ancien, régie par une norme du mouvement artistique. Le nouveau théâtre proclame sa rupture à toute idée de normes. On peut ainsi observer des formes nouvelles et inventives de la stabilité.
Le lecteur comprend mieux comment le nouveau théâtre n’est pas régi par le principe de tradition et de normativité, ni réglé par une trajectoire inflexible. Un théâtre en rupture avec la norme établie, et saisissable dans le champ d’une pratique artistique qui n’est plus dirigé par un répertoire tyrannique préconstitué de formes.
L’un des objectifs majeurs de l’ouvrage est d’examiner les caractéristiques du texte dramatique écrit, c’est-à-dire la théâtralité qui fait sa spécificité par rapport aux autres genres ou plus précisément aux autres natures de textes. Les textes dramatiques retenus sont diversifiés et constitués de pièces d’époques et d’espaces différents.
Qui a peur de Dionysos ? Visages, héritages et présages de l’art dramatique brode une littérature dense sur un ensemble de savoirs interdisciplinés autour du théâtre. L’ouvrage fonde son ancrage dans le périlleux champ critique de la tragédie, de la comédie et du drame : une véritable aventure qui, dans une perspective comparatiste, respire et souffle le vent de la dynamique émouvante.
En suivant un regroupement structuré en parties, l’ouvrage décrypte des aspects essentiels de l’art dramatique, et se donne à lire comme un livre cohérent, mené avec une remarquable lucidité. Le lecteur y sent un réel enchaînement, tant la couverture est belle et illustrative, les remerciements sincères, la présentation savoureuse, les résumés lumineux, les introductions qui justifient clairement les articles, les conclusions synthétiques, la table des matières détaillée et explicite, reflétant des analyses pratiques. L’ouvrage fédère des chercheurs passionnés de théâtre qui, dans la diversité des continents et des pays, contribuent significativement à l’intelligence de l’art dramatique.
L’ouvrage est porteur d’un

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text