CONTES ET HISTOIRES PYGMEES , livre ebook

icon

225

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

225

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Ce n’est pas par hasard que les Pygmées sont souvent appelés les Maîtres de la forêt. Cette dénomination traduit l’admiration que provoque leur remarquable adaptation aux conditions écologiques de cette grande forêt équatoriale dont ils ne sortent que rarement. La nature a peu de secrets pour eux, et ils savent en parler sur tous les registres. Leurs contes et récits recueillis et traduits avec élégance par Elisabeth Motte-Florac forment une sorte d’encyclopédie poétique de ce peuple de chasseurs courageux et infatigables dont l’existence dépend en grande partie de leur synergie avec la forêt, aujourd’hui directement menacée. Ils racontent depuis des générations des histoires amusantes qui expliquent pourquoi le python avale sa nourriture directement, sans la mâcher, pourquoi les lézards ont abandonné la brousse et depuis quand les Pygmées ne transforment plus les poissons en jeunes filles bonnes à marier.
Voir Alternate Text

Nombre de lectures

9

EAN13

9782373800142

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

9 Mo

Le crocodile et le python
Kôkélé, le crocodile, et Ngouma, le python, vou-laient se marier. Alors, comme tous les jeunes gens de leur âge, ils allèrent se faire tailler les dents. S’ils ne le faisaient pas, aucune fille ne voudrait d’eux.Après de longues et terribles heures passées à souf-frir sans bouger, Ngouma sourit. Quel sourire ma-gnifique ! Ses dents étaient remarquablement régu-lières et effilées. Tout le monde le félicita. Kôkélé, lui, avait passé son temps à gigoter et àgémir de douleur, tant et si bien que la taille n’avait pas été bien faite. Le résultat était un échec. Ses dents étaient pointues mais massives, sans élégance. Quand les deux amis se rendirent au campement voisin, les filles n’avaient d’yeux que pour Ngouma. Les cinq plus belles acceptèrent aussitôt de se ma-rier avec lui. Il était si séduisant ! Quant à Kôkélé, le crocodile, aucune n’en voulut. Horriblement ve-xé, il alla se cacher dans le marécage et plus jamais n’en sortit.
ISBN 9782-910272-25-8
Aux origines du monde Pygmées Contes et histoires pygmées
Flies France Aux origines du monde
Dans la même collection :
Contes et légendes de France
Contes et légendes d’Ukraine
Contes et légendes du Japon
Contes des peuples de la Chine
Contes et légendes de Flandre
Contes et légendes de Centre-Asie
Contes et récits des Mayas
Contes et légendes du Maroc
Contes et mythes de Birmanie
Contes et légendes de Turquie
Contes et légendes de Suède
Contes et légendes de Corée
Contes et légendes du Congo
Contes et légendes des Comores
Contes et légendes d’Allemagne, de Suisse et
d’Autriche
Aux origines du monde Contes et histoires pygmées
recueillis et annotés par Elisabeth MOTTE-FLORAC Illustrations de Clémence VASSEUR
Flies France
Direction éditoriale et artistique :
Galina Kabakova
Conception graphique de la collection : Susanne Strassmann
Relecture : Anna Stroeva
© Flies France, Paris, 2004 ISBN 978-2-910272-25-8
À Jacqueline M. C. Thomas
Avant-propos
Cet ouvrage présente des contes recueillis chez les Aka, groupe de Pygmées d'Afrique Centrale qui vit sur la rive droite de l’Oubangui, dans une zone frontalière entre la République Centrafricaine, la République du Congo Brazza-ville et la République démocratique du Congo. En donnnant à connaître ces textes de tradition orale, ce recueil se veut un témoignage de gratitude et souhaite rendre hommage aux Pygmées Aka dont le mode de vie, en étroite symbiose avec leur environnement, suscite le plus profond respect. Ces histoires, même dépouillées de cette atmosphère magique, de rires et de chants mêlés, que le conteur fait naître, sont riches de cette relation intime avec la grande forêt. Tous mes remerciements à Jacqueline Thomas pour sa révision des textes.
Les Pygmées sont souvent appelés les Maîtres de la forêt. Cette dénomination traduit l’admiration que provoque leur remarquable adaptation aux conditions écologiques de cette grande forêt équatoriale dont ils ne sortent que
5
rarement. Semi-nomades, ils se déplacent après un décès ou dès que les ressources de gibier ou de produits de collecte d’une parcelle sont épuisées. C’est ce même souci de subsistance qui limite la population d’un campement. Trop petit, le groupe serait à la merci d’un accident ou d’une défaillance d’un chasseur ; trop grand, il viendrait trop rapidement à bout des ressources. Les campements, constitués de huttes hémisphériques, sont établis en quelques heures par les femmes. Pour construire une hutte, elles enfoncent dans le sol des branches flexibles qu’elles entrecroisent pour former une charpente qu’elles recouvrent ensuite de feuilles de grande taille, résistantes et imperméables. Des campe-ments plus provisoires peuvent être construits, parfois pour une seule nuit, lorsque la recherche de nourriture nécessite des déplacements de plusieurs jours. La mobilité des Pygmées est malgré tout limitée. Les campements gravitent généralement autour d’un même village d’agriculteurs. En effet, les Pygmées entretiennent depuis très longtemps des relations étroites avec des popu-lations de grande taille (comme les Bantous) arrivées dans la région à des époques plus ou moins récentes. Ces « Grands Noirs », contraire-ment aux Pygmées, sont sédentaires et ont établi leurs villages le long des voies de communication. Cultivateurs, ils perçoivent la forêt comme un milieu hostile, aussi leurs relations avec les Pygmées ont-elles été fondées sur l’échange (des objets en fer – pointes de lance, lames de hache –, du sel, des produits de culture, etc., contre des produits de la forêt – viande, chenilles comestibles, plantes médicinales…).
6
Le milieu naturel Les Pygmées possèdent une connaissance intime et remarquable des différents écosys-tèmes de la forêt équatoriale, les végétaux qui les composent, les animaux qui les fréquentent. Dans la grande forêt primaire, dense et humide, ils maîtrisent et parcourent aussi bien les sen-tiers terrestres que la verticale des étages de végétation – la voûte supérieure (celle qui, inapparente à celui qui circule au sol, est constituée par la cime des géants de la forêt – commenzondo, « l’arbre qui voulait toucher le ciel » – pouvant atteindre 40 à 50 m de hauteur) ; – la voûte moyenne qui forme un écran végétal si dense qu’il maintient une humidité intense et empêche la lumière de pénétrer jusqu’au sol , – et enfin, le sous-bois où poussent petits arbres et arbustes et où les herbes sont rares en raison du manque de lumière. Les Pygmées savent découvrir les nombreux animaux qui séjournent dans ces zones ou ne font que les traverser : singes, pottos, pangolins, rongeurs et oiseaux divers, potamochères, damans, etc. Ils connaissent tout aussi bien les autres environnements : les trouées à la végétation exubérante, riches en lianes et en plantes épiphytes (qui poussent sur les arbres) ; les recrûs forestiers où la forêt, après avoir été défrichée pour les cultures des villageois, com-mence à reprendre ses droits ; les forêts secondaires régénérées après des déboisements plus anciens ; les forêts marécageuses, inon-dées pendant des périodes plus ou moins longues, et les marigots au sol vaseux où poussent de grandes herbes, des milieux qu’affectionnent particulièrement l’éléphant, le sitatunga, le héron pourpre ; les jachères, lorsque les cultures ont été abandonnées...
7
Les activités
Chasseurs-collecteurs, les Pygmées savent trouver dans leur environnement tout ce dont ils ont besoin pour vivre, de la liane dont on boit la sève aux délicieuses chenilles, du bois de chauffage de bonne qualité aux lianes résistan-tes dont on fait des liens, des tubercules à la chair savoureuse aux feuilles à tout faire (emballage, récipient, couvercle, tuile…), de l’herbe qui soigne au poison de chasse, etc. Des animaux ils connaissent les habitudes, les cris et les bruits, les déplacements saisonniers, mais aussi la qualité de la chair et celle de la peau, des poils et plumes, qui permettra de réaliser toutes sortes d’objets plus ou moins éphémères.
La collecte
Pratiquée selon une certaine périodicité imposée par les saisons, la collecte est la source d’alimentation principale. C’est une tâche qui incombe aux femmes et aux enfants (surtout les filles), mais les activités ne sont jamais réparties de façon très stricte et les hommes y contribuent, par exemple, lors des expéditions de chasse. Nombre de produits végétaux sont récoltés : racines, moelles, feuilles, fruits, champignons, mais aussi de petits animaux (mulots, rep-tiles…), des crabes, des coquillages, des insectes, etc. Lorsque la saison favorise l’abondance de certains d’entre eux (champignons, chenilles…), leur récolte fait l’objet de grandes expéditions auxquelles participent hommes, femmes et enfants. La récolte du miel – apport alimentaire non négligeable et très apprécié –, est réservée aux hommes qui doivent grimper dans les arbres et
8
atteindre, souvent à des hauteurs considérables, les ruches des abeilles sauvages. Il s’agit d’ailleurs d’une activité souvent mentionnée lors du service de mariage, période probatoire que le jeune homme doit passer chez ses beaux-parents et au cours de laquelle il doit prouver ses capacités physiques, son habileté, ses talents de fin obser-vateur de la nature, qualités qui lui seront nécessaires pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille.
La chasse
La chasse est une activité essentiellement masculine. Individuelle, elle se pratique au piège, à la sagaie, à l’arc, à l’arbalète, parfois au fusil (qui appartient généralement aux « Grands Noirs »). Les flèches empoisonnées sont utilisées pour certains gibiers agiles et rapides (singes, oiseaux) qu’il faut arrêter dans leur fuite. Des chasses collectives à la sagaie sont organisées pour le gros gibier (grandes antilopes, potamochères, etc.). Lors de ces chasses, l’abon-dance de viande ne permet pas sa consommation immédiate. L’excédent est mis en réserve après boucanage. Ce séchage sur des claies est le meilleur moyen de conservation autorisé par un climat, chaud et humide, compte tenu de l’absence de sel. Pour le gibier plus petit comme les petites antilopes, de grandes chasses collectives au filet sont entreprises. Participent à ces battues les femmes et les enfants qui, par ailleurs, chassent aussi les petits animaux. Les petits garçons passent beaucoup de temps à ces petites chasses, s’exerçant ainsi à leur vie d’adulte.
9
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text