Mémoires du Comte de Comminge , livre ebook

icon

39

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2012

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

39

pages

icon

Français

icon

Ebook

2012

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Publié sans nom d’auteur en 1735, les Mémoires du Comte de Comminge peuvent se définir comme un roman-mémoires.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

01 janvier 2012

Nombre de lectures

98

EAN13

9782820622648

Langue

Français

Collection
«Roman»

Faites comme Madame de Tencin,
publiez vos textes sur
YouScribe

YouScribe vous permet de publier vos écrits
pour les partager et les vendre.
C’est simple et gratuit.

Suivez-nous sur

ISBN : 9782820622648
Sommaire


Mémoires du comte de Comminge (1735)
MADAME DE TENCIN


MÉMOIRES DU COMTE DE COMMINGE
(1735)
Mémoires du comte de Comminge

(1735)
AVIS AU LECTEUR


Ce manuscrit a été trouvé dans les papiers d’un homme après sa mort. On voit bien qu’il a donné des noms faux à ses personnages et que ces noms sont mal choisis ; mais on a donné le manuscrit tel qu’il était et sans y avoir rien changé. Du reste, on a lieu de croire que les événements sont vrais, parce qu’on a d’ailleurs quelque connaissance de la façon dont le manuscrit est venu entre les mains de celui chez qui on l’a trouvé.


Je n’ai d’autre dessein en écrivant les Mémoires de ma vie que de rappeler les plus petites circonstances de mes malheurs, et de les graver, encore s’il est possible, plus profondément dans mon souvenir.
La maison de Comminge, dont je sors, est une des plus illustres du royaume. Mon bisaïeul qui avait deux garçons donna au cadet des terres considérables au préjudice de l’aîné et lui fit prendre le nom de marquis de Lussan. L’amitié des deux frères n’en fut point altérée ; ils voulurent même que leurs enfants fussent élevés ensemble. Mais cette éducation commune dont l’objet était de les unir les rendit au contraire ennemis presque en naissant.
Mon père qui était toujours surpassé dans ses exercices par le marquis de Lussan en conçut une jalousie qui devint bientôt de la haine ; ils avaient souvent des disputes, et comme mon père était toujours l’agresseur, c’était lui qu’on punissait. Un jour qu’il s’en plaignait à l’intendant de notre maison : « Je vous donnerai, lui dit cet homme, les moyens d’abaisser l’orgueil de M. de Lussan ; tous les biens qu’il possède vous appartiennent par une substitution et votre grand-père n’a pu en disposer. Quand vous serez le maître, ajouta-t-il, il vous sera aisé de faire valoir vos droits. »
Ce discours augmenta encore l’éloignement de mon père pour son cousin ; leurs disputes devenaient si vives qu’on fut obligé de les séparer ; ils passèrent plusieurs années sans se voir, pendant lesquelles ils furent tous deux mariés. Le marquis de Lussan n’eut qu’une fille de son mariage et mon père n’eut aussi que moi.
A peine fut-il en possession des biens de la maison par la mort de mon grand-père, qu’il voulut faire usage des avis qu’on lui avait donnés ; il chercha tout ce qui pouvait établir ses droits ; il rejeta plusieurs propositions d’accommodement ; il intenta un procès qui n’allait pas à moins qu’à dépouiller le marquis de Lussan de tout son bien. Une malheureuse rencontre qu’ils eurent un jour à la chasse acheva de les rendre irréconciliables. Mon père, toujours vif et plein de sa haine, lui dit des choses piquantes sur l’état où il prétendait le réduire ; le marquis, quoique naturellement d’un caractère doux, ne put s’empêcher de répondre, ils mirent l’épée à la main. La fortune se déclara pour M. de Lussan ; il désarma mon père et voulut l’obliger à demander la vie :
« Elle me serait odieuse, si je te la devais, lui dit mon père.
Tu me la devras malgré toi », répondit M. de Lussan, en lui jetant son épée et en s’éloignant.
Cette action de générosité ne toucha point mon père ; il sembla au contraire que sa haine était augmentée par la double victoire que son ennemi avait remportée sur lui ; aussi continua-t-il avec plus de vivacité que jamais les poursuites qu’il avait commencées.
Les choses étaient en cet état quand je revins des voyages qu’on m’avait fait faire après mes études.
Peu de jours après mon arrivée, l’abbé de R…, parent de ma mère, donna avis à mon père que les titres d’où dépendait le gain de son procès étaient dans les archives de l’abbaye de R…, où une partie des papiers de notre maison avait été transportée pendant les guerres civiles.
Mon père était prié de garder un grand secret, de venir lui-même chercher ses papiers ou d’envoyer une personne de confiance à qui on pût les remettre.
Sa santé qui était alors mauvaise l’obligea à me charger de cette commission ; après m’en avoir exagéré l’importance : « Vous allez, me dit-il, travailler pour vous plus que pour moi, ces biens vous appartiendront, mais quand vous n’auriez nul intérêt, je vous crois assez bien né pour partager mon ressentiment, et pour m’aider à tirer vengeance des injures que j’ai reçues. »
Je n’avais nulle raison de m’opposer à ce que mon père désirait de moi, aussi l’assurai-je de mon obéissance.
Après m’avoir donné toutes les instructions qu’il crut nécessaires, nous convînmes que je prendrais le nom de marquis de Longaunois, pour ne donner aucun soupçon dans l’abbaye où Mme de Lussan avait plusieurs parents ; je partis, accompagné d’un vieux domestique de mon père et de mon valet de chambre. Je pris le chemin de l’abbaye de R… Mon voyage fut heureux. Je trouvai dans les archives les titres qui établissaient incontestablement la substitution dans notre maison, je l’écrivis à mon père, et comme j’étais près de Bagnères, je lui demandai la permission d’y aller passer le temps des eaux. L’heureux succès de mon voyage lui donna tant de joie qu’il y consentit.
J’y parus encore sous le nom de marquis de Longaunois, il aurait fallu plus d’équipage que je n’en avais pour soutenir la vanité de celui de Comminge. Je fus mené le lendemain de mon arrivée à la fontaine. Il règne dans ces lieux-là une gaieté et une liberté qui dispensent de tout le cérémonial ; dès le premier jour, je fus admis dans toutes les parties de plaisir ; on me mena dîner chez le marquis de La Valette qui donnait une fête aux dames ; il y en avait déjà quelques-unes d’arrivées que j’avais vues à la fontaine et à qui j’avais débité quelque galanterie que je me croyais obligé de dire à toutes les femmes. J’étais près d’une d’elles quand je vis entrer une femme bien faite, suivie d’une fille qui joignait à la plus parfaite régularité des traits, l’éclat de la plus brillante jeunesse. Tant de charmes étaient encore relevés par son extrême modestie : je l’aimai dès ce premier moment, et ce moment a décidé de toute ma vie. L’enjouement que j’avais eu jusque-là disparut, je ne pus faire autre chose que la suivre et la regarder. Elle s’en aperçut et en rougit. On proposa la promenade, j’eus le plaisir de donner la main à cette aimable personne. Nous étions assez éloignés du reste de la compagnie pour que j’eusse pu lui parler ; mais moi, qui quelques moments auparavant avais toujours eu les yeux attachés sur elle, à peine osai-je les lever quand je fus sans témoin ; j’avais dit jusque-là à toutes les femmes même plus que je ne sentais. Je ne sus plus que me taire aussitôt que je fus véritablement touché.
Nous rejoignîmes la compagnie sans que nous eussions prononcé un seul mot, ni l’un ni l’autre ; on ramena les dames chez elles, et je revins m’enfermer chez moi. J’avais besoin d’être seul pour jouir de mon trouble et d’une certaine joie qui, je crois, accompagne toujours le commencement de l’amour. Le mien m’avait rendu si timide que je n’avais osé demander le nom de celle que j’aimais ; il me semblait que ma curiosité allait trahir le secret de mon cœur. Mais que devins-je quand on me nomma la fille du comte de Lussan ? Tout ce que j’avais à redouter de la haine de nos pères se présenta à mon esprit ; mais de toutes les réflexions, la

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text