Un Billet de loterie , livre ebook

icon

157

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2011

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

157

pages

icon

Français

icon

Ebook

2011

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Le marin norvégien Ole Kamp semble être perdu en mer. Il a laissé à sa fiancée Hulda un billet de loterie, que les amateurs superstitieux se disputent à fort prix. Le jour du tirage de la loterie arrive...
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

30 août 2011

Nombre de lectures

87

EAN13

9782820610126

Langue

Français

Un Billet de loterie
Jules Verne
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Jules Verne, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-1012-6
I
– Quelle heure est-il ? demanda dame Hansen, après avoir secoué les cendres de sa pipe, dont les dernières bouffées se perdirent entre les poutres coloriées du plafond.
– Huit heures, ma mère, répondit Hulda.
– Il n’est pas probable qu’il nous arrive des voyageurs pendant la nuit ; le temps est trop mauvais.
– Je ne pense pas qu’il vienne personne. En tout cas, les chambres sont prêtes, et j’entendrai bien si l’on appelle du dehors.
– Ton frère n’est pas revenu ?
– Pas encore.
– N’a-t-il pas dit qu’il rentrerait aujourd’hui ?
– Non, ma mère. Joël est allé conduire un voyageur au lac Tinn, et, comme il est parti très tard, je ne crois pas qu’il puisse, avant demain, revenir à Dal.
– Il couchera donc à Moel ?
– Oui, sans doute, à moins qu’il n’aille à Bamble faire visite au fermier Helmboë…
– Et à sa fille ?
– Oui, Siegfrid, ma meilleure amie, et que j’aime comme une sœur ! répondit en souriant la jeune fille.
– Eh bien, ferme la porte, Hulda, et allons dormir…
– Vous n’êtes pas souffrante, ma mère ?
– Non, mais demain je compte me lever de bonne heure. Il faut que j’aille à Moel…
– À quel propos ?
– Eh ! ne faut-il pas s’occuper de renouveler nos provisions pour la saison qui va venir ?
– Le messager de Christiania est donc arrivé à Moel avec sa voiture de vins et de comestibles ?
– Oui, Hulda, cet après-midi, répondit dame Hansen. Lengling, le contremaître de la scierie, l’a rencontré et m’a prévenue en passant. De nos conserves en jambon et en saumon fumé, il ne reste plus grand-chose, et je ne veux pas risquer d’être prise au dépourvu. D’un jour à l’autre, surtout si le temps redevient meilleur, les touristes peuvent commencer leurs excursions dans le Telemark. Il faut que notre auberge soit en état de les recevoir et qu’ils y trouvent tout ce dont ils peuvent avoir besoin pendant leur séjour. Sais-tu bien, Hulda, que nous voici déjà au 15 avril ?
– Au 15 avril ! murmura la jeune fille.
– Donc, demain, reprit dame Hansen, je m’occuperai de tout cela. En deux heures, j’aurai fait nos achats que le messager apportera ici, et je reviendrai avec Joël dans sa kariol.
– Ma mère, au cas où vous rencontreriez le courrier, n’oubliez pas de demander s’il y a quelque lettre pour nous…
– Et surtout pour toi ! C’est bien possible, puisque la dernière lettre de Ole a déjà un mois de date.
– Oui ! un mois !… un grand mois !
– Ne te fais pas de peine, Hulda ! Ce retard n’a rien qui puisse nous étonner. D’ailleurs, si le courrier de Moel n’a rien apporté, ce qui n’est pas venu par Christiania ne peut-il venir par Bergen ?
– Sans doute, ma mère, répondit Hulda ; mais que voulez-vous ? Si j’ai le cœur gros, c’est qu’il y a loin d’ici aux pêcheries du New Found Land ! Toute une mer à traverser, et lorsque la saison est mauvaise encore ! Voilà près d’un an que mon pauvre Ole est parti, et qui pourrait dire quand il viendra nous revoir à Dal ?…
– Et si nous y serons à son retour ! murmura dame Hansen, mais si bas, que sa fille ne put l’entendre.
Hulda alla fermer la porte de l’auberge, qui s’ouvrait sur le chemin du Vestfjorddal. Elle ne prit même pas le soin de donner un tour de clé à la serrure. En cet hospitalier pays de Norvège, ces précautions ne sont pas nécessaires. Il convient, aussi, que tout voyageur puisse entrer, de jour, comme de nuit, dans la maison des gaards et des soeters, sans qu’il soit besoin de lui ouvrir.
Aucune visite de rôdeurs ou de malfaiteurs n’est à craindre, ni dans les bailliages ni dans les hameaux les plus reculés de la province. Aucune tentative criminelle contre les biens ou les personnes n’a jamais troublé la sécurité de ses habitants.
La mère et la fille occupaient deux chambres du premier étage sur le devant de l’auberge – deux chambres fraîches et propres, d’ameublement modeste, il est vrai, mais dont la tenue indiquait les soins d’une bonne ménagère. Au-dessus, sous la couverture, débordant comme un toit de chalet, se trouvait la chambre de Joël, éclairée par une fenêtre, encadrée d’un découpage en sapin amenuisé avec goût. De là, le regard, après avoir parcouru un grandiose horizon de montagnes, pouvait descendre jusqu’au fond de l’étroite vallée, où mugissait le Maan, moitié torrent, moitié rivière. Un escalier de bois, à consoles trapues, à marches miroitantes, montait de la grande salle du rez-de-chaussée aux étages supérieurs. Rien de plus attrayant que l’aspect de cette maison, où le voyageur trouvait un confort bien rare dans les auberges de Norvège.
Hulda et sa mère habitaient donc le premier étage. C’est là que de bonne heure elles se retiraient toutes deux, quand elles étaient seules. Déjà dame Hansen, s’éclairant d’un chandelier de verre multicolore, avait gravi les premières marches de l’escalier, lorsqu’elle s’arrêta.
On frappait à la porte. Une voix se faisait entendre :
– Eh ! dame Hansen ! dame Hansen ! Dame Hansen redescendit.
– Qui peut venir si tard ? dit-elle.
– Est-ce qu’il serait arrivé quelque accident à Joël ? répondit vivement Hulda. Aussitôt, elle revint vers la porte.
Il y avait là un jeune gars, un de ces gamins qui font le métier de skydskarl, lequel consiste à s’accrocher à l’arrière des kariols et à ramener le cheval au relais, quand l’étape est finie. Celui-ci était venu à pied et se tenait debout sur le seuil.
– Eh ! que veux-tu à cette heure ? dit Hulda.
– D’abord vous souhaiter le bonsoir, répondit le jeune gars.
– C’est tout ?
– Non ! ce n’est pas tout, mais ne faut-il pas toujours commencer par être poli ?
– Tu as raison ! Enfin, qui t’envoie ?
– Je viens de la part de votre frère Joël.
– Joël ?… Et pourquoi ? répliqua dame Hansen. Elle s’avança vers la porte, de ce pas lent et mesuré qui caractérise la marche des habitants de la Norvège. Qu’il y ait du vif-argent dans les veines de leur sol, soit ! mais dans les veines de leur corps, peu ou point.
Cependant cette réponse avait évidemment causé quelque émotion à la mère, car elle se hâta de dire :
– Il n’est rien arrivé à mon fils ?
– Si !… Il est arrivé une lettre que le courrier de Christiania avait apportée de Drammen…
– Une lettre qui vient de Drammen ? dit vivement dame Hansen en baissant la voix.
– Je ne sais pas, répondit le jeune gars. Tout ce que je sais, c’est que Joël ne peut revenir avant demain et qu’il m’a envoyé ici pour vous apporter cette lettre.
– C’est donc pressé ?
– Il paraît.
– Donne, dit dame Hansen, d’un ton qui dénotait une assez vive inquiétude.
– La voici, bien propre et pas chiffonnée. Seulement cette lettre n’est pas pour vous. Dame Hansen sembla respirer plus à l’aise.
– Et pour qui ? demanda-t-elle.
– Pour votre fille.
– Pour moi ! dit Hulda. C’est une lettre de Ole, j’en suis sûre, une lettre qui sera venue par Christiania ! Mon frère n’aura pas voulu me la faire attendre !
Hulda avait pris la lettre, et, après s’être éclairée du chandelier, qui avait été déposé sur la table, elle regardait l’adresse.
– Oui !… C’est de lui !… C’est bien de lui !… Puisse-t-il m’annoncer que le Viken va revenir ! Pendant ce temps, dame Hansen disait au jeune gars :
– Tu n’entres pas ?
– Une minute alors ! Il faut que je retourne ce soir à la maison, parce que je suis retenu demain matin pour une kariol.
– Eh bien, je te charge de dire à Joël que je compte aller le rejoindre. Qu’il m’attende donc.
– Demain soir ?
– Non, dans la matinée. Qu’il ne quitte pas Moel sans m’avoir vue. Nous reviendrons ensemble à Dal.
– C’est convenu, dame Hansen.
– Allons, une goutte de brandevin ?
– Avec plaisir ! Le jeune gars s’était approché de la table, et dame Hansen lui avait présenté un peu de cette réconfortante eau-de-vie,
toute-puissante contre les brumes du soir. Il n’en laissa pas une goutte au fond de la petite tasse. Puis :
– God aften ! dit-il.
– God aften, mon garçon !
C’est le bonsoir norvégien. Il fut simplement échangé. Pas même une inclination de tête. Et le jeune gars partit, sans s’inquiéter de la longue trotte qu’il avait à faire. Ses pas se furent bientôt perdus sous les arbres du sentier qui côtoie la torrentueuse rivière.
Cependant Hulda regardait toujours la lettre de Ole et ne se hâtait pas de l’ouvrir. Qu’on y songe ! Cette frêle enveloppe de papier avait dû traverser tout l’Océan pour arriver jusqu’à elle, toute cette grande mer où se perdent les rivières de la Norvège occidentale. Elle en examinait les

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text