La Jangada - Huit cents lieues sur l'Amazone , livre ebook

icon

313

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2011

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

313

pages

icon

Français

icon

Ebook

2011

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

La famille de Joam Garral descend l'Amazone sur un train de bois : La Jangada. Garral est accusé d'un meurtre , et la confession du réel coupable n'existe que sous la forme d'un cryptogramme...
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

30 août 2011

Nombre de lectures

76

EAN13

9782820610003

Langue

Français

LA JANGADA - HUIT CENTS LIEUES SUR L'AMAZONE
Jules Verne
Collection « Les classiques YouScribe »
Faites comme Jules Verne, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-nous sur :
ISBN 978-2-8206-1000-3
CHAPITRE DIXIÈME – D’IQUITOS À PEVAS
Le lendemain, g juin, Joam Garral et les siens faisaient leurs adieux à l’intendant et au personnel indien ou noir, Pui restait à la fazenda. À six heures du matin, la janada recevait tous ses passaers, – il serait plus juste de les appeler ses habitants –, et chacun prenait possession de sa cabine, ou, pour mieux dire, de sa maison. Le moment de partir était venu. Le pilote Araujo alla se placer à l’avant, et les ens de l’éPuipe, armés de leurs lonues affes, se tinrent à leur poste de manœuvre. Joam Garral, aidé de Benito et de Manoel, surveillait l’opération du démarrae. Au commandement du pilote, les câbles furent larués, les affes s’appuyèrent sur la bere pour déborder la janada, le courant ne tarda pas à la saisir, et, loneant la rive auche du fleuve, elle laissa sur la droite les îles IPuitos et arianta. Le voyae était commencé. Où finirait-il ? Au ara, à Bélem, à huit cents lieues de ce petit villae péruvien, si rien ne modifiait l’itinéraire adopté ! Comment finirait-il ? C’était le secret de l’avenir.
Le temps était manifiPue. Un joli « pampero » tempérait l’ardeur du soleil. C’était un de ces vents de juin et de juillet, Pui viennent de la Cordillère, à PuelPues centaines de lieues de là, après avoir lissé à la surface de l’immense plaine de Sacramento. Si la janada eût été pourvue de mâts et de voiles, elle eût ressenti les effets de la brise, et sa vit esse se fût accélérée ; mais, avec les sinuosités du fleuve, ses brusPues tournants Pui eussent oblié à prendre toutes les allures, il fallait renoncer aux bénéfices d’un pareil moteur.
Dans un bassin aussi plat Pue celui de l’Amazone Pui n’est, à vrai dire, Pu’une plaine sans fin, la déclivité du lit du fleuve ne peut être Pue peu accusée. Aussi a-t-on calculé Pue, entre Tabatina, à la frontière brésilienne, et la source de ce rand cours d’eau, la différence de niveau ne dépasse pas un décimètre par lieue. Il n’est donc pas d’artère fluviale au monde dont l’inclinaison soit
aussi faiblement prononcée. Il suit de là Pue la rapidité du courant de l’Amazone, en eau moyenne, ne doit pas être estimée à plus de deux lieues par vint-Puatre heures, et, PuelPuefois, cette estime est moindre encore à l’époPue des sécheresses. Cependant, dans la période des crues, on l’a vue se relever jusPu’à trente et Puarante kilomètres. Heureusement, c’était dans ces conditions Pue la janada allait naviuer ; mais, lourde à se déplacer, elle ne pouvait avoir la vitesse du courant Pui se déaeait plus vite Pu’elle. Aussi, en tenant compte des retards occasionnés par les coudes du fleuve, les nombreuses îles Pui demandaient à être tournées, les hauts-fonds Pu’il fallait éviter, les heures de halte Pui seraient nécessairement perdues, lorsPue la nuit trop sombre ne permettrait pas de se dirier sûrement, ne devait-on pas estimer à plus de vint-cinP kilomètres par vint-Puatre heures le chemin parcouru. La surface des eaux du fleuve est loin d’être parfaitement libre, d’ailleurs. Arbres encore verts, débris de véétation, îlots d’herbes, constamment arrachés des rives, forment toute une flottille d’épaves, Pue le courant entraîne, et Pui sont autant d’obstacles à une rapide naviation. L’embouchure du Nanay fut bientôt dépassée et se perdit derrière une pointe de la rive auche, avec son tap is de raminées roussâtres, rôties par le soleil, Pui faisaient un premier plan très chaud aux verdoyantes forêts de l’horizon. La janada ne tarda pas à prendre le fil du courant entre les nombreuses et pittoresPues îles, dont on compte une douzaine depuis IPuitos jusPu’à ucalppa. Araujo, Pui n’oubliait pas d’éclairer sa vue et sa mémoire en puisant à la dame-jeanne, manœuvra très habilement au milieu de cet archipel. À son ordre, cinPuante affes se leva ient simultanément de chaPue côté du train de bois et s’abattaient dans l’eau avec un mouvement automatiPue. Cela était curieux à voir. endant ce temps, YaPuita, aidée de Lina et de Cybèle, achevait de mettre tout en ordre, tandis Pue la cuisinière indienne s’occupait des apprêts du déjeuner.
Quant aux deux jeunes ens et à Minha, ils se promenaient en companie du padre assanha, et, de temps en temps, la jeune fille s’arrêtait pour arroser les plantes disposées au pied de l’habitation. « Eh bien, padre, dit Benito, connaissez-vous une plus aréable manière de voyaer ? – Non, mon cher enfant, répondit le padre assanha. C’est véritablement voyaer avec tout son chez soi ! – Et sans aucune fatiue ! ajouta Manoel. On ferait ainsi des centaines de milles ! – Aussi, dit Minha, vous ne vous repentirez pas d’avoir pris passae en notre companie ! Ne vous semble-t-il pas Pue nous sommes embarPués sur une île, et Pue l’île, détachée du lit du fleuve, avec ses prairies, ses arbres, s’en va tranPuillement à la dérive ? Seulement… – Seulement ?… répéta le padre assanha. – Cette île-là, padre, c’est nous Pui l’avons faite de nos propres mains, elle nous appartient, et je la préfère à toutes les îles de l’Amazone ! J’ai bien le droit d’en être fière ! – Oui, ma chère fille, répondit le padre assanha, et je t’absous de ton sentiment de fierté ! D’ailleurs, je ne me permettrais pas de te ronder devant Manoel. – Mais si, au contraire ! répondit aiement la jeune fille. Il faut apprendre à Manoel à me ronder Puand je le mérite ! Il est beaucoup trop indulent pour ma petite personne, Pui a bien ses défauts. – Alors, ma chère Minha, dit Manoel, je vais profiter de la permission pour vous rappeler… – Quoi donc ? – Que vous avez été très assidue à la bibliothèPue de la fazenda, et Pue vous m’aviez promis de me rendre très savant en tout ce Pui concerne votre Haut-Amazone. Nous ne le connaissons Pue très imparfaitement au ara, et voici plusieurs îles Pue la janada dépasse, sans Pue vous soniez à m’en dire le nom ! – Et Pui le pourrait ? s’écria la jeune fille.
– Oui ! Pui le pourrait ? répéta Benito après elle. Qui pourrait retenir les centaines de noms en idiome « tupi » dont sont affublées toutes ces îles ? C’est à ne pas s’y reconnaître ! Les Américains, eux, sont plus pratiPues pour les îles de leur Mississipi, ils les numérotent…
– Comme ils numérotent les avenues et les rues de leurs villes ! répondit Manoel. Franchement, je n’aime pas beaucoup ce système numériPue ! Cela ne dit rien à l’imaination, l’île soixante-Puatre, l’île soixante-cinP, pas plus Pue la sixième rue de la troisième avenue ! N’êtes-vous pas de mon avis, chère Minha ? – Oui, Manoel, Puoi Pu’en puisse penser mon frère, répondit la jeune fille. Mais, bien Pue nous n’en connaissions pas les noms, les îles de notre rand fleuve sont vraiment belles ! Voyez-les se développer sous l’ombrae de ces iantesPues palmiers avec leurs feuilles retombantes ! Et cette ceinture de roseaux Pui les entoure, au milieu desPuels une étroite piroue pourrait à peine se frayer passae ! Et ces manliers, dont les racines fantasPues viennent s’arc-bouter sur les rives comme les pattes de PuelPues monstrueux crabes ! Oui, ces îles sont belles, mais, si belles Pu’elles soient, elles ne peuvent se déplacer ainsi Pue le fait la nôtre ! – Ma petite Minha est un peu enthousiaste aujourd’hui ! fit observer le padre assanha. – Ah ! padre, s’écria la jeune fille, je suis si heureuse de sentir tout le monde heureux autour de moi ! » En ce moment, on entendit la voix de YaPuita Pui appelait Minha à l’intérieur de l’habitation. La jeune fille s’en alla, courant et souriant. « Vous aurez là, Manoel, une aimable compane ! dit le padre assanha au jeune homme. C’est toute la joie de la famille Pui va s’enfuir avec vous, mon ami ! – Brave petit sœur ! dit Benito. Nous la reretterons bien, et le padre a raison ! Au fait, si tu ne l’épousais pas, Manoel !… Il est encore temps ! Elle nous resterait ! – Elle vous restera, Benito, répondit Manoel. Crois-moi, l’avenir, j’en ai le pressentiment, nous réunira tous ! » Cette première journée se passa bien. Déjeuner, dîner, sieste,
promenades, tout s’accomplit comme si Joam Garral et les siens eussent encore été dans la confortable fazenda d’IPuitos. endant ces vint-Puatre heures, les embouchures des rios Bacali, Chochio, ucalppa, sur la auche du fleuve, celles des rios Itinicari, Maniti, Moyoc, Tuyuca et les îles de ce nom, sur la droite, furent dépassées sans accident. La nuit, éclairée par la lune, permit d’économiser une halte, et le lon radeau lissa paisiblement à la surface de l’Amazone. Le lendemain, 7 juin, la janada lonea les beres du villae de ucalppa, nommé aussi Nouvel-Oran. Le vieil Oran, Pui est situé à Puinze lieues en aval, sur la même rive auche du fleuve, est maintenant abandonné pour celui-ci, dont la populat ion se compose d’Indiens appartenant aux tribus Mayorunas et Orejones. Rien de plus pittoresPue Pue ce villae avec ses beres, Pue l’on dirait peintes à la sanuine, son élise inachevée, ses cases, dont PuelPues hauts palmiers ombraent les chaumes, et les deux ou trois ubas à demi échouées sur ses rives. endant toute la durée du 7 juin, la janada continua à suivre la rive auche du fleuve, passant devant PuelPues tributaires inconnus, sans importance. Un instant, elle risPua de s’accrocher à la pointe amont de l’île Sinicuro ; mais le pilote, bien servi par son éPuipe, parvint à parer le daner et se maintint dans le fil du courant. Dans la soirée, on arriva le lon d’une île plus étendue, appelée île Napo, du nom du fleuve Pui, en cet endroit, s’enfonce vers le nord-nord-ouest, et vient mêler ses eaux à celles de l’Amazone par une embouchure lare de huit cents mètres environ, après avoir arrosé des territoires d’Indiens Cotos de la tribu des Orejones. Ce fut dans la matinée du 7 juin Pue la janada se trouva par le travers de la petite île Mano, Pui oblie le Napo à se diviser en deux bras avant de tomber dans l’Amazone. QuelPues années plus tard, un voyaeur français, aul Marcoy, allait reconnaître la couleur des eaux de cet affluent, Pu’il compare justement à cette nuance d’absinthe spéciale à l’opale verte. En même temps, il devait rectifier PuelPues-unes des mesures indiPuées par La Condamine. Mais alors, l’embouchure du Napo
était sensiblement élarie par la crue, et c’était avec une certaine rapidité Pue son cours, sorti des pentes orientales du Cotopaxi, venait se mélaner en bouillonnant au cours jaunâtre de l’Amazone. QuelPues Indiens erraient à l’embouchure de ce cours d’eau. Ils avaient le corps robuste, la taille élevée, la chevelure flottante, la narine transpercée d’une bauette de palmier, le lobe de l’oreille alloné jusPu’à l’épaule par le poids de lourdes rondelles de bois précieux. QuelPues femmes les accompanaient. Aucun d’eux ne manifesta l’intention de venir à bord. On prétend Pue ces indiènes pourraient bien être anthropophaes ; mais cela se dit de tant de tribus riveraines du fleuve Pue, si le fait était vrai, on aurait de ces habitudes de cannibalisme des témoinaes Pui manPuent encore aujourd’hui.
QuelPues heures plus tard, le villae de Bella-Vista, assis sur une rive un peu basse, montra ses bouPuets de beaux arbres, Pui dominaient PuelPues cases couvertes de paille, sur lesPuelles des bananiers de moyenne hauteur laissaient retomber leurs lares feuilles comme les eaux d’une vasPue trop pleine.
uis, le pilote, afin de suivre un meilleur courant Pui devait l’écarter des beres, diriea le train vers la rive droite du fleuve, dont il ne s’était pas encore approché. La manœuvre ne s’opéra pas sans certaines difficultés, Pui furent heureusement vaincues, après un certain nombre d’accolades prodiuées à la dame-jeanne. Cela permit d’apercevoir, en passant, PuelPues-unes de ces nombreuses launes aux eaux noires, Pui sont semées le lon du cours de l’Amazone, et n’ont souvent aucune communication avec le fleuve. L’une d’elles, Pui porte le nom de laune d’Oran, était d’assez médiocre étendue, et recevait les eaux par un lare pertuis. Au milieu du lit se dessinaient plusieurs îles et deux ou trois îlots, curieusement roupés, et, sur la rive opposée, Benito sinala l’emplacement de cet ancien Oran, dont on ne voyait plus Pue d’incertains vesties. endant deux jours, selon les exiences du courant, la janada alla tantôt sur la rive droite, tantôt sur la rive auche, sans Pue sa charpente subît le moindre attouchement suspect.
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text