Beppo , livre ebook

icon

19

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

19

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Extrait : "On sait, ou du moins on doit savoir, que dans tous les pays catholiques, quelques semaines avant le mardi-gras, la population s'en donne à cœur joie ; on achète le repentir avant de se faire dévot ; et, sans distinction de rang ou d'état, chacun appelle à son aide le violon, la bonne chère, la danse, le vin, les masques, et autres choses qu'on peut avoir en les demandant."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

25

EAN13

9782335095517

Langue

Français

EAN : 9782335095517

 
©Ligaran 2015

ROSALINDE.– Adieu, monsieur le voyageur ; voyez-vous, vous grasseyez et vous portez un costume étranger. Dépouillez les avantages que vous tenez de votre pays ; oubliez où vous êtes né ; regrettez que Dieu vous ait donné les traits que vous portez ; sinon, c’est à peine si je croirai que vous ayez mis le pied dans une gondole.

SHAKSPEARE. Comme il vous plaira , acte IV, scène I. Note des Commentateurs .

C’est-à-dire que vous avez été à Venise, ville très fréquentée par les jeunes Anglais de qualité de cette époque, et qui était alors ce que Paris est maintenant, – le siège de toute sorte de dissolutions.
I
On sait, ou du moins on doit savoir, que dans tous les pays catholiques, quelques semaines avant le mardi-gras, la population s’en donne à cœur joie ; on achète le repentir avant de se faire dévot ; et, sans distinction de rang ou d’état, chacun appelle à son aide le violon, la bonne chère, la danse, le vin, les masques, et autres choses qu’on peut avoir en les demandant.

II
Dès que la nuit a couvert le ciel de son manteau sombre (et plus il fait noir mieux cela vaut), commence l’heure moins prisée des époux que des amants ; et la pruderie rejette au loin ses chaînes ; et la gaieté mobile se hausse sur la pointe des pieds, riant avec tous les galants qui l’assiègent ; et il y a des chansons et des refrains, des cris et des fredons, des guitares et toute sorte de musique.

III
Et il y a des costumes brillants, mais fantastiques, des masques de tous les temps et de toutes les nations, des Turcs et des Juifs, des arlequins et des paillasses, des tours de force, des Grecs, des Romains, des niais d’Amérique et des Indous ; on peut prendre le vêtement qu’on préfère, excepté l’habit ecclésiastique, car dans ce pays-là il n’est permis à personne de se moquer du clergé ; – ainsi, gare à vous, libres penseurs ! je vous en avertis.

IV
Mieux vaudrait vous ceindre de ronces en guise d’habit et de culottes que de porter sur vous une seule nippe irrévérencieuse envers les moines ; dussiez-vous jurer que ce n’est que pour rire, on vous enverrait cuire au brasier de l’enfer ; il n’est fils de bonne mère qui n’attisât pour vous les feux du Phlégéton ; pas un qui voulût dire une messe pour ralentir l’ébullition de la chaudière où l’on ferait bouillir vos os, à moins pourtant de payer double.

V
Mais, à cette exception près, vous pouvez porter tout ce qu’il vous plaît, en fait de pourpoint, de cape ou de manteau, tels que vous pourriez les choisir à Moumouth street et à la foire aux chiffons, dans un but de gravité ou de bouffonnerie ; et l’on trouve même en Italie des lieux semblables ; seulement leur nom est plus joli, et prononcé avec un accent plus doux ; car, si j’en excepte Covent-Garden, je ne connais point en Angleterre de place appelée Piazza .

VI
Cette époque de réjouissance s’appelle carnaval, mot qui, traduit, signifie « adieu à la chair. » On l’a nommé ainsi parce que le nom répond à ta chose, et que pendant toute la durée du carême on se nourrit de poisson frais ou salé. Mais pourquoi on prélude au carême avec tant de gaieté, c’est ce que je ne saurais dire ; peut-être est-ce par la même raison qui fait que nous trinquons avec nos amis au moment de les quitter, avant le départ de la diligence ou du paquebot.

VII
Et ainsi ils disent adieu aux plats de viande, aux mets solides, aux ragoûts fortement épicés, et vivent pendant quarante jours de poissons mal apprêtés, n’ayant point de sauces pour les assaisonner ; circonstance qui fait naître bien des soupirs et des grimaces, et plus d’un jurement qui répugnerait à ma muse, parmi les voyageurs accoutumés dès leur enfance à manger leur saumon au moins avec la sauce aux anchois.

VIII
C’est pourquoi je prends l’humble liberté de recommander aux amateurs de « sauces au poisson », avant de s’embarquer, de prier leur cuisinier, leur femme ou leur ami de faire un tour au Strand, et d’acheter en gros (ou, s’ils sont déjà partis, de leur expédier par la voie la plus sûre) une provision de ketchup , de soy , de vinaigre du Chili et de sauce d’Harvey, ou, par le Seigneur ! vous courez risque de mourir de faim pendant le carême.

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text