Lettres d'une péruvienne , livre ebook

icon

82

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2012

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

82

pages

icon

Français

icon

Ebook

2012

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Roman épistolaire paru en 1747. Véritable succès de librairie au dix-huitième siècle, la correspondance de Zilia, jeune péruvienne exilée en France, et son amant, Aza, dénonce les travers de la société.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

01 janvier 2012

Nombre de lectures

99

EAN13

9782820622655

Langue

Français

Collection
«Roman»

Faites comme Madame de Graffigny,
publiez vos textes sur
Youscribe

YouScribe vous permet de publier vos écrits
pour les partager et les vendre.
C’est simple et gratuit.

Suivez-nous sur

ISBN : 9782820622655
Sommaire


Lettres d’une Péruvienne (1747)
MADAME DE GRAFFIGNY


LETTRES D’UNE PÉRUVIENNE
(1747)
Lettres d’une Péruvienne

(1747)
AVERTISSEMENT


Si la vérité, qui s’écarte du vraisemblable, perd ordinairement son crédit aux yeux de la raison, ce n’est pas sans retour ; mais pour peu qu’elle contrarie le préjugé, rarement elle trouve grâce devant son tribunal.
Que ne doit donc pas craindre l’éditeur de cet ouvrage, en présentant au public les lettres d’une jeune Péruvienne, dont le style et les pensées ont si peu de rapport à l’idée médiocrement avantageuse qu’un injuste préjugé nous a fait prendre de sa nation.
Enrichis par les précieuses dépouilles du Pérou, nous devrions au moins regarder les habitants de cette partie du monde comme un peuple magnifique ; et le sentiment du respect ne s’éloigne guère de l’idée de la magnificence.
Mais toujours prévenus en notre faveur, nous n’accordons du mérite aux autres nations qu’autant que leurs mœurs imitent les nôtres, que leur langue se rapproche de notre idiome. Comment peut-on être Persan ?
Nous méprisons les Indiens ; à peine accordons-nous une âme pensante à ces peuples malheureux ; cependant leur histoire est entre les mains de tout le monde ; nous y trouvons partout des monuments de la sagacité de leur esprit, et de la solidité de leur philosophie.
Un de nos plus grands poètes a crayonné les mœurs indiennes dans un poème dramatique, qui a dû contribuer à les faire connaître .
Avec tant de lumières répandues sur le caractère de ces peuples, il semble qu’on ne devrait pas craindre de voir passer pour une fiction des lettres originales, qui ne font que développer ce que nous connaissons déjà de l’esprit vif et naturel des Indiens ; mais le préjugé a-t-il des yeux ? Rien ne rassure contre son jugement, et l’on se serait bien gardé d’y soumettre cet ouvrage, si son empire était sans bornes.
Il semble inutile d’avertir que les premières lettres de Zilia ont été traduites par elle-même : on devinera aisément qu’étant composées dans une langue, et tracées d’une manière qui nous sont également inconnues, le recueil n’en serait pas parvenu jusqu’à nous, si la même main ne les eût écrites dans notre langue.
Nous devons cette traduction au loisir de Zilia dans sa retraite. La complaisance qu’elle a eue de les communiquer au chevalier Déterville, et la permission qu’il obtint de les garder les a fait passer jusqu’à nous.
On connaîtra facilement aux fautes de grammaire et aux négligences du style, combien on a été scrupuleux de ne rien dérober à l’esprit d’ingénuité qui règne dans cet ouvrage. On s’est contenté de supprimer un grand nombre de figures hors d’usage dans notre style : on n’en a laissé que ce qu’il en fallait pour faire sentir combien il était nécessaire d’en retrancher.
On a cru aussi pouvoir, sans rien changer au fond de la pensée, donner une tournure plus intelligible à de certains traits métaphysiques, qui auraient pu paraître obscurs. C’est la seule part que l’on ait à ce singulier ouvrage.


INTRODUCTION HISTORIQUE
aux Lettres péruviennes


Il n’y a point de peuple dont les connaissances sur son origine et son antiquité soient aussi bornées que celles des Péruviens. Leurs annales renferment à peine l’histoire de quatre siècles.
Mancocapac , selon la tradition de ces peuples, fut leur législateur, et leur premier Inca. Le Soleil, disait-il, qu’ils appelaient leur père, et qu’ils regardaient comme leur Dieu, touché de la barbarie dans laquelle ils vivaient depuis longtemps, leur envoya du Ciel deux de ses enfants, un fils et une fille, pour leur donner des lois, et les engager, en formant des villes et en cultivant la terre, à devenir des hommes raisonnables.
C’est donc à Mancocapac et à sa femme Coya-Mama-Oello-Huaco que les Péruviens doivent les principes, les mœurs et les arts qui en avaient fait un peuple heureux, lorsque l’avarice, du sein d’un monde dont ils ne soupçonnaient pas même l’existence, jeta sur leurs terres des tyrans dont la barbarie fit la honte de l’humanité et le crime de leur siècle.
Les circonstances où se trouvaient les Péruviens lors de la descente des Espagnols ne pouvaient être plus favorable à ces derniers. On parlait depuis quelque temps d’un ancien oracle qui annonçait qu’« après un certain nombre de rois, il arriverait dans leur pays des hommes extraordinaires, tels qu’on n’en avait jamais vu, qui envahiraient leur royaume et détruiraient leur religion ».
Quoique l’astronomie fût une des principales connaissances des Péruviens, ils s’effrayaient des prodiges ainsi que bien d’autres peuples. Trois cercles qu’on avait aperçus autour de la lune, et surtout quelques comètes, avaient répandu la terreur parmi eux ; une aigle poursuivie par d’autres oiseaux, la mer sortie de ses bornes, tout enfin rendait l’oracle aussi infaillible que funeste.
Le fils aîné du septième des Incas, dont le nom annonçait dans la langue péruvienne la fatalité de son époque, avait vu autrefois une figure fort différente de celle des Péruviens. Une barbe longue, une robe qui couvrait le spectre jusqu’aux pieds, un animal inconnu qu’il menait en laisse ; tout cela avait effrayé le jeune prince, à qui le fantôme avait dit qu’il était fils du Soleil, frère de Mancocapac , et qu’il s’appelait Viracocha. Cette fable ridicule s’était malheureusement conservée parmi les Péruviens, et dès qu’ils virent les Espagnols avec de grandes barbes, les jambes couvertes et montés sur des animaux dont ils n’avaient jamais connu l’espèce, ils crurent voir en eux les fils de ce Viracocha qui s’était dit fils du Soleil, et c’est de là que l’usurpateur se fit donner par les ambassadeurs qu’il leur envoya le titre de descendant du Dieu qu’ils adoraient : tout fléchit devant eux, le peuple est partout le même. Les Espagnols furent reconnus presque généralement pour des dieux, dont on ne parvint point à calmer les fureurs par les dons les plus considérables et les hommages les plus humiliants.
Les Péruviens, s’étant aperçus que les chevaux des Espagnols mâchaient leurs freins, s’imaginèrent que ces monstres domptés, qui partageaient leur respect et peut-être leur culte, se nourrissaient de métaux, ils allaient leur chercher tout l’or et l’argent qu’ils possédaient, et les entouraient chaque jour de ces offrandes. On se borne à ce trait pour peindre la crédulité des habitants du Pérou, et la facilité que trouvèrent les Espagnols à les séduire.
Quelque hommage que les Péruviens eussent rendu à leurs tyrans, ils avaient trop laissé voir leurs immenses richesses pour obtenir des ménagements de leur part.
Un peuple entier, soumis et demandant grâce, fut passé au fil de l’épée. Tous les droits de l’humanité violés laissèrent les Espagnols les maîtres absolus des trésors d’une des plus belles parties du monde. « Méchaniques victoires (s’écrie Montaigne en se rappelant le vil objet de ces conquêtes) jamais l’ambition (ajoute-t-il) jamais les inimitiés publiques ne poussèrent les hommes les uns contre les autres à si horribles hostilités ou calamités si misérables. »
C’est ainsi que les Péruviens furent les tristes victimes d’un peuple avare qui ne leur témoigna d’abord que de la bonne foi et même de l’amitié. L’ignorance de nos vices et la naïveté de leurs mœurs les jetèrent dans les bras de leurs lâches ennemis. En vain des espaces infinis avaient séparé les villes du Soleil de notre monde, elles en devinrent la proie et le domaine le plus précieux.
Quel spectacle pour les Espagnols, que les jardins du temple du Soleil, où les arbres, les fruits et les fleurs étaient d’or, travaillés avec un art inconnu en Europe ! Les murs du temple revêtus du même métal, un nombre infini de statues couvertes de pierres précieuses, et quantité d’autres richesses inconnues jusqu’alors éblouirent les conquérants de ce peuple infortuné. En donnant un l

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text