Édouard , livre ebook

icon

51

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2012

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

51

pages

icon

Français

icon

Ebook

2012

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Publié anonymement en 1823, ce roman narre le destin d'une jeune sénégalaise, Ourika, dont la bonne éducation ne fera point oublier sa couleur de peau à une époque où l'esclavagisme était encore présent. Ce roman a été l'un des tout premiers à traiter des problèmes des relations interculturelles, d'où l'intérêt pour ce roman qui s'est accentué à partir de la deuxième moitié du vingtième siècle.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

01 janvier 2012

Nombre de lectures

67

EAN13

9782820622761

Langue

Français

Collection
«Roman»

Faites comme Madame de Duras,
publiez vos textes sur
YouScribe

YouScribe vous permet de publier vos écrits
pour les partager et les vendre.
C’est simple et gratuit.

Suivez-nous sur

ISBN : 9782820622761
Sommaire


ÉDOUARD
ÉDOUARD(1824)
ÉDOUARD


Je suis le fils d’un célèbre avocat au parlement de Paris ; ma famille est de Lyon, et depuis plusieurs générations elle a occupé les utiles emplois réservés à la haute bourgeoisie de cette ville. Un de mes grands-pères mourut victime de son dévouement dans la maladie épidémique qui désola Lyon en 1748. Son nom révéré devint dans sa patrie le synonyme du courage et de l’honneur. Mon père fut de bonne heure destiné au barreau ; il s’y distingua, et acquit une telle considération, qu’il devint d’usage de ne se décider sur aucune affaire de quelque importance sans la lui avoir soumise. Il se maria déjà vieux à une femme qu’il aimait depuis longtemps ; je fus leur unique enfant. Mon père voulut m’élever lui-même ; et lorsque j’eus dix ans accomplis, il se retira avec ma mère à Lyon, et se consacra tout entier à mon éducation. Je satisfaisais mon père sous quelques points ; je l’inquiétais sous d’autres. Apprenant avec une extrême facilité, je ne faisais aucun usage de ce que je savais. Réservé, silencieux, peu confiant, tout s’entassait dans mon esprit et ne produisait qu’une fermentation inutile et de continuelles rêveries. J’aimais la solitude, j’aimais à voir le soleil couchant ; je serais resté des journées entières, assis sur cette petite pointe de sable qui termine la presqu’île où Lyon est bâtie, à regarder se mêler les eaux de la Saône et du Rhône, et à sentir comme ma pensée et ma vie entraînées dans leur courant. On m’envoyait chercher ; je rentrais, je me mettais à l’étude sans humeur et sans dégoût ; mais on aurait dit que je vivais deux vies ; tant mes occupations et mes pensées étaient de nature différente. Mon père essayait quelquefois de me faire parler ; mais c’était ma mémoire seule qui lui répondait. Ma mère s’efforçait de pénétrer dans mon âme par la tendresse ; je l’embrassais, mais je sentais même dans ces douces caresses quelque chose d’incomplet au fond de mon âme.
Mon père possédait au milieu des montagnes du Forez, entre Boën et Saint-Étienne, des forges et une maison. Nous allions chaque année passer à ces forges les deux mois de vacances. Ce temps désiré et savouré avec délices s’écoulait toujours trop vite. La position de ce lieu avait quelque beauté ; la rivière qui faisait aller la forge descendait d’un cours rapide, et souvent brisé par les rochers ; elle formait au-dessous de la forge une grande nappe d’eau tranquille ; puis elle se détournait brusquement, et disparaissait entre deux hautes montagnes recouvertes de sapins. La maison d’habitation était petite ; elle était située au-dessus de la forge, de l’autre côté du chemin, et placée à peu près au tiers de la hauteur de la montagne. Environnée d’une vieille forêt de sapins, elle ne possédait pour tout jardin qu’une petite plate-forme, dessinée avec des buis, ornée de quelques fleurs, et d’où l’on avait la vue de la forge, des montagnes, et de la rivière. Il n’y avait point là de village. Il était situé à un quart de lieue plus haut, sur le bord du torrent, et chaque matin la population, qui travaillait aux forges presque toute entière, passait sous la plate-forme en se rendant aux travaux. Les visages noirs et enfumés des habitants, leurs vêtements en lambeaux, faisaient un triste contraste avec leur vive gaieté, leurs chants, leurs danses, et leurs chapeaux ornés de rubans. Cette forge était pour moi à la campagne ce qu’était à Lyon la petite pointe de sable et le cours majestueux du Rhône : le mouvement me jetait dans les mêmes rêveries que le repos. Le soir, quand la nuit était sombre, on ne pouvait m’arracher de la plate-forme ; la forge était alors dans toute sa beauté ; les torrents de feu qui s’échappaient de ses fourneaux éclairaient ce seul point d’une lumière rouge, sur laquelle tous les objets se dessinaient comme des spectres ; les ouvriers dans l’activité de leurs travaux, armés de leurs grands pieux aigus, ressemblaient aux démons de cette espèce d’enfer ; des ruisseaux d’un feu liquide coulaient au-dehors ; des fantômes noirs coupaient ce feu, et en emportaient des morceaux au bout de leur baguette magique ; et bientôt le feu lui-même prenait entre les mains une nouvelle forme. La variété des attitudes, l’éclat de cette lumière terrible dans un seul point du paysage, la lune qui se levait derrière les sapins, et qui argentait à peine l’extrémité de leur feuillage, tout ce spectacle me ravissait. J’étais fixé sur cette plate-forme comme par l’effet d’un enchantement, et, quand on venait m’en tirer, on me réveillait comme d’un songe.
Cependant, je n’étais pas si étranger aux jeux de l’enfance que cette disposition pourrait le faire croire ; mais c’était surtout le danger qui me plaisait. Je gravissais les rochers les plus inaccessibles ; je grimpais sur les arbres les plus élevés ; je croyais toujours poursuivre je ne sais quel but que je n’avais encore pu atteindre, mais que je trouverais au-delà de ce qui m’était déjà connu ; je m’associais d’autres enfants dans mes entreprises ; mais j’étais leur chef, et je me plaisais à les surpasser en témérité. Souvent je leur défendais de me suivre, et ce sentiment du danger perdait tout son charme pour moi si je le voyais partagé.
J’allais avoir quatorze ans ; mes études étaient fort avancées, mais je restais toujours au même point pour le fruit que je pouvais en tirer, et mon père désespérait d’éveiller en moi ce feu de l’âme sans lequel tout ce que l’esprit peut acquérir n’est qu’une richesse stérile, lorsqu’une circonstance, légère en apparence, vint faire vibrer cette corde cachée au fond de mon âme, et commença pour moi une existence nouvelle. J’ai parlé de mes jeux : un de ceux qui me plaisaient le plus était de traverser la rivière en sautant de rocher en rocher par-dessus ses ondes bouillonnantes ; souvent même je prolongeais ce jeu périlleux, et, non content de traverser la rivière, je la remontais ou je la descendais de la même façon. Le danger était grand ; car, en approchant de la forge, la rivière encaissée se précipitait violemment sous les lourds marteaux qui broyaient la mine, et sous les roues que le courant faisait mouvoir. Un jour, un enfant un peu plus jeune que moi me dit :
« Ce que tu fais n’est pas difficile.
Essaye donc », répondis-je.
Il saute, fait quelques pas, glisse, et disparaît dans les flots. Je n’eus pas le temps de la réflexion ; je me précipite, je me cramponne aux rochers, et l’enfant, entraîné par le courant, vient s’arrêter contre l’obstacle que je lui présente. Nous étions à deux pas des roues, et, les forces me manquant, nous allions périr, lorsqu’on vint à notre secours. Je fondis en larmes quand le danger fut passé. Mon père, ma mère accoururent et m’embrassèrent ; mon cœur palpita de joie en recevant leurs caresses. Le lendemain, en étudiant, je croyais lire des choses nouvelles ; je comprenais ce que jusque-là je n’avais fait qu’apprendre ; j’avais acquis la faculté d’admirer ; j’étais ému de ce qui était bien, enflammé de ce qui était grand. L’esprit de mon père me frappait comme si je ne l’eusse jamais entendu : je ne sais quel voile s’était déchiré dans les profondeurs de mon âme. Mon cœur battait dans les bras de ma mère, et je comprenais son regard. Ainsi un jeune arbre, après avoir langui longtemps, prend tout à coup l’essor ; il pousse des branches vigoureuses, et on s’étonne de la beauté de son feuillage ; c’est que sa racine a enfin rencontré le filon de terre qui convient à sa substance ; j’avais rencontré aussi le terrain qui m’était propre ; j’avais dévoué ma vie pour un autre.
De ce moment, je sortis de l’enfance. Mon père, encouragé par le succès, m’ouvrit les voies nouvelles qu’on ne parcourt qu’avec l’imagination. En me faisant appliquer les sentiments aux faits, il forma à la fois mon cœur et mon jugement. « Savoir et sentir, disait-il souvent, voilà toute l

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text